NGC 1566

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 1566
Image illustrative de l’article NGC 1566
La galaxie spirale intermédiaire NGC 1566
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Dorade
Ascension droite (α) 04h 20m 00,4s[1]
Déclinaison (δ) −54° 56′ 16″
Distance 21,0 ± 1,5 Mpc (∼68,5 millions d'a.l.) [2]
Magnitude apparente (V) 9,4 [3]
10,2 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 13,6 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 8,2 × 6,5[3]
Décalage vers le rouge 0,005017 ± 0,000007[1]
Angle de position 60°[3]
Vitesse radiale 1 504 ± 2 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Dorade

(Voir situation dans la constellation : Dorade)
Dorado IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale intermédiaire
Type de galaxie (R'_1)SAB(rs)bc[1] SBbc[3] (R)SAB(s)bc?[5]
Dimensions 163 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) James Dunlop[5]
Date 28 mai 1826[5]
Désignation(s) PGC 14897
ESO 157-20
IRAS04189-5503 [3]
Liste des galaxies spirales intermédiaires

NGC 1566 est une galaxie spirale intermédiaire située dans la constellation de la Dorade à environ 69 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome australien James Dunlop en 1885.

NGC 1566 a été utilisé par Gérard de Vaucouleurs comme une galaxie de type morphologique (R1')SAB(s)bc dans son atlas des galaxies[7].

La classe de luminosité de NGC 1566 est II-III et elle présente une large raie HI. NGC 1566 est une galaxie active de type Seyfert 1[1]. C'est la galaxie de Seyfert la plus brillante de l'hémisphère sud[8].

Selon une étude publiée en 2005 par Kilborn et al.[9], NGC 1566 est la galaxie la plus brillante d'un groupe de galaxies qui porte son nom. Le groupe de NGC 1566 comprend au moins 23 autres galaxies dont IC 2049, NGC 1536, NGC 1543, NGC 1533, IC 2038, NGC 1546, IC 2058, IC 2032, NGC 1596, NGC 1602, NGC 1515, NGC 1522, IC 2085, NGC 1549, NGC 1553, NGC 1574, NGC 1581, NGC 1617. Le groupe de NGC 1566 fait partie d'un groupe plus vaste, le groupe de la Dorade. Certains donne le nom de groupe de NGC 1566 au groupe de la Dorade parce que c'est le groupe dominant de cet ensemble.

A.M Garcia place aussi cette galaxie dans un groupe plus restreint de 7 galaxies auquel il donne aussi le nom de groupe de NGC 1566[10]. Toutes les galaxies du groupe de NGC 1566 de Garcia font aussi partie du groupe plus vaste de Kilborn et al. Voir l'article détaillé du groupe de la Dorade pour plus de détails.

Plusieurs mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 9,509 ± 4,606 Mpc (∼31 millions d'a.l.) [11], ce qui est à l'extérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [2].

Image en infrarouge de NGC 1566 prise par le télescope spatial Spitzer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 1566 (consulté le 11 novembre 2016)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e f et g (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 11 novembre 2016)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 11 novembre 2016)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. Atlas des galaxies de Vaucouleurs sur le site du professeur Seligman, NGC 1566
  8. G. de Vaucouleurs, « Southern Galaxies.VI. Luminosity Distribution in the Seyfert Galaxy NGC 1566 », Astrophysical Journal, vol. 181,‎ , p. 31-50 (DOI 10.1086/152028, Bibcode 1973ApJ...181...31D)
  9. Virginia A. Kilborn, Bärbel S. Koribalski, Duncan A. Forbes et David G. Barnes, « A Wide-Field Hi Study of the NGC 1566 Group », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 356 #1,‎ , p. 77-88 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2004.08450.x, lire en ligne)
  10. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)
  11. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 31 décembre 2018)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 1558  •  NGC 1559  •  NGC 1560  •  NGC 1561  •  NGC 1562  •  NGC 1563  •  NGC 1564  •  NGC 1565  •  NGC 1566  •  NGC 1567  •  NGC 1568  •  NGC 1569  •  NGC 1570  •  NGC 1571  •  NGC 1572  •  NGC 1573  •  NGC 1574