Liste des opérations militaires impliquant la France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Déploiements opérationnels
des forces armées françaises en 2021[1]
  • Territoire National (13 000)
  • Forces de Souveraineté (7 150): Guyane (2 100) / Mayotte/La Réunion (1 700) / Nouvelle-Calédonie (1 450) / Antilles (1 000) / Polynésie française (900)
  • Forces de Présence (3 750): Djibouti (1 450) / Côte d'Ivoire (950) / Émirats Arabes Unis (650) / Sénégal (350) / Gabon (350)
  • Opération BARKHANE (5 100): Mauritanie / Mali / Burkina Faso / Niger / Tchad
  • Opération CHAMMAL (600): Syrie / Irak
  • Engagement sous l'OTAN (400): Estonie / Lettonie / Lituanie
  • Engagement Français sous l'ONU (740)
  • Engagement Français sous l'UE (150)
  • Missions Maritimes (4 050)

La liste des opérations militaires impliquant la France recense les opérations en dehors du territoire national dans lesquelles les forces armées françaises ont été engagées depuis la fin de la guerre d'Algérie et de l'empire colonial, du début des années 1960 jusqu'à nos jours.

Qualifiées d'opérations extérieures (OPEX), ces opérations militaires ponctuelles succèdent aux guerres de décolonisation. Elles revêtent des formes variées s'agissant de leur objectif, de leur cadre d'engagement ou de commandement, de leur durée ou encore des moyens engagés.

L'origine du terme d'OPEX, dont l'usage s'impose dans les années 2000, provient de l'expression « Théatre d'opérations extérieures » utilisée pour désigner la présence militaire française dans l'entre-deux-guerres en Afrique, en Pologne, au Moyen-orient et au Maroc.

Définition et contexte d'ensemble[modifier | modifier le code]

Définition[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de définition officielle d'une « opération extérieure ». La définition la plus fréquemment utilisée est celle qui figure dans le rapport Thorette relatif à la construction du monument OPEX : « est qualifié d’opération extérieure tout emploi des forces armées hors du territoire national (qu’elles soient déployées sur le théâtre ou opèrent à partir du sol français), dans un contexte caractérisé par l’existence de menaces ou de risques susceptibles de porter atteinte à l’intégrité physique des militaires. »[2],[3].

Depuis la fin des années 1990, la décision de qualification d'« opération extérieure » est prise par la voie d'un arrêté interministériel) qui précise la zone géographique ainsi que la période concernée. Toutes les interventions militaires de la France en dehors de son territoire ne sont donc pas administrativement des OPEX[3].

La qualification d'OPEX a des implications sur le plan social, par exemple concernant l'attribution de la carte du combattant, et sur le plan pénal, car elle protège juridiquement les militaires faisant usage de la force armée[4].

OPEX durant la guerre froide[modifier | modifier le code]

Depuis la fin de la guerre d'Algérie et jusqu'à la fin de la guerre froide, les OPEX conduites par la France ou auxquelles elle participe se situent principalement en Afrique. Devenue une puissance moyenne, la France consacre l'essentiel de ses moyens militaires à sa force de dissuasion nucléaire et aux forces terrestres (FFA) et aériennes (FATac) destinées à défendre le territoire national contre une éventuelle attaque venue de l'Est. Mais la France entend conserver son rôle de « protecteur » des jeunes États indépendants de son « pré carré » africain, exposés à des agressions extérieures ou à des troubles intérieurs. La France intervient seule en Afrique, au titre des accords de défense ou d'assistance qu'elle a signé avec ses anciennes colonies. Depuis le début des années 1960 jusqu'à la mi-août 1990, la France conduit une vingtaine d'OPEX en Afrique dont six au Tchad, trois au Zaïre et trois en République centrafricaine[a].

Durant cette même période, la France mène huit opérations au Liban, qui subit le contrecoup du conflit israélo-arabe, dans un but humanitaire ou en tant que participant à une force de maintien de la paix. Cette forte implication s'explique par les liens culturels, économiques et politiques forts qui unissent la France au Liban qui avait été administré sous mandat français dans l'entre-deux-guerre[5].

Enfin, la France demeure une puissance maritime à un double titre : elle possède des territoires outre-mer d'une part et elle dépend des voies maritimes internationales d'autre part, notamment pour ses approvisionnements énergétiques. Ce contexte crée les conditions pour que la France soit conduite à s'engager dans une troisième catégorie d'OPEX visant la protection de ses intérêts maritimes, en particulier dans les mers et golfes bordant la péninsule arabique. La France participe au déminage du canal de Suez en vue de sa réouverture en 1975, puis au déminage des golfes Persique et d'Oman en 1988-1989 lorsque prend fin la guerre Iran-Irak. Par ailleurs, la France projette des task-forces aéronavales pour protéger Djibouti ainsi que pour une démonstration de force vis-vis de l'Iran[5].

OPEX depuis la fin de la guerre froide[modifier | modifier le code]

L'effondrement de l'Union soviétique modifie profondément le paysage géopolitique du monde au début des années 1990, conduisant à une diversification des lieux et des cadres d'intervention de l'armée française. Si l'Afrique francophone demeure une zone stratégique pour la France, les évènements au Moyen-orient et en Europe l'amènent à y intervenir[5],[6].

L'invasion du Koweit par l'Irak dirigée par Saddam Hussein en et la guerre du Golfe qui en découle marquent le début d'une nouvelle ère des interventions extérieures françaises : beaucoup plus fréquemment multinationales, dans le cadre de l'ONU, de l'OTAN, de l'UE/UEO ou d'une coalition formée pour l'occasion, elles revêtent parfois une ampleur inconnue durant les décennies précédentes. Daguet (Irak, 1990-1991) lors de la guerre du Golfe est une opération de guerre de haute intensité comme la France n'en avait pas connu depuis la fin de la guerre d'Algérie.

La France avait poussé à la réactivation de l'UEO au milieu des années 1980, dans l'objectif d'ajouter une dimension « sécurité et défense » au processus de coopération européenne, tout en réaffirmant la solidarité au sein de l'Alliance Atlantique. La guerre du Golfe est l'occasion de mettre en pratique cette volonté, avant même l'instauration de la Politique étrangère et de sécurité commune (PESC) par le traité de Maastricht instituant l'Union européenne. C'est ainsi que la surveillance de l'embargo à l'encontre de l'Irak par les marines européennes s'effectue dans un cadre opérationnel défini par l'UEO (opération Artimon, 1990-1994). Après la cessation des hostilités, le déminage des eaux du Koweït est également effectué sous mandat de l'UEO (Southern Breeze, 1991-1991)[7],[8].

Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, des OPEX sont menées en Europe, par suite des guerres en ex-Yougoslavie qui éclatent à partir de 1991 : la France y participe aux premières opérations de l'OTAN hors du territoire de ses États membres (Crécerelle / Deny Flight et Sharp Guard). L'Europe occidentale se doit de réagir pour minimiser les impacts humanitaires de ces conflits qui se déroulent à ses portes et tenter d'y mettre fin. En 1992-1993, la France participe à trois opérations maritimes coordonnées par l'UEO en mer Adriatique (Sharp Vigilance, Sharp Fence et Sharp Guard, cette dernière conjointe avec l'OTAN), et à l'opération Danube de police et de douane visant à aider la Hongrie dans la mise en œuvre de l'embargo décidé par l'ONU sur le Danube.

À partir de 2003, l'Union européenne reprend à son compte les opérations qu'elle lance dans le cadre de sa Politique européenne de sécurité et de défense (PESD). Les premières opérations militaires sont lancées dans ce nouveau cadre en 2003 (Altaïr / EUFOR Concordia) et en 2004 (Astrée/EUFOR Althea) toujours pour contribuer à la stabilisation de la situation en ex-Yougoslavie, mais aussi pour la première fois en Afrique (Opération Artémis en RDC).

Membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, la France se doit aussi de participer aux opérations de maintien de la paix sous commandement de l'ONU. Avec la fin de la guerre froide, le nombre d’opérations de maintien de la paix augmente rapidement. De plus en plus, les opérations de maintien de la paix, dont le but initial était de faciliter le règlement de conflits entre États, sont déployées pour faire face à des conflits intra-étatiques et à des guerres civiles. De même, les missions confiées aux « Casques bleus » deviennent plus diverses et plus complexes[9]. De 1991 à 2020, la France participe à plus d'une trentaine d'opérations de maintien de la paix dirigées par l'ONU dont une quinzaine en Afrique[5],[10]. La part prise par la France dans ces opérations de l'ONU est très variable d'une opération à l'autre et dans le temps. Début 2021, le Département des opérations de maintien de la paix dirige 12 opérations[11] pour un effectif total supérieur à 85 000 personnels civils et militaires. La France participe à trois d'entre elles (Daman FINUL II, MINUSMA et MINUSCA ) avec moins de 600 personnels militaires[12].

Cadre d'engagement et de commandement des opérations[modifier | modifier le code]

Sous la Ve République, le Président de la République est le chef des armées et peut donc, avec le Gouvernement qui dispose de la force armée, les engager dans des opérations extérieures. Toutefois, le Gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l'étranger, au plus tard trois jours après le début de l'intervention. Il précise les objectifs poursuivis. Cette information peut donner lieu à un débat qui n'est suivi d'aucun vote. Lorsque la durée de l'intervention excède quatre mois, le Gouvernement soumet sa prolongation à l'autorisation du Parlement[13].

Répartition en % des OPEX françaises par cadre d'intervention depuis 1962[5].

Les opérations extérieures engageant des moyens militaires français résultent soit d'un mandat de l'ONU, soit d'une décision de l'Union européenne, soit de la décision de la France de participer à une coalition internationale, soit enfin d'une initiative purement française, notamment en Afrique au titre des accords de coopération et de défense passés avec la plupart des anciennes colonies françaises et quelques autres pays[14],[15].

Les opérations de maintien de la paix décidées par l'ONU peuvent être conduites directement par elle, ou confiées à une organisation internationale (OTAN, UE), ou bien plus rarement menées par un pays dirigeant le cas échéant une force multinationale, qu'elle mandate alors via une résolution prise en Conseil de sécurité des Nations unies[16].

Depuis la fondation de l'Union européenne, instituée par le traité de Maastricht, se met en place par étape une politique de sécurité et de défense commune (PSDC) au titre de laquelle les États membres mènent des opérations civiles ou militaires, sous mandat de l'ONU ou non. Seules les opérations militaires, passées ou en cours, impliquant l'armée française sont répertoriées dans cet article[17].

Typologie et exemples d'opérations extérieures en cours ou récentes
Mandat / Décision ONU France UE Multilatéral
Comman-
dement
ONU Daman / FINUL II (Liban, 1978- )

MINUSMA (Mali, 1993)

UE EUTM RCA (RCA, 2016)

EUNAVFOR MED Irini (2020)

EUNAVFOR MED Sophia (2015-2020)
Multilatéral Chammal (Irak, Syrie, 2014) Hamilton (Syrie, 2018-2018)

Agénor (G. Persique, 2020-)

France Sangaris (RCA, 2013-2016) Corymbe (Golfe de Guinée, 1990- )

Serval (Mali, 2013-2014) Barkhane (Mali, 2014- )

Effectifs déployés en opérations extérieures[modifier | modifier le code]

Les déploiements opérationnels des forces armées françaises entrent dans quatre catégories distinctes[18] :

  • Les déploiements en France métropolitaine ;
  • Les forces prépositionnées de souveraineté stationnées en France d’outremer ;
  • Les forces prépositionnées de présence, implantées en Afrique et au Moyen-Orient, en vertu d'accords bilatéraux avec les États concernés ;
  • Les opérations extérieures (OPEX).

Depuis le début des années 2000, les effectifs déployés dans le cadre des OPEX se situent annuellement dans une fourchette comprise entre 7 000 et 14 000 personnels des armées. De façon constante, ils se répartissent entre 2 ou 3 opérations principales mobilisant chacune de 1 000 à 5 000 militaires, et jusqu'à une vingtaine d'opérations, le plus souvent dans un cadre ONU ou UE, auxquelles ne sont affectés que des effectifs limités[6].

Durant le deuxième mandat de Jacques Chirac (2002-2007), les effectifs déployés en OPEX sont à des niveaux très élevés (entre 11 000 et 14 000) en raison de trois opérations majeures. La France participe à l'opération américaine Enduring Freedom déclenchée en contre le régime des talibans en Afghanistan après les attentats du 11 septembre 2001, puis à la Force internationale d'assistance et de sécurité (FIAS) placée en 2003 sous commandement de l'OTAN. La France est aussi l'un des principaux contributeurs à la KFOR au Kosovo, également sous commandement de l'OTAN. Enfin, la crise politico-militaire en Côte d'Ivoire conduit à lancer l'opération Licorne qui mobilise plus de 4 000 militaires entre 2002 et 2005, puis encore plus de 3 000 les deux années suivantes[6].

Durant la présidence de Nicolas Sarkozy, les effectifs en OPEX demeurent importants. La forte décroissance des effectifs de l'opération Licorne (ramenés de 3 500 militaires en 2006 à 700 en 2011) est en partie compensée en 2008 par l'opération EUFOR Tchad/RCA dans laquelle sont engagés 1 850 hommes et en 2011 par l'opération Harmattan en Libye. Alors qu'elles mobilisaient moins de 9 000 militaires en 2010, les OPEX en mobilisent 10 500 en 2011[6].

François Hollande accélère le retrait des forces françaises en Afghanistan amorcé par Nicolas Sarkozy. Les derniers soldats français quittent le sol afghan fin 2014. En 2012, moins de 6 500 soldats sont engagés dans des OPEX, le niveau le plus bas depuis le début des années 2000, en cohérence avec la baisse des budgets de la défense. Mais, en réponse à la dégradation de la situation au Mali, l'opération Serval est lancée en avec des moyens importants qui mobilisent rapidement 3 200 hommes. Barkhane lui succède en 2014. Ces opérations au Sahel ont pour conséquence que les effectifs en OPEX remontent à près de 8 000 militaires. La fin progressive de l'opération Sangaris en RCA permet de ramener les effectifs en OPEX à environ 7 000 militaires, niveau auquel ils se maintiennent durant la présidence d'Emmanuel Macron.[6],[1].

Effectifs engagés dans les OPEX
Opérations[b] Année 2002[6] 2005[6] 2010[6] 2015[6],[1] 2018[1] 2020[1]
Pays 13 880 12 435 8 960 7 075 7 405 7 310
Salamandre 2 / SFOR Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine 2 550 - - - - -
Épervier Drapeau du Tchad Tchad 1 025 1 000 950 - - -
Héraclès / Pamir / Épidote Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan 3 500 1 870 3 750 - - -
Trident / KFOR Drapeau du Kosovo Kosovo 5 320 2 200 720 - - -
Licorne Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire 400 4 000 900 - - -
Daman / FINUL II Drapeau du Liban Liban - - 1 450 900 700 700
Barkhane Bande sahélienne-saharienne[c] - - - 3 500 4 500 5 100
Sangaris Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine - - - 900 - -
Chammal / Inherent Resolve Drapeau de l'Irak Irak et Drapeau de la Syrie Syrie - - - 700 1 100 600
Autres opérations
sous commandement :
Drapeau de la France France (seule ou en coalition) 465 1 935 600 420 450 350
Drapeau de l’Union européenne Union européenne 110 505 240 435 175 140
Drapeau de l'OTAN OTAN - 45 250 150 400 400
Drapeau des Nations unies ONU 510 880 100 70 80 20

Hormis les opérations majeures figurant dans le tableau ci-dessus, la France engage des effectifs limités dans d'autres opérations sous commandement national ou sous commandement de l'UE, de l'OTAN ou de l'ONU :

Liste des OPEX[modifier | modifier le code]

L'absence de définition officielle, la grande diversité des opérations, le fait que beaucoup ont eu lieu dans quelques pays (12 fois au Tchad, 14 fois en Centrafrique, 20 fois au Liban) ont pour conséquence que les recensements qui figurent dans plusieurs documents récents consacré aux OPEX ne sont pas identiques. Le tableau figurant dans le Dictionnaire des opérations extérieures de l'armée française recense 119 OPEX entre 1959 et 2014, mais dans le corps du texte d'autres opérations sont citées[5]. Le tableau en annexe du Rapport Thorette en recense 126 entre 1969 et 2005[2]. Le tableau figurant à la fin de l'étude publiée par l'IRSEM en 2021 liste 249 opérations entre 1963 et 2017[3].

Le tableau ci-dessous liste 177 OPEX depuis 1959. Cette liste s'appuie essentiellement sur le « Dictionnaire des opérations extérieures de l'armée française » paru en 2018[5], sur le rapport du groupe de travail « Monuments aux morts et opérations extérieures », dit rapport Thorette, publié en septembre 2011[2], sur l'étude publiée par l'IRSEM en intitulée « Le monument OPEX et la mémoire de la 4e génération du feu »[3], et sur le rapport d'information N° 2777 de l'Assemblée nationale du « Engagement et diplomatie : quelle doctrine pour nos interventions militaires ? »[10].

Les opérations de police de l'Union européenne, comme EUPOL Proxima en Macédoine du Nord ou EUPM en Bosnie-Herzégovine, et de façon plus générale les opérations civiles ne sont pas incluses dans cette liste des OPEX.

Pour chaque opération, le tableau fournit les informations suivantes :

  • Opération : nom de l'opération ;
  • Pays : pays dans lequel l'opération se déroule ;
  • Rég. : région du monde à laquelle le pays appartient (AFR = Afrique ; AME = Amérique ; ASI = Asie ; EUR = Europe ; MOY = Moyen-Orient) ;
  • Début : date de début de l'opération ;
  • Fin : date de fin de l'opération ;
  • ONU : indique si l'opération résulte ou non d'un mandat de l'ONU ;
  • Exéc. : indique l'entité qui a le commandement de l'exécution de l'opération (ONU = commandement par l'ONU ; FRA = par la France ; OTAN : par l'OTAN ; MULTI : commandement assuré par une coalition formée spécialement pour l'opération ; UEO : par l'UEO) ;
  • Notes : informations supplémentaires sur la nature de l'opération.

Opérations engagées par Charles de Gaulle et Georges Pompidou[modifier | modifier le code]

Opération Pays Rég. Début Fin ONU Exéc. Notes
Non nommée Cameroun AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance.
Non nommée Gabon AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance. Rétablissement du président Léon Mba dans ses fonctions après le putsch d’une partie de l’armée au Gabon[21].
Limousin / Bison Tchad AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance. Opérations de contre-insurrection à la demande du président Tombalbaye[22],[23]

Opérations engagées par Valéry Giscard d'Estaing[modifier | modifier le code]

Opération Pays Rég. Début Fin ONU Exéc. Notes
DÉCAN I Égypte MOY FRA Déminage du canal de Suez à la demande de l'Égypte.
Saphir I Djibouti AFR FRA Projection du groupe aéronaval du Clemenceau dans le contexte de l'accession à l'indépendance de Djibouti.
DÉCAN II Égypte MOY FRA Déminage du canal de Suez à la demande de l'Égypte.
DÉCAN III Égypte MOY FRA Déminage du canal de Suez à la demande de l'Égypte.
Mazurka Zaïre AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance. Mise en place de la défense de Kolwezi menacée par les rebelles katangais du FNLC appuyés par l'Angola.
Verveine Zaïre AFR FRA Transport aérien d'un contingent de 1 500 soldats marocains venus combattre le FNLC aux côtés de l'armée régulière zaïroise.
Saphir II Djibouti AFR FRA Projection du groupe aéronaval du Clemenceau puis du Foch dans le contexte de l'accession à l'indépendance de Djibouti.
Lamantin Mauritanie AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance. Intervention de l’armée de l’air contre le Front Polisario en Mauritanie, dans le secteur du train minéralier Zouérat-Nouadhibou[21].
Tacaud Tchad AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance.
Hippocampe / FINUL I Liban MOY ONU ONU Transport du contingent français initial intégré à la FINUL I, à laquelle la France contribue de façon continue jusqu'à son remplacement par FINUL II aux pouvoirs renforcés[24].
Bonite Zaïre AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance. Opération aéroportée pour délivrer 3 000 otages otages européens retenus à Kolwezi par des rebelles katangais.
Caban Centrafrique AFR FRA Renversement de l'empereur centrafricain Bokassa Ier[25].
Barracuda Centrafrique AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance[26].
Anabase Tchad AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance. Évacuation des forces françaises et des ressortissants civils.
Saintonge Nouvelles-Hébrides OCE MULTI Intervention franco-britannique au moment de l'indépendance du condominium, devenu le Vanuatu[27].

Opérations engagées par François Mitterrand[modifier | modifier le code]

Opération Pays Rég. Début Fin ONU Exéc. Notes
EFAO Centrafrique AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance, positionnement permanent des « Éléments français d'assistance opérationnelle » (EFAO)[26].
FMO Égypte MOY MULTI Force Multinationale d'Observateurs au Sinaï mise en place par les accords de Camp David entre Israël et l'Égypte[28].
Olifant Liban MOY FRA Opération de présence navale au large de Beyrouth, à des fins humanitaires mais aussi de soutien des opérations menées par l'armée de terre au Liban.
Épaulard Liban MOY MULTI Envoi d'une force multinationale d'interposition par les États-Unis, la France et l'Italie[29].
Diodon Liban MOY MULTI Seconde force multinationale d'interposition au Liban[30].
Manta Tchad AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance.
Brochet Liban MOY FRA
Chevesne Liban MOY FRA
Grondin Mer Rouge MOY MULTI
Muge Mer Rouge MOY MULTI
Mirmillon Libye AFR FRA
Silure Tchad AFR FRA
Aden Yémen MOY FRA Opération d'évacuation vers Djibouti des quelque sept mille ressortissants étrangers présents à Aden, à bord de navires soviétiques, français et britanniques.
Épervier Tchad AFR FRA Opération lancée pendant le conflit tchado-libyen pour soutenir le président Hissène Habré. Elle devient ensuite une mission de protection des ressortissants français et de coopération avec l'armée tchadienne. Elle est remplacée en 2014 par l'opération Barkhane[31].
Prométhée Golfe Persique MOY FRA Opération de « diplomatie navale coercitive » au large des côtes de l'Iran dans le contexte de crise des relations entre les deux pays faisant suite à la révolution iranienne[d].
Néréides Golfe Persique MOY FRA Opération de déminage dans le Golfe Persique et le Golfe d'Oman faisant suite à la fin de la guerre Iran-Irak.
Acanthe Liban MOY FRA Évacuation sanitaire de blessés[32]
Nouadhibou Sénégal AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance.
Capselle Liban MOY FRA
Oside Comores AFR FRA Intervention faisant suite à l'assassinat du président des Comores en vue de chasser les mercenaires emmenés par Bob Denard
Requin Gabon AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance.
Corymbe G. de Guinée AFR FRA Mission de présence quasi permanente des forces armées françaises dans le golfe de Guinée, le dispositif est armé au minimum d'un bâtiment de la Marine nationale[33],[34].
Salamandre Golfe Persique MOY ONU FRA Déploiement d'une TF de la Marine nationale après l'invasion du Koweït par l'Irak, en liaison avec nos alliés occidentaux, précédant la première guerre du Golfe[35].
Artimon Golfe Persique MOY ONU UEO Participation de la marine au contrôle de l'embargo décidé par l'ONU à l'encontre de l'Irak, selon des modalités opérationnelles définies par l'UEO[35].
Busiris EAU MOY ONU MULTI Opération destinée à renforcer le potentiel militaire émirati, dans la crainte d'une invasion irakienne dans le contexte de la première guerre du golfe.
Daguet Irak MOY ONU MULTI Participation de la France aux opérations Desert Shield et Desert Storm au sein d'une coalition dirigée par les États-Unis.
Noroît Rwanda AFR FRA
Bérénice Somalie AFR FRA
Phèdre Égypte MOY FRA Vérification des fonds du canal de Suez par des chasseurs de mine, l'Égypte craignant un minage terroriste du canal.
Southern Breeze Koweït MOY ONU UEO Déminage des eaux koweitiennes sous mandat de l'ONU et de l'UEO.
Libage Turquie EUR ONU MULTI
MONOUIK Koweït MOY ONU ONU Mission d'observation des Nations unies en Irak et au Koweït
Ramure Iran MOY ONU MULTI
Totem Éthiopie AFR FRA Évacuation de ressortissants français après la chute d'Addis Abéba[36].
Godoria Djibouti AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance[36].
ECMM Yougoslavie EUR ONU UE Mission des observateurs de l’Union Européenne en ex-Yougoslavie
Aconit Turquie EUR ONU MULTI
ONUSAL Salvador AME ONU ONU
Baumier Zaïre AFR FRA
MINURSO Mauritanie AFR ONU ONU Participation française à la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental[37].
Verdier Bénin AFR FRA
MIPRENUC Cambodge ASI ONU ONU
Iskoutir Djibouti AFR FRA Soutien au gouvernement face à la rébellion des Afars (organisée dans le Front pour la restauration de l'unité et la démocratie - FRUD) et assistance

aux populations[36].

FORPRONU Bosnie-Herz. EUR ONU ONU
APRONUC Cambodge ASI ONU ONU Opération Tamarin, participation française à l'APRONUC
Danube Hongrie EUR ONU UEO Opération de police et de douane visant à aider la Hongrie dans la mise en œuvre de l'embargo décidé par l'ONU sur le Danube.
Sharp Vigilance Mer Adriatique EUR ONU UEO Surveillance maritime et aérienne au large de l’ex-Yougoslavie de contrôle de l’embargo sur les armes décrété par l'ONU.
Alysse / Southern Watch Irak MOY ONU MULTI Participation française à l’opération internationale Southern Watch, dont l’objet est de faire respecter la zone d’exclusion aérienne décrétée au sud de l’Irak, jusqu’au 32e parallèle, dans le contexte des massacres perpétrés par Saddam Hussein contre les populations chiites[10].
Addax Angola AFR FRA Protection de ressortissants français et étrangers.
Sanaa / ONUSOM I Somalie AFR ONU FRA Première intervention sous mandat ONU pour surveiller l'application du cessez-le-feu et distribuer l'aide humanitaire[38].
Sharp Fence Mer Adriatique EUR ONU UEO Surveillance maritime et aérienne au large de l’ex-Yougoslavie de contrôle de l’embargo sur les armes décrété par l'ONU.
Oryx / UNITAF Somalie AFR ONU MULTI Sous mandat ONU (résolution 794), force multinationale menée par les États-Unis (Restore Hope).
Balbuzard Mer Adriatique EUR FRA Opération aéronavale en soutien des éléments français de la FORPRONU.
Courlis / Provide Promise Bosnie-Herz. EUR ONU OTAN Sous mandat ONU, participation de la France au pont aérien de ravitaillement de la population civile dans les zones de combat et de soutien aux opérations de l'ONU.
Crécerelle / Deny Flight Bosnie-Herz. EUR ONU OTAN Sous mandat ONU (résolution 816), mise en place d'une zone d'exclusion aérienne par l'OTAN. Premiers combats de forces de l'OTAN depuis sa création.
ONUSOM II Somalie AFR ONU ONU
Sharp Guard Mer Adriatique EUR ONU UEO Opération aéronavale menée conjointement par l'UEO et l'OTAN, se substituant à Sharp Fence (UEO) et Maritime Guard (OTAN).
MONUG Géorgie EUR ONU ONU Mission d'observation des Nations unies en Géorgie[39].
MINUHA Haïti AME ONU ONU Mission des Nations unies en Haïti[40]
Ventis Haïti AME ONU FRA Opération de contrôle de l'embargo commercial décidé par l'ONU.
UNMLT Cambodge ASI ONU ONU Équipe de liaison militaire des Nations unies, faisant suite à l'APRONUC.
ONUSOM 100 Somalie AFR ONU ONU
Balata Cameroun AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance.
Amaryllis Rwanda AFR FRA Évacuation des ressortissants français et étrangers à Kigali.
Diapason

1, 2 et 3

Yémen MOY FRA Évacuation des ressortissants français et européens lors de la Guerre civile yéménite.
UNCOMSMIL Cambodge ASI ONU ONU
Turquoise Rwanda AFR ONU FRA
Aden 2 Yémen MOY FRA
Haïti / Uphold Democracy Haïti AME ONU MULTI Opération destinée à restaurer la démocratie et ramener au pouvoir Jean-Bertrand Aristide
UNAVEM III Angola AFR ONU ONU Participation française à la mission de vérification des Nations unies en Angola.
FPNU (ou Fopainu) Bosnie-Herz. EUR ONU ONU Par sa résolution 931, le Conseil de sécurité restructure la Forpronu en trois opérations de maintien de la paix distinctes : la FPNU (ou Fopainu, force de paix des Nations unies) en Bosnie, l’OnuRC et la Fordeprenu[41].
FORDEPRENU Macéd. du N. EUR ONU ONU Force de déploiement préventif des Nations unies.

Opérations engagées par Jacques Chirac[modifier | modifier le code]

Opération Pays Rég. Début Fin ONU Exéc. Notes
Hermine Bosnie-Herz. EUR MULTI
Azalée Comores ASI FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance.
MINUBH-GIP Bosnie-Herz. EUR ONU ONU Mission des Nations unies en Bosnie-Herzégovine – Groupe international de police
Salamandre 1 Bosnie-Herz. EUR ONU OTAN Composante française de l'IFOR qui succède à la FORPRENU.
Aramis Cameroun AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance.
Almandin 1 Centrafrique AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance.
Almandin 2 Centrafrique AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance.
Condor Érythrée AFR ONU FRA Mission de surveillance de l'archipel des Hanish, objet d'un contentieux entre l'Érythrée et le Yémen.
MANUH Haïti AME ONU ONU Mission d'appui des Nations unies en Haïti[42].
Almandin 3 Centrafrique AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance.
Salamandre 2 Bosnie-Herz. EUR ONU OTAN Composante française de la SFOR qui succède à l'IFOR.
Bubale Centrafrique AFR FRA Appui de commandement et logistique à la mission interafricaine de surveillance des accords de Bangui (MISAB)[43].
Harmonium Albanie EUR MULTI Participation à une opération multinationale d'évacuation de 2 000 ressortissants, dont 39 Français[44]
Pélican Rép. du Congo AFR MULTI Évacuation au Congo Brazzaville des ressortissants étrangers durant la guerre civile[45].
Alba Albanie EUR ONU MULTI Force multinationale de protection en Albanie, coordonnée par l'Italie[46].
MONUA Angola AFR ONU ONU Dernière mission d'observation des Nations unies en Angola faisant suite à UNAVEM I, II et III[47].
Antilope Rép. du Congo AFR FRA Nouvelle évacuation de ressortissants étrangers durant la guerre civile[45].
EMCP Albanie EUR ONU UEO Elément multinational de conseil en matière de police
MIPONUH Haïti AME ONU ONU Mission de police civile des Nations unies en Haïti
MINURCA Centrafrique AFR ONU ONU Mission des Nations unies en République centrafricaine établie par la résolution 1159[48].
Aladin Arabie saoudite MOY ONU ONU Missions de reconnaissance aérienne au-dessus de l'Irak[10].
MONUSIL Sierra Leone AME ONU ONU Mission d’observation des Nations unies en Sierra Leone
Carib venture Mer des Caraïbes AME MULTI Opération sous commandement hollandais de lutte contre les trafics de drogue à destination de l'Europe dans les Antilles néerlandaises[10].
Cigogne 3 Centrafrique AFR ONU FRA Opération de désengagement de la MINURCA.
Khor Angar Djibouti AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance, pour protéger Djibouti d'éventuels débordements de la guerre entre l'Érythrée et l'Ethiopie.
RECAMP Bissau Guinée-Bissau AFR ONU FRA Dans le cadre du programme RECAMP visant à renforcer les capacités militaires africaines, mise sur pied et soutien logistique d’un bataillon multinational de la CEDEAO de maintien de la paix en Guinée-Bissau[10].
Trident humanitaire Kosovo EUR ONU OTAN Actions humanitaires au bénéfice des réfugiés Kosovar en Albanie et en ARYM[49].
Ardoukoba Djibouti AFR FRA En relai de l'opération Iskoutir, mission d'observation du cessez-le-feu et d'assistance aux populations civiles
Trident / KFOR Kosovo EUR ONU OTAN Participation française à la Force pour le Kosovo (KFOR)[50].
MINUK Kosovo EUR ONU ONU Mission d'administration intérimaire des Nations unies au Kosovo[51].
Santal Timor oriental ASI ONU MULTI Force internationale pour le Timor oriental (INTERFET)[52], remplacée par l'Administration transitoire des Nations unies au Timor oriental (ATNUTO).
MINUSIL Sierra Leone AME ONU ONU Mission des Nations unies en Sierra Leone dans le but d’aider les parties signataires à mettre en œuvre l’accord de paix de Lomé[53].
MONUC Zaïre AFR ONU ONU Mission de l'ONU pour contrôler l'application de l'accord de cessez-le-feu de Lusaka[54].
Khaya Côte d'Ivoire AFR FRA Au titre des accords de défense ou d'assistance, évacuation des personnalités locales menacées suite au coup d'état du général Robert Guéï
ATNUTO Timor oriental ASI ONU ONU Administration transitoire du Timor oriental devenu indépendant[55].
MINUEE Érythrée Ethiopie AFR ONU ONU Participation française à la Mission des Nations unies en Éthiopie et en Érythrée[56].
Minerve ARYM EUR ONU OTAN Participation française aux missions de l'OTAN Amber Fox et Allied Harmony de stabilisation[57].
Héraclès Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan ASI ONU OTAN Participation de la Marine nationale à la phase initiale de Enduring Freedom. Participation de l'Armée de l'air française dès la phase initiale en deux détachements : Héraclès Sud positionné aux Émirats arabes unis sur la base aérienne Al Dhafra avec deux Mirage IVP et deux ravitailleurs C-135FR, chargés du recueil photographique stratégique au profit du commandement américain ; et Héraclès Nord positionné au Tadjikistan, sur la base de Douchanbé.
Pamir Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan ASI ONU OTAN Participation française aux opérations terrestres de la Force internationale d'assistance et de sécurité (FIAS)[58],[59].
Amarante Mer Méditerranée AFR FRA Opération de surveillance maritime en Méditerranée orientale destinée à lutter contre l'immigration clandestine.
Épidote Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan ASI ONU OTAN Participation des forces françaises à la formation de l'Armée nationale afghane sur demande du gouvernement afghan.
Licorne Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire AFR FRA Intervention pour mettre fin à la crise politico-militaire en Côte d'Ivoire[60]. La force Licorne a été remplacée début 2015 par les forces françaises en Côte d'Ivoire[61].
Coherent Behaviour Mer Méditerranée MOY ONU MULTI Déploiement en Médit. orientale d’une task force de l’EUROMARFOR, qui rassemble les marines italienne, espagnole, portugaise et française, en soutien de l’opération de lutte contre le terrorisme Enduring freedom[10].
Resolute Behaviour Océan Indien MOY ONU MULTI Déploiement dans l'Océan Indien d’une task force de l’EUROMARFOR, en soutien de l’opération de lutte contre le terrorisme Enduring freedom[10].
Boali Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine AFR FRA Dans le cadre du programme RECAMP, Boali soutient la force de stabilisation africaine en Centrafrique, la FOMUC, déployée à partir de décembre 2002, puis de la MICOPAX, qui la remplace en 2008[10],[62].
Altaïr / EUFOR Concordia ARYM EUR ONU UE Participation française à l'opération EUFOR Concordia de maintien de la paix, succédant à l'opération Allied Harmony de l'OTAN[63].
Artémis Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo AFR ONU UE Opération militaire d'interposition en Ituri, province de l'est de la RDC pour garantir la sécurité des populations dans le secteur de la capitale régionale (Bunia) dans l'attente du déploiement des casques Bleus de la MONUC[64].
Providence Drapeau du Libéria Liberia AME FRA Le TCD Orage a participé le à l’évacuation de 535 ressortissants (dont 133 Américains) de Monrovia au Liberia.
14 Juillet Drapeau de la Colombie Colombie AME FRA Tentative avortée entre le 9 et le de récupérer Íngrid Betancourt, femme politique franco-colombienne et otage des FARC[65],[66].
Arès Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan ASI FRA Participation des forces spéciales françaises à la lutte contre le terrorisme (environ 200 hommes) en Afghanistan sur demande du gouvernement afghan[67].
MINUL Libéria AFR ONU ONU Participation française à la Mission des Nations unies au Liberia[68].
Calao / ONUCI Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire AFR ONU ONU Participation française à l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire, qui prend le relai de la CEDEAO, en coordination avec l'opération Licorne[69].
Carbet Haïti AME MULTI Opération autorisée par l'ONU, menée en urgence avec les États-Unis, faisant suite au coup d'état, à laquelle succède la MINUSTAH[70].
MINUSTAH Haïti AME ONU ONU Participation française à la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti[70].
Dorca Drapeau du Tchad Tchad AFR ONU FRA Opération de soutien au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.
Astrée / EUFOR Althea Bosnie-Herzégovine EUR ONU UE Opération de maintien de la paix, faisant suite à la Force de stabilisation (SFOR) de l'OTAN, qui, elle-même, a succédé à l’IFOR en 1996[71].
'EUFOR RD Congo Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo AFR ONU UE Appui militaire de 2 500 soldats à la MONUC pendant le processus électoral en République démocratique du Congo.
Baliste Drapeau du Liban Liban MOY FRA Évacuation de ressortissants au Liban pendant l'intervention israélienne en .
Daman

FINUL II

Drapeau du Liban Liban MOY ONU ONU Après le conflit israélo-libanais de 2006, extension du mandat et renforcement des moyens de la force intérimaire des Nations unies au Liban[72],[73].

Opérations engagées par Nicolas Sarkozy[modifier | modifier le code]

Opération Pays Rég. Début Fin ONU Exéc. scope=col Notes
MINUAD Drapeau du Soudan Soudan AFR ONU ONU Mission conjointe des Nations unies et de l'Union africaine au Darfour[74]
Alcyon Drapeau de la Somalie Somalie AFR FRA Opération maritime destinée à assurer la protection en mer de l'aide humanitaire du Programme Alimentaire Mondial contre la piraterie[75],[76].
EUFOR Tchad/RCA Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaineDrapeau du Tchad Tchad AFR ONU UE Sécurisation des camps de réfugiés dans les deux pays (estimés à 723 000 personnes)
Thalatine Drapeau de la Somalie Somalie AFR FRA Opération de libération des otages retenus à bord du Ponant[77].
Atalante / EU NAVFOR Somalia Océan Indien AFR ONU UE Opération aéronavale pour contribuer à la dissuasion, à la prévention et à la répression des actes de piraterie et de brigandage au large des côtes de la Somalie[78].
MINURCAT Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaineDrapeau du Tchad Tchad AFR ONU ONU Déploiement d’une composante militaire de la MINURCAT pour succéder à la force militaire de l’Union Européenne, l’EUFOR Tchad/RCA.
Séisme Haïti 2010 Drapeau d'Haïti Haïti AME FRA Dans le cadre de l’aide d’urgence décidée par la France au profit des victimes du séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier, les forces armées ont déclenché l’opération Séisme Haïti 2010[79].
EUTM Somalia Drapeau de la Somalie Somalie AFR ONU UE Opération de formation et d'entrainement des forces armées somaliennes[80]
MONUSCO Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo AFR ONU ONU Mission de l'ONU pour la stabilisation en RDC : renommage de l'opération MONUC pour tenir compte de l'évolution de la situation au Zaïre[81].
Agapanthe Océan Indien MOY FRA Opération de projection de puissance aéronavale, cinquième campagne Agapanthe depuis 2001[82]
Harmattan Drapeau de la Libye Libye AFR ONU OTAN Opération contre le régime du colonel Kadhafi lancée au début de la première guerre civile libyenne. Elle est intégrée à l'opération Unified Protector de l'OTAN à partir du .

Opérations engagées par François Hollande[modifier | modifier le code]

Opération Pays Rég. Début Fin ONU Exéc. scope=col Notes
Tamour Drapeau de la Jordanie Jordanie MOY FRA Opération de prise en charge de réfugiés et blessés à la suite de la guerre civile syrienne.
Serval Drapeau du Mali Mali AFR FRA Opération de soutien aux forces armées maliennes pendant la guerre du Mali, face à l'avancée irrésistible des rebelles islamistes. Elle est remplacée en 2014 par l'opération Barkhane[83].
EUTM Mali Drapeau du Mali Mali AFR ONU UE Mission de formation des forces armées maliennes[84].
MINUSMA Drapeau du Mali Mali AFR ONU ONU Créée par la résolution 2100, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali, elle compte en 2021 plus de 18 000 personnels dont une vingtaine de français pour la coordination avec Barkhane[85].
Sangaris Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine AFR ONU FRA Sous mandat onusien, succédant à l'opération Boali, dans un contexte de rebond de la guerre civile inter-communautaire[86],[87].
MINUSCA Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine AFR ONU ONU Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique[88].
EUFOR RCA Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine AFR ONU UE Mission de sécurisation de la zone de Bangui[89],[90].
Barkhane Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Drapeau du Mali Mali
Drapeau de la Mauritanie Mauritanie
Drapeau du Niger Niger
Drapeau du Tchad Tchad
AFR FRA Opération au Sahel, succédant, en aux opérations Serval et Épervier. Un effectif de 5 000 militaires est déployé au sol pour faire face à la menace terroriste au Nord-Mali en appuyant les forces de la MINUSMA et du G5 Sahel[91].
Chammal / Inherent Resolve Drapeau de l'Irak Irak
Drapeau de la Syrie Syrie
MOY ONU MULTI Opération contre l'organisation État islamique lancée en en Irak dans le cadre d'une coalition internationale[92], puis étendue à la Syrie le .
EUMAM RCA Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine AFR ONU UE Faisant suite à EUFOR RCA.
EUNAVFOR MED opération Sophia Mer Méditerranée AFR UE Opération maritime pour lutter contre les trafics de migrants en Méditerranée centrale[93].
EUTM RCA Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine AFR ONU UE Faisant suite à EUMAM RCA.

Opérations engagées par Emmanuel Macron[modifier | modifier le code]

Opération Pays Rég. Début Fin ONU Exéc. scope=col Notes
Hamilton Drapeau de la Syrie Syrie MOY MULTI Opération lancée avec les États-Unis et le Royaume-Uni contre le régime du président Bachar el-Assad en réaction à l'attaque chimique de Douma.
Agénor : EMASoH Golfe Persique MOY MULTI Agénor, volet militaire de la Mission européenne de surveillance maritime dans le détroit d’Ormuz (EMASOH) soutenue par 8 pays européens[94],[95].
EUNAVFOR MED Irini Mer Méditerranée AFR ONU UE Opération aéronavale pour faire respecter l'embargo sur les armes imposé à la Libye[96].
Amitié Drapeau du Liban Liban MOY FRA Opération pour venir en aide au Liban faisant suite à l'explosion survenue dans le port de Beyrouth[95],[97].
Apagan Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan ASI FRA Opération d'évacuation de ressortissants français et afghans, faisant suite à la prise de contrôle du pays par les Talibans[98].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le dictionnaire des OPEX ne mentionne pas l'opération Caban de renversement de Bokassa Ier qui ouvre la voie à l'opération Barracuda.
  2. Les missions de diplomatie navale et d'exercices aéronavals menés avec nos alliés ne figurent pas dans ce tableau. Ainsi, le déploiement du groupe aéronaval formé par le porte-avions Charles de Gaulle et son escorte (environ 3 000 marins et aviateurs) n'est pas inclus, même lorsqu'il participe à des opérations comme Chammal. De même la mission Jeanne d'Arc n'est pas incluse dans ce tableau.
  3. La bande sahélienne-saharienne englobe les cinq pays suivants : Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso, Drapeau du Mali Mali, Drapeau de la Mauritanie Mauritanie, Drapeau du Niger Niger et Drapeau du Tchad Tchad.
  4. Un des objectifs de l'opération Prométhée est d'assurer la liberté de navigation dans le Golfe d'Oman en s'assurant notamment que les corridors empruntés par les pétroliers sont libres de mines. Les chasseurs de mines de la Marine nationale y participent, avec d'autres États européens, coordonnés pour la première fois sous l'égide de l'UEO.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Les chiffres clés de la Défense, 2021
  2. a b et c Bernard Thorette, « Rapport du groupe de travail « Monuments aux morts et opérations extérieures » », sur Vie Publique,
  3. a b c et d « Le monument OPEX et la mémoire de la 4e génération du feu », sur IRSEM,
  4. Dictionnaire des opérations extérieures de l'armée française 2018, Cadre juridique des OPEX, p. 324-327
  5. a b c d e f et g Dictionnaire des opérations extérieures de l'armée française, 2018
  6. a b c d e f g h et i « Bilan de 50 ans des OPEX de la France : quelles leçons en tirer ? », sur iFRAP,
  7. « Rapport N° 537 du Sénat », sur Sénat,
  8. « UEO - Le rôle opérationnel et la gestion de crise », sur CVCE.eu,
  9. « Notre histoire », sur Nations unies - Maintien de la paix,
  10. a b c d e f g h et i « Rapport d'information N° 2777 de l'Assemblée nationale « Engagement et diplomatie : quelle doctrine pour nos interventions militaires ? » », sur Assemblée nationale,
  11. « Lieux d'intervention », sur Nations unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  12. a et b « Données », sur Nations unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  13. « Constitution du 4 octobre 1958 », sur Légifrance, (consulté le )
  14. « Liste des accords de défense ou de coopération militaire de la France en vigueur », sur Obsam.org, (consulté le )
  15. « Avis présenté au nom de la Commission de la défense nationale et des forces armées, sur le projet de loi de finances pour 2003 (n° 230) - Tome I Affaires étrangères », sur Assemblée nationale, (consulté le )
  16. « Nations unies - Maintien de la paix »,
  17. (en) « Military and civilian missions and operations », sur EEAS, (consulté le )
  18. Les forces françaises prépositionnées.
  19. « enhanced Air Policing », sur Ministère des Armées,
  20. « La mission Lynx en Estonie », sur Ministère des Armées,
  21. a et b « 1960-2010, 50 ans d’interventions militaires françaises en Afrique », RFI,‎ (lire en ligne)
  22. Lemans Constance, « L’opération Limousin (1969-1971) : première intervention française au Tchad depuis son indépendance », ECPAD/PA/DTCF,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. Michel Goya, « L'intervention militaire au Tchad (1969-1972) - Premier exemple de contre-insurrection réussie », sur Ministère des Armées - Centre de doctrine et d'enseignement du commandement, (consulté le )
  24. « Parachutistes, auto-mitrailleuses et hélicoptères pour l'opération française " Hippocampe " », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  25. Matthieu Kairouz, « Ce jour-là : le 21 septembre 1979, la chute de Bokassa 1er, empereur de Centrafrique », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  26. a et b Florent de Saint-Victor, « 45 ans d’opérations militaires françaises en République centrafricaine », sur Ministère des Armées - Centre de doctrine et d'enseignement du commandement, (consulté le )
  27. (en) « Vanuatu (1980-present) », sur University of Central Arkansas,
  28. (en) « Multinational Force & Observers », sur MFO, (consulté le )
  29. Alain Brouillet, « La force multinationale d'interposition à Beyrouth (21 août - 13 septembre 1982) », Annuaire français de droit international, vol. 28,‎ , p. 293-336 (lire en ligne)
  30. Alain Brouillet, « La seconde force multinationale à Beyrouth (24 septembre 1982-31 mars 1984) », Annuaire français de droit international, vol. 31,‎ , p. 115-166 (lire en ligne)
  31. Ministère de la Défense, « Epervier », sur defense.gouv.fr, (consulté le )
  32. « Liban : début de l'opération Acanthe - Quatorze blessés graves ont été transportés à bord du navire-hôpital la Rance », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  33. « Opération Corymbe », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  34. « CORYMBE 153 : coopération européenne dans le golfe de Guinée », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  35. a et b Dominique Guillemin, « La marine nationale et la guerre du Golfe », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 244,‎ , p. 31-51 (lire en ligne)
  36. a b et c Louis Gautier, « Les guerres de François Mitterrand », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 101-102,‎ , p. 64-70 (lire en ligne)
  37. « MINURSO », sur Nations unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  38. (en) « Somalia - UNISOM I - Background », sur Nations Unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  39. (en) « UNOMIG », sur Nations Unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  40. (en) « UNMIH », sur Nations Unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  41. « Les forces françaises dans la guerre de Bosnie », sur ECPAD, (consulté le )
  42. (en) « United Nations Support Mission In Haiti (UNSMIH) », sur Nations Unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  43. Hiribarren, Opérations françaises en Afrique postcoloniale, 2020
  44. « Assemblée nationale - Réponse à la question n° 46211 sur le coût des OPEX », sur Assemblée nationale, (consulté le )
  45. a et b Du Tchad à la Syrie, les interventions extérieures de l’armée française depuis 1981 : chronologie
  46. Maria Castillo, « L'opération Alba : une réussite pour l'O.N.U., un bilan mitigé pour l'Union européenne et l'U.E.O », Annuaire français de droit international, vol. 44,‎ , p. 243-261 (lire en ligne)
  47. (en) « United Nations Observer Mission In Angola (MONUA) », sur Nations Unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  48. (en) « United Nations Mission In The Central African Republic (MINURCA) », sur Nations Unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  49. « Actions humanitaires des armées françaises au profit des réfugiés Kosovars », sur ReliefWeb, (consulté le )
  50. « Opération Trident (1999 - 2014) », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  51. « MINUK », sur Nations Unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  52. « France/Timor oriental : Dossier Opération Santal : 18 Jan 2000 », sur ReliefWeb, (consulté le )
  53. (en) « United Nations Mission in Sierra Leone (UNAMSIL) », sur Nations Unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  54. (en) « United Nations Organization Mission in the Democratic Republic of the Congo (MONUC) », sur Nations Unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  55. (en) « United Nations Transitional Administration In East Timor (UNTAET) », sur Nations Unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  56. (en) « United Nations Mission in Ethiopia and Eritrea (UNMEE) », sur Nations unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  57. « Récapitulatif des engagements opérationnels », (consulté le )
  58. « Afghanistan : fin de l’opération Pamir », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  59. « Opération Pamir (2001-2014) », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  60. « Côte d’Ivoire : Fin de l’opération Licorne et création des FFCI », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  61. « Les forces françaises en Côte d'Ivoire », sur Ministère des Armées,
  62. « L'opération Boali », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  63. (en) « Concordia / FYROM », sur EEAS, (consulté le )
  64. (en) « Artemis DRC », sur EEAS, (consulté le )
  65. « Une opération «14 juillet» pas très glorieuse », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  66. « En Amazonie, une drôle d'opération française pour libérer Ingrid Betancourt », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  67. Pierre Servent, « 25 ans d’opérations spéciales », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  68. (en) « UNMIL Fact Sheet », sur Nations unies - Maintien de la paix
  69. « ONUCI Fact Sheet », sur Nations unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  70. a et b « Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) », sur Nations unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  71. (en) « Operation ALTHEA », sur EEAS, (consulté le )
  72. « Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) », sur Nations unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  73. « Daman : La contribution française à la FINUL », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  74. « Mission conjointe des Nations unies et de l'Union africaine au Darfour (MINUAD) », sur Nations unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  75. « Lutte contre la piraterie, facteur structurant de sécurité en océan Indien ? », Hérodote, vol. 145,‎ , p. 118-128 (lire en ligne)
  76. « L'action de la France dans la lutte contre la piraterie », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  77. « Opération Thalatine : L'affaire du Ponant (avril 2008) », sur Net-Marine, (consulté le )
  78. « Opération EU NAVFOR Somalie / Atalante », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  79. « Opération Séisme Haïti 2010 – rétrospective », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  80. (en) « EUTM Somalia », sur EEAS, (consulté le )
  81. « Mission de l'Organisation des nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) », sur Nations Unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  82. « L'opération Agapanthe 2010 », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  83. « Opération Serval (2013 - 2014) », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  84. « EUTM Mali », sur EEAS, (consulté le )
  85. « MINUSMA », sur Nations unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  86. « Fin de Sangaris : une réussite politique et opérationnelle », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  87. « Centrafrique : la France met officiellement fin à l’opération « Sangaris » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  88. « Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique », sur Nations Unies - Maintien de la paix, (consulté le )
  89. « EUFOR RCA : les soldats européens se déploient dans Bangui », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  90. « EUFOR RCA », sur SEAE, (consulté le )
  91. Ministère de la Défense, « Barkhane », sur defense.gouv.fr, (consulté le )
  92. Ministère de la Défense, « Chammal », sur defense.gouv.fr, (consulté le )
  93. (en) « EUNAVFOR MED Operation Sophia », sur EEAS, (consulté le )
  94. « Mission européenne de surveillance maritime dans le détroit d’ormuz (EMASOH) : déclaration politique de l’Allemagne, de la Belgique, du Danemark, de la France, de la Grèce, de l’Italie, des Pays-Bas, et du Portugal », sur Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, (consulté le )
  95. a et b « Rapport d'information sur la stabilité au Moyen-Orient dans la perspective de l’après Chammal », sur Assemblée nationale,
  96. (en) « EUNAVFOR MED Irini », sur EEAS, (consulté le )
  97. « Opération Amitié », sur Ministère des Armées, (consulté le )
  98. « Opération d’évacuation de ressortissants en Afghanistan », sur Ministère des Armées, (consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]