Léo Grasset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grasset.
Ne doit pas être confondu avec Pierre-Paul Grassé.
Léo Grasset
Vidéaste Web
Léo Grasset durant sa conférence au 4e Young Natural History scientists Meeting (YNHM), à Paris en février 2017.
Informations
Genre Vulgarisation scientifique
Naissance 1989 (29-30 ans)
Saint-Étienne, France
Nationalité Français
Vidéos populaires À quoi sert un pénis ?
Les Enfers artificiels
Le paradoxe des drogues agréables
Faites des enfants avec vos cousins
Nombre d'abonnés 800 000 ()
Autres activités Écrivain, professeur de biologie
Chaîne(s) DirtyBiology

Léo Grasset, né en 1989 à Saint-Étienne, est un vulgarisateur scientifique français. Vidéaste et écrivain, il est principalement connu pour sa chaîne YouTube, DirtyBiology, créée en juin 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1989 à Saint-Étienne, il passe sa jeunesse en Guadeloupe[1].

Titulaire en 2006 d'un bac S spécialité SVT, puis d'une licence en biologie des organismes et écosystèmes, d'un master en biologie évolutive[2] et d'un diplôme d'études supérieures universitaires (DESU) [3] effectué à Montréal et au Zimbabwe[4], Léo Grasset a enseigné la biologie durant quelques mois avant de se consacrer à la vulgarisation. Il a également suivi une formation de journalisme par le CNED[1].

En juin 2014, il crée sa chaîne YouTube DirtyBiology avec son frère Colas, illustrateur[1], qu'il a rejoint à Chiang Mai en Thaïlande, pays qu'il aime particulièrement et où le coût de la vie est relativement faible. Depuis son ordinateur dans sa chambre[5], il y présente alors la biologie sous un angle décalé et humoristique. Il décide de faire de ses activités sur la toile son métier. Le métier de vidéaste étant peu rémunérateur pour un travail à plein temps[6], il utilise la monétisation classique (publicités diffusées avant chaque vidéo), décline les contrats (car trop déséquilibrés) mais dénonce l'usage de publicités cachées[7],[5]. Le financement participatif sur Tipeee constitue une autre de ses sources de revenus depuis 2015[1].

En mai 2017, il participe à un court métrage d'information et de sensibilisation sur le commerce des armes avec Amnesty International[8].

Son livre Le coup de la girafe paraît le aux éditions du Seuil[9]. Il bénéficie d'une bonne critique dans les médias scientifiques [10],[11],[12].

Dans la foulée, quatre jours plus tard, il participe à la conférence Vulgarizators[13] de l’École Normale Supérieure de Lyon avec Bruce Benamran (e-penser) et Patrick Baud (Axolot) ainsi que la blogueuse Marion Montaigne (Tu mourras moins bête).

En octobre 2017, alors que sa chaîne dépasse les 500 000 abonnés[1], la bande dessinée La grande aventure du sexe créée avec son frère Colas Grasset sort aux éditions Delcourt[14].

Le 13 mars 2019, il lance la chaîne Le vortex. Coproduit par Arte, Dailymotion et le CNRS, le projet met en scène plusieurs vulgarisateurs habitant en colocation et discutant de thèmes variés chez eux[15]. Il apparait dans la première saison avec Clothilde Chamussy (Passé Sauvage), Viviane Lalande (Scilabus), et l'équipe de Pause process. La deuxième saison est présentée par Hygiène mentale, Zeste de Sciences, Patrick Baud et Manon Bril[16].

Chaîne YouTube[modifier | modifier le code]

Suite à sa conférence au 4e YNHM, rencontre et discussion avec quelques fans sur Paris.

Il lui arrive parfois de collaborer avec d'autres youtubeurs[17],[18],[19],[20] ainsi qu'au blog de vulgarisation scientifique Dans les testicules de Darwin[21]. Son frère Colas et les autres auteurs de la chaîne COLAS BIM (anciennement Ayeah!) participent à la réalisation d'animations sur plusieurs épisodes de Dirtybiology. Ses émissions, quant à elles, se déclinent en divers formats : les DBY (épisodes classiques), les Let's Play Science ! (dont l'écriture est interactive) et les Ctrl+F (recherches sur le web). Leurs durées sont très variables mais n'excèdent pas la demi-heure. Il a contribué aussi, par une[22], puis une deuxième[23] collaboration ponctuelle, à faire connaître la chaîne Histoire brève de Dave Sheik, lui amenant un surcroît de fréquentation dont celui-ci le remercia publiquement.

Il peut également adopter un ton plus académique en traitant certains thèmes sous forme de documentaire (L'origine de la richesse).

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Coup de la girafe : Des savants dans la savane, Seuil, coll. « Science ouverte », (ISBN 2-0212-1927-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Natacha Lefauconnier, « Léo, 28 ans, créateur de DirtyBiology : comment je suis devenu youtubeur scientifique », letudiant.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 décembre 2017)
  2. « Centre d’Écologie Fonctionnelle et Évolutive - Léo GRASSET », sur www.cefe.cnrs.fr (consulté le 20 mars 2016)
  3. DirtyBiology, « Dirty-FAQ #1 », (consulté le 20 mars 2016) : « Son cursus complet à 3:36 »
  4. « À propos | », sur dirtybiology.com (consulté le 20 mars 2016)
  5. a et b « Les Inrocks - Léo Grasset, de "Dirty Biology": "Mon utilisation d'Internet se minitélise" », sur Les Inrocks (consulté le 19 mars 2016)
  6. « Des YouTubeurs dépoussièrent les sciences », sur Sciences et avenir (consulté le 20 mars 2016) : « Deuxième partie de l'article »
  7. « [Interview] DirtyBiology : « Karim Debbache a défini le mètre étalon de la qualité du podcast vidéo » », sur AcTube (consulté le 20 mars 2016)
  8. « [VIDEO] Le commerce des armes », sur Amnesty France (consulté le 19 juillet 2019)
  9. Latelier Multimédia http://www.latelier-multimedia.com), « Le Coup de la girafe (2015) - Léo Grasset », sur www.seuil.com (consulté le 20 mars 2016)
  10. « La tête au carré (à partir de 48:05) », sur France Inter, 10 avril 2015 (disponible jusqu'au 03/01/2018) (consulté le 17 avril 2016)
  11. « Autour de la question - Pourquoi les zèbres ont des rayures ? », sur RFI, (consulté le 27 juillet 2019)
  12. « Léo Grasset, de "Dirty Biology": "Mon utilisation d'Internet se minitélise" », sur Les Inrocks (consulté le 27 juillet 2019)
  13. Yohann Thenaisie, « Ecole Normale Supérieure de Lyon - Vulgarizators », sur www.ens-lyon.fr (consulté le 20 mars 2016)
  14. sparkk, « La Grande Aventure du Sexe, un bel exemple de vulgarisation scientifique en BD | 9emeArt.fr », sur www.9emeart.fr, (consulté le 13 octobre 2019)
  15. « Sur YouTube, la chaîne Le Vortex, ce n’est pas vulgaire, c’est scientifique », sur Télérama.fr, (consulté le 13 octobre 2019)
  16. « Sur YouTube la coloc du Vortex fait son retour », sur Télérama.fr, (consulté le 13 octobre 2019)
  17. Le PsyLab, « Le suicide - PSYCHOPTIK #2 », (consulté le 20 mars 2016)
  18. Nota Bene, « L'histoire de l'accouchement avec Dirty Biology - UPH #5 », (consulté le 20 mars 2016)
  19. « Histoire Brève », sur YouTube (consulté le 20 mars 2016)
  20. « C'est une autre histoire », sur YouTube (consulté le 30 mars 2016)
  21. « Dans les testicules de Darwin », sur danslestesticulesdedarwin.blogspot.fr (consulté le 20 mars 2016)
  22. Peut-on mathématiser l'histoire ?
  23. L'espionnage

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]