Liste des opérations militaires impliquant la France depuis 2000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les forces armées françaises ont effectué 228 opérations extérieures officiellement recensées entre 1962 et 2011[1].

Opérations sous pavillon français[modifier | modifier le code]

Nom Pays Dates Notes
Opération Épervier Drapeau du Tchad Tchad Opération lancée pendant le conflit tchado-libyen pour soutenir le président Hissène Habré. Elle devient ensuite une mission de protection des ressortissants français et de coopération avec l'armée tchadienne. Elle est remplacée en 2014 par l'opération Barkhane[2].
Opération Héraclès Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan Fin Participation de la Marine Nationale à la phase initiale de Liberté immuable. Participation de l'Armée de l'Air française dès la phase initiale en deux détachements: Héraclès Sud positionné aux Emirats Arabes Unis sur la base aérienne d'Al Dhafra avec 2 Mirage IVP et 2 ravitailleurs C135FR, chargés du recueil photographique stratégique au profit du commandement américain; et Héraclès Nord positionné au Tadjikistan, sur la base de Douchanbé.
Opération Épidote Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan Participation des forces françaises à la formation de l'Armée nationale afghane sur demande du gouvernement afghan.
Opération Licorne Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire Intervention pour mettre fin à la guerre civile en Côte-d'Ivoire. Surveillance de la ligne de front[3].
Opération Boali Drapeau de la République centrafricaine Centrafrique Opération française en Centrafrique de 2002 à 2013[4].
Opération Arès Drapeau de l'Afghanistan Afghanistan Participation des forces spéciales françaises à la lutte contre le terrorisme (environ 200 hommes) en Afghanistan sur demande du gouvernement afghan.
Opération Providence Drapeau du Libéria Liberia Le TCD Orage a participé le 9 juin 2003 à l’évacuation de 535 ressortissants (dont 133 US) de Monrovia au Liberia[5].
Opération 14 Juillet Drapeau de la Colombie Colombie Tentative avortée entre le 9 et le 14 juillet 2003 de récupérer Ingrid Betancourt, femme politique franco-colombienne et otage des FARC.
Opération Dorca Drapeau du Tchad Tchad Opération de soutien au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.
Opération Baliste Drapeau du Liban Liban Évacuation de ressortissants au Liban pendant l'intervention israélienne en juillet 2006.
Opération Harmattan Drapeau de la Libye Libye Opération contre le régime du colonel Kadhafi lancée au début de la guerre civile libyenne. Elle est intégrée à l'opération Unified Protector de l'OTAN à partir du 31 mars.
Opération Serval Drapeau du Mali Mali Opération de soutien à l'armée malienne pendant la guerre du Mali, face à l'avancée irrésistible des rebelles islamistes. Elle est remplacée en 2014 par l'opération Barkhane[6].
Opération Sangaris Drapeau de la République centrafricaine Centrafrique 1 600 militaires au sein de l'opération Sangaris, sous mandat onusien de 2013 à 2016.
Opération Barkhane Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Drapeau du Mali Mali
Drapeau de la Mauritanie Mauritanie
Drapeau du Niger Niger
Drapeau du Tchad Tchad
en cours Opération au Sahel, succédant, en juillet 2014 aux opérations Serval et Épervier[7]. Un effectif de 4 500 militaires au plus est déployé au sol pour faire face à la menace terroriste au Nord-Mali, sous mandat de l'ONU ; au , la répartition des effectifs est la suivante : 2 800 dans l'opération Serval, 100 au sein de la mission de formation de l'Union européenne au Mali, 15 au sein de la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) ;
Opération Chammal Drapeau de l'Irak Irak
Drapeau de la Syrie Syrie
en cours Opération contre l'organisation État islamique lancée en septembre 2014 en Irak dans le cadre d'une coalition arabo-occidentale[8], puis étendue à la Syrie le .
Opération Hamilton Drapeau de la Syrie Syrie Opération lancée avec les États-Unis et le Royaume-Uni contre le régime du président Bachar el-Assad en réaction à l'attaque chimique de Douma.
  • Mission Corymbe : La marine nationale assure une présence au large des côtes d’Afrique de l’Ouest depuis 1990. Ses missions sont : apporter un soutien à toute opération qui pourrait être ordonnée pour la sauvegarde de nos ressortissants et de nos intérêts dans la zone. C’est le cas depuis le début de l’opération Licorne en Côte d’Ivoire et d'affirmer l’intérêt que porte la France pour la situation des pays bordant le golfe de Guinée[9].

Opérations sous pavillon de l'Union européenne[modifier | modifier le code]

  • Opération Concordia : Macédoine, a pour mission de conseiller les autorités macédoniennes vers les standards européens en matière d'État de droit en développant la lutte contre le crime organisé, en soutenant la réforme du ministère de l'intérieur et de la police des frontières (2003 ?).
  • Opération Artémis : maintien de la paix dans la région des grands lacs (Afrique de l'Est) (2003).
  • Opération Astrée, dans le cadre de l'opération Althea de l'EUFOR Althea, en Bosnie-Herzégovine en décembre 2004.
  • Opération Proxima : Le 29 septembre 2003, les ministres des affaires étrangères des pays de l’Union Européenne ont entériné la création de la mission de police de l’Union Européenne (EUPOL), en vue de l’opération Proxima. Cette dernière a succédé à l’opération Concordia le 15 décembre 2003. Son mandat est d'un an renouvelable. Elle a pour mission de conseiller et guider les autorités macédoniennes vers les standards européens en matière d’État de droit, de développer la lutte contre le crime organisé, en soutenant la réforme du ministère de l’intérieur et de la police des frontières.
  • Opération Atalante : Le 8 décembre 2008 débute une opération de lutte contre la piraterie maritime au large des côtes de Somalie. Elle est aussi appelée aussi EU NAVFOR[10].
  • EUFOR Tchad/RCA : L'accord a été donné lundi à Bruxelles pour le déploiement d'une force militaire européenne composée de 3 700 hommes issus de 14 pays européens dont les principaux contributeurs sont la France, l'Irlande et la Pologne et elle se déploiera au Tchad et en République centrafricaine (RCA). L'objectif principal de cette force est la sécurisation des camps de réfugiés dans les deux pays (estimés à 723 000 dont 241000 Soudanais réfugiés au Tchad, 3 000 Soudanais réfugiés en RCA, 179 000 réfugiés tchadiens internes et 300 000 réfugiés centrafricains internes - seuls 20 000 de ces derniers, situés au Nord-Est du pays, seront sous protection de l'Eufor) et de la frontière entre la province soudanaise du Darfour et le Tchad et la RCA. L'Eufor doit par ailleurs assurer la protection du personnel et de l'infrastructure de l'ONU (HCR, PAM, OMS, PNUD), des ONG opant dans les camps de réfugiés et faciliter l'acheminement de l'aide humanitaire dans les deux pays et à destination du Darfour.

Opérations sous pavillon de l'OTAN[modifier | modifier le code]

Opérations sous pavillon de l'ONU[modifier | modifier le code]

  • Opération Carbet en Haïti avec les États-Unis (2004).
  • Opération Licorne en Côte d'Ivoire (sous mandat onusien de 2002 à 2015).
  • MINURSO (Mission d'Observation des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental : Créée en avril 1991 par la résolution 690 du Conseil de sécurité, ce détachement de 230 militaires (dont 25 Français répartis sur 11 sites) surveille les activités des forces en présence ainsi que la préparation du référendum sur le statut final.
  • MINUEE (Mission des Nations unies en Éthiopie et en Érythrée) : Créée le 31 juillet 2000 par la résolution 1312 du Conseil de sécurité de l’ONU, la MINUEE est chargée de superviser et vérifier les mouvements des forces en présence et de veiller à l'instauration d'une zone démilitarisée et au respect de celle-ci. La force déployée est de 4200 hommes dont 220 observateurs. La France fournit 1 officier à l’état-major de la MINUEE.
  • MONUC (Mission des Nations unies en République démocratique du Congo) : La MONUC est créée le 30 novembre 1999 par la résolution 1279 du Conseil de sécurité des Nations unies. La France a contribué indirectement à cette opération de maintien de la paix par une aide à l’instruction et à la mise sur pied des bataillons marocain et sénégalais. En outre, elle participe au soutien logistique du contingent sénégalais.
  • MINUK (Mission Intérimaire des Nations unies au Kosovo) : Créée par la résolution 1244 du Conseil de sécurité du 10 juin 1999, la MINUK est chargée d’administrer le territoire et la population du Kosovo et est investie, à ce titre, de tous les pouvoirs, législatifs, exécutifs et judiciaires. La participation militaire française au sein de la "MINUK-Police" est de 74 gendarmes, déployés sur l’ensemble du Kosovo.
  • MINUL (Mission des Nations unies au Liberia) : Créée par la résolution 1509 du 19 septembre 2003, la MINUL a relevé la force de la CEDEAO forte de 3500 hommes (en absorbant ses effectifs) le 1er octobre 2003. Cette force comprend 15 000 hommes dont 250 observateurs depuis février 2004. C'est, en termes d'effectifs, la plus importante opération de maintien de la paix des Nations unies. La France participe à l’UNIMIL à hauteur d’un officier depuis le 9 septembre 2003.
  • MINUSTAH (Mission des Nations unies de Stabilisation en Haïti) : Créée par la résolution 1542 du Conseil de sécurité des Nations unies en avril 2004, la MINUSTAH contribue à la stabilité en Haïti. La France participe à cette force (2 officiers insérés dans l'état-major, 40 policiers et 39 gendarmes).
  • ONUCI (Mission des Nations unies en Côte d'Ivoire) : Créée par la résolution 1528 du Conseil de sécurité de février 2004, l'Onuci assure son mandat en coordination avec les forces françaises. Elle observe le cessez-le-feu et les mouvements des groupes armés. Elle aide le gouvernement de réconciliation nationale pour le processus de désarmement, démobilisation et réinsertion. Enfin elle appuie les opérations humanitaires et la mise en œuvre du processus de paix.
  • ONUST (Organisation des Nations unies pour la Surveillance de la Trêve) : Cette force d’observation, initialement déployée pour contrôler la trêve dans le cadre du conflit israélo-arabe de 1948, assure également aujourd’hui le renforcement ponctuel de la FINUL au Liban et de l'UNDOF (UN Desengagement Observation Force) dans le Golan.
  • FINUL (Force Intérimaire des Nations unies au Liban) ou Opération Hippocampe, depuis mars 1978 puis opération Daman à partir de l'été 2006[12].
  • Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine : 1 600 militaires au sein de l'opération Sangaris, sous mandat onusien de 2013 à 2016.

Opérations sous mandat international[modifier | modifier le code]

  • FMO (Force multinationale et observateurs au Sinaï) : la FMO est une organisation indépendante de l'ONU entrée en activité en 1982. Elle a été mise en place par le traité de paix de Camp David du 26 mars 1979 entre Israël et l'Égypte et par le protocole du 3 août 1981 entre ces deux pays. Elle est chargée de contrôler la bonne application de ces documents.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Chapleau, « 616 noms sur un monument place Vauban », sur Lignes de défense, (consulté le 12 octobre 2011)
  2. Ministère de la Défense, « Epervier », sur defense.gouv.fr, (consulté le 4 octobre 2014)
  3. Ministère de la Défense, « Licorne », sur defense.gouv.fr, (consulté le 4 octobre 2014)
  4. Ministère de la Défense, « Boali », sur defense.gouv.fr, (consulté le 4 octobre 2014)
  5. « Providence », sur liberation.fr, (consulté le 4 octobre 2014)
  6. Ministère de la Défense, « Serval », sur defense.gouv.fr, (consulté le 4 octobre 2014)
  7. Ministère de la Défense, « Barkhane », sur defense.gouv.fr, (consulté le 4 octobre 2014)
  8. Ministère de la Défense, « Chammal », sur defense.gouv.fr, (consulté le 4 octobre 2014)
  9. Ministère de la Défense, « Corymbe », sur defense.gouv.fr, (consulté le 4 octobre 2014)
  10. Ministère de la Défense, « Atalante », sur defense.gouv.fr, (consulté le 3 octobre 2014)
  11. Ministère de la Défense, « Pamir », sur defense.gouv.fr, (consulté le 4 octobre 2014)
  12. Ministère de la Défense, « FINUL », sur defense.gouv.fr, (consulté le 4 octobre 2014)