Guillaume Meurice

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guillaume Meurice
Image dans Infobox.
Guillaume Meurice aux Nuits de Champagne en octobre 2016.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (40 ans)
ChenôveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Cours Florent (2002-2005)
Activités
Autres informations
A travaillé pour
France Inter (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Partenaires professionnels
Site web
Blog officiel

Guillaume Meurice, né le à Chenôve en Côte-d'Or, est un humoriste et chroniqueur de radio français. Connu pour ses micro-trottoirs et ses chroniques satiriques sur France Inter, il a fondé un groupe de rock humoristique, The Disruptives, dont il écrit les textes, et a publié divers ouvrages littéraires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Guillaume Meurice naît à Chenôve dans une famille modeste, d'un père cheminot et d'une mère femme au foyer[1],[2],[3].

Alors qu'il a autour de 6 ans, la famille emménage à Jussey, où ses parents ouvrent une maison de la presse. Adulte, il déclare que cet environnement, lui a permis de baigner dans une culture politique et de développer son sens de la répartie et de l'humour[4].

Après une scolarité des plus normales, il entame des études supérieures dans la gestion d'entreprise et le commerce, qui le mènent à l'IEP d'Aix en Provence[3]. Il décide toutefois de changer de voie et commence une carrière artistique au théâtre[5],[6]. Il part pour Paris à 21 ans et suit des cours de théâtre, notamment le cours Florent. En parallèle, il effectue divers petits emplois qui lui permettent de vivre alors que sa carrière n'est pas encore lancée.

Carrière[modifier | modifier le code]

En , Guillaume Meurice crée son premier one-man-show[5]. Initialement intitulé Annulé, le spectacle ne rencontre pas un grand succès les premières années et est renommé par la suite[6]. Il réalise également quelques caméras cachées dans les rues durant cette période et tient un blog humoristique.

En 2012, son travail est repéré et il est engagé à France Inter au sein de l'émission animée par Frédéric Lopez, On va tous y passer[6],[5]. Il y tient pendant près de trois ans une chronique caustique et se construit un personnage de « comique d'investigation » réalisant des micro-trottoirs.

Guillaume Meurice lors de l'enregistrement public de l'émission Si tu écoutes, j'annule tout à Dijon en 2016.

Fort de sa notoriété radiophonique grandissante, il monte un nouveau spectacle en 2014, Que demande le peuple ?[3]. Surtout, il rejoint Alex Vizorek et Charline Vanhoenacker à la fin de l'année pour une nouvelle émission sur France Inter, intitulée Si tu écoutes, j’annule tout (rebaptisée par la suite Par Jupiter !)[7],[4],[6], avec sa chronique humoristique « Le Moment Meurice », composée de micro-trottoirs caustiques. Poursuivant ses interventions à l'humour acide ainsi que ses micro-trottoirs, il se voit plébiscité par le public.

À côté de ses activités à la radio et au théâtre, il commence à travailler avec la chaîne télévisuelle Canal+ en janvier 2015[8]. Cette collaboration s'interrompt toutefois brutalement après une unique chronique lorsque les dirigeants de la chaîne lui interdisent, pour des raisons de sécurité, à la suite de l'attaque terroriste de Charlie Hebdo, de montrer à l'antenne un dessin de Charb.

En 2017 (il a alors 36 ans), il publie avec son ami le caricaturiste Marc Large, une bande dessinée, On n'est pas sérieux quand on a 2017 ans[9],[10], dont le titre est un clin d'œil non dissimulé à un poète ardennais d'extraction modeste comme Guillaume. L'album, qui recycle quelques-unes des meilleures chroniques de ce dernier, présente le quinquennat finissant du président François Hollande. Il est accueilli avec sympathie par la critique spécialisée[réf. nécessaire].

En 2018, à la suite du départ de Mathieu Gallet, démis de ses fonctions de président de Radio France, Guillaume Meurice dépose, avec Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek, une candidature humoristique à la présidence du groupe[11],[12], laquelle sera écartée quelques jours plus tard.

La même année, l'humoriste publie son premier roman, Cosme[13],[14], qui raconte la vie de son ami régisseur Cosme Olvera, amateur de poésie, et s'achève sur une savante exégèse du sonnet des Voyelles d'Arthur Rimbaud[15].

Toujours en 2018, il fonde un groupe de rock humoristique The Disruptives et monte un spectacle musical[16],[17]. Se présentant comme un groupe « macroniste », l'ensemble parodie les éléments de langage du président Emmanuel Macron et de son mouvement La République en marche, en appuyant ses musiques sur des textes satiriques de Meurice.

En 2021, il publie son deuxième roman, Le roi n'avait pas ri, roman historique où il fait revivre une version de Triboulet, bouffon du roi François Ier[18].

Humour et engagements[modifier | modifier le code]

Le style humoristique et les engagements personnels de Guillaume Meurice sont indissociables[19],[3]. Il défend des idées de gauche, voire de gauche radicale ou pour certains, d'extrême gauche. Pour Libération, Jérôme Lefilliâtre lui donne par exemple le qualificatif humoristique d'« extrême gausse » et note qu'il est « porté aux nues par la gauche de la gauche », sans forcément en avoir conscience.

Le comique se définit lui-même comme écologiste, mais rejette toute forme de militantisme ou d'engagement politicien[20],[15]. Il affirme ainsi n'avoir jamais été militant au sein d'un parti politique et revendique davantage une liberté et une indépendance de paroles en lien avec ses convictions. L'Humanité rappelle d'ailleurs que l'humoriste vise de nombreuses personnalités, y compris au sein de France Inter. Qui plus est, Meurice insiste sur l'importance de la caricature dans l'humour ainsi que du retournement de certains rapports de forces sociaux[15].

Adepte des interviews sur des terrains variés, souvent d’anonymes, il parvient avec des questions simples et spontanées, ainsi que par son audace, à mettre en évidence les incohérences de ses interlocuteurs et à susciter des réponses comiques, qu'elles soient farfelues ou paradoxales[6].

Adulte, Guillaume Meurice devient végétarien[20]. Ce choix se traduit par certaines chroniques engagées pour la cause animale et la participation à une vidéo militante de l'association L214[21],[22].

Il s'est également engagé pour l’accueil des immigrés en France[15],[23].

Critiques[modifier | modifier le code]

Dans un article de Libération, Jérôme Lefilliâtre reconnaît à Guillaume Meurice une maîtrise de l'actualité et de la rhétorique, mais remarque qu’il cède parfois à la facilité[3]. Dans une critique de l'émission Si tu écoutes, j’annule tout, le magazine L'Obs estime que Guillaume Meurice n'est pas toujours particulièrement drôle[24].

S'ils sont appréciés par de nombreux auditeurs[3], son style et ses engagements provoquent toutefois diverses critiques. Plusieurs auditeurs de France Inter ont par exemple regretté son caractère partisan et complaisant à l'égard de l'extrême gauche dans certaines de ses chroniques, ce à quoi l'intéressé répond que ses interventions sont proches de l'éditorial, ce qui impliquerait la défense de valeurs personnelles[25].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dijon : Guillaume Meurice (France Inter), un envoyé "un peu" spécial », sur Le Bien public, .
  2. Guillaume Meurice, « Biographie de », sur guillaumemeurice.fr
  3. a b c d e et f Jérôme Lefilliâtre, « Guillaume Meurice : D'extrême gausse », sur Libération, .
  4. a et b Clémence Olivier et Guillaume Meurice, « Radio. Guillaume Meurice, le " comique d’investigation " », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  5. a b et c Rossana di Vincenzo, « Charlie Hebdo, Restos du cœur... Avec Guillaume Meurice, on peut rire de tout sur France Inter », Télérama,‎ (lire en ligne)
  6. a b c d et e Sandrine Blanchard, « Guillaume Meurice, comique d’investigation », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. Nicolas Goinard, Pauline Darvey et Bartolomé Simon, « On a testé "Scandale à l’Elysée", l’escape game politique de Guillaume Meurice », La Parisien,‎ (lire en ligne)
  8. Lauren Provost, « Guillaume Meurice renonce à sa chronique dans "La Nouvelle Edition" de Canal+ après le refus de diffuser un dessin de Charb », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  9. Marion Gadea, « "On n'est pas sérieux quand on a 2017 ans" : Large et Meurice croquent le quinquennat Hollande », France TV Info,‎ (lire en ligne)
  10. Maxime Bacquié, « L'humour grinçant du dessinateur Marc Large s'expose à la médiathèque de Mont-de-Marsan », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  11. Mariel Bluteau, « Les Belges candidats à la présidence de Radio France : candidature véritable ou canular ? », sur France Inter.fr, .
  12. Lauren Provost, « Les humoristes de France Inter ne seront pas présidents de Radio France: "C'est la stupeur et l'incompréhension" », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  13. Marianne Payot, « Guillaume Meurice et Cosme, le jongleur de voyelles », L'Express,‎ (lire en ligne)
  14. Sorya Khaldoun, « L'humoriste Guillaume Meurice s'attaque à Rimbaud dans son premier roman », France TV Info,‎ (lire en ligne)
  15. a b c et d Catherine Calvet, Thibaut Fardier et Guillaume Meurice, « Guillaume Meurice : "Comment justifieront-ils dans vingt ans le non-accueil des migrants ? Si je suis encore là, je le leur rappellerai !" », Libération,‎ (lire en ligne)
  16. Sandrine Blanchard, « L’humoriste Guillaume Meurice en marche vers le rock », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  17. Jessica Saval et Guillaume Meurice, « Guillaume Meurice : avec The Disruptives, "on a une chanson qui s’appelle ‘Raffarin président'" », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne)
  18. Laurence Le Saux, « Guillaume Meurice, le trublion d'Inter : “Je dis ce que je pense, comme quand j’étais gamin” », sur Telerama, (consulté le )
  19. « France Inter. "L’humour est la vaseline du débat" », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  20. a et b Audrey Kucinskas, « France Inter : Guillaume Meurice, le "Bisounours" de l'humour noir », L'Express,‎ (lire en ligne)
  21. Elise Racque, « “Les dernières fois” sur France Inter, une vie sans filet mignon », Télérama,‎ (lire en ligne)
  22. Enzo Conticello, « L214 publie une nouvelle vidéo-choc qui accable un abattoir de cochons », Le Point,‎ (lire en ligne)
  23. « A Breil-sur-Roya, Meurice et ses complices font salle comble pour les migrants », France 3 Provence Alpes Côte d'Azur,‎ (lire en ligne)
  24. Jean-Claude Guillebaud, « L'injonction rigolote », sur L'Obs, .
  25. Bruno Denaes, « Le Rendez-Vous du médiateur - Invités politiques "coupés" et humour "sélectif" ? », sur France Inter, .
  26. « "On n'est pas sérieux quand on a 2017 ans" : Large et Meurice croquent le quinquennat Hollande », sur Franceinfo, (consulté le )
  27. « L'humoriste Guillaume Meurice s'attaque à Rimbaud dans son premier roman », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « On a testé pour vous le “cahier de vacances” de Guillaume Meurice et Charline Vanhoenacker », sur Les Inrockuptibles, (consulté le )
  29. « Livre : au royaume des bouffons, Guillaume Meurice est roi », sur leparisien.fr, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :