Dr Nozman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dr Nozman

Informations
Genre Vulgarisation scientifique
Nom de naissance Germain O'Livry
Naissance (30 ans)
Plouha (Brehec)
Nationalité Français
Nombre d'abonnés 3,65 millions ()
Chaîne(s) Dr Nozman
Chaîne secondaire Le Biome

Germain O'Livry, dit Dr Nozman, né le dans les Cotes-d'Armor à Plouha (Brehec), est un vidéaste français. Il a plus de trois millions d'abonnés sur sa chaîne YouTube.

Il est connu pour ses vlogs de vulgarisation scientifiques[1] et de découvertes d'objets étonnants[2]. Il a créé sa chaîne en [3].

Avec son nombre d'abonnés, il est considéré comme le plus grand vulgarisateur scientifique francophone de la plate-forme YouTube[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Germain O'Livry étudie au collège Jean-Louis-Hamon à Plouha puis au lycée Balavenne à Saint-Brieuc en bac professionnel « Métiers de la mode et du vêtement ». N'appréciant pas sa filière, il intègre ensuite une filière de graphiste dans un autre lycée, qui lui plaît beaucoup plus[4].

L’intérêt précoce qu'il développa pour les sciences et l'audiovisuel dès le plus jeune âge fut le déclic qui l'incita à confondre ces deux disciplines en un projet démo-gnosique, dans la mesure où il permet à chacun d'accéder au savoir[5].

Dès 2009, sous le pseudonyme de « Dr Nozman », il crée une première chaîne YouTube destinée aux jeux vidéo[4]. Ainsi, ce furent tout à la fois son talent pour la vulgarisation scientifique et la place essentielle qu'il donne à l'innovation dans ses contenus, exploitant par là sa liberté de créer tout en initiant ses abonnés à une plus importante variété de sujets, qui lui garantirent un succès foudroyant[5].

Le pseudonyme Dr Nozman s'inspire simultanément de l'anglais (« man » correspond à « homme »), et du breton, une langue dans laquelle il plonge ses racines (« noz » désigne la nuit)[6].

Concepts vidéo[modifier | modifier le code]

Germain O'Livry propose plusieurs types de contenus sur sa chaine principale[5] :

Les « Vrai ou Faux »[modifier | modifier le code]

Afin de mettre en place ce concept participatif, Dr Nozman demande à ses spectateurs de lui faire part de leurs opinions et idées reçues sur un sujet en particulier, qu'il étudie et développe dans une prochaine vidéo.

Will It dissolve[modifier | modifier le code]

Centré sur la chimie, ce concept consiste en plusieurs analyses expérimentales d'un acide, notamment au niveau de leurs différents effets sur des objets distincts. Ces diverses expériences donnent à Dr Nozman l'occasion de présenter des experts à sa communauté, ce qui lui permet de donner du crédit aux informations qu'il transmet.

CrystalDex[modifier | modifier le code]

Les vidéos qu'il propose sous cet acronyme permettent au spectateur d'assister à l'ouverture, l'identification puis la répertorisation de géodes et ainsi de s'initier à certaines notions de géologie.

MicroDex[modifier | modifier le code]

Cette activité biologique correspond à l'analyse microscopique des organismes issus d'un échantillon de mousse et d'eau, prélevé au préalable lors des excursions du youtubeur.

Les incroyables objets[modifier | modifier le code]

Dr Nozman examine certains objets sortis de l'ordinaire scientifique et en vulgarise le fonctionnement, fréquemment lié à la physique.

Les expériences[modifier | modifier le code]

Le youtubeur fait dans cette rubrique le choix de créer des expériences scientifiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Erwan Duchateau, « Portrait de Dr Nozman, le youtubeur star qui fait de la science un objet pop », sur Les Inrocks, (consulté le 27 janvier 2019).
  2. Catherine Rollot, « Dr Nozman, le vulgarisateur aux deux millions d’abonnés », sur Le Monde, (consulté le 27 janvier 2019).
  3. « Dr Nozman », sur YouTube (consulté le 27 janvier 2019).
  4. a et b Anne-Cécile Juillet, « Dr Nozman. Le youtubeur breton aux 3 millions d'abonnés », sur Le Télégramme, (consulté le 27 janvier 2019).
  5. a b et c « Tipeee - Dr Nozman », sur Tipeee (consulté le 24 janvier 2020).
  6. « Dr Nozman, le vulgarisateur aux deux millions d’abonnés », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 31 janvier 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]