Afars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ge'ez.svg Cette page contient des caractères éthiopiques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Afar.
image illustrant l’Éthiopie image illustrant Djibouti image illustrant l’Érythrée
Cet article est une ébauche concernant l’Éthiopie, Djibouti et l’Érythrée.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Afars
Description de cette image, également commentée ci-après

Chamelier afar (Erta Ale)

Populations significatives par région
Éthiopie 1 075 000 (2002)
Érythrée 445 000 dont 140 000 Saho (2002)
Djibouti 310 000 (2002)
Population totale 1 660 000 (2002)
Autres
Langues Afar
Religions Islam sunnite

Les Afars (ge'ez: አፋር) sont des habitants de la Corne de l'Afrique. Au début des années 2000, ils représenteraient 1 660 000 personnes, dont 1 075 000 en Éthiopie[1], 445 000 en Érythrée (y compris 140 000 Saho) et 310 000 à Djibouti ; les nationalistes afars revendiquent une population de 3,2 millions[2]. Les Afars sont majoritairement de confession islamique sunnite. Leur langue, l'afar, est rattachée au groupe des langues couchitiques orientales.

Les continuités humaines et linguistiques entre les périodes pré-islamiques et l'époque contemporaine ne sont pas établies, même si elles sont possibles[3]. Les Afars sont appelés Adal (ge'ez: ኣዳል) en Ethiopie, reprenant le nom d'une entité politique du XVIe siècle (Adal), et Dankali (arabe: دنكل) en arabe (Danakil au pluriel), peut-être par extension du nom d'un groupe nordiste, sans que les continuités historiques ne soient non plus fermement établies. De même, les solutions de continuité entre les Afars et d'autres ensembles dit «couchitiques» de la région (Bejas, Issas, Saho, Oromos…), ne sont pas franches[4]. Des groupes se sont certainement agglutinés, d'autres se sont séparés, absorbés par d'autres identités en fonction des évolutions politiques et territoriales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Selon certaines théories, les Afars seraient présents et identifiés dans la Corne de l'Afrique depuis plusieurs milliers d'années avant notre ère[5]. Cependant les continuités ne sont pas établies et les premières mentions connues remontent au plus au XIIIe siècle[6], si l'on accepte une continuité entre Adal et Afar. Les «sultanats» de Tadjoura et Rehayto auraient été créés au XVe siècle, plus probablement au XVIe siècle.

Selon des analyses linguistiques, les Afars et les Saho seraient issus d'un groupe parti du Sud de l'Éthiopie au début de notre ère, formant un ensemble distinct au sein des Couchites orientaux qui s'est ensuite scindé[7].

Des traditions font remonter la création des Afars à leur conversion à l'Islam, au VIIIe siècle[8]. Par exemple, des généalogies font remonter les lignages à des ancêtres venus d'Arabie. Des mélanges et circulations entre les deux rives de la mer Rouge et à l'intérieur de la Corne sont certains même si l'on n'est pas capable de les préciser.

Période historique[modifier | modifier le code]

Selon certains auteurs[9], au début du XVIe siècle, sous le nom d'«Adal», des Afars auraient fait partie des troupes qualifiées de musulmanes dirigées par Ahmed Ibn Ibrahim Al-Ghazi qui affrontent l'Abyssinie chrétienne. Mais pour Amélie Chekroun, «aucune source de l’époque ne mentionne la présence des Afar, nommés “Dankali” dans la littérature, dans cette zone de la Corne de l’Afrique»[10].

Malgré la pression des peuples voisins (Oromos et Somalis en particulier), les Afars étendent leur territoire vers le sud à la fin du XVIIIe siècle. À partir des années 1840, certains aident les Européens en assurant, moyennant finance, la sécurité des caravanes occidentales qui circulent entre le littoral méridional de la mer Rouge et l'Éthiopie centrale. Mais le contrôle du territoire leur échappe peu à peu à partir de 1885 avec les avancées de l'Éthiopie de Ménélik II, reconnue comme un État souverain après Adwa. Les côtes de la mer Rouge sont alors partagées entre des puissances européennes : l'Angleterre forme le Somaliland avec Zeila et Berbera, l'Italie l'Erythrée avec Assab et Massaoua, et la France la Côte française des Somalis à Djibouti.

Des frontières nationales sont tracées entre 1891 et 1955. Les Afars voient alors leurs zones de pâturage partagées entre plusieurs entités nationales. L'accession à l'indépendance de l'Érythrée en 1993 ajoute une troisième souveraineté sur les territoires afars.

Commerce[modifier | modifier le code]

Le sel qui provient du lac Assal, à Djibouti, est récolté lorsqu'il est tout à fait sec. Il faut d'abord soulever la croûte superficielle à l'aide de longues perches, puis la casser à la hache pour découper des plaques d'environ quarante centimètres d'épaisseur (amoles). Elles sont ensuite chargées sur des dromadaires ; le sel est alors transporté en Ethiopie où il est vendu[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En Éthiopie, lors du recensement de 2007 portant sur une population totale de 73 750 932 personnes, 1 276 867 se sont déclarées « Affar ». Cf (en) Ethiopia. Population and Housing Census 2007 Report, National, p. 73, téléchargeable [1].
  2. (en) James Minahan, Encyclopedia of the Stateless Nations: Ethnic and National Groups Around the World, Greenwood Publishing Group, , 2241 p. (ISBN 0-313-32384-4, présentation en ligne)
  3. Morin (Didier) [2004], p. 11.
  4. Piguet (François), [1998]; Morin (Didier) [2004]
  5. Ali Couba [2004].
  6. Morin (Didier (2004), p. 12.
  7. Lewis (Herbert S.), «The Origins of the Galla and Somali», The Journal of African History, vol. VII, n° 1, 1966, pp. 27-46.
  8. Timothy Insoll The archaeology of Islam in sub-Saharan Africa Cambridge University Press, 2003 (ISBN 978-0-521-65702-0)
  9. Par exemple Didier Morin [2004], p. 9, estime que «les Afars devaient être assez nombreux, ou d’un poid particulier, pour, dès l’origine, donner leur nom à une entité politique, qui, même lorsqu’elle intégrera des éléments non-Afars, conservera ce nom de Adal.».
  10. Amélie Chekroun, Le « Futuh al-Habasa » : écriture de l'histoire, guerre et société dans le Bar Sa'ad ad-din (Éthiopie, XVIe siècle) (thèse d'histoire sous la direction de Bertrand Hirsch), Université Paris I, , 482 p. (lire en ligne), p. 195.
  11. Dubois (Colette) [2003].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Afars de la Corne d'Afrique » (exposition au Musée de l’Homme), Arts d'Afrique noire, arts premiers, n° 108, hiver 1998, p. 19-20
  • Ali Coubba, Les Afars : de la préhistoire à la fin du XVe siècle, Paris, L'Harmattan, 2004, 253 p. (ISBN 978-2-7475-6175-4)
  • Aramis Houmed Soulé, Deux vies dans l’histoire de la Corne de l’Afrique : Mahamad Hanfare (1861-1902) et Ali Mirah Hanfare (1944-2011), sultans afars, Addis Abeba, CFEE, Études éthiopiennes n° 2, 2005 (rééd. 2011), 137 p.
  • (it) Cecchi (Antonio), « Le popolazioni della regione di Assab. I Danakili (Afar) », Nuova antologia rivista di scienze, lettere e arti, Roma, 1885, anno 20, 2e seria, vol. 49 (della racolta v. 79), fasc. 1, pp. 523–532
  • Chailley (Marcel), Notes sur les Afars de la région de Tadjoura, Paris, Djibouti, Académie des Sciences d’Outre-Mer, Société d’étude de l’Afrique orientale, 1980, 124 p.
  • Charpin (M.), Georget (J.-P.), « Comparaison anthropologique entre les Afars et les Issas de Djibouti », Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris, XIIIe série, t. 4, n° 2, 1977, pp. 113–119, en ligne sur Persée
  • Chedeville (Edouard), « Quelques faits de l’organisation sociale des Afars », Africa (Roma), vol. 36, n° 2, avril 1966
  • Chedeville (Edouard), « Groupes de descendance, groupes territoriaux et commandements traditionnels chez les Afars », in Lepage (Claude), éd., Actes de la Xe Conférence des études éthiopiennes, 1994, pp. 461–464
  • Dubois (Colette), L’or blanc de Djibouti. Salines et sauniers (XIXe-XXe siècles), Paris, Karthala, 2003, 267 p.
  • Faurot (Lionel]), « Observations ethnographiques sur les Danakils du golfe de Tadjoura », Revue ethnographique, Paris, 1887, t. 6, pp. 57–66
  • Jacob (Pierre), « La communauté Afar et l'Islam », in Ethiopia in broader perspective: papers of the XIIIth International Conference of Ethiopian Studies, Kyoto, Shokado Book Sellers, 1997, vol. 3, p. 175-188
  • Jeangene Vilmer (Jean-Baptiste), Gouery (Franck), Les Afars d'Éthiopie. Dans l'enfer du Danakil, Paris, 2011, 168 p. (ISBN 9782352701088)
  • (en) Kassa Negussie Getachew, Among the pastoral Afar in Ethiopia : tradition, continuity and socio-economic change, Utrecht, International Books in association with OSSREA, 2001, 208 p. (ISBN 978-90-5727-039-0)
  • Lucas (Maurice), « Renseignements ethnographiques et linguistiques sur les Danakils de Tadjourah », Journal de la Société des africanistes, 1935, vol. 5, n° 2, p. 181-202, voir en ligne, consulté le 16 avril 2013
  • (en) Middleton (John), dir., « The Afar », in Peoples of Africa, New York, Arco, 1978, p. 20-25
  • Morin (Didier), Poésie traditionnelle des Afars, Paris, Louvain, Peeters, SELAF, 1997, 231 p.
  • Morin (Didier), Dictionnaire historique afar (1288-1982), Paris, Karthala, 2004, 303 p.
  • Piguet (François), Des nomades entre la ville et les sables, Paris, Karthala/IUED, 1998, 444 p. (ISBN 978-2-86537-880-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :