Hildur Guðnadóttir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hildur Guðnadóttir
Hildur Guðnadóttir.jpg
Hildur Guðnadóttir en 2007.
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
Hildur Ingveldar GuðnadóttirVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Hildur Ingveldar GuðnadóttirVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Sam Slater (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Kari Slater (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Genre artistique
Site web
Distinctions
Prononciation

Hildur Guðnadóttir (/ˈhɪltʏ ˈkvʏðnaˌtouhtɪ/ Écouter), née le à Reykjavik, est une violoncelliste et compositrice islandaise de formation classique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hildur Guðnadóttir naît en 1982 à Reykjavik[1] et grandit à Hafnarfjörður[2].

Elle vient d'une famille de musiciens — son père, Guðni Franzson, est un compositeur, clarinettiste et professeur de musique ; sa mère, Ingveldur Guðrún Ólafsdóttir, est une chanteuse d'opéra[3]. Elle commence à jouer du violoncelle à l'âge de cinq ans et fait ses débuts à l'âge de dix ans en accompagnant sa mère[4]. Elle entre à la Reykjavik Music Academy puis étudie la composition et les nouveaux medias à l'Iceland University of the Arts (en) et l'Université des arts de Berlin[1].

Hildur vit à Berlin avec son fils (né en 2012)[4],[5]. Elle est mariée avec Sam Slater, un compositeur anglais, producteur de musique, avec qui elle collabore sur de multiples projets incluant Chernobyl et Joker[2],[6],[7],[8].

Elle partageait également à Berlin un studio d'enregistrement avec le compositeur, musicien et réalisateur Jóhann Jóhannsson, islandais comme elle, et avec qui elle a fréquemment collaboré sur tous leurs projets respectifs depuis 2003 en musique pure ou en musique de film, jusqu'au décès prématuré de ce dernier début 2018[2]. Il s'agissait donc d'une relation d'amitié créative profonde, d'une complicité musicale intense et, comme elle le dit, d'un « travail main dans la main »[2], avec celui qu'on a parfois qualifié de « gourou musical »[9], ou encore de « mentor de Hildur Guðnadóttir »[10]. C'est d'ailleurs elle qui a contribué à finaliser le dernier projet cinématographique de Jóhannsson[2] (comme compositeur et scénariste, et comme réalisateur au long cours pour la première et dernière fois) : une fable posthume de science-fiction prophétique et contemplative sur le roman culte d'Olaf Stapledon Les Derniers et les Premiers (Last and First Men), créée en 2017 comme "performance" audiovisuelle interprétée en direct à la biennale d'art contemporain du Festival International de Manchester (en)[11], puis présentée sous forme de film long métrage en 2020 au Festival international du film de Berlin[10] [voir la section « Adaptation au cinéma  » qui décrit ce film dans l'article consacré au roman de Stapledon].

Par ailleurs Hildur Guðnadóttir a joué et enregistré avec les groupes Pan Sonic, Throbbing Gristle et Múm. Elle a également participé aux tournées d'Animal Collective et de Sunn O. Elle a aussi composé plusieurs musiques de films ainsi que celle de la pièce Sumardagur (Summer Day) jouée au théâtre national d’Islande[12].

Hildur Guðnadóttir est également chanteuse et arrangeuse de la musique de chœur pour Throbbing Gristle en Autriche et à Londres.

En 2007, elle sort Mount A, un album solo enregistré à New York et à Hólar, dans le Nord de l’Islande. En 2009, elle publie son second album solo, Without Sinking, sur le label Touch.

Elle a remporté plusieurs récompenses, notamment l'Oscar de la meilleure musique de film pour Joker en 2020[13],[14].

Discographie[modifier | modifier le code]

Solo[modifier | modifier le code]

  • Mount A (album) (en) (Lost in Hildurness) (12 Tónar (en) 2006).
  • Without Sinking (Touch Music (en) 2009), avec une version en vinyle comprenant des pistes supplémentaires.
  • Mount A (album) (Hildur Guðnadóttir) (Touch Music, 2010).
  • Leyfðu Ljósinu (Touch Music, 2012).
  • Saman (Touch Music, 2014), avec une version en vinyle.

Collaborations[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Comme compositrice[modifier | modifier le code]

Comme musicienne[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « EMMY AWARD-WINNING HILDUR GUÐNADÓTTIR JOINS DEUTSCHE GRAMMOPHON », Deutsche Grammophon,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. a b c d et e John Rogers, « Alien Communication : From Hafnarfjörður To Hollywood, Hildur Guðnadóttir Hits The Big Time » [« Communication extraterrestre : de Hafnarfjörður à Hollywood, Hildur Guðnadóttir frappe un grand coup »], The Reykjavik Grapevine,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. (en-US) « From Iceland — Alien Communication: From Hafnarfjörður To Hollywood, Hildur Guðnadóttir Hits The Big Time », sur The Reykjavik Grapevine, (consulté le )
  4. a et b Miranda Collinge, « 'Joker' Composer Hildur Guðnadóttir Is Shaking Up The Industry », Esquire,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Jelena Ćirić, « Full-Bodied Sound », Iceland Review,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (en-US) « 'Joker' Composer Hildur Guðnadóttir on the Magic of the Unsaid and That Stunning Final Scene [Interview] », sur /Film, (consulté le )
  7. (en-US) « Hildur Guðnadóttir », sur Pop Disciple, (consulté le )
  8. (en-US) « Sam Slater », sur Sam Slater (consulté le ).
  9. (de) Matthias Becker, « Mysteriöser Tod von Musik-Guru Johannsson aufgeklärt » [« Le mystère de la mort du gourou musical Jóhannsson enfin révélé »], B.Z.,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. a et b (en) Zack Sharf, « Jóhann Jóhannsson’s First and Final Directorial Feature ‘Last and First Men’ Heads to Berlinale » [« Le premier et dernier long métrage de Jóhannsson ‘Les Derniers et les Premiers’ sera présenté à la Berlinale »], sur IndieWire.com, (consulté le )
  11. Chris O'Falt, « Jóhann Jóhannsson’s Fight to Be Visionary, From His Film Scores to His Directorial Debut » [« Le combat de Jóhann Jóhannsson pour être (considéré comme) visionnaire, de ses partitions de film à ses débuts de réalisateur »], sur IndieWire.com, (consulté le ).
  12. « 12 Tónar », sur www.12tonar.is, (version du 10 octobre 2007 sur l'Internet Archive)
  13. Harmeet Kaur CNN, « The 'Joker' composer is the first solo woman to win a Golden Globe for best original score », sur CNN (consulté le )
  14. (en) « ‘Joker’ composer Hildur Guðnadóttir is first solo female to win Best Original Music BAFTA », sur Classic FM (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :