Bombe Mark 82

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les armes image illustrant les forces armées des États-Unis
Cet article est une ébauche concernant les armes et les forces armées des États-Unis.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Bombe Mark 82
Image illustrative de l'article Bombe Mark 82
Stock de bombes Mark 82 à bord de l'USS Kitty Hawk (CV-63) entre 1970 et 1971.
Présentation
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Type Bombe non guidée
Fabricant General Dynamics
Poids et dimensions
Masse 500 livres (227 kg)
Longueur totale 87,4 in (2,22 m)
Diamètre 10,75 in (273 mm)
Caractéristiques techniques
Explosif Tritonal, Minol ou H6
Quantité d'explosif 192 livres (87 kg)
Un Northrop B-2 Spirit largue des bombes Mark 82 au cours d'un exercice au large de la Californie, en 1994.

La Mark 82 (Mk 82) est une bombe dite d'emploi général (à souffle et à fragmentation), non guidée et à faible traînée, d'une masse de 500 livres (227 kg) dont 89 kg d'explosifs. Elle fait partie de la série américaine Mark 80, développée dans les années 1950.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La charge explosive de 87 kg de tritonal a le potentiel de produire 438,98 mégajoules d'énergie en détonant.

Elle peut être transformée en bombe guidée GBU-12, avec un kit de guidage Paveway 2 ou GBU-22 avec le Paveway 3. L'écart circulaire probable des Mk.82 est estimé à 30 m. Celle des GBU12 est donnée pour 9 à 10 m. Il est également possible d'ajouter une fusée d'ogive comportant un proximètre (DSU 33) et l'on obtient une Mk.82 Airburst. Elle explosera à une dizaine de mètres d'altitude et sera d'une grande efficacité contre des troupes au sol, ainsi que des véhicules faiblement blindés. Le rayon létal de l'engin est de 60 à 100 m en effet sol, et 200 à 220 m en effet « burst ».

En 2014, l'unique fabricant de corps de bombe de la série Mark 80 pour l'armée américaine est General Dynamics[1], mais elles sont produites sous licence en Europe et en Asie.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • BLU-111/B : Bombe Mk.82 dont l'explosif H-6 a été remplacé par un explosif moins sensible à la température: le PBXN-109. Cette bombe est aussi la charge militaire de l'AGM-154 JSOW-A1 ;
  • BLU-111A/B : Cette version, utilisée par l'US Navy, ajoute un revêtement de protection thermique pour réduire les risques d'explosion en cas d'incendie (une conséquence du très célèbre accident survenu sur l'USS Forrestal en 1967) ;
  • BLU-126/B : Identique à la BLU-111/B, elle dispose des mêmes caractéristiques aérodynamiques. La différence réside dans la charge d'explosif qui est réduite pour limiter les dégâts collatéraux ;
  • Mark 62 Quickstrike mine : Bombe Mk.82 transformée en mine navale.
Configuration d'emport d'un Mirage 2000D de l'armée de l'air française, avec trois Mk.82 « Airburst », un PDLCT et deux réservoirs largables sous voilure.

Dotation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « MK80 Series Bomb Bodies », sur General Dynamics (consulté le 25 août 2014)

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mark 82 bomb » (voir la liste des auteurs).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]