NGC 2276

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 2276
Image illustrative de l’article NGC 2276
La galaxie spirale intermédiaire NGC 2276.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Céphée
Ascension droite (α) 07h 27m 14,3s [1]
Déclinaison (δ) 85° 45′ 16″
Magnitude apparente (V) 11,4 [2]
11,9 dans la Bande B [2]
Brillance de surface 13,00 mag/am2 [a]
Dimensions apparentes (V) 2,3 × 1,9 [2]
Décalage vers le rouge 0,008059 ± 0,000007[1]
Angle de position 20°[2]

Localisation dans la constellation : Céphée

(Voir situation dans la constellation : Céphée)
Cepheus IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 2 416 ± 2 km/s  [3]
Distance 33,7 ± 2,3 Mpc (∼110 millions d'a.l.) [4]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale intermédiaire
Type de galaxie SAB(rs)c[5],[1] SBc[2]
Dimensions 74 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) August Winnecke [5]
Date 26 juin 1876[5]
Désignation(s) PGC 21039
ARP 25
ARP 114
CGCG 362-42
MCG 14-4-28
UGC 3740
7ZW 134
KCPG 127A
CGCG 363-27
IRAS 07101+8550[2]
Liste des galaxies spirales intermédiaires

NGC 2276 est une galaxie spirale intermédiaire située dans la constellation de Céphée à environ 110 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome allemand August Winnecke en 1876[5].

La classe de luminosité de NGC 2276 est III et elle présente une large raie HI[1].

Gros plan sur la galaxie NGC 2276 par le télescope spatial Hubble.
Une autre image de NGC 2276 par le télescope spatial Hubble.

NGC 2276 figure dans l'atlas des galaxies particulières de Halton Arp sous la cote Arp 25[7].

Plusieurs mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 20,390 ± 6,562 Mpc (∼66,5 millions d'a.l.)[8], ce qui est à l'extérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage[4].

Trou noir intermédiaire[modifier | modifier le code]

On a découvert dans cette galaxie l'objet NGC 2276-3c (pl) qui serait un trou noir intermédiaire d'une masse estimée à 50 000 masses solaires[9].

Trou noir supermassif[modifier | modifier le code]

Selon un article basé sur les mesures de luminosité de la bande K de l'infrarouge proche du bulbe de NGC 2276, on obtient une valeur de 106,9 (7,9 millions de masses solaires) pour le trou noir supermassif qui s'y trouve[10].

Supernova[modifier | modifier le code]

Six supernovas ont été découvertes dans NGC 2276 : SN 2005dl, SN 1993X, SN 1968W, SN 1968V, SN 1962Q[11] et SN 2016gfy[12].

SN 2016gfy[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte le 13 septembre par l'astronome amateur italien Alessandro Dimai. Cette supernova était de type II[13].

SN 2005dl[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte le 25 aout[14] par les astronomes amateurs italiens Alessandro Dimai et Marco Migliardi[15], membres de l'association CROSS de l'association astronomique de Cortina[16]. Cette supernova était de type II[17].

SN 1993X[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte le 22 aout par Treffers, Filippenko, Leibundgut, Paik, Lee et Mike Richmond. Cette supernova était de type II[18].

SN 1968W[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte le 24 mars par un dénommé Iskudarian. Le type de cette supernova n'a pas été déterminé[19].

SN 1968V[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte le 26 janvier par un dénommé Shachbazian. Le type de cette supernova n'a pas été déterminé[20].

SN 1962Q[modifier | modifier le code]

Cette supernova a été découverte le 25 février par Shachbazian et Iskudarian. Le type de cette supernova n'a pas été déterminé[21].

Groupe de NGC 2276[modifier | modifier le code]

NGC 2276 fait partie d'un groupe de galaxies d'au moins 13 membres qui porte son nom. Les autres galaxies du groupe de NGC 2276 inscrites au catalogue NGC et au catalogue IC sont NGC 2268, NGC 2300, IC 455, IC 469, IC 499 et IC 512. S'ajoutent à ces 7 galaxies, les galaxies 3496, 3522, 3890, 4078, 4348 et 4612 du catalogue UGC[22].

NGC 2276 (au centre) et la galaxie elliptique NGC 2300 (à droite). Ces deux galaxies sont à des distances semblables de nous. À cause de la grande quantité de jeunes étoiles de NGC 2276 et de la structure désordonnées de ses bras spiraux, certaines pensent que ces deux galaxies sont en interaction gravitationnelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La brillance de surface (S) se calcule à partir de la magnitude apparente (m) et de la surface de la galaxie selon l'équation

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 2276 (consulté le )
  2. a b c d e et f « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 2200 à 2299 »
  3. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  4. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  5. a b c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le )
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. Arp Halton, « Atlas of Peculiar Galaxies », Astrophysical Journal Supplement, vol. 14,‎ , table 1, p7 (DOI 10.1086/190147, Bibcode 1966ApJS...14....1A, lire en ligne)
  8. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le )
  9. Janet Anderson et Megan Watzke, « NASA’s Chandra Finds Intriguing Member of Black Hole Family Tree », sur NASA, (consulté le )
  10. X.Y. Dong et M.M. De Robertis, « Low-Luminosity Active Galaxies and Their Central Black Holes », mars, vol. 131#3,‎ the astronomical journal, p. 1236-1252 (DOI 10.1086/499334, Bibcode 2006AJ....131.1236D, lire en ligne)
  11. (en) « Central Bureau for Astronomical Telegrams » (consulté le )
  12. (en) « The Astronomer's Telegram, Spectroscopic classification of SN 2016gfy with the Nordic Optical Telescope » (consulté le )
  13. (en) « Bright Supernovae - 2016 » (consulté le )
  14. (en) « Central Bureau for Astronomical Telegrams (UAI), IAUC 8588: C/2005 P3; 2005dl » (consulté le )
  15. (en) « Milky way over Cortina, Milky way over Cortina by Marco Migliardi on 500px » (consulté le )
  16. (en) « Il programma di ricerca C.R.O.S.S. » (consulté le )
  17. (en) « Bright Supernovae - 2005 » (consulté le )
  18. (en) « Other Supernovae images » (consulté le )
  19. (en) « Other Supernovae images » (consulté le )
  20. (en) « Other Supernovae images » (consulté le )
  21. (en) « Other Supernovae images » (consulté le )
  22. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 2268  •  NGC 2269  •  NGC 2270  •  NGC 2271  •  NGC 2272  •  NGC 2273  •  NGC 2274  •  NGC 2275  •  NGC 2276  •  NGC 2277  •  NGC 2278  •  NGC 2279  •  NGC 2280  •  NGC 2281  •  NGC 2282  •  NGC 2283  •  NGC 2284