Université des Antilles et de la Guyane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir UAG.
Université des Antilles
Image illustrative de l'article Université des Antilles et de la Guyane
Informations
Fondation 1982
Dissolution 2014
Type Université publique
Régime linguistique Français
Localisation
Ville Pointe-à-Pitre, Saint-Claude, Schœlcher
Pays Drapeau de la France France
Campus 5
Direction
Président Corinne Mence-Caster
Chiffres clés
Étudiants 12 000
Divers
Site web univ-antilles.fr

L'université des Antilles et de la Guyane était une université pluridisciplinaire implantée sur deux régions, Guadeloupe, Guyane, et Martinique, disposant de trois campus :

Plus de 12 000 étudiants y étaient inscrits dans 6 unités de formation et de recherche (UFR), 5 instituts, 3 écoles internes et une école doctorale.

À la suite de la décision de création de l'université de Guyane, l'UAG est dissoute et laisse place, en juillet 2014, à l'université des Antilles (UA) portée par des pôles autonomes (Guadeloupe et Martinique).

Histoire[modifier | modifier le code]

Si un enseignement supérieur existe aux Antilles-Guyane dès la fin du XIXe siècle sous des formes embryonnaires[1], l'enseignement supérieur se développe surtout après la Seconde Guerre mondiale, avec le décret du rattachant l'école de droit de Fort-de-France à l'université de Bordeaux. Cette dernière mandate le doyen Henri Vizioz de la Faculté de droit pour organiser un Institut sur le modèle de celui déjà créer à Pau. La mort du doyen lors du voyage de retour de sa mission en 1948 fait que l'institut de Droit de Fort-de-France prend son nom[2].

À l'institut Henri-Vizioz de droit et de sciences économiques en Martinique, se rajoutent en 1963 un Centre d'enseignement supérieur scientifique en Martinique et un Centre d'enseignement supérieur littéraire en Guadeloupe, prolongements administratifs et pédagogiques de la Faculté des sciences et de la Faculté des lettres de l'université de Bordeaux.

La loi du 12 novembre 1968 remodèle le fonctionnement administratif de l'enseignement supérieur aux Antilles-Guyane en transformant le Centre d'enseignement supérieur scientifique, le Centre d'enseignement supérieur littéraire et l'institut Vizioz chacun en Unité d'enseignement et de recherche (UER).

Le intervient la création du Centre universitaire des Antilles et de la Guyane (CUAG). Le Centre universitaire est destiné à regrouper administrativement les 4 UER. C'est un « établissement public » jouissant de la personnalité juridique et de l'autonomie financière. Il est donc placé de ce point de vue sur le même plan qu'une université. Toutefois, n'étant pas majeur pédagogiquement, il doit conclure des conventions avec des universités de l'hexagone. Le , le Centre universitaire des Antilles-Guyane élit son premier président : Jacques Adélaïde-Merlande, maître-assistant d'histoire à l'UER de lettres et sciences humaines.

C'est en 1982, à la suite du décret fondateur de l'université des Antilles et de la Guyane (UAG), que celle-ci peut devenir une université à part entière et s'enrichir de deux autres UFR, ainsi que de quatre nouveaux instituts.

Le décret de 1988 puis celui de 1991 promulguent la création, en Guyane, respectivement, de l'IUT à Kourou puis de l'IES à Cayenne.

Jusqu'en 2014, l'UAG se répartit sur trois pôles géographiques d'implantation, les départements français d'Amérique que sont la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique.

En 2014, l'UAG est scindée et l'université de Guyane est créée[3]. L'UAG devient l'université des Antilles[4].

Composantes[modifier | modifier le code]

L'UAG est composée de six unités de formation et de recherche (UFR), cinq instituts, trois écoles internes et une école doctorale :

Unités de formation et de recherche[modifier | modifier le code]

En Guadeloupe[modifier | modifier le code]

  • La Faculté de droit et d'économie de la Guadeloupe à Pointe-à-Pitre
  • UFR des sciences exactes et naturelles à Pointe-à-Pitre
  • UFR des sciences médicales à Pointe-à-Pitre
  • UFR de sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) à Pointe-à-Pitre
  • Département pluridisciplinaire de lettres, langues et sciences humaines à Saint-Claude

En Martinique[modifier | modifier le code]

  • La Faculté de droit et d'économie de la Martinique à Schœlcher
  • Département scientifique inter-facultaire (DSI) à Schœlcher
  • UFR des lettres et sciences humaines à Schœlcher

Instituts[modifier | modifier le code]

En Guadeloupe[modifier | modifier le code]

  • Institut de recherche en mathématiques (IREM)
  • Institut supérieur d'études francophones (ISEF)
  • IUT de Kourou - Antenne Guadeloupe, à Saint-Claude

En Guyane[modifier | modifier le code]

  • IUT de Kourou
  • Institut d'enseignement supérieur de la Guyane (IESG) à Cayenne : il a pour mission principale de dispenser un enseignement supérieur dans 3 champs disciplinaires que sont les lettres, langues & sciences humaines, le droit et les sciences économiques et les sciences & technologies.

En Martinique[modifier | modifier le code]

  • Institut d'études judiciaires à Schœlcher
  • Institut de préparation de l'administration générale (IPAG)
  • Institut de recherche en mathématiques (IREM)
  • Institut supérieur d’études francophones (ISEF)
  • IUT de Kourou - Antenne Martinique, à Schœlcher

Écoles supérieures du professorat et de l'éducation[modifier | modifier le code]

À la suite de la disparition des Instituts universitaires de formation des maîtres, trois Écoles supérieures du professorat et de l'éducation ont été créées le au sein de l’université des Antilles et de la Guyane sous forme d'écoles internes.

En Guadeloupe[modifier | modifier le code]

  • École supérieure du professorat et de l'éducation de Guadeloupe

En Guyane[modifier | modifier le code]

  • École supérieure du professorat et de l'éducation de Guyane

En Martinique[modifier | modifier le code]

  • École supérieure du professorat et de l'éducation de Martinique

École doctorale[modifier | modifier le code]

  • École doctorale dont l'administration se situe en Guadeloupe.

Créée en 2000, l'école doctorale de l'université des Antilles et de la Guyane est une structure pluridisciplinaire et inter-polaire de l'établissement, rassemblant les équipes de recherche autour d'un projet global s'inscrivant dans la politique scientifique de l'établissement.

Elle fédère actuellement 18 équipes d'accueil, 4 unités mixtes de recherche (UMR) et une équipe en recherche et technologie. Elle accueille à la présente rentrée environ 300 doctorants. Elle est actuellement dirigée par Jacqueline Abaul, professeur des universités, ancienne rectrice et présidente de l'université

Enseignement et recherche[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La formation continue[modifier | modifier le code]

Elle est assurée par le service d'éducation permanente et de formation continue (SEPFC).

Partenariats et programmes internationaux[modifier | modifier le code]

L'université des Antilles et de la Guyane est insérée au sein de nombreux partenariats et réseaux d'échanges universitaires[5].

Depuis 2007/2008, l'université des Antilles et de la Guyane a également mis en place une filière intégrée de sciences politiques[6] en cinq ans, appelée programme « France Caraïbe »[7]. Associant Sciences Po Bordeaux (France) et l’université des Indes occidentales de Kingston (Jamaïque), ce programme donne accès à un triple master en « Études politiques et coopération internationale ». Il est accessible par le biais d'un concours ouvert aux étudiants justifiant d'un niveau bac+1[8]

Laboratoires[modifier | modifier le code]

Le dispositif de recherche de l'UAG s'appuie sur 21 EA, 6 UMR et 4 structures fédératives (2 UMS, 2 FED).

  • Mathématiques et informatique
    • Laboratoire de mathématiques informatique et applications (LAMIA) à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), issu d'une fusion du Laboratoire AOC: Analyse, optimisation, contrôle et du Groupe de recherche en informatique et mathématiques appliquées des Antilles-Guyane (GRIMAAG). Un nombre important de mathématiciens et informaticiens ont cependant rejoint le CEREGMIA (cf plus bas).
    • Centre commun de calcul intensif (C3I) à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
  • Risques naturels et technologiques majeurs
  • Connaissance chimique et la valorisation de la matière végétale
    • EA 3592 - Chimie des matériaux - Connaissance et valorisation (COVACHIM M)
    • UMR - Connaissance des produits végétaux tropicaux et valorisation (QPVT)] à Petit-Bourg (Guadeloupe)
  • Écosystèmes caraïbes et amazoniens marins, côtiers et forestiers
    • EA 926 - Dynamique des écosystèmes caraïbes et biologie des espèces inféodées (DYNECAR)
    • Centre d'études appliquées au milieu naturel des Antilles et de la Guyane (CEMINAG)
  • Pathologies médicales
    • GREPOT
    • GRNPH
    • PMM
    • UMR-INSERM/UAG/U-Paris 7
    • EA 3597 - Périnatalité santé et environnement (PSE) à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
  • Activités sportives sous climat tropical
  • Énergies renouvelables
    • EA 924 - Groupe de recherche sur les énergies renouvelables (GRER)
  • Technologie des surfaces et interfaces et la corrosion des matériaux
  • Étude des systèmes politiques, juridiques et économiques de la Caraïbe et des Amériques
    • CAGI
    • EA 2440 - Centre d'études et de recherche en économie gestion modélisation et informatique appliquée (CEREGMIA)
    • UMR 8053 - Centre de recherche sur les pouvoirs locaux dans la Caraïbe (CRPLC)
    • JE 2372 - Centre d'études et de recherches juridiques en droit des affaires (CERJDA)
    • EA 2439 - Centre de recherche et d'études juridiques sur l'environnement, le tourisme et l'aménagement (CREJETA)
    • EA 2438 - Laboratoire d'économie appliquée au développement (LEAD)
  • Étude des littératures, des langues orales et écrites des Amériques
    • EA 2437 - Centre d'études des littératures et civilisations de l'Amérique anglophone (CELCAA)
    • EA 3594 - Centre d'études et de recherches appliquées aux langues, littératures et cultures comparées (CERALEC)
    • EA - Groupe d'études et de recherches en espace créolophone et francophone (GEREC-F)
    • EA 2436 - Groupe de recherches et d'étude des littératures et civilisations de la Caraïbe et des Amériques noires (GRELCA)
  • Étude des civilisations et des sociétés dans la Caraïbe et les Amériques
    • EA 927 - Centre d'études et de recherches caraïbéennes (CERC)
    • UMR 8053 - Centre de recherche sur les pouvoirs locaux dans la Caraïbe (CRPLC)
  • Étude transversale sur l'environnement de la Caraïbe
    • Archéologie industrielle, histoire, patrimoine - AIHP
    • Géographie, développement, environnement de la Caraïbe - GEODE
    • Biologie, sciences physiques des énergies renouvelables, de l’environnement et de la santé - BIOSPHERES
    • EA 929

Localisation[modifier | modifier le code]

L'université des Antilles et de la Guyane est implantée sur les régions françaises des Antilles, son siège se trouve à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe.

Pour l'année 2011-2012, les effectifs[9] se répartissaient ainsi entre les pôles :

  • Guadeloupe : 6 047 étudiants sur les campus de Fouillole à Pointe-à-Pitre et du camp Jacob à Saint-Claude.
  • Guyane : 2 034 étudiants sur le campus de Troubiran à Cayenne et de l'IUT à Kourou.
  • Martinique : 4 629 étudiants, la majorité d'entre eux étant sur le campus de Schœlcher.

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de la population universitaire
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
11 328[10] 11 313[11] 10 929[12] 11 286[13] 11 746[14] 11 962[15] 11 904[16] 12 232[17]
2008 2009 2010 2011 2012 - - -
11 930[18] 12 613[19] 12 663[20] 12 710[21] 12 820[22] - - -

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 20 janvier 1883
  2. Marc Malherbe, La Faculté de Droit de Bordeaux : (1870 - 1970), Presses universitaires de Bordeaux, , 489 p. (ISBN 9782867811630), p. 253
  3. Décret sur le statut expérimental de l'université de Guyane
  4. Université : le décret signé
  5. http://www.univ-ag.fr/modules/resources/download/default/Services_administratifs/BRI/Passeport_pour_letranger_08-09.pdf
  6. http://www1.univ-ag.fr/crplc/index.php?option=com_content&task=view&id=16&Itemid=40
  7. http://www.cean.sciencespobordeaux.fr/plaquette_PROCAR_FR2E.pdf
  8. http://www.sciencespobordeaux.fr/fr/futur_etudiant/admissions/france_caraibe.html
  9. Atlas régional des effectifs étudiants, consulté sur le site www.enseignementsup-recherche.gouv.fr le 23 octobre 2013
  10. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  11. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  12. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  13. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  14. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  15. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  16. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  17. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  18. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  19. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  20. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  21. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012
  22. Tableau de bord de l'enseignement supérieur : les étudiants et les formations

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (AÉRES), AERES-S1-UAG-1, rapport d'évaluation, , 44 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]