Léo Grasset

Cette page fait l’objet d’une mesure de semi-protection étendue.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Léo Grasset
Vidéaste Web
Léo Grasset durant sa conférence au 4e Young Natural History scientists Meeting (YNHM), à Paris en .
Informations
Genre Vulgarisation scientifique
Naissance (32 ans)
Saint-Priest-en-Jarez, France
Nationalité Français
Vidéos populaires À quoi sert un pénis ?
Les Enfers artificiels
Le paradoxe des drogues agréables
Faites des enfants avec vos cousins
Nombre d'abonnés 1,2 million ()[1]
Autres activités Écrivain
Chaîne(s) DirtyBiology

Léo Grasset, né le à Saint-Priest-en-Jarez (Loire), est un vulgarisateur scientifique français. Vidéaste web et auteur, il est principalement connu pour sa chaîne de vidéos YouTube, DirtyBiology, créée en , qui compte 1,2 million d'abonnés en .

Biographie

Léo Grasset après sa conférence au 4e Young Natural History Scientists Meeting, à Paris.

Jeunesse et formation

Né le à Saint-Priest-en-Jarez[2], il passe son adolescence sur des chantiers navals[3] en Guadeloupe[4].

Titulaire d'un bac S spécialité SVT obtenu en 2006 dans un lycée de Guadeloupe, d'une licence en biologie des organismes et écosystèmes obtenu en 2010 à l'université des Antilles et de la Guyane, d'un master en biologie évolutive obtenu en 2012 à l'université Montpellier-II et d'un diplôme d'études supérieures universitaires (DESU) effectué en 2013 à Montréal et au parc national Hwange au Zimbabwe[4],[5],[6], Léo Grasset a enseigné la biologie durant quelques mois avant de se consacrer à la vulgarisation. Il a également suivi une formation de journalisme par le Centre national d'enseignement à distance (CNED)[7].

Création de la chaîne Youtube DirtyBiology (2014)

En , il crée sa chaîne YouTube DirtyBiology avec son frère Colas, illustrateur[7], qu'il a rejoint à Chiang Mai en Thaïlande, pays qu'il aime particulièrement et où le coût de la vie est relativement faible. Depuis son ordinateur dans sa chambre[8], il y présente alors la biologie sous un angle décalé et humoristique. Il décide de faire de ses activités sur la toile son métier.

Diversification des activités (depuis 2015)

Son livre Le coup de la girafe paraît le aux éditions du Seuil[9]. Il bénéficie d'une bonne critique dans les médias scientifiques [10],[11],[8]. Dans la foulée, il participe à la conférence Vulgarizators[12] de l’École normale supérieure de Lyon avec Bruce Benamran (e-penser) et Patrick Baud (Axolot) ainsi que la blogueuse Marion Montaigne (Tu mourras moins bête).

En , il participe à un court métrage d'information et de sensibilisation sur le commerce des armes avec Amnesty International[13]. En , alors que sa chaîne dépasse les 500 000 abonnés[7], la bande dessinée La grande aventure du sexe créée avec son frère Colas Grasset sort aux éditions Delcourt[14].

Le , il lance la chaîne Le Vortex. Coproduit par Arte, Dailymotion et le CNRS, le projet met en scène plusieurs vulgarisateurs habitant en colocation et discutant de thèmes variés chez eux[15]. Il apparait dans la première saison avec Clothilde Chamussy (Passé Sauvage), Viviane Lalande (Scilabus), et l'équipe de Pause process. La deuxième saison est présentée par Hygiène mentale, Zeste de Sciences, Patrick Baud et Manon Bril[16]. La troisième saison est présentée par Science de Comptoir, Linguisticae, Angle Droit et Un Créatif.

Il anime également l'émission Planet Detox sur la chaîne de télévision Science & Vie TV, qui traite d'écologie.

Chaîne YouTube

Sujet et forme

Les émissions de sa chaîne de vidéos YouTube Dirtybiology se déclinent en divers formats : les DBY (épisodes classiques), les Let's Play Science ! (dont l'écriture est interactive) et les Ctrl+F (recherches sur le web). Leurs durées sont très variables mais n'excèdent pas la demi-heure. Il y présente alors la biologie sous un angle décalé et humoristique. Il peut également adopter un ton plus académique en traitant certains thèmes sous forme de documentaire (L'origine de la richesse). Son frère Colas et les autres auteurs de la chaîne COLAS BIM (anciennement Ayeah!) participent à la réalisation d'animations sur plusieurs épisodes.

Il lui arrive parfois de collaborer avec d'autres youtubeurs[17],[18],[19],[20] ainsi qu'au blog de vulgarisation scientifique Dans les testicules de Darwin[21]. Il a contribué aussi, par une[22], puis une deuxième[23] collaboration ponctuelle, à faire connaître la chaîne Histoire brève de Dave Sheik, lui amenant un surcroît de fréquentation.

Fréquentation et nombre d'abonnés

En , environ trois ans après le lancement de sa chaîne, son nombre d'abonnés sur YouTube dépasse 500 000[24].

En , il est le quatrième youtubeur français par nombre d'abonnés dans la catégorie science et technique[25], ainsi que le 73e connaissant la plus grande croissance (entre le 11 et le )[26], dans la même catégorie. Sa chaîne compte alors 1,2 million d'abonnés, cumule 76,7 millions de vues[27], avec un nombre moyen de 864 490 vues par vidéo[25].

Revenus

Le métier de vidéaste étant peu rémunérateur pour un travail à plein temps[28], il utilise la monétisation classique (publicités diffusées avant chaque vidéo), mais dénonce l'usage de publicités cachées et décline les contrats (car trop déséquilibrés)[29],[8]. Le financement participatif constitue une autre de ses sources de revenus depuis 2015[7].

Scandale Fazze

Le , au cours de la campagne vaccinale visant à lutter contre la covid-19[30], le youtubeur est approché par l'agence de communication Fazze officiellement basée à Londres. Cette dernière lui propose un partenariat déguisé, qui s'apparente à de la désinformation et l'invite à réaliser une vidéo visant à discréditer le vaccin Tozinaméran commercialisé par BioNTech-Pfizer. Le vidéaste estime, en ordre de grandeur, que l'agence aurait pu lui proposer une somme de 50 000 [31].

Le , il l'annonce dans un tweet[32]. Le scandale prend alors une ampleur nationale (le ministre de la Santé, Olivier Véran condamne la tentative[33]) puis internationale. L'affaire est reprise par des médias étrangers comme la BBC[34], le Guardian ou encore Der Spiegel, révélant que des influenceurs étrangers ont également été concernés par l'offre[35].

Accusations de violences envers des femmes

Le , Mediapart rapporte le témoignage de plusieurs femmes vidéastes, l'une, témoignant sous le pseudonyme de Lisa, l’accusant d’un viol qui se serait produit fin à Paris alors qu’il était alcoolisé, et sept autres, dont l'archéologue Clothilde Chamussy, l'historienne Manon Bril et la journaliste Marine Périn, l’accusant de violences sexuelles ou psychologiques, incluant des comportements machistes, un problème avec la notion de consentement et un phénomène d'emprise lors de relations amoureuses. Au moment de la sortie de l’article de Mediapart, aucune plainte n’a été déposée contre Léo Grasset[36],[37],[38],[39]. Dans une publication sur ses réseaux sociaux, Léo Grasset « conteste totalement les accusations relayées à [son] encontre » et annonce se tenir « à l'entière disposition de l'autorité judiciaire »[40].

En , Mediapart rapporte que la vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », porte plainte contre Léo Grasset pour harcèlement sexuel[41].

Ouvrages

Sources

Bibliographie

  • Natacha Lefauconnier, « Léo, 28 ans, créateur de DirtyBiology : comment je suis devenu youtubeur scientifique », letudiant.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Notes et références

  1. « DirtyBiology », sur YouTube (consulté le ).
  2. « SOCIETE NINJA (853688927) », sur societe.ninja (consulté le ).
  3. COLAS BIM, « avoir un frère », sur youtube.com, .
  4. a et b Natacha Lefauconnier, « Léo, 28 ans, créateur de DirtyBiology : comment je suis devenu youtubeur scientifique », L'Étudiant, (consulté le )
  5. Mathilde Bellecour, « Léo Grasset : qui est ce Youtubeur accusé de viol et de violences psychologiques ? », Voici, (consulté le )
  6. « Le coup de la girafe. Des savants dans la savane », Association française pour l'avancement des sciences, (consulté le )
  7. a b c et d Natacha Lefauconnier, « Léo, 28 ans, créateur de DirtyBiology : comment je suis devenu youtubeur scientifique », letudiant.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. a b et c « Les Inrocks - Léo Grasset, de « Dirty Biology » : « Mon utilisation d'Internet se minitélise » », sur Les Inrocks, (consulté le ).
  9. « Le Coup de la girafe : Des savants dans la savane », sur seuil.com (consulté le ).
  10. « La tête au carré (à partir de 48:05) », sur France Inter, 10 avril 2015 (disponible jusqu'au ) (consulté le ).
  11. « Autour de la question - Pourquoi les zèbres ont des rayures ? », sur RFI, (consulté le ).
  12. Yohann Thenaisie, « École Normale Supérieure de Lyon - Vulgarizators », sur ens-lyon.fr (consulté le ).
  13. « [VIDÉO] Le commerce des armes », sur Amnesty France (consulté le ).
  14. sparkk, « La Grande Aventure du Sexe, un bel exemple de vulgarisation scientifique en BD | 9emeArt.fr », sur 9emeart.fr, (consulté le ).
  15. « Sur YouTube, la chaîne Le Vortex, ce n’est pas vulgaire, c’est scientifique », sur Télérama.fr, (consulté le ).
  16. « Sur YouTube la coloc du Vortex fait son retour », sur Télérama.fr, (consulté le ).
  17. Le PsyLab, « Le suicide - PSYCHOPTIK #2 », (consulté le ).
  18. Nota Bene, « L'histoire de l'accouchement avec Dirty Biology - UPH #5 », (consulté le ).
  19. « Histoire Brève », sur YouTube (consulté le ).
  20. « C'est une autre histoire », sur YouTube (consulté le ).
  21. « Dans les testicules de Darwin », sur danslestesticulesdedarwin.blogspot.fr (consulté le ).
  22. Prédire l'Histoire pt.1 - Les émeutes aux USA, feat. Histoire Brève - DBY #17, vidéo mise en ligne le .
  23. Casino Royale, vidéo mise en ligne le .
  24. « Léo lance sa chaîne YouTube “DirtyBiology” en 2014, avec son frère Colas […] DirtyBiology a dépassé les 500.000 abonnés en  »Lefauconnier 2017.
  25. a et b (en) « Top 250 Most Subscribed Youtubers in France - NoxInfluencer », sur www.noxinfluencer.com (consulté le ).
  26. (en) « Top 250 Most Growing Youtubers Channels in France - NoxInfluencer », sur www.noxinfluencer.com (consulté le ).
  27. « InfluencePanel : statistiques Facebook, Twitter & Youtube (followers, likers, abonnés) », sur www.influencepanel.com (consulté le ).
  28. « Des YouTubeurs dépoussièrent les sciences », sur Sciences et Avenir (consulté le ) : « Deuxième partie de l'article ».
  29. « [Interview] DirtyBiology : « Karim Debbache a défini le mètre étalon de la qualité du podcast vidéo » », sur AcTube (consulté le ).
  30. DICOM_Alexandre.A et DICOM_Alexandre.A, « Vaccination contre la Covid en France : au 18 mai 2021, près de 30.216.000 injections ont été réalisées en France », sur Ministère des Solidarités et de la Santé, (consulté le ).
  31. Nicolas Quenel, « La Russie a-t-elle proposé à un Youtubeur français de dénigrer le vaccin Pfizer ? », sur www.marianne.net, 2021-05-25utc11:23:24+0100 (consulté le )
  32. « https://twitter.com/dirtybiology/status/1396719090321010688 », sur Twitter (consulté le )
  33. « Influenceurs approchés pour dénigrer Pfizer : "Minable" et "dangereux", fustige Véran », sur rtl.fr (consulté le ).
  34. (en-GB) « France puzzled by mystery anti-Pfizer campaign offer », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. « Vu de l’étranger. Des influenceurs français approchés pour dénigrer le vaccin Pfizer, la Russie soupçonnée », sur Courrier international, (consulté le ).
  36. Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux, « Star de YouTube, Léo Grasset est mis en cause par plusieurs femmes » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le ).
  37. À l’air libre, « Retour sur l’affaire Léo Grasset », sur Mediapart (consulté le )
  38. Elise Viniacourt, « Viol, violences sexuelles, psychologiques... Huit femmes accusent le youtubeur Léo Grasset, alias DirtyBiology », sur Libération, (consulté le )
  39. « Affaire Léo Grasset : les youtubeurs enfin à l’heure de #Metoo ? », sur Télérama, (consulté le )
  40. « Émoi chez les youtubeurs après les accusations de violences sexuelles visant Léo Grasset », sur Le HuffPost, (consulté le )
  41. Sophie Boutboul, Lénaïg Bredoux, « Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel », sur Mediapart, (consulté le )

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes