David Louapre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
David Louapre

Informations
Genre Vulgarisation scientifique
Nombre d'abonnés 500 000 (chaîne principale, juin 2018)
Site internet sciencetonnante.wordpress.com
Chaîne Science étonnante

David Louapre est un chercheur en physique connu pour son travail de vulgarisation scientifique, en particulier pour son travail de vidéaste sur sa chaîne Science étonnante.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une formation à l'École normale supérieure de Lyon, il a soutenu en 2004 une thèse de doctorat[1] au sujet de la gravité quantique[2].

Il travaille dans l'industrie depuis le début des années 2000[3] en rejoignant le centre de recherche de Saint-Gobain[2].

En 2011, il crée un blog de vulgarisation scientifique, puis lance en 2015 sa chaine Youtube[2]. Comme Bruce Benamran ou encore Mickaël Launay, il devient un des représentants de la vulgarisation francophone sur Youtube[4], une activité qui est alors en plein essor[5].

La Société française de physique lui décerne le prix Jean Perrin 2016 pour sa contribution à la vulgarisation et à la médiation scientifiques[2]

Publications[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Mais qui a attrapé le bison de Higgs ?
  • 2017 : Insoluble Mais Vrai ![6]

Références[modifier | modifier le code]

  1. David Louapre, « Modèles de mousses de spin pour la gravité quantique en 3 dimensions », sur www.theses.fr (consulté le 7 mai 2018)
  2. a b c et d Société française de physique, « David Louapre, lauréat du prix de popularisation de la science 2016 », sur www.sfpnet.fr (consulté le 7 mai 2018)
  3. Antonin Marsac, « David Louapre (Science étonnante): "Certains me demandent pourquoi je fais le guignol sur YouTube, mais ça reste rare" », lalibre.be,‎ (lire en ligne)
  4. « Sur YouTube, la science infuse », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  5. « Les youtubeurs scientifiques, nouvelles stars du Web », sur Le Monde.fr, (consulté le 7 mai 2018)
  6. « Quand la science étonne », sur www.lesechos.fr, (consulté le 7 mai 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]