Kolwezi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ville de Kolwezi
Mariaville
Kolwezi
Mine de Kamoto
Administration
Pays Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo
Communes Dilala, Manika
Province Lualaba
Députés
de la ville
3
Maire Véronique Kamina Upite
Démographie
Population 453 147 hab. (2012)
Densité 2 127 hab./km2
Géographie
Coordonnées 10° 43′ 00″ sud, 25° 28′ 00″ est
Superficie 21 300 ha = 213 km2
Divers
Langue nationale kiswahili, français
Langue officielle français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo
Voir sur la carte administrative de République démocratique du Congo
City locator 14.svg
Ville de Kolwezi
Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo
Voir sur la carte topographique de République démocratique du Congo
City locator 14.svg
Ville de Kolwezi

Kolwezi (prononcé : [kɔl.we.zi] Écouter) est une ville minière, chef-lieu de la province de Lualaba en République démocratique du Congo.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située sur la route nationale 39 à 2070 km au sud-est de la capitale Kinshasa, et à l'ouest de la ville voisine de Likasi.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville est créée en 1937 pour abriter le siège des mines de l'Ouest de la société belge Union minière du Haut Katanga (UMHK). Kolwezi se développa sous forme de quartiers éparpillés, comme d'autres villes de type ségrégatif au Haut-Katanga et en Afrique Australe coloniale. Avec un centre décisionnel et résidentiel de cadres européens, au Sud-Est le Centre coutumier, pour la population locale et plusieurs cités planifiées pour la population ouvrière proche des carrières et usines de l'UMHK. Presque quatre cinquièmes du territoire municipal se trouvaient alors au sein des concessions de la compagnie.

Après que le Katanga eut déclaré son indépendance par rapport à la république du Congo en 1960, des rebelles ont, à plusieurs reprises, tenté de s'émanciper de l'autorité de l'État central du Congo, rebaptisé à l'époque République du Zaïre.

En 1978, les événements tragiques de la ville minière de Kolwezi résultaient d'une rébellion de plus, cette fois contre le régime dictatorial du Maréchal Mobutu installé à des milliers de kilomètres du Katanga, dans le Bas-Congo, dans l'ancienne Léopoldvile rebaptisée Kinshasa.

Bataille de Kolwezi[modifier | modifier le code]

Départ des administrateurs européens (1977)

Le samedi , des rebelles katangais soutenus par le Bloc de l'Est occupent la ville, alors principal centre minier de la province. Le Zaïre demanda l'aide des États-Unis d'Amérique, de la France, du Maroc et de la Belgique pour restaurer l'ordre. Le 2e régiment étranger de parachutistes de la Légion étrangère française fut parachuté sur la ville, tandis qu'allaient arriver des paras belges. Cette opération, sous le commandement du colonel Erulin, sauva des centaines d'Européens terrés dans leurs habitations, mais ne put empêcher de nombreuses victimes. Cinq légionnaires furent tués durant l'intervention ainsi que deux paras belges[1]. Elle eut surtout pour but et pour résultat la sauvegarde du régime.

Environ 700 Africains et 170 Européens trouvèrent la mort lors de cette tentative de déstabilisation. Le roman Shaba deux : les carnets de Mère Marie Gertrude (1989), du romancier et philosophe congolais Valentin-Yves Mudimbe, a pour cadre historique ces opérations militaires[2] ; au contraire des points de vue occidentaux sur cette intervention présentée comme humanitaire, l'écrivain, natif de la région (il est né à Likasi), insiste sur les violences commises à cette occasion par les Forces Armées Zaïroises à l'encontre des populations locales.

Communes[modifier | modifier le code]

La ville de Kolwezi est organisée en deux communes : la commune de Dilala à l'Ouest et la commune de Manika à l'Est.

Maires[modifier | modifier le code]

Jusqu'en , la ville est sous la direction de Charlotte Cime Jinga, actuelle maire, antérieure bourgmestre de la commune de Manika. Charlotte Cime est fille ainée de Tshime Kamba Dikenya ancien conseiller administratif au ministère de la Culture et de l'Art. Elle est démise de ses fonctions en 2016 par une décision du ministère de l’Intérieur[3]. En sont entrés en fonction Véronique Upite et son adjoint Jacques Masengo[4].

Économie[modifier | modifier le code]

Trafic routier à Kolwezi (2019).

Située à près de 1 500 m sur le plateau de Manika, Kolwezi est un important centre minier de cuivre, cobalt, uranium et radium. La ville est aussi un centre bancaire et d'exploitation artisanale. La région produit du maïs, du manioc et de l'arachide, mais l'état des routes empêche d'assurer un approvisionnement régulier à la ville. C'est aussi le terminal d'une des plus longues lignes électriques à haute-tension au monde, la Inga-Shaba.

Éducation[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Chanson[modifier | modifier le code]

Le chanteur Jean-Pax Méfret raconte la libération de la ville par les 700 légionnaires du 2e REP dans la chanson Kolwezi. Ce chant rend hommage au courage de ces bérets verts parachutés sur la ville. Les Wampas évoquent également cette intervention dans la chanson Les Wampas sont la preuve que Dieu existe.

Personnalités liées à Kolwezi[modifier | modifier le code]

Naissance à Kolwezi[modifier | modifier le code]

Résidence à Kolwezi[modifier | modifier le code]

Décès à Kolwezi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]