Guillaume Meurice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meurice.
Guillaume Meurice
Description de cette image, également commentée ci-après

Guillaume Meurice aux Nuits de Champagne en octobre 2016.

Naissance (36 ans)
Chenôve (Côte-d'Or)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Humoriste
Autres activités Chroniqueur radio
Diplômé de Gestion
Site internet guillaumemeurice.fr

Guillaume Meurice, né le à Chenôve (Côte-d'Or), est un humoriste et chroniqueur radio français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Né à Chenôve[1], mais originaire de Vesoul[2], Guillaume Meurice naît d'un père cheminot et d'une mère femme au foyer[3]. Sa famille s'installe ensuite à Jussey (Haute-Saône) en 1987[4].

Il passe d'abord un diplôme de gestion, puis il s'intéresse au théâtre sans forcément avoir l'ambition de faire carrière[2]. Il étudie ainsi la comédie au Cours Florent entre 2002 et 2005[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

En novembre 2007, Guillaume Meurice crée son premier one-man-show, initialement intitulé Annulé puis renommé Mort de rire en 2008 et à nouveau renommé Tout le monde y passe au cours de la même année[3]. À partir de 2009, il crée également des caméras cachées[2], qu'il diffuse sur Internet[3]. Il apparaît pour la première fois à la télévision dans l'émission Café Picouly (diffusé à l'époque sur France 5) en novembre 2010[3].

En juin 2012, il édite un ouvrage intitulé Guillaume Meurice chronique la société, préfacé par François Morel[3]. En septembre 2012, il devient chroniqueur humoristique dans l'émission de radio On va tous y passer sur France Inter, jusqu'à l'arrêt de l'émission en juin 2014[3]. En mars 2014, il crée son deuxième spectacle, Que demande le peuple ?[3].

Guillaume Meurice lors de l'enregistrement public de l'émission Si tu écoutes, j'annule tout à Dijon en 2016.

En septembre 2014, il continue sa collaboration avec France Inter en intervenant dans l'émission matinale, Le Cinq sept (jusqu'à la fin de la saison en juin 2015), et dans l'émission Si tu écoutes, j'annule tout[3], avec la chronique Le Moment Meurice, présentée de manière humoristique par son auteur comme du « comique d'investigation »[5],[6]. En janvier 2015, il intervient une seule fois comme chroniqueur humoristique dans l'émission La Nouvelle Édition sur Canal+ puis il renonce après que la chaîne lui a interdit de montrer un dessin de Charb à l'antenne[7].

En 2016, il met en scène le one-man-show Suicide artistique de Francisco E Cunha[8], lequel avait lui-même mis en scène Que demande le peuple ?[9].

En 2017, il sort un livre avec le dessinateur de presse Large intitulé On n'est pas sérieux quand on a 2017 ans.

Il participe au film documentaire Satire dans la campagne de Marc Large et Maxime Carsel.

Engagements[modifier | modifier le code]

En août 2015, Guillaume Meurice déclare dans une chronique être végétarien[10],[11].

En , en accord avec ses convictions sur la défense des animaux, il réalise une vidéo en collaboration avec l'association L214[12].

Publication[modifier | modifier le code]

  •  On n'est pas sérieux quand on a 2017 ans, dessins de Marc Large, textes de Guillaume Meurice, Éditions Un point c'est tout !, 2017

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dijon : Guillaume Meurice (France Inter), un envoyé “un peu” spécial », sur Le Bien public.com, (consulté le 18 janvier 2016).
  2. a, b et c Rossana Di Vincenzo, « Charlie Hebdo, Restos du cœur... Avec Guillaume Meurice, on peut rire de tout sur France Inter », sur telerama.fr, (consulté le 17 novembre 2015).
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Biographie », sur guillaumemeurice.fr (consulté le 17 novembre 2015).
  4. Jérôme Lefilliâtre, « Guillaume Meurice : D’extrême gausse », Libération.fr, 28 décembre 2016.
  5. « Guillaume Meurice, comique d’investigation », Sandrine Blanchard, Le Monde.fr, 1er avril 2016.
  6. « Guillaume Meurice, le "comique d’investigation" », Ouest-France.fr, 21 janvier 2017.
  7. Lauren Provost, « Guillaume Meurice renonce à sa chronique dans "La Nouvelle Edition" de Canal+ après le refus de diffuser un dessin de Charb », sur Le Huffington Post.fr, (consulté le 17 novembre 2015).
  8. « Francisco E Cunha - Suicide artistique », sur Theatreonline.com (consulté le 29 avril 2016).
  9. « Guillaume Meurice - Que demande le peuple ? », sur Telerama.fr (consulté le 29 avril 2016).
  10. « Repas de substitution du 26 août 2015 », sur France Inter.fr, (consulté le 19 février 2017)
  11. « Le lobby de la viande - Le Moment Meurice », sur France Inter.fr, (consulté le 19 février 2017)
  12. « Le calvaire des cochons à l’abattoir de Houdan dans les Yvelines », sur L214.com (consulté le 19 février 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Guillaume Meurice : "Les luttes sociales manquent d’humour" », Ballast.fr,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]