Terminator Renaissance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Terminator Renaissance
Titre québécois Terminator Rédemption
Titre original Terminator Salvation
Réalisation McG
Scénario John Brancato
Michael Ferris
Acteurs principaux
Sociétés de production The Halcyon Company
Wonderland Sound and Vision
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction post-apocalyptique
Durée 115 minutes
119 minutes (version longue)
Sortie 2009

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Terminator Renaissance ou Terminator Rédemption au Québec et au Nouveau-Brunswick (Terminator Salvation) est un film de science-fiction post-apocalyptique américain réalisé par McG, sorti en 2009.

Terminator Renaissance est le quatrième volet de la saga Terminator et le seul à se dérouler presque exclusivement dans le futur. Il s'agit de la suite de Terminator 3 : Le Soulèvement des machines sortie en 2003.

Arnold Schwarzenegger ne pouvait pas participer au tournage et apparaît en images de synthèse[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

En 2003, dans la prison de Longview, Marcus Wright va être exécuté pour le meurtre de son frère et de deux policiers. Le docteur Serena Kogan, elle-même condamnée par un cancer en phase terminale, tente de le convaincre de léguer son corps à la science. En l'occurrence à la genetic division (section génétique) de Cyberdyne Systems, l'entreprise responsable de la mise au point du programme Skynet. Peu après avoir signé le document que lui a présenté le docteur Kogan, Marcus est exécuté par injection létale.

Un an plus tard, le super-ordinateur Skynet est activé. Considérant que l'espèce humaine menace son existence, il déclenche son extermination par l'événement connu sous le nom de « Jugement Dernier »[2].

En 2018, John Connor est devenu le leader charismatique de la lutte contre les machines. Alors qu'il mène un raid contre une base de Skynet, il découvre que le programme garde des prisonniers humains en vue de développer un nouveau type de Terminator, les T-800, intégrant des tissus vivants. Toutefois la base est détruite par une attaque de missiles.

C'est dans les ruines du laboratoire que réapparaît Marcus Wright, complètement désorienté. Comme il est nu, il prend les vêtements d'un mort. Sur le bras de la vareuse de celui-ci, un brassard rouge indique qu'il s'agissait d'un combattant de la Résistance, ce que Marcus ne sait pas. Il n'a d'ailleurs aucun autre souvenir que celui de son exécution. Il erre dans un Los Angeles dévasté jusqu'à ce qu'il soit pris sous les tirs d'un Terminator T-600. Il n'est sauvé que par l'intervention d'un adolescent de 15 ans, Kyle Reese, et de son amie, une petite fille muette du nom de Star.

Après l'attaque du laboratoire, John Connor retourne au siège du QG du Haut-Commandement de la Résistance, qui se trouve à bord d'un sous-marin nucléaire d'attaque en mouvement permanent pour éviter d'être repéré par Skynet. Il a un entretien avec le général Ashdown. On y apprend que la Résistance terrestre a découvert une solution radicale pour lutter contre les machines : une fréquence radio permettant en une seule fois de mettre hors d'état de nuire toutes les machines de Skynet. La Résistance décide de lancer une offensive contre les bases de Skynet à San Francisco quatre jours plus tard. Le temps presse car les humains ont intercepté une liste noire de Skynet sur laquelle figurent les noms des responsables de la Résistance, le premier de ces noms étant celui de Kyle Reese, le second celui de John Connor, et l'attaque des machines doit être lancée dans quatre jours.

John Connor est le seul à savoir qu'il doit impérativement sauver Kyle Reese qui deviendra son père[3]. Si Kyle est tué, il n'y aura jamais de John Connor ni de Résistance. Or, les membres du Haut-Commandement militaire ne sont pas conscients de cet enjeu et veulent passer immédiatement à l'exécution de leur plan d'attaque des machines alors que John Connor veut d'abord trouver Kyle et le mettre à l'abri.

John diffuse par radio des messages d'espoir et des conseils aux humains sur la façon de survivre aux machines et appeler à Résistance. Dans le camp de fortune où sont réfugiés Marcus, Kyle et Star, Marcus parvient à faire fonctionner un vieux transistor et ils entendent le message de John Connor. Ils se mettent aussitôt en route pour rejoindre la Résistance mais lors de leur voyage, alors qu'ils se sont arrêtés dans une station service en plein désert où ils comptent se ravitailler en nourriture et en carburant, ils sont victimes d'une violente attaque des machines. Bien que deux chasseurs A-10 soient envoyés par la Résistance contre les machines, celles-ci ont le dessus : plusieurs humains sont tués, Kyle et Star sont faits prisonniers par un gigantesque robot moissonneur d'humains. Après une course poursuite avec des motos et des Hunter-Killers envoyés par le Moissoneur, Marcus parvient à s'enfuir. Il localise ensuite l'un des pilotes abattus, Blair Williams, et lui vient en aide. Ensemble, ils partent pour le QG de Connor.

Arrivés à la base de la Résistance, Marcus est blessé par une mine magnétique terrestre. Alors qu'ils tentent de le soigner, les combattants humains découvrent qu'il n'est en fait qu'un cyborg, mêlant organes humains et mécanismes endosquelettiques, et dont une partie du cortex cérébral est artificielle. Marcus se croit humain. Bien qu'il apprenne à John Connor que Kyle a été fait prisonnier et emmené par un Moissonneur dans la base de Skynet à San Francisco et qu'il a pour mission de le sauver, les résistants ne lui font pas confiance et ont décidé de le mettre à mort.

Le Terminator T-800.

Pendant ce temps, ébranlé par les révélations de Marcus, John Connor essaie de convaincre le général Ashdown de retarder l'attaque contre Skynet pour qu'il puisse libérer Kyle et les autres prisonniers mais celui-ci ne veut rien entendre et démet John de son commandement. Cependant, les soldats de John lui restent fidèles et il envoie un message radio demandant aux autres combattants de la Résistance de différer leur attaque jusqu'à ce qu'il en donne lui-même l'ordre.

Blair, la femme pilote que Marcus a sauvée, a foi en lui et l'aide à s'échapper de la base de la Résistance. Au cours de la poursuite qui s'ensuit, Marcus sauve la vie de John attaqué par des hydrobots, monstrueux engins-tueurs aquatiques mis au point par Skynet. Marcus et John passent alors un accord : grâce à sa personnalité de cyborg, Marcus s'introduira dans la base de Skynet et désactivera les défenses pour permettre à John d'y entrer et de sauver Kyle.

La désactivation du signal de la Résistance se révèle être une ruse mise au point par Skynet pour lui permettre de repérer l'endroit où se trouve le sous-marin du Haut Commandement militaire et envoyer contre lui un Hunter-Killer qui le détruit.

Alors qu'il est au cœur de l'ordinateur géant, Marcus découvre qu'il est une création de Skynet programmée pour attirer John Connor et Kyle Reese dans la base pour qu'ils y soient tués. Son côté humain prend le dessus et Marcus décide de venir en aide à John pour libérer Kyle et détruire la base. Alors que John est aux prises avec un T-800, modèle 101 Terminator, Marcus vient se battre à ses côtés. Le T-800, détectant que la faiblesse de Marcus est son cœur, lui donne un violent coup dans le thorax et Marcus est tué. Mais John parvient in extremis à faire repartir le cœur de Marcus. Cependant, le Terminator blesse gravement John en l'embrochant avec une barre métallique. Bien qu'il soit mourant, Marcus l'aide à s'enfuir avec Kyle et Star à bord d'un hélicoptère de la Résistance.

Avant de s'enfuir, John a repéré les piles nucléaires qui servent à alimenter en énergie les terminators. Avant d'être blessé, il parvient à les relier à un explosif et, au moment de quitter la base, il appuie sur le déclencheur, détruisant ainsi toute la base de Skynet dans un déluge de feu atomique.

Arrivés au camp de la Résistance, Kate tente de sauver la vie de John, mais son cœur est trop endommagé. Marcus offre son propre cœur pour une greffe, se sacrifiant pour sauver John. Kate, alors enceinte, procède à une transplantation cardiaque — le robot étant donneur universel — entre ce dernier et John, tout ceci en plein désert avec un équipement dérisoire.

John, sorti d'affaire, s'adresse par la radio aux combattants de la Résistance pour les informer que même s'ils ont gagné une bataille, ils n'ont pas encore gagné la guerre.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

En 1999, deux ans après que C-2 Pictures a acquis les droits de la franchise Terminator, deux films sont développés simultanément. Tedi Sarafian (en) est chargé d'écrire Terminator 3 : Le Soulèvement des machines alors que David C. Wilson est choisi pour écrire le scénario de Terminator 4. Le premier devait se dérouler en 2001 et montrer la première bataille entre Skynet et les humains alors que Terminator 4 devait monter la guerre dans le futur aperçue brièvement dans Terminator et Terminator 2 : Le Jugement dernier[8]. Warner Bros. surnomme alors le film Project Angel.

Après la sortie de Terminator 3 : Le Soulèvement des machines en 2003, Mario Kassar et Andrew G. Vajna font signer un contrat pour un second film au réalisateur Jonathan Mostow et aux acteurs Nick Stahl et Claire Danes[9]. Jonathan Mostow développe un script avec les scénaristes du 3e film, John Brancato et Michael Ferris. La production est alors annoncée pour 2005. Arnold Schwarzenegger n'est alors annoncé que dans un rôle très limité, en raison de son mandat de gouverneur de Californie. Les producteurs font alors appel à Warner Bros. pour participer au financement du film[10]. En 2005, Nick Stahl révèle que son personnage de John Connor et celui de Kate seront tenus par d'autres acteurs car l'histoire se déroulera des années plus tard[11]. En 2006, Metro-Goldwyn-Mayer acquiert les droits de distribution[12].

En mai 2007, il est annoncé que les droits de production de Terminator n'appartiennent plus à Mario Kassar et Andrew G. Vajna, mais à The Halcyon Company (en), bien que les deux producteurs espéraient développer une nouvelle trilogie[13],[14]. Un procès sur les droits de distribution de la franchise oppose MGM et Halcyon[15],[16]. Les droits pour la distribution nord-américaine seront finalement acquis par Warner Bros. pour 60 millions ; Sony Pictures obtient quant à elle les droits internationaux pour 100 millions de dollars[17]

En octobre 2007, McG est désigné pour réaliser le film[18]. McG rencontre James Cameron, cocréateur de la franchise et réalisateur des deux premiers films. Pas forcément ravi, ce dernier ne dénigre cependant pas le projet et explique à McG qu'il va devoir faire face au même challenge que lui a du relever en succédant à Ridley Scott et son Alien quand il a réalisé Aliens, le retour (1986)[19]. Par ailleurs, James Cameron recommande au réalisateur d'engager son chef décorateur Martin Laing et l'acteur Sam Worthington[20].

Le premier scénario est développé par les auteurs du précédents opus, John Brancato et Michael Ferris. Paul Haggis ou encore Shawn Ryan participent ensuite à des réécritures non créditées[21],[22]. Jonathan Nolan participe aussi à l'écriture, notamment durant le tournage où il procède à des révisions, sur le plateau avec McG. Ce dernier déclare que Jonathan Nolan est « l'auteur principal du film ». Malgré cela, les règles imposées par la Writers Guild of America excluent Jonathan Nolan des crédits du générique du film. McG réplique alors « Je ne sais pas comment fonctionnent les règles de la WG, mais pour être honnête, nous avons avons fait les plus grosses modifications avec Jonah[23],[4] ». Jonathan Nolan contribue au film après l'arrivée de Christian Bale pour incarner John Connor. Jonathan Nolan développe le personnage et sa quête pour devenir le leader de la résistance[24]. Cependant, Jonathan Nolan doit quitter le film pour un autre projet[25]. Anthony E. Zuiker intervient alors sur le script de Terminator 4[26]. Après ces nombreuses réécritures, l'auteur Alan Dean Foster, chargé de la novélisation du scénario, décide de reprendre à zéro son travail, bien qu'il l'avait présenté à l'éditeur[27].

Dans les dernières versions du scénario, John Connor devient un personnage secondaire. L'un des producteurs, James Middleton, explique « Ben-Hur est influencé par Jésus-Christ, mais c'est son histoire. Un peu de cette façon, ce nouveau personnage principal sera influencé par John Connor » [28]. La fin initialement prévue voyait John Connor mourir mais la résistance « collait » sa peau sur le corps du cybernétique Marcus pour continuer à faire de John un symbole[29],[30]. Cependant, cette fin fuite sur Internet. Warner Bros. décide donc de faire réécrire totalement le troisième acte[31].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Christian Bale sur le tournage, en mars 2007.

En novembre 2007, Christian Bale est le premier acteur à signer pour le film. Il incarne John Connor, succédant ainsi à Edward Furlong dans le deuxième et Nick Stahl dans le troisième[32]. Le rôle, initialement secondaire, est fortement développé dès la signature de l'acteur[20].

Pour le rôle de Marcus, McG envisage initialement Christian Bale, Daniel Day-Lewis ou Josh Brolin[33],[34]. Alors que Christian Bale préfère le rôle de John Connor, Josh Brolin participe avec lui à quelques lectures mais préfère décliner la proposition pour se concentrer sur W. : L'Improbable Président d'Oliver Stone[35],[36]. Le rôle revient finalement à Sam Worthington, personnellement recommandé à McG par le cocréateur de Terminator, James Cameron, qui vient de le diriger sur le long tournage de Avatar[37].

Pour le rôle de Katerine Brewster Connor, la femme de John Connor, Claire Danes devait un temps reprendre le rôle, après l'avoir incarné dans Terminator 3 : Le Soulèvement des machines. Charlotte Gainsbourg est finalement choisie, mais en raison d'emplois du temps incompatibles, elle est finalement remplacée par Bryce Dallas Howard[20].

Tilda Swinton est initialement choisie pour le rôle du Dr. Serena Cogan. Cependant, peu de temps avant le début du tournage, elle est remplacée par Helena Bonham Carter[35],[20].

Rinko Kikuchi a auditionné pour le rôle de Blair, qui revient finalement à Moon Bloodgood[20].

Arnold Schwarzenegger, étant devenu gouverneur de Californie, ne pouvait pas participer au tournage du film. C'est Roland Kickinger qui le remplace sur le plateau de tournage. Le visage d'Arnold Schwarzenegger, tel qu'il apparaît dans le premier film, Terminator en 1984, a été copié et reconstitué avec un mélange de résines, numérisé, puis virtuellement ajouté au corps de Roland Kickinger afin qu'il ressemble le plus possible au T-800 Modèle 101 du premier film.

Terry Crews incarne le capitaine Jericho. Son rôle est fortement coupé au montage. On peut cependant voir son corps agonisant derrière John Connor au début du film[20].

Michael Papajohn, qui incarne ici Carnahan (l'un des hommes agressant Blair), jouait un secouriste des pompiers dans Terminator 3 : Le Soulèvement des machines[20].

Tournage[modifier | modifier le code]

La scène avec la camion a été en partie tournée sur le Rio Grande Gorge Bridge (en) près de Taos.
Moon Bloodgood sur le tournage à Kirtland Air Force Base, en juillet 2008.

Le tournage débute le [38] et dure 77 jours[20].

Il se déroule principalement au Nouveau-Mexique, notamment à Albuquerque (Albuquerque Studios), sur la base de l'Air Force de Kirtland, sur le Rio Grande Gorge Bridge (en) aux environs de Taos. Certaines sont tournées à l'Université d'art et de design de Santa Fe[38].

Le 26 août, Helena Bonham Carter a dû quitter précipitamment le tournage à la suite d'un drame familial pour se rendre au Royaume-Uni : quatre membres de sa famille (sa tante, son oncle par alliance, son petit cousin, et sa cousine) ont trouvé la mort dans un accident de voiture à Johannesburg, en Afrique du Sud. Ce drame stoppe évidemment momentanément sa participation au tournage du film, l'actrice et femme du réalisateur Tim Burton attendant de se rétablir psychologiquement du choc émotionnel avant de reprendre le tournage[35].

Le tournage est marqué par le décès de Stan Winston, en juin 2008, qui avait particpé à la création du Terminator et des effets spéciaux de tous les films de la franchise. Le film lui ait dédié[35].

Sam Worthington s'est blessé un muscle intercostal durant les premières semaines de tournage mais a insisté par la suite pour réaliser lui-même ses cascades[39],[40].

Musique[modifier | modifier le code]

Terminator Salvation
Original Soundtrack

Bande originale de Danny Elfman
Sortie
Durée 50:27
Genre musique de film
Label Reprise Records
Critique

Bandes originales de Terminator

La musique du film est composée par Danny Elfman, qui succède à Brad Fiedel et Marco Beltrami. Outre les compositions de Danny Elfman, on peut entendre dans le film la chanson Rooster d'Alice in Chains sortie en 1993[42]. Par ailleurs, on retrouve You Could Be Mine de Guns N' Roses, déjà présente dans Terminator 2 : Le Jugement dernier, mais qui n'est pas présente sur l'album de la bande originale[43]. Dans une bande-annonce, on pouvait également entendre The Day the World Went Away de Nine Inch Nails.

Liste des titres
No Titre Durée
1. Opening 6:01
2. All Is Lost 2:45
3. Broadcast 3:19
4. The Harvester Returns 2:45
5. Fireside 1:31
6. No Plan 1:43
7. Reveal / The Escape 7:44
8. Hydrobot Attack 1:49
9. Farewell 1:40
10. Marcus Enters Skynet 3:23
11. A Solution 1:44
12. Serena 2:28
13. Final Confrontation 4:14
14. Salvation 3:07
15. Rooster (interprété par Alice in Chains) 6:14

Références aux films précédents[modifier | modifier le code]

Le film contient plusieurs allusions aux films précédents :

  • Dans le duel contre le T-800, John Connor est blessé au visage. Il hérite alors d'une cicatrice autour de l'œil, la même que le John Connor adulte avait déjà dans l'introduction de Terminator 2.
  • Dans la scène où John Connor utilise une radio pour attirer une moto-terminator, la chanson diffusée est You Could Be Mine du groupe Guns N' Roses, présente sur la bande originale du film Terminator 2 où John Connor l'écoute alors qu'il est à moto avec son ami Tim derrière lui tenant la radio.
  • Le texte de l'introduction, présentant l'histoire de la guerre, présente des passages quasiment identiques au texte récité par Sarah Connor dans l'introduction de Terminator 2.
  • John Connor tente d'éliminer le T-800 en le recouvrant de métal en fusion puis en le refroidissant, une technique qui a fait ses preuves contre le T-1000 dans Terminator 2.
  • Lorsque sa femme lui demande ce qu'elle devra dire aux hommes s'ils s'inquiètent de son absence, John Connor lui répond « I'll be back » (« je reviendrai »), reprise de la célèbre réplique d'Arnold Schwarzenegger dans les deux premiers films Terminator.
  • La première réplique de Kyle Reese à Marcus Wright après son retour à la vie est « Viens avec moi si tu veux vivre », la même phrase qu'il dit à Sarah Connor dans Terminator et qui a été reprise dans les second et troisième films de la série.
  • Marcus montre un « truc magique » à Kyle Reese : attacher un fusil à une lanière, autour du bras, pour ne pas se le faire prendre, lorsqu'il aura quelqu'un dans sa ligne de mire. Lorsque Kyle arrive en 1984 à Los Angeles, après avoir semé les policiers, il scie le manche d'un fusil à pompe, et l'attache à une lanière, qu'il fait passer autour de son bras.
  • La photographie de Sarah Connor prise dans le premier Terminator apparaît dans le film.
  • Quand Marcus et Kyle Reese réparent une voiture, c'est une Jeep identique à la Jeep de Sarah Connor à la fin du premier volet.
  • Le Q.G. de la résistance à Los Angeles, où Kyle Reese emmène Marcus Wright, se trouve dans les restes de l'observatoire du parc Griffith, qui surplombe la ville et où apparaît le Terminator après son voyage dans le temps dans le premier film de la série[20].

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

En 2009, l'éditeur IDW Publishing publie une mini-série en quatre parties se déroulant avant les événements du film Terminator Renaissance. Cette histoire suit les aventures de différents groupes de résistants dans différents pays. IDW a également publié un one-shot en forme de preview au film.

Ces histoires sont publiées la même années, en français et dans un même recueil, chez Delcourt.

  • 2009 : Terminator: Salvation Movie Prequel (no 1-4, IDW Publishing)
  • 2009 : Terminator: Salvation Movie Preview (IDW Publisyhing)
  • 2009 : Terminator Renaissance (Delcourt)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) Michael Fleming, « Digital Governator set for ‘Terminator’ », Variety,‎ (lire en ligne)
  2. voir Terminator 3 : Le Soulèvement des machines
  3. Voir le premier film de la série, Terminator.
  4. a et b (en) « Confirmed: Jonathan Nolan Not Credited For Terminator Salvation », sur SlashFilm, (consulté le 8 juillet 2018)
  5. (en) Budget et box office - Box Office Mojo
  6. Dates de sortie - Internet Movie Database
  7. a b c d e f g h i et j Terminator Renaissance sur AlloDoublage.com
  8. (en) Michael Fleming, « 'T2' times two », sur Variety, (consulté le 12 janvier 2008)
  9. (en) Brian Linder, « T4 Moving Ahead », sur IGN,
  10. (en) Michael Fleming, « Will he be back? », Variety, (consulté le 19 novembre 2008)
  11. (en) Peter Sciretta, « Terminator 4 Announced », Slashfilm, (consulté le 22 novembre 2008)
  12. (en) Goldsmith, Jill et Laporte, Nicole, « When Harry met Leo… », Variety, (consulté le 14 novembre 2009)
  13. (en) Michael Fleming, « More 'Terminator' on the way », Variety, (consulté le 9 mai 2007)
  14. (en) Ben Fritz, « 'Terminator Salvation' producers sue hedge fund Pacificor », Los Angeles Times, (consulté le 4 juillet 2015)
  15. (en) Garth Franklin, « Terminator 4 in Legal Limbo » [archive du ], Dark Horizons,
  16. (en) « Sony bags distribution rights for Terminator » [archive du ], One India, (consulté le 14 avril 2008)
  17. (en) Claudia Eller et Ben Fritz, « On the way to 'Terminator Salvation,' legal sparks fly », Los Angeles Times, (consulté le 11 juin 2009)
  18. (en) Eric Vespe, « Quint chats TERMINATOR: SALVATION with McG! », Ain't It Cool News, (consulté le 5 août 2008)
  19. (en) Orlando Parfitt, « Terminator Salvation First Look », IGN, (consulté le 19 novembre 2008)
  20. a b c d e f g h et i (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  21. (en) Anne Thompson, « 'Terminator' guns for kid-friendly rating », Variety, (consulté le 13 mai 2008)
  22. (en) Eric Goldman, « Ryan Talks T4 » [archive du ], IG?, (consulté le 17 juillet 2008)
  23. (en) « Comic-Con Interview: McG », sur Moviehole, (consulté le 5 août 2008)
  24. (en) Meredith Woerner, « Terminator Ending "Might Piss Off A Lot Of People" », io9, (consulté le 13 janvier 2009)
  25. (en) Zack Sharf, « Christian Bale Never Wanted to Star in ‘Terminator Salvation’ and Said No Three Times: ‘It’s a Great Thorn in My Side’ » [archive du ], IndieWire,
  26. (en) « Movie Sneaks 2009 », Los Angeles Times, (consulté le 12 janvier 2008)
  27. (en) « Updates », Alan Dean Foster, (consulté le 28 octobre 2008)
  28. (en) Travis Fickett, « Terminator 4 Update! » [archive du ], IGN, (consulté le 19 novembre 2008)
  29. (en) Chris Nashawaty, « Terminator Salvation': The shocking, bummer of an ending you didn't see! », Entertainment Weekly, (consulté le 19 novembre 2009)
  30. (en) Drew McWeeny, « Updated! That Crazy TERMINATOR 4 Rumor? Turns Out It Might Be A Crazy Giant Spoiler ... », Ain't It Cool News, (consulté le 26 novembre 2008)
  31. (en) Clint Morris, « Exclusive : Terminator's Salvation », sur Moviehole.net, (consulté le 9 mai 2009)
  32. « Christian Bale dans Terminator 4 », sur Comme au cinéma, (consulté le 8 juillet 2018)
  33. (en) « MCG - MCG WANTS DAY-LEWIS FOR TERMINATOR », ContactMusic.com, (consulté le 21 août 2008)
  34. (en) A. C. Ferrante, « Exclusive News: McG talks Terminator Salvation and hints at Josh Brolin to play a new foe » [archive du ], iF Magazine, (consulté le 6 février 2008)
  35. a b c et d Secrets de tournage - Allociné
  36. (en) Josh Horowitz, « Josh Brolin Confirms He Almost Signed On For 'Terminator Salvation », MTV Movies Blog, (consulté le 25 novembre 2008)
  37. (en) « Worthington to star in 'Terminator' », sur Variety, (consulté le 14 avril 2008)
  38. a et b (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  39. (en) Karl Rozemeyer, « On the Set of McG's 'Terminator Salvation' » [archive du ], sur Premiere.com (consulté le 18 décembre 2008)
  40. (en) McG, « Terminator Salvation: The Future Begins Blog », sur McG's Official blog, (consulté le 4 juin 2008)
  41. (en) « Danny Elfman Terminator: Salvation (Original Soundtrack) », sur AllMusic (consulté le 4 juillet 2015)
  42. « Terminator Salvation Soundtrack Includes Alice in Chains track », Vintage Guitar,‎ (lire en ligne)
  43. « 'Terminator Salvation': Five Things To Look Out For », MTV, (consulté le 20 décembre 2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :