Bain Capital

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bain Capital LLC
logo de Bain Capital
illustration de Bain Capital

Création 1984
Fondateurs Bill Bain
Mitt Romney
T. Coleman Andrews III
Eric Kriss
John Halpern
Forme juridique Partenariat limité (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social 200 Clarendon Street, Boston
Drapeau des États-Unis États-Unis
Produits Capital risque
Gestion d'actifs
Dette mezzanine
Leveraged buy-out
Capital-développement
Gestion alternative
Effectif 400+ (2012)
Site web www.baincapital.com

Bain Capital LLC (sim. à SARL) est une firme bostonnienne de gestion d'actifs et de services financiers. La société est spécialisée en capital-investissement, capital-risque, crédit et gestion alternative (Hedge fund). Début 2012, la firme gérait une somme d'approximativement 66 milliards $ d'investissements en capital, à travers ses différentes plates-formes.

La firme fut fondée en 1984 par des associés du cabinet de conseil Bain & Company. Depuis sa création, la firme a investi et acquis des centaines d'entreprises telles que AMC Entertainment, Aspen Education Group, Bombardier Produits récréatifs, Brookstone, Bureau en Gros, Burger King, Burlington Coat Factory, Clear Channel Communications, Domino's Pizza, DoubleClick, Dunkin' Donuts, D&M Holdings, Guitar Center, Hospital Corporation of America (HCA), Sealy, The Sports Authority, Toys "R" Us, Warner Music Group, The Weather Channel, Groupe Brake, Atento, Maisons du Monde et Diversey en 2016.

Fin 2011, Bain Capital comptait environ 400 employés, la plupart jouissant d'une expérience précédente en consultance, opérations et finance. La société siège dans la John Hancock Tower à Boston, avec des succursales à New York, Chicago, Palo Alto, Londres, Luxembourg, Munich, Hong Kong, Shanghai, Bombai et Tokyo.

Bain Capital, et plus particulièrement ses 15 premières années d'activités, est devenue un sujet d'attention de la part des médias et du monde politique en raison de la carrière politique postérieure du cofondateur Mitt Romney, tout spécialement lors de sa campagne pour l'élection présidentielle américaine de 2012.

Historique[modifier | modifier le code]

Ancien logo.

Fondation en 1984 et débuts[modifier | modifier le code]

Bain Capital a été fondé en 1984 par les associés du cabinet de conseil Bain & Company, Mitt Romney, T. Coleman Andrews III et Eric Kriss (en), après que Bill Bain (en) eut offert à Romney l'opportunité de prendre la tête d'une toute nouvelle entreprise qui investirait dans d'autres compagnies et appliquerait les techniques de consultance de Bain pour améliorer ses opérations. En plus des trois associés-fondateurs, l'équipe initiale était constituée de Fraser Bullock, Robert F. White, Joshua Bekenstein, Adam Kirsch et Geoffrey S. Rehnert. Romney portait alors le titre de président et de directeur général associé (ou directeur associé). Par la suite, il a pris l'appellation de directeur général (ou CEO). Il était également l'unique actionnaire de la société. Au commencement, la firme comptait moins de dix employés. Quand de nouvelles recrues étaient engagées, elles étaient généralement âgées de moins de trente ans et majors de promotion de Stanford ou Harvard, où Romney avait étudié.

Face au scepticisme des investisseurs potentiels, Romney et ses partenaires ont passé un an à lever les 37 millions $ nécessaires au démarrage de l'activité. Les associés ont injecté 12 millions $ de leur propre poche, le reste venant de particuliers fortunés. Parmi les premiers investisseurs figuraient le magnat de l'immobilier Mortimer Zuckerman, ou encore Robert Kraft, inventeur du papier du même nom, et propriétaire de l'équipe de foot US des New England Patriots. Il y avait aussi des membres des grandes familles salvadoriennes ayant fui la guerre civile. Avec d'autres Latino-américains fortunés, ils ont investi 9 millions $, principalement dans des compagnies offshores enregistrées au Panama.

Achats et reventes de Bain Capital[modifier | modifier le code]

Bain Capital est soupçonné d'avoir sciemment mis en faillite l'usine Samsonite d'Hénin - Beaumont, notamment[1].

  • Absolute Return Capital (ARC)
  • Bain Capital Private Equity
  • Bain Capital (Europe) Limited
  • Bain Capital Ventures
  • Brookside Capital
  • Sankaty Advisors

En avril 2017, Bain capital rachète Consolis, premier fabricant européen de produits en béton préfabriqués de la société LBO France[2].

En décembre 2017, Bain Capital prend 87 % du capital d'Asatsu-DK, troisième plus grande agence de publicité japonaise[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les victimes de Bain Capital attaquent Mitt Romney »
  2. LBO FRANCE vend CONSOLIS à BAIN CAPITAL
  3. « Bain Capital s'empare du numéro 3 japonais de la publicité », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne).

Lien externe[modifier | modifier le code]