James Horner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Horner.
James Horner
Description de l'image James-horner-07.jpg.
Nom de naissance James Roy Horner
Naissance
Los Angeles (Californie)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Décès (à 61 ans)
Santa Barbara (Californie)
Profession Compositeur
Films notables Double Détente
Le Nom de la rose
Aliens, le retour
Willow
Titanic
Troie
Fievel et le Nouveau Monde
Apollo 13
Braveheart
Glory
Le Nouveau Monde
Avatar

James Horner est un compositeur de musique de films américain né le à Los Angeles (Californie) et mort le près de Santa Barbara (Californie).

Il est reconnu pour avoir introduit des éléments musicaux électroniques (ceci dès les années 1980 et bien avant que cela ne devienne la norme) et des chœurs dans nombre de ses partitions musicales.

Il utilise fréquemment aussi des éléments de musique traditionnelle irlandaise, notamment dans Jeux de guerre, Braveheart ou encore Ennemis rapprochés.

Sa formation et son héritage classiques, qu'il partage avec John Williams ou Ennio Morricone, ainsi que ses deux influences majeures[Qui ?] en musique de film font de lui un compositeur particulièrement important et respecté dans l'histoire du septième art.

La musique qu'il a composée pour Titanic lui a valu plusieurs récompenses, dont deux Oscars, un Golden Globe et deux Grammy Awards.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

James Horner est le fils d'un couple d'immigrés autrichiens, Joan (née Fraenkel) et Harry Horner. Ce dernier exerçait des fonctions de chef décorateur, scénariste et occasionnellement réalisateur de film[1].

Le petit James commença à jouer du piano à l'âge de cinq ans. Il passa ses jeunes années à Londres où il fréquenta le Royal College of Music. Il rejoignit plus tard le lycée de Verde Valley à Sedona en Arizona. Il obtint ensuite un diplôme de premier cycle à l'université de Californie du Sud puis un master. Il commença alors à travailler son doctorat à l'université de Californie à Los Angeles où il étudia entre autres avec Paul Chihara. Après plusieurs compositions pour l'American Film Institute au cours des années 1970, il cessa d'enseigner la théorie musicale à l'UCLA et se tourna vers la composition de bandes originales.

Œuvre[modifier | modifier le code]

James Horner est le compositeur des musiques de certains des plus grands succès cinématographiques depuis les années 1980. En 1979, Il compose sa première musique de film pour Les Mercenaires de l'espace réalisé par Jimmy T. Murakami, produit par Roger Corman. En 1982, il crée la musique originale du film Star Trek 2 : La Colère de Khan, devenant ainsi un compositeur de première importance.

Parmi ses œuvres fondatrices, il faut citer les partitions de Brainstorm, La Foire des ténèbres et Krull, toutes trois composées en 1983 et qui l'amènent très vite à travailler sur de grosses productions telles que Aliens de James Cameron ou bien encore Le Nom de la rose de Jean-Jacques Annaud en 1986.

Son style musical s'affirme véritablement avec la partition de Glory en 1989 et Les Experts en 1992, où il s'oriente vers une orchestration plus mesurée et subtile, en développant parfois de longues plages musicales très mélancoliques. À ce titre, l'une de ses plus belles réussites est sans conteste sa composition pour le film Braveheart en 1995, qui lui vaut une reconnaissance publique et un succès critique.

En 1997, il compose la musique de Titanic ainsi que la chanson titre My Heart Will Go On chantée par Céline Dion, qui bat le record précédent en restant 16 semaines à la première place du Top 200 des albums de Billboard, et qui lui vaut un Oscar de la meilleure musique en 1998. La bande originale du film s'est vendue a plus de 30 millions d'exemplaires dans le monde.

Il a à son actif plus de 150 musiques de films parmi lesquels Cocoon, Willow, Apollo 13 (Ron Howard), Le Masque de Zorro (Martin Campbell), Troie (Wolfgang Petersen), et plus récemment le blockbuster Avatar pour lequel il collabore une nouvelle fois avec James Cameron.

Depuis son éviction de Roméo et Juliette (2013) au terme de l'enregistrement de la musique et sa non-reconduction sur la franchise The Amazing Spider-Man, partition où il avait une nouvelle fois habilement fusionné sons électronique et orchestre traditionnel en détournant les codes actuels de la musique de film pour les passer au filtre de son style, James Horner a depuis pris un peu de recul par rapport au cinéma. Il profite de cette année sabbatique pour se consacrer à des œuvres de concert (dont un double concerto pour violoncelle et orchestre créé en première mondiale le 12 novembre 2014 par Mari et Hakon Samuelsen avec l'Orchestre philharmonique royal de Liverpool placé sous la direction de Vasily Petrenko) et préparer le concert Titanic qui a lieu en première mondiale les 13, 14 et 15 mars 2015 au KKL de Lucerne en Suisse, puis le 27 avril 2015 au Royal Albert Hall de Londres.

Controverses[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'œuvre de James Horner fait débat dans la communauté de la musique de films, certains de ses détracteurs l'accusant de plagier certains compositeurs classiques comme Serge Prokofiev[2] ou Dmitri Chostakovitch, voire ses contemporains (Jerry Goldsmith), ainsi que cela lui était demandé par les producteurs des films en question, notamment au début de sa carrière[réf. nécessaire], influence dont il s'émancipa assez rapidement.

La musique pour Willow est un exemple à charge : Willow's Theme ressemble ostensiblement au début du premier mouvement de la Symphonie no 3 en mi bémol majeur de Robert Schumann. Introduit dans Escape from the Tavern, le thème est orchestré dans un style musical évoquant celui des compositions de Erich Wolfgang Korngold pour les scènes d'action des films de cape et d'épée des années 1940. Le thème joué à la flute dans Elora Danan est emprunté à Mir Stanke le (Chant de moisson thrace), popularisé par le chœur Le Mystère des voix bulgares. Ces « emprunts » ne sont pas crédités au générique du film, ce sont pourtant ces deux thèmes que l'on retient de la musique du film.

D'autres[Qui ?] ne voient en lui qu'un compositeur répétant à l'infini les mêmes techniques de composition, comme l'utilisation qu'il fait des quatre mêmes notes pour représenter le danger, surnommé le « Danger Motif » lui-même emprunté à la Symphonie No. 1 Op.13 en Ré mineur de Sergueï Rachmaninov (et que l'on peut retrouver dans Willow, Troie, En pleine tempête, Stalingrad, Le Masque de Zorro, Avatar ou Titanic). Dans le même ordre d'idée, certains passages musicaux du film 48 heures sont repris quasiment à l'identique dans Commando ou Danger immédiat.

Pour ses partisans[Qui ?], il s'agit en revanche de développer et parfaire des idées de composition, la différence notable avec ses confrères étant que James Horner n'hésite pas, de façon cyclique, à poursuivre et parfaire ses idées de film en film, parfois jusqu'à l'obsession comme en atteste le recours fréquent aux quatre notes[3], déclamées comme une métaphore de la mort ou du châtiment.

Décès[modifier | modifier le code]

Considéré comme un pilote expérimenté, James Horner se tue le dans le crash de l'un de ses avions dans la banlieue de Los Angeles[4],[5].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Angel Dusted (téléfilm)
  • 1981 : A Few Days in Weasel Creek (téléfilm)
  • 1982 : Un piano pour Mrs. Cimino (téléfilm)
  • 1982 : Rascals and Robbers: The Secret Adventures of Tom Sawyer and Huck Finn (téléfilm)
  • 1983 : Between Friends (téléfilm)
  • 1985 : Surviving (téléfilm)
  • 1985 : Faerie Tale Theatre (série) (1 épisode)
  • 1985 : Histoires fantastiques (Amazing Stories) (série) (1 épisode)
  • 1985 : In Her Own Time (documentaire)
  • 1990 : Les Contes de la crypte (série) (1 épisode)
  • 1990 : Extreme Close-Up (téléfilm)
  • 1992 : Fish Police (série) (1 épisode)
  • 1999 : Michelle Kwan Skates to Disney's Greatest Hits (téléfilm)
  • 2000 : Freedom Song (téléfilm)
  • 2000 : Krull: Marvel Comics Video Adaptation (vidéo)
  • 2001 : Unmasking Zorro (documentaire)
  • 2004 : Le nom de la rose (documentaire)
  • 2004 : Star Trek: New Voyages (série TV) (1 épisode)
  • 2006 : CBS Evening News with Katie Couric (série)
  • 2012 : Reflections on Titanic (documentaire)
  • 2015 : One Day in Auschwitz (documentaire)
  • 2015 : Living in the Age of Airplanes (documentaire)

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Emojione 267B.svg
Cette section a besoin d'être recyclée (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).  
Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-François Houben, 1 000 Compositeurs de cinéma, coll. 7e Art, éd. Cerf-Corlet, 2002, p. 356.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. (en) Laurence MacDonald, The Invisible Art of Film Music, Scarecrow Press, 2013, p. 352 : « Walter Hill's Red Heat features Horner's highly dramatic main-title with a choir singing in russian. Horner's music at times strongly resembles the choral sounds of Prokofiev's vocal music. »
  3. Technique initiée semble-t-il par Richard Wagner et reprise de nombreuses fois tout au long de l'histoire de la musique par Serge Rachmaninov, Johannes Brahms, Claude Debussy ou encore Miklos Rozsa[réf. nécessaire].
  4. « James Horner tué dans le crash de son avion  », 20 minutes.
  5. (en) « James Horner Dies in Plane Crash », The Hollywood Reporter.
  6. « IFMCA: the International Film Music Critics Association | IFMCA Award Composer Stats », sur filmmusiccritics.org (consulté le 9 mai 2016)
  7. « Hollywood in Vienna », sur hollywoodinvienna.com (consulté le 9 mai 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :