Gilbert Coullier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gilbert Coullier
Description de l'image Gilbert_Coullier.jpg.
Informations générales
Nom de naissance Gilbert Marcel Jean Couiller
Naissance (72 ans)
La Chapelle-sur-Dun (Seine-Maritime)
Activité principale Producteur de spectacles
Genre musical Musique de variétés, comédie musicale, théâtre, humour
Site officiel www.coullier.com

Gilbert Coullier, né le à la Chapelle-sur-Dun (Seine-Maritime), est un producteur de spectacles français.

Carrière[modifier | modifier le code]

Gilbert Coullier passe son adolescence au Val-de-la-Haye. Titulaire d'un CAP d'imprimeur-typographe, il rejoint le monde de l'entreprise dès l'âge de 14 ans. Il devient conducteur typographe dans une imprimerie de Rouen (1960-1974) et fait ses premières armes dans le spectacle vivant en organisant des bals en Normandie.

Le 28 mars 1975, il organise son premier spectacle avec Johnny Hallyday, au Parc des expositions de Rouen[1]. À la suite de cette première expérience, il crée avec Jean-Claude Camus, la société Production CC devenue Spectacles Camus-Coullier[2], qui devient la plus importante société de production de spectacles française, en produisant les spectacles de nombreux artistes français tels Patrick Bruel, France Gall, Michel Berger ou encore Johnny Hallyday[3].

En 1977, Gilbert Coullier et Jean-Claude Camus s'associent avec Pascal Bernardin et créent Zéro Productions, société de production d'artistes anglo-saxons : Status Quo, Supertramp, Bob Marley, Frank Zappa, Police, ZZ Top, Prince, Michael Jackson, Madonna, The Rolling Stones ; une exception à ce catalogue étranger : le groupe de rock français Téléphone.

En mars 1991, il fonde Gilbert Coullier Productions[2] et décide de se consacrer aux artistes francophones : Céline Dion, Michel Polnareff, Patrick Bruel, Yves Montand, Barbara, Mireille Mathieu, Gilbert Bécaud, Pierre Perret, Henri Salvador, Dorothée, Roch Voisine, Dany Brillant, Serge Reggiani, Véronique Sanson, Michel Jonasz, Bernard Lavilliers, Patrick Fiori, Julio Iglesias, France Gall, Michel Berger, Miguel Bosé, Mecano, Ricky Martin, David Hallyday, Isabelle Boulay, Lorie, Natasha St-Pier, Laurent Gerra, Serge Lama, Garou, Gad Elmaleh, Arthur, Patrick Timsit etc.

Gilbert Coullier s’intéresse également au théâtre en produisant les spectacles de Robert Hossein, mais aussi des pièces avec Jean-Paul Belmondo (Cyrano), Christian Clavier (Panique au Plaza, Même heure l’année prochaine), Alain Delon (Variations énigmatiques, Les montagnes russes) et Isabelle Adjani (La dame aux camélias, Marie Stuart).[réf. nécessaire]

Il produit successivement les spectacles de Patrick Bruel et de Roch Voisine (1990-1991), la comédie musicale Starmania dans une mise en scène de Lewis Furey (1992), les concerts de Céline Dion au Stade de France (19 et 20 juin 1999), Elvis Story au Théâtre Mogador (2005) et au Casino de Paris (2006), les concerts de Michel Polnareff au Palais omnisports de Paris-Bercy (2 au 14 mars 2007) puis en tournée (17 mars au 7 juillet 2007).

Il développe également un catalogue d’humoristes en produisant les spectacles de Laurent Gerra, Gad Elmaleh, Patrick Timsit[4].

En 2009, Marc Ladreit de Lacharrière décide de prendre une participation de 40 % dans la société de production de Gilbert Coullier[4].

Le 2 septembre 2010, Gilbert Coullier devient le producteur de Johnny Hallyday[5]. De 2011 à 2013, il produit les concerts de Johnny au Stade de France, à Bercy et en tournée dans toute la France, mais aussi dans les salles les plus prestigieuses du Monde (Londres, Los Angeles, New York, Montréal, Moscou, Tel Aviv).

Le 19 mars 2011, Michel Sardou décide de confier lui aussi la production de ses prochains spectacles à Gilbert Coullier[6].

En 2013, Coullier se lance dans un projet de grande envergure en produisant le spectacle musical Robin des Bois avec M. Pokora. C'est un énorme succès avec 800 000 billets et 400 000 albums vendus.[réf. nécessaire]

En 2016, il produit une nouvelle fois Michel Polnareff pour sa grande tournée qui s'étale du 30 avril au 3 décembre 2016. Cette tournée se solde par les annulations des deux derniers concerts de la tournée, le 2 décembre à la Salle Pleyel et le 3 décembre à Nantes, l'artiste souffrant d'une double embolie pulmonaire. Une guerre médiatique commence lorsque Gibert Coullier refuse de rembourser les deux concerts annulés, prétextant que Polnareff n'est pas réellement malade. Il s'avère en fait que Coullier n'avait assuré l'artiste que pour les concerts donnés à Bercy les 7,8,10 et 11 mai mais pas pour le reste de la tournée[réf. nécessaire].

Autres mandats[modifier | modifier le code]

Depuis septembre 2017, Gilbert Coullier est directeur général de la Société d'exploitation de spectacles de l'agglomération de Rouen (SESAR), qui gère le Zénith de Rouen depuis 2006.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1972, Gilbert Coullier rencontre Anne-Marie (dite Annette) Camus, née le 26 septembre 1952, sœur de Jean-Claude Camus et actuelle directrice du Zénith Oméga de Toulon. Le couple se sépare en 1991.

De cette union naissent deux enfants : Charlotte le 20 août 1978, directrice du Zénith de Limoges de janvier 2014 à août 2017 ; et Nicolas le 6 mars 1984, directeur de 143 Productions, filiale de 3S Entertainment, groupe média présidé par Marc Ladreit de Lacharrière.

Gilbert Coullier se marie en secondes noces en 1996 avec Nicole devenue Coullier, née le 29 mars 1951, mère de la comédienne Candice Hugo issue d'un premier mariage.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

  • Victoire de la musique du meilleur spectacle pour Starmania (1993, 1996 et 1997)
  • Victoire de la musique du spectacle musical, tournée ou concert de l’année pour Ze tour 2007, Michel Polnareff à Bercy, au Champ-de-Mars et en tournée (2008)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Biot, Fameux rouennais, rouennais fameux, Rouen, PTC, coll. « Témoignages », , 203 p. (ISBN 2-35038-011-4, OCLC 62750163), « Gilbert Coullier... et Paris découvrit Céline Dion », p. 163-173

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]