Just Becquet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Just Becquet
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité


Just André François Becquet, né à Besançon le et mort à Paris le , est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Just Becquet était orfèvre dans la rue des Granges à Besançon. Il suit d’abord des études classiques au lycée de la ville et obtient un baccalauréat de philosophie puis s’inscrit à l’école municipale des beaux-arts. Ses premiers essais sont encouragés par le sculpteur Jules Franceschi (élève de François Rude) qui séjournait à Besançon ; il put convaincre la famille du jeune Becquet de l’envoyer à Paris où il a la chance d’être accepté par le grand maître bourguignon.

Après la fermeture de l’atelier de Rude en 1851 et alors que la plupart des élèves rejoignent celui de Pierre-Jean David d'Angers, Just Becquet préfère travailler seul, accompagné de son maître qui garde un œil attentif sur ses réalisations.

Il exposa pour la première fois au Salon de 1857 mais, bien que chacune de ses expositions soient couronnées d’éloges, la notoriété ne vient pas au point qu’il travaille pendant quelque temps, pour subvenir à ses besoins, dans le bureau d’un agent de change.

Becquet était un passionné de musique classique et cette amie l’aidait à lutter contre le découragement. Il travaille pendant plusieurs années avec le violoncelliste Camillo Sivori ; sa maîtrise du violoncelle lui permet d’augmenter un peu la pension que lui verse sa famille en jouant dans divers concerts parisiens mais également dans l’orchestre du Théâtre Français.

Enfin, au Salon de 1869, une médaille est sa première récompense officielle suivie, l’année suivante, par une médaille de première classe.

Il obtient une médaille de deuxième classe à l’Exposition universelle de 1878 et est nommé chevalier de la Légion d’honneur. La même année, il est reçu comme membre honoraire de l’Académie des sciences et belles lettres de Besançon.

Il ne manquera aucun Salon jusqu’en 1906 où fut exposé la Tunique de Nessut, sa dernière œuvre inachevée. La mort le surpris alors qu’il réalisait cette statue, le à Paris. Des obsèques solennelles furent organisées à Besançon, avant son inhumation au cimetière de Saint-Ferjeux.

Un comité fut mis en place pour l’érection d’un monument à sa mémoire.Le buste de l’artiste a été réalisé par Henri-Léon Gréber et inauguré en 1909 dans les parterres de la promenade Micaud à Besançon[1]. Une rue de cette ville porte son nom.

Œuvres[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Estignard, Just Becquet, sa vie, ses œuvres, 1911.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :