Christian Latouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Latouche.

Christian Latouche
Fonctions
PDG et fondateur de Fiducial
Biographie
Date de naissance (78 ans)
Lieu de naissance Bordeaux (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Chef d'entreprise

Christian Latouche est un chef d’entreprise et homme d’affaires français né en juillet 1940 et dont la fortune est estimée à 900 millions d'euros en 2016.

Fondateur en 1970 de Fiducial, il était considéré comme la 71e fortune de France selon le classement Challenges 2012[1]. Il est à la tête d’un groupe international présent dans 80 pays et compte 17 500 collaborateurs avec un chiffre d’affaires de 1,8 milliard de dollars[2].

Origine et formation[modifier | modifier le code]

Christian Latouche est né à Bordeaux (Gironde) le 18 juillet 1940, dans une famille de commerçants. Il est formé par les Pères Jésuites au Collège de Provence à Marseille dans les années 1950. Après l’obtention du baccalauréat à Marseille, Christian Latouche effectue son service militaire. Depuis le 1er octobre 1975, il est intendant militaire adjoint de réserve.

En 1960, il entre à l’École Supérieure de Commerce de Paris – option finances comptabilité – et a l’idée qu’il serait possible d’intégrer et de consolider le métier de l’expertise comptable et plus largement des services à valeur ajoutée pour les petites entreprises[2],[3].

Sorti de l’ESCP en 1963, il enchaîne les diplômes et qualifications jusqu’en 1967 : diplômé de l’Institut d’administration des entreprises de l’Université de Paris (IAE 1964), il obtient ensuite successivement les certificats supérieurs juridique et fiscal, d’organisation et de gestion des entreprises, de révision comptable, des relations économiques européennes et internationales et des traitements des données et des informations, qui lui permettent d'être expert comptable en 1967[2],[4].

L’idée et la création de Fiducial[modifier | modifier le code]

Après avoir intégré le cabinet américain Peat Marwick Mitchell & Co, Christian Latouche devient directeur du service révision d’une filiale du cabinet Ernst & Young (Helios) à Lyon en 1967. En 1970, il crée Sofinarex, société d’expertise comptable spécialisée dans les TPE/PME.

En 1989, Christian Latouche entreprend une importante opération de croissance externe. Il reprend DACF-CECF dont le siège social est à Angers. Cet ensemble occupe 2 000 personnes et propose des prestations comptables, fiscales et sociales auprès des TPE (Très Petites Entreprises).

En 1990, il se porte acquéreur du groupe SACI, coté en bourse et leader dans la commercialisation des fournitures comptables, grâce notamment à ses imprimeries à plat et en continu.

En 1991, Il fusionne Sofinarex, qui emploie alors 1 200 collaborateurs, avec DACF-CECF, pour donner naissance à une société unique, qu’il baptisera Fiducial Expertise.

En 1993, Christian Latouche fait l’acquisition de Sofidex, 3e cabinet français d'expertise comptable et de conseil, avec 800 collaborateurs. Sofidex sera intégrée à Fiducial Expertise, qui devient alors la deuxième société française d'expertise comptable.

Christian Latouche élargit l'offre pluridisciplinaire de sa firme. À côté des prestations d'expertise comptable, il propose des services d'audit et de commissariat aux comptes, ainsi que des pôles de compétences en conseil juridique et fiscal et en conseil financier. Ce dispositif est complété par une offre de progiciels et de matériels informatiques.

En 1996, Christian Latouche implante sa société en Belgique et crée un réseau de correspondants à l'international.

C'est en 1999 qu’il traverse l'Atlantique pour se développer aux États-Unis, d'une part en tant que franchiseur de réseaux intervenant dans le conseil comptable et fiscal, d'autre part en tant que cabinet comptable. En 2012, Fiducial et ses correspondants recensent 12 650 collaborateurs dans 78 pays[2] et réalisent un chiffre d’affaires de 1,5 milliard de dollars US[5].

Optimisation fiscale[modifier | modifier le code]

En mai 2017, Christian Latouche est cité dans les Malta Files : le journal en ligne Mediapart et le réseau European Investigative Collaborations révèlent qu'il fait partie des grands patrons français possédant un yacht immatriculé dans le paradis fiscal de l'île de Malte, pour bénéficier d'un procédé d'optimisation fiscale nommé leasing maltais qui permet aux acquéreurs d'un yacht neuf de payer un taux réduit de TVA (5,4 %) par rapport à celui en vigueur en France (10 % avec leasing, 20 % sans)[6],[7]. L'homme d'affaires a ainsi créé entre 2013 et 2014 trois sociétés domiciliées à Malte, dont l'une d'entre elles compte parmi ses actifs le yacht Kriss battant pavillon maltais ; ces trois sociétés sont elles-mêmes détenues par une holding domiciliée au Luxembourg (un paradis fiscal) et fondée en 1988, Fiducial Financière du Luxembourg (FFL), ce par le biais d'une seconde société luxembourgeoise[8].

Mediapart, qui indique que « Christian Latouche a logé sa fortune dans un réseau de sociétés immatriculées aux Pays-Bas et au Luxembourg » aux comptes très succincts, révèle également qu'il a domicilié en 1973 une société aux Pays-Bas devenue ensuite la holding du groupe Fiducial qu'il dirige ; il déplace cette holding au Luxembourg en avril 2014[8].

Mécénat et partenariats[modifier | modifier le code]

Depuis 1999, Christian Latouche est le mécène de CLIMSO (acronyme de Christian Latouche Imageur Solaire), instrument astronomique solaire basé à L’Observatoire du Pic du Midi[9]. Cet instrument réalise des clichés multiples du soleil, plus particulièrement de la surface et de la couronne dans leur globalité.

En 2008, Christian Latouche signe un partenariat avec le Stade Toulousain. Fiducial figure ainsi sur le dos des maillots des joueurs du Stade Toulousain lors des matches de Coupe d'Europe, puis à partir de 2009, pour les rencontres du Top 14.

Médias[modifier | modifier le code]

En 2008, Christian Latouche dévoile son intérêt pour les médias. Il rachète Lyon Capitale, puis Lyon TV en 2010, devenu Lyon Capitale TV[2]. Ses tentatives de rachat de l'Expansion et de la Tribune en 2011 se heurte au refus des journalistes des deux établissements.[9]

En avril 2012, il se présente devant le CSA en vue d’obtenir une autorisation nationale TNT pour la création de D-Facto, une chaîne consacrée aux documentaires et aux débats. Il déclare à cette occasion avoir l’intention de se développer dans l’univers des médias, en complément de sa stratégie de services à destination des entreprises et des entrepreneurs[2],[10],[11]. Mais il n'obtiendra pas la fréquence souhaitée.

En 2012 et 2013, Christian Latouche porte plainte pour diffamation contre le directeur de publication de L'observatoire des sondages, l'universitaire Alain Garrigou, ainsi que contre Pierre Haski, de Rue89, pour deux articles[12],[13] le décrivant comme proche de l'extrème-droite. Il sera débouté dans les deux cas.[14]

Vie personnelle et distinctions[modifier | modifier le code]

Christian Latouche est réputé discret voire secret[15],[8].

Il a été fait Chevalier de l’ordre national de la Légion d’Honneur le 14 juillet 2010[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.challenges.fr/classements/fortune/fiche/christian-latouche-et-sa-famille;346.html
  2. a b c d e et f Tribune de Lyon no 330 du 5 au 11 avril 2012Source insuffisante 
  3. http://journaldesgrandesecoles.com/fiducial-la-pluridisciplinarite-au-service-des-tpe/
  4. http://journaldesgrandesecoles.com/fiducial-la-pluridisciplinarite-au-service-des-tpe
  5. http://www.fiducial.fr et http://journaldesgrandesecoles.com/fiducial-la-pluridisciplinarite-au-service-des-tpe
  6. Yann Philippin, « Voyage fiscal à Malte, paradis des yachts », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  7. Renaud Lecadre, « Malte, îlot fiscal au sein de l'Europe », Libération,‎ (lire en ligne)
  8. a b et c Yann Philippin, « Le catalogue français de l'optimisation fiscale à Malte », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  9. a et b « Christian latouche. Un videur de boîtes qui ne verse pas dans le bling-bling », sur L'Humanité, (consulté le 25 janvier 2019)
  10. http://www.satellifax.com/reportages/803
  11. http://www.csa.fr/auditionstnt/accueil?projet=16
  12. http://www.observatoire-des-sondages.org/La-deuxieme-mort-de-l-IFOP
  13. http://rue89.nouvelobs.com/2011/10/11/christian-latouche-lhomme-qui-fait-peur-aux-journalistes-de-lexpansion-225474
  14. http://rue89.nouvelobs.com/2013/02/18/lhomme-daffaires-christian-latouche-perd-son-proces-contre-rue89-239750/ L’homme d’affaires Christian Latouche perd son procès contre Rue89
  15. « Municipales à Bron : la candidature Bréaud bouscule à droite », sur Tribune de Lyon, (consulté le 25 janvier 2019)
  16. http://www.mlyon.fr/46511-les-lyonnais-n-ont-pas-ete-oublies-lors-des-traditionnelles-promotions-du-14-juillet.html