Charlie Danger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Charlie Danger
Vidéaste Web
Informations
Genre Vulgarisation
Histoire, archéologie
Nationalité Française
Vidéos populaires La Pire Condamnation de l'Histoire
Réponse à Squeezie - À propos des pyramides...
Les règles dans l'Histoire - RDM #28
Nombre d'abonnés 804 000 ()
Chaîne(s) Les Revues du Monde
Chaîne secondaire Charlie Danger

Charlie Danger est une vidéaste vulgarisatrice française, qui anime la chaîne YouTube « Les Revues du Monde ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Charlie Danger a grandi dans une famille d'historiens, d'anthropologues et d'égyptologues[1].

Elle souhaitait devenir surfeuse professionnelle, mais un accident lui valant une amputation d'une partie du pied l'en a empêchée alors qu'elle était âgée de quinze ans. Après avoir passé son baccalauréat littéraire, elle commence des études en histoire de l'art et en archéologie, sans toutefois les terminer.

Chaîne YouTube (2014-)[modifier | modifier le code]

Elle lance sa chaîne YouTube de vulgarisation historique et archéologique Les Revues du Monde le [2].

En 2018, elle est invitée par le musée du Louvre, pour tourner l'une de ses vidéos, qui parle de la fabrication d'une momie[3]. En , elle sort une vidéo dans laquelle elle corrige les affirmations du vidéaste Squeezie sur les pyramides[4].

Elle vit actuellement à Nantes et continue d'animer sa chaîne de vulgarisation historique[5],[6].

Victime de harcèlement[modifier | modifier le code]

Charlie Danger a, à de nombreuses reprises, subi un cyberharcèlement sexiste[5], après des photographies d'elle-même publiées sur Instagram et son intervention au TedX Isae Supaero le 19 octobre 2019[7],[8],[9]. À l'occasion de cette conférence, Charlie Danger a notamment évoqué la compétition intrasexuelle entre femmes, le droit de se promener seins nus ou encore l'épilation ; autant de thématiques qui lui ont valu plusieurs campagnes de cyberharcèlement sexiste, accompagnées, pour certaines, de menaces de mort à son encontre[10]. À l'issue de la conférence, et alors que les harcèlements se multiplient, notamment dans la section commentaire de la plateforme YouTube sur laquelle est hébergée la vidéo TedX, Charlie Danger demande, dans un tweet publié le 26 décembre 2019, aux organisateurs d'avoir recours à une modération des contenus sensibles. Contacté par le HuffPost, TedX Isae Supaero souligne que "la vidéo est postée sur la chaîne officielle de TedX", qui poste "des centaines de vidéos par jour et n'[a] pas le temps de modérer les milliers de commentaires écrits dans des centaines de langues".

Interviewée sur France Bleu Loire Océan en , elle dénonce un harcèlement quotidien[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Charlie Danger, l'aventurière de YouTube », sur O (consulté le )
  2. Julie Goutard et Manuel Barroso, « Charlie Danger, l'aventurière de YouTube », sur L'Obs, (consulté le ).
  3. Marie-Amélie Putallaz, « La Youtubeuse Charlie Danger s'invite au Louvre et fabrique une momie », sur Le Figaro, (consulté le ).
  4. Salammbô Marie, « Le meilleur de YouTube : Charlie Danger, la youtubeuse qui corrige Squeezie et fait oublier Lara Croft », sur Télérama (consulté le ).
  5. a et b « Nantes. Charlie Danger, youtubeuse renommée, dénonce le cyberharcèlement », sur Presse-Océan, (consulté le ).
  6. Nantes Métropole | Ville de Nantes, « Qui sont les Youtubeurs nantais à suivre ? », sur metropole.nantes.fr (consulté le )
  7. Sophie Riche, « Harcelée, Charlie Danger des « Revues du Monde » a une réaction parfaite », sur Madmoizelle.com, (consulté le ).
  8. Mymy, « Charlie Danger seins nus sur Instagram : elle défend la liberté des femmes », sur Madmoizelle.com, (consulté le ).
  9. « Epilation, sororité, poitrine : une youtubeuse cyberharcelée après une vidéo », sur Les Inrockuptibles, (consulté le )
  10. « Cette Youtubeuse scientifique menacée de mort après une vidéo sur l'épilation », sur Le HuffPost, (consulté le )
  11. Valentin Biret, « Nantes. Cyber-harcèlement : la youtubeuse nantaise Charlie Danger victime elle aussi », sur Ouest-France, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]