Benjamin Brillaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Benjamin Brillaud
Vidéaste Web
Benjamin Brillaud à Montbazon en 2016.
Informations
Genre Vulgarisation ; Histoire
Nom de naissance Benjamin Brillaud
Naissance (33 ans)
Nationalité Français
Nombre d'abonnés 1,86 million ()
Site internet notabenemovies.com
Chaîne(s) Nota Bene
Chaîne secondaire Nota Bonus

Benjamin Brillaud est un vidéaste web et vulgarisateur français, né le .

Il est principalement connu pour être le créateur de la chaîne YouTube Nota Bene, sur laquelle il parle en particulier d'histoire et de mythologie.

Biographie et vie privée[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu un BTS[1] audiovisuel en 2008, il devient cadreur dans une société de production audiovisuelle, dans laquelle il fait aussi du montage, de la post-production et de la création de DVD[2].

En 2015, il réside à Tours[2].

Il est marié avec la vidéaste Coralie Brillaud, créatrice de la chaîne YouTube Les Topovaures[3].

Chaîne YouTube[modifier | modifier le code]

Désireux de parler d'histoire et inspiré par des chaînes comme Axolot ou encore e-penser, il crée le la chaîne Nota Bene. Rapidement, il s'impose comme la première chaîne YouTube de vulgarisation historique, franchissant moins de 8 mois plus tard le seuil symbolique de 100 000 abonnés (le )[4]. Le succès de sa chaîne s'explique par plusieurs facteurs, comme l'explosion des chaînes éducatives durant la même période, son apparition dans une vidéo d'Antoine Daniel qui proposait alors un format mettant en avant des vidéastes peu connus ou encore par l'expérience audiovisuelle de Benjamin Brillaud, et ce notamment en montage et en réalisation, lui permettant alors d'avoir une grande qualité visuelle dès les premières vidéos[5]. Peu après la création de sa chaîne, il a également fondé la Vidéothèque d'Alexandrie, une structure associative ayant pour but de promouvoir la création de vidéos culturelles et éducatives[6]. Cette dernière permettra de mettre en avant de nombreux vidéastes peu connus du grand public, quelques-uns d'entre eux ayant d'ailleurs aujourd'hui une certaine notoriété[7]. Au cours de l'année 2016, l'association est remaniée et à l'instar de plusieurs autres vidéastes, il annonce son départ le , en précisant toutefois qu'il reste en bons termes avec ses membres tout en donnant son soutien à son successeur.

Benjamin Brillaud est reconnu pour ses compétences en montage vidéo[2]. Ses vidéos servent parfois de support pédagogique dans le système scolaire[8]. Il est du reste convié à des festivals comme les Rendez-vous de l'histoire de Blois[9] ou le festival Histoire et Cité de Genève[10]. En outre, il a collaboré ou collabore encore avec plusieurs institutions de renom : il a par exemple travaillé avec le musée du Louvre, pour lequel une vidéo spéciale sur l'histoire du musée parisien a été réalisée[11],[12].

Benjamin Brillaud est également intervenu à l'antenne de France Inter pour l'émission Par Jupiter ![13] en , ainsi qu'à la télévision suisse italienne RSI[14] en .

En , avec l'aide d'autres vidéastes comme Romain Filstroff (auteur de la chaîne Linguisticae), Nicolas Thomas (auteur de la chaîne Pilote La Chronique Série) et sa femme Calie Brillaud (auteure de la chaîne Calidoscope - Les Topovaures, aujourd'hui orientée vers l'anthropologie), il réalise pour le CNC une série de vidéos historiques tournant autour de la Première Guerre mondiale.

Il s'occupe aussi d'une chaîne YouTube secondaire, Nota Bonus, où il poste des contenus liés à l'Histoire qui ne sont pas adaptés à sa chaîne principale.

Festival « Les Historiques »[modifier | modifier le code]

En 2015, Benjamin et Calie organisent sur le site castral de Montbazon une journée de rencontre abonnés durant laquelle d'autres vidéastes sont invités. En 2016, l’événement est reconduit sur 2 jours. En 2017, la rencontre se transforme en festival de 2 jours nommé « Les Historiques »[15]. En 2018, le festival passe à 3 jours[16]. Vidéastes et historiens sont réunis pour animer des conférences tournant autour de l'histoire et des sciences. Il se déroule également des concerts et des animations, comme autour du béhourd[17]. Les conférences qui ont lieu durant le festival sont filmées et publiées sur la chaîne secondaire de Brillaud, Nota Bonus.

Le festival n'a pas été reconduit depuis.

Engagements[modifier | modifier le code]

Benjamin Brillaud s'engage auprès d'Amnesty International[18] en 2016 en prêtant sa voix pour un court métrage d'information et de sensibilisation sur la peine de mort. En 2018, il renouvelle l'expérience sur un nouveau court métrage d'information sur les droits de l'enfant[19].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Benjamin Brillaud a réalisé la série History's Creed[20], série de dix épisodes autour de l'Histoire et du jeu vidéo produite par TSVP et ARTE Creative, diffusée sur Arte.tv.

Publications[modifier | modifier le code]

Sollicité par plusieurs éditeurs, Benjamin Brillaud se met à la rédaction d'un livre fin 2015[21]. Le , il publie son premier livre intitulé Les Pires Batailles de l'histoire aux éditions Robert Laffont, réédité en version poche en 2018 aux éditions Tallandier. Il y raconte comment certaines batailles, qu'elles soient connues ou non, ne se sont pas tout à fait déroulées comme prévu, en y détaillant le contexte historique. Ce livre, qui inclut également une partie fiction, est essentiellement constitué de contenu inédit[21],[22].

Essai[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sophie Rahal, « Benjamin Brillaud, alias Nota Bene, l'homme qui raconte l'Histoire sur YouTube », sur Télérama, (consulté le ).
  2. a b et c Kyra, « Interview de Bénabarbe de Nota Bene, la chaîne youtube qui parle d’Histoire », sur Kissmygeek, (consulté le ).
  3. « "Les Topovaures" : Coralie Brillaud se fait un nom sur YouTube », sur Actu.fr, (consulté le )
  4. [1] Socialblade : statistiques mensuelles relatives à la chaîne Nota Bene.
  5. Hugues Lefèvre, « Ces chaînes YouTube qui nous cultivent », sur Le Figaro, (consulté le ).
  6. Mathieu Giua, « Avec Nota Bene, la vulgarisation de l’histoire passe par YouTube », sur 37 Web Mag, (consulté le ).
  7. Des chaines comme Linguisticae, Les Revues du Monde, Cyrus North, Histoire Brève ou encore Les Topovaures, Dirty Biology lesquelles ont aujourd'hui toutes plus de 100 000 abonnés et faisant intégralement partie du paysage de la vulgarisation sur internet, sont passées par la Vidéothèque d'Alexandrie.
  8. Marine Miller, « Professeurs, étudiants, amateurs… ils refont l’histoire sur YouTube », sur Le Monde, (consulté le ).
  9. « France 3 Centre Val de Loire » (consulté le ).
  10. « La matinale sur RTS », 2018-22-03 (consulté le ).
  11. Charlotte Herzog, « YouTube libère la création et bouscule la télévision », sur Le Figaro, (consulté le ).
  12. « Quand le Louvre fait appel aux Youtubers pour séduire les jeunes », sur Europe 1, (consulté le ).
  13. « Benjamin Brillaud », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. (it) « La star del web - Video », sur Play RSI, (consulté le ).
  15. Cécile Lasceve, « Les youtubeurs passionnés d'histoire sont à Montbazon ! », sur La Nouvelle République du Centre-Ouest, (consulté le )
  16. Bastien Lion, « Les youtubeurs ouvrent la voie à la vulgarisation historique », sur Le Monde, (consulté le )
  17. [2] Programme de la convention Montbazon 2016.
  18. « [VIDÉO] Le commerce des armes », sur Amnesty.fr (consulté le ).
  19. « [VIDEO] Les droits de l'enfant », sur Amnesty France (consulté le )
  20. « History's Creed - Culture et pop », sur Arte (consulté le ).
  21. a et b Emilie Brouze, « Benjamin : petit youtubeur mais courtisé par cinq éditeurs », sur Rue 89, (consulté le ).
  22. « La curiosité est un vilain défaut : Benjamin Brillaud et Les Pires Batailles de l’Histoire », sur rtl.fr, .
  23. Anne-Laure Walter,, « Nota Bene : de YouTube à la BD », sur Livres hebdo,
  24. M. Natali, « Nota Bene 2. À la rescousse de l'histoire », sur BD Gest,
  25. M. Natali, « Nota Bene 3. La mythologie nordique », sur BD Gest,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]