Aller au contenu

Delphine Horvilleur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Delphine Horvilleur
Delphine Horvilleur (2019)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (49 ans)
NancyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Hebrew Union College - Jewish Institute of Religion (d)
Université hébraïque de JérusalemVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
Autres informations
Site web
Distinctions

Delphine Horvilleur, née le à Nancy, est une écrivaine[1] et femme rabbin française appartenant à l'organisation juive libérale Judaïsme en mouvement, issue du Mouvement juif libéral de France et de l'Union libérale israélite de France[2],[3].

Elle est membre du Conseil des rabbins libéraux francophones ainsi que directrice de la rédaction de la revue Tenou'a.

Delphine Horvilleur naît à Nancy. Ses grands-parents paternels sont originaires d'Alsace-Lorraine et ses grands-parents maternels sont issus des Carpates, « survivants des camps de concentration, où ils avaient perdu chacun conjoint et enfants », ayant migré ensuite en France et y ayant fondé une famille[4],[5].

Son grand-père paternel a mené des études rabbiniques au séminaire israélite de France avant de renoncer à devenir rabbin pour passer l'agrégation de lettres puis devenir proviseur de lycée[6].

L'un de ses premiers enseignants du judaïsme est Haïm Korsia, lorsqu'elle était enfant et lui rabbin de Reims[7].

Elle entame des études de médecine à l'université hébraïque de Jérusalem, sans les terminer, période pendant laquelle elle est également mannequin[8], elle devient connue et fait plusieurs couvertures de magazines dont celle de Elle, puis étudie le journalisme au CELSA à Paris[9].

Journalisme

[modifier | modifier le code]

Elle travaille comme journaliste à France 2 de 2000 à 2003, notamment au bureau de la chaîne à Jérusalem avec Charles Enderlin[7], puis comme correspondante de RCJ de 2003 à 2008 à New York[10].

En 2009, elle est nommée rédactrice en chef de la revue trimestrielle d'art, de pensée et de créativité juive Tenou'a.

Elle intègre le séminaire rabbinique du mouvement réformé Hebrew Union College à New York. En mai 2008, elle en reçoit son ordination rabbinique (semikha) et devient rabbin du Mouvement juif libéral de France.

À ses débuts, elle y officie auprès des rabbins Daniel Farhi, Stephen Berkovitz et Celia Surget. Depuis 2019, elle travaille avec les rabbins Yann Boissière, Floriane Chinsky, Philippe Haddad, Jonas Jacquelin et Gabriel Farhi au sein de Judaïsme en mouvement.

Activités communautaires

[modifier | modifier le code]

En 2003, elle fonde un cercle d'étude juive interactif, le Café biblique, et, en décembre 2008, rejoint le Mouvement juif libéral de France[11]. Avec Célia Surget, elle organise les offices de Shabbat Alef (office pour les jeunes enfants sous forme de conte musical) et de Shabbat Zimra (office musical mêlant mélodies traditionnelles et créations contemporaines).

Avec le rabbin Yann Boissière, elle produit une série de vidéos pédagogiques sur le judaïsme, intitulées Pssshat[12].

Elle est membre fondatrice du KeReM, le conseil des rabbins libéraux francophones[13].

Mandat institutionnel

[modifier | modifier le code]

Par décret présidentiel du , elle devient la première femme rabbin à être nommée au Conseil national du sida[14],[15].

Vie privée

[modifier | modifier le code]

Elle est mariée à l'économiste Ariel Weil, maire du 4e  arrondissement de Paris (2017)[16], puis maire de Paris Centre (2020)[17]. Le couple a trois enfants[18].

En 2024, des articles de la presse people indiquent qu'elle est la compagne du comédien Stéphane Freiss[19].

Décorations

[modifier | modifier le code]

Interventions médiatiques et prises de position

[modifier | modifier le code]

Delphine Horvilleur intervient dans l'émission La Source de vie de Josy Eisenberg sur France 2. Elle participe à Akadem, campus numérique juif en ligne[22]. Elle écrit dans Le Monde[23], Le Figaro[24] ou Elle qui publie deux entretiens avec elle, en 2010[25] et en 2020, et affiche sa photo en couverture du magazine[26]. De 2012 à 2014, elle tient une chronique dans Le Monde des religions.

En mars 2014, elle est choisie par le magazine L'Express comme une des neuf jeunes intellectuelles françaises constituant « la relève »[27].

Sur le voile

[modifier | modifier le code]

« Le voile islamique n’est pas le seul à sous-entendre que le corps découvert des femmes contaminerait les hommes. Dans toutes les religions, les fondamentalistes s’emparent de la pudeur, et plus particulièrement celle des femmes, pour tenter de les contenir et les restreindre aux frontières de leur corps, comme si leurs fonctions physiologiques les définissaient entièrement et devaient être placées sous contrôle, enveloppées par la loi[18]. »

Sur la guerre Israël-Hamas et la montée de l'antisémitisme

[modifier | modifier le code]

En octobre 2023, elle qualifie l'attaque du Hamas contre Israël de « pogrom »[28],[29].

Interrogée sur RMC le , elle déclare à la fin de son interview à propos de l'appel à la manifestation contre l'antisémitisme :

« Je rêve d'un temps où pour parler de l'antisémitisme, on invitera tout le monde sauf les Juifs[30]. »

Sur les élections législatives des 30 juin et 7 juillet 2024

[modifier | modifier le code]

Delphine Horvilleur considère que l’extrême droite représente toujours un danger pour la France. Elle souligne que, comme Serge Klarsfeld, elle fera tout “pour tenir à distance” les deux extrêmes en votant pour le bloc central au premier tour des législatives le 30 juin 2024. Mais, malgré le danger que représente selon elle la France Insoumise pour la communauté juive, elle n’appelle pas à voter pour le Rassemblement National contre LFI[31].

Filmographie

[modifier | modifier le code]

Télévision

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres - hiver 2019 », sur ministère de la Culture (consulté le ).
  2. Judaïsme en mouvement.
  3. « Les juifs libéraux de France unissent leurs forces », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  4. Delphine Horvilleur (personne interviewée) et Annick Cojean (journaliste auteur de l'interview), « Delphine Horvilleur : "On renvoie toujours la femme à son utérus" », Lemonde.fr,‎ (lire en ligne).
  5. Zineb Dryef, « Delphine Horvilleur, madame la rabbin », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « Restituer une vie effacée (interview de Michel Horvilleur, père de Delphine Horvilleur) », sur Akadem - écouter après 21 min 30 s.
  7. a et b Vincent Rémy, « Le rabbin Delphine Horvilleur : "Le judaïsme libéral est minoritaire en France », sur Télérama, .
  8. Marie Lemonnier, « Rabbin au féminin », sur le site du CRIF, .
  9. Xavier Drouet, « Delphine Horvilleur, écrire rabbin au féminin », sur Le Républicain lorrain, .
  10. Portrait de Delphine Horvilleur par France 2 : première et deuxième parties.
  11. Sermons en ligne du rabbin Delphine Horvilleur.
  12. « Pssshat Saison 1 », sur mjlf.org.
  13. « Membres-fondateurs de KeReM », sur kerem.fr.
  14. Décret du portant nomination au Conseil national du syndrome immunodéficitaire acquis (sida) sur Legifrance.
  15. « Le rabbin Dephine Horvilleur récemment nommée au Conseil national du sida » sur crif.org.
  16. Lisa Klug, « La principale femme rabbin de France tente de répondre au patriarcat », timesofisrael.com, (consulté le ).
  17. Philippe Baverel, « Municipales à Paris : Ariel Weil fait pencher à gauche le 1er arrondissement », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  18. a et b « Delphine Horvilleur : je suis une femme rabbin », revue Psychologie, décembre 2013.
  19. Purepeople, « Photos. Stéphane Freiss soutenu par sa compagne Delphine Horvilleur pour une date importante, le couple très amoureux », sur purepeople.com (consulté le ).
  20. « Décret du 31 décembre 2020 portant promotion et nomination dans l’ordre national de la Légion d’honneur », sur Journal officiel de la République française, .
  21. Décret du 20 novembre 2015 portant promotion et nomination.
    Elle reçoit les insignes des mains de Najat Vallaud-Belkacem le .
  22. Interventions de Delphine Horvilleur [1] sur Akadem.
  23. « Yom Kippour ou la fin du bouc émissaire ».
  24. « Le racisme est une maladie mentale » - Entretien croisé entre Umberto Eco, écrivain et Delphine Horvilleur, femme rabbin, Madame Figaro, 15 septembre 2010.
  25. « Sakineh, j'ai longtemps hésité à vous écrire », Elle, 9 septembre 2010.
  26. « Couverture du magazine Elle », .
  27. « La relève des intellectuelles françaises », L'Express.
  28. Salomé Robles, « Qu'est-ce qu'un "pogrom", dont parle Delphine Horvilleur pour qualifier les attaques du Hamas contre Israël ? » Accès libre, sur BFMTV, (consulté le ).
  29. « Attaque du Hamas en Israël : "Il faut pouvoir dire que c'est un véritable pogrom", dit Delphine Horvilleur » Accès libre, sur Nice Matin, (consulté le ).
  30. « L'interview intégrale de Delphine Horvilleur, philosophe et rabbin, sur RMC », sur YouTube, .
  31. « Delphine Horvilleur demande au Nouveau Front Populaire de se purger de son antisémitisme », sur The Times of Israel,
  32. « Réflexions sur la question antisémite (pour tout le monde) », sur philomag.com, Philosophie magazine, .
  33. Agnès Santi, « Johanna Nizard interprète Il n’y a pas de Ajar de Delphine Horvilleur : un passionnant monologue contre l’identité », La Terrasse, 24 août 2023.

Sur les autres projets Wikimedia :

Documentaire

[modifier | modifier le code]
  • 2015 : Delphine Horvilleur, Madame le Rabbin, film réalisé par Élisabeth Lenchener

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]