Nathan Uyttendaele

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Uyttendaele.
Nathan Uyttendaele
Vidéaste Web
Informations
Genre Vulgarisation scientifique
Naissance Bruxelles, Belgique
Nationalité Belge
Vidéos populaires Lutter contre les manipulations en supermarché
Combien les pauvres devraient laisser aux riches ?
Nombre d'abonnés 100 000 (Chat sceptique, août 2019)
Autres activités Statisticien
Chaîne(s) Chat sceptique
La statistique expliquée à mon chat

Nathan Uyttendaele, né à Bruxelles en Belgique, est un statisticien et vidéaste Web belge. Il est connu pour avoir cofondé la chaîne YouTube de vulgarisation scientifique « La statistique expliquée à mon chat » en 2016. En 2018, après la fin de la chaîne « La statistique expliquée à mon chat », il décide de fonder seul une nouvelle chaîne, « Chat sceptique ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière académique[modifier | modifier le code]

Nathan Uyttendaele naît et vit à Bruxelles[1]. Il débute ses études académiques à l'Université libre de Bruxelles et obtient son bachelier en chimie, avant de s'orienter vers la statistique et d'obtenir un master à l'Université catholique de Louvain (UCL)[2]. Il devient assistant d'enseignement et chercheur en 2011[3],[4] et défend cinq ans plus tard sa thèse, « High-dimensional dependence modeling using copulas with applications », obtenant le titre de docteur en sciences à l'UCL[3],[5]. Ses recherches portent sur les copules, un objet mathématique de la théorie des probabilités, dont il a développé de nouvelles configurations, publiant plusieurs articles sur le sujet. Après avoir défendu sa thèse, il cesse la recherche mais continue d'enseigner la statistique à titre de professeur invité à l'Université libre de Bruxelles et l'Université catholique de Louvain.

Carrière de vulgarisateur[modifier | modifier le code]

Il participe au concours Ma thèse en 180 secondes en . Avec sa thèse vulgarisée « Comprendre, construire et briser le monde au travers d'une famille d'équations extraordinaires »[5],[4], il représente l'UCL en finale interuniversitaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles[6]. Il reçoit le prix du public[7].

Il cofonde le [8] la chaîne YouTube « La statistique expliquée à mon chat » avec l'infographiste Laura Maugeri et le compositeur Gwenaël Grisi, deux artistes belges qui avaient déjà travaillé ensemble[9],[10]. Elle est l'aboutissement d'une longue réflexion, sa volonté étant de vulgariser les sciences avec de l'animation[2]. Elle est caractérisée par des vidéos animées de six minutes aux schémas ludiques et pédagogiques durant lesquelles plusieurs théories statistiques ou mathématiques sont expliquées à la mascotte de la chaîne, le chat Albert. Des sujets plus politiques sont aussi abordés, comme la lutte des classes ou le système électoral[11],[12]. Nathan Uyttendaele divise les vidéos en deux catégories : l'une avec des sujets « plus académiques », destinées aux universitaires, et l'autre avec des sujets basés sur l'actualité, destinées au grand public[1].

Durant ses premiers mois d'existence, la chaîne connait une notoriété confidentielle. Les vidéos peinent à faire cinq cents vues. Mais, aidée par la publicité que lui font d'autres vidéastes scientifiques, elle connaît assez rapidement le succès[2],[10]. La chaîne dépasse les 10 000 abonnés en [13], puis les 120 000 l'année suivante[4] et en possède 200 000 en [11]. Les vidéos font 200 000 vues en moyenne en 2017[14], et certaines dépassent le million. Son public est principalement constitué d'hommes de vingt à trente-cinq ans. Chaque vidéo prend cent à deux cents heures de travail à Nathan Uyttendaele et son équipe[1].

Il emporte le prix Wernaers (décerné par le Fonds de la recherche scientifique) et le prix Diderot en 2017 pour son travail sur « La statistique expliquée à mon chat »[11]. En 2018, il présente une conférence TED en partenariat avec l'Université catholique de Louvain, qui est vue plus d'un million de fois sur YouTube[5],[15]. La même année, « La statistique expliquée à mon chat » cesse toute activité à la suite d'une dispute avec ses deux collaborateurs[16] et Nathan Uyttendaele ouvre une nouvelle chaîne, qu'il nomme « Chat sceptique »[5], dans laquelle il parle de scepticisme[17]. Elle réunit 85 000 abonnés en [18].

Cible de Graham[modifier | modifier le code]

Au printemps 2019, Nathan Uyttendaele s'inspire des travaux de Paul Graham (notamment de « L'art d'exprimer son désaccord »[19]) pour réaliser un outil qu'il nomme « cible de Graham ». Il en propose une présentation sous forme de conférence intitulée « L'art d'exprimer son désaccord » fin , d'abord au festival Pint of Science à Avignon[20] puis lors d'une conférence de sceptiques à Bruxelles, Sceptiques dans un pub[21]. Le , Chat sceptique publie une vidéo sur sa chaîne reprenant le contenu des conférences de mai et en expliquant le concept en détails[22].

La cible de Graham est une représentation légèrement différente de la pyramide de Graham, avec comme but principal de maximiser les chances de découvrir la vérité, en visant le plus possible le centre de la cible.

Cible de Graham
La cible de Graham, imaginée par Nathan Uyttendaele, inspirée de la pyramide de Graham.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c A.N. et M.V., « Ce Bruxellois explique les statistiques à son chat... et à 60 000 abonnés ! », sur L'Avenir.net, (consulté le 4 avril 2019).
  2. a b et c Cécile Berthaud, « Nathan Uyttendaele, le chatisticien de YouTube », sur L'Écho, (consulté le 4 avril 2019).
  3. a et b (en) « Nathan Uyttendaele », sur LinkedIn (consulté le 2 avril 2019).
  4. a b et c « Un statisticien « félin » plébiscité à Paris », sur Daily Science, (consulté le 2 avril 2019).
  5. a b c et d Fabienne Vande Meerssche, « Le romain, le ruminant et le chat sceptique », sur La Première, (consulté le 2 avril 2019).
  6. Université catholique de Louvain, « MT180 2016 – Finaliste UCL – Nathan Uyttendaele », sur YouTube, (consulté le 2 avril 2019).
  7. « 21 690 abonnés ! », sur Université catholique de Louvain, (consulté le 2 avril 2019).
  8. Georges Lekeu, « 10 chaînes YouTube géniales pour apprendre, réfléchir, se cultiver », sur L'Avenir.net, (consulté le 4 avril 2019).
  9. Gaëtan Willemsen, « « La statistique expliquée à mon chat » : voici l'histoire de la chaine YouTube belge qui monte », sur RTL Info, (consulté le 4 avril 2019).
  10. a et b Julien Cadot, « Cette chaîne YouTube vulgarise les statistiques avec un chat mignon », sur Numerama, (consulté le 4 avril 2019).
  11. a b et c Léontine Gallois, « « La statistique expliquée à mon chat » : une chaîne Youtube au poil avec les chiffres », sur Télérama, (consulté le 2 avril 2019).
  12. Salomé Mesdesirs, « Changer de scrutin pour changer la démocratie ? », sur LaTéléLibre, (consulté le 4 avril 2019).
  13. « De la stat, des chats, 10 000 abonnés », sur Agence Science-Presse, (consulté le 2 avril 2019).
  14. « Comment expliquer la statistique à son chat ? », sur Radio-télévision belge de la Communauté française, (consulté le 4 avril 2019).
  15. TEDx Talks, « La vérité des jeux de hasard expliquée par les maths. », sur YouTube, (consulté le 2 avril 2019).
  16. (en) La statistique expliquée à mon chat sur l’Internet Movie Database.
  17. Julien Lausson, « Bricolage, échecs & cuisine : 5 chaînes YouTube à suivre en  », sur Numerama, (consulté le 29 avril 2019).
  18. (en) Özgür Töre, « Brussels Expo Hosts Interactive Science Festival In April », sur FTNNews, (consulté le 4 avril 2019).
  19. (en) « How to disagree », sur PaulGraham.com, (consulté le 23 juin 2019).
  20. « Pint Of Science Avignon Lundi 20 mai 2019 Nathan Uyttendaele alias le Chat Sceptique 3/3 », sur YouTube, (consulté le 23 juin 2019).
  21. « L'art d'exprimer son désaccord : la pyramide de Graham », sur Sceptiques dans un pub, (consulté le 23 juin 2019).
  22. Chat sceptique, « Ne pas traiter l'autre de petite merde - CS#6 », sur YouTube, (consulté le 23 juin 2019).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]