Expulsion des Juifs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L’expulsion des Juifs est l’un des éléments les plus caractéristiques de leur histoire, leurs exodes en masse ayant « rarement » été le fruit de leurs décisions propres.

Débutant aux premiers temps de leur histoire et participant à la création de la diaspora juive, les expulsions deviennent au Moyen Âge l’une des mesures anti-juives les plus fréquentes, dont les motivations sont autant théologiques, qu’économiques et politiques. Selon Raul Hilberg, l’expulsion des Juifs est l’étape suivant logiquement les diverses politiques d’ostracisation des Juifs et précédant la mesure ultime, à savoir leur tentative d'extermination.

Carte datée des diverses expulsions des Juifs au Moyen Âge ainsi que les routes prises par les exilés

Expulsion d'Angleterre[modifier | modifier le code]

Expulsion de 1290[modifier | modifier le code]

En 1290, édit du roi Édouard Ier d'Angleterre, tous les juifs (environ 16 000 personnes) sont expulsés.

Expulsions d'Allemagne[modifier | modifier le code]

Interdiction de 1348[modifier | modifier le code]

Interdiction de 1437 à 1828 à Heilbronn[modifier | modifier le code]

Contre la volonté de l'empereur, la ville de Heilbronn a obtenu une interdiction des Juifs de la ville à la fin du XVe siècle, de sorte qu'ils ne sont revenus au Wurtemberg qu'après le passage de la loi sur l'égalité juridique subséquente à partir de 1828 à Heilbronn, leur permettant de circuler librement[1],[2],[3].

Interdiction de 1510[modifier | modifier le code]

Interdiction de 1551[modifier | modifier le code]

Expulsion de Francfort en 1614[modifier | modifier le code]

Représentation de l'expulsion des Juifs de Francfort-sur-le-Main en 1614

Le 23 août 1614, après des émeutes dans la « Rue des Juifs », dirigées par Vincent Fettmilch, « 1 380 personnes âgées et jeunes ont été dénombrées à la sortie de la porte » de Francfort et rassemblées sur des bateaux sur le Main. Les Juifs étaient liés dans les affaires aux riches marchands de la ville, tandis que Fettmilch dirigeait les petits artisans et commerçants opposés à la présence juive à Francfort[4].

IIIe Reich[modifier | modifier le code]

En Allemagne avant la Seconde Guerre mondiale, les mesures antisémites incitent les Juifs au départ. Ceux qui le peuvent émigrent vers plusieurs pays, dont les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Palestine.

Exil d'Algérie[modifier | modifier le code]

Expulsion d'Autriche[modifier | modifier le code]

Interdiction de 1421[modifier | modifier le code]

Interdiction de 1670[modifier | modifier le code]

Le 19 juin 1669, un décret impérial de l'empereur Léopold Ier du Saint-Empire bannit les Juifs de Vienne et leur enjoint de quitter la ville avant le 14 avril 1670, délai étendu ensuite au 26 juillet 1670.

Expulsion du Brésil[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de Juifs hollandais avaient émigré à Pernambouc, au Brésil, sous domination hollandaise de 1630 à 1654[5] et durent quitter ce pays quand les Portugais en reprirent le contrôle et y rétablirent l'Inquisition. Certains s'établissent alors aux Antilles françaises et il est dit que la capitale de la Guadeloupe, Pointe-à-Pitre, doit son nom à un Juif hollandais, appelé Peter ou Pitre selon la transcription en français[6]. Toutefois, les Juifs quittent les Antilles françaises quand ils en sont expulsés en 1683, expulsion confirmée par le Code Noir en 1685, dont le premier article enjoint à « tous nos officiers de chasser de nos dites îles tous les Juifs qui y ont établi leur résidence, auxquels, comme aux ennemis déclarés du nom chrétien, nous commandons d'en sortir dans trois mois à compter du jour de la publication des présentes »[7].

Au XVIIIe siècle, des Juifs reviennent en Martinique, où ils ne sont que tolérés jusqu'à la Révolution. Ils sont souvent les correspondants commerciaux des entrepreneurs bordelais comme la famille Gradis[8].

Expulsion de Bretagne[modifier | modifier le code]

En 1240, les Juifs sont expulsés de Bretagne par Jean Ier Le Roux par l'ordonnance de Ploërmel du 10 avril[9].

Expulsion de Crimée[modifier | modifier le code]

Expulsion de 1016[modifier | modifier le code]

Expulsion de 1350[modifier | modifier le code]

Exil d'Égypte[modifier | modifier le code]

Expulsions de France[modifier | modifier le code]

Expulsion de 533[modifier | modifier le code]

Le premier édit, celui de Childebert Ier, fils de Clovis, est publié en 533[réf. nécessaire] parce que les juifs refusent de se convertir au christianisme, alors que les mariages mixtes avec des juifs sont interdits sous peine d’excommunication des chrétiens ou de mort pour les Juifs.

Expulsion de 633[modifier | modifier le code]

Le deuxième édit date de 633, par Dagobert qui faute d’avoir pu convaincre les Juifs de la rue de la Cité à Paris (ancienne rue de la Juiverie) de se convertir, finit par les expulser.

Expulsion de 1009[modifier | modifier le code]

À la suite de la destruction du bâtiment du Saint-Sépulcre à Jérusalem par le calife fatimide et chiite Al-Hakim bi-Amr Allah, le [10], de vives réactions se manifestent en Europe, souvent irrationnelles. Par exemple, le moine chroniqueur de l'Abbaye de Cluny, Raoul Glaber, accuse les Juifs d’être la cause de ce malheur (allégation antisémite)[11],[12],[13]. Il en résulte que les Juifs sont chassés de Limoges et de nombreuses autres villes françaises, ou passés au fil de l'épée[12]. Finalement, cette destruction sera l'une des causes des croisades à venir et notamment celle dont se sert le pape Urbain II en 1095 pour appeler les chrétiens à libérer Jérusalem et entraîne une vague de construction d'églises du Saint-Sépulcre, sur le modèle de celle de Jérusalem, dans tout l'occident chrétien[13].

Expulsion de 1182[modifier | modifier le code]

Miniature représentant l'expulsion de Juifs de France (portant rouelle à la ceinture) en 1182, Chroniques de France

La troisième expulsion est signée de Philippe Auguste en 1182, en plein sabbath, arrestation des Juifs de Paris, dépouillés de leur or et de leurs effets personnels ; libération en échange d’une forte rançon et l’année suivante, saisie de leurs biens immobiliers, reconcédés par la suite à des commerçants non-Juifs, et expulsion.

Au fil des ans, les Juifs seront rappelés par les rois et expulsés à nouveau, maintenus en état de soumission, avec des interdits, des humiliations et des massacres. Même ceux du comté de Toulouse devront trouver refuge en Provence, époque où les cathares seront réprimés.

Expulsion de 1254[modifier | modifier le code]

La quatrième expulsion de France est celle de Louis IX (dit Saint Louis) en 1254 après plusieurs injonctions leur interdisant de se livrer à l'usure et de prendre des métiers artisanaux ou agricoles. Un procès avait été fait au Talmud en 1240 à l'instigation de Nicolas Donin, Juif converti au christianisme, avec comme défenseur l'éminent rabbin Yehiel de Paris, lequel avait abouti à la condamnation du livre à être brûlé en place de Grève en 1242.

Lettres (reconnaissances de dette) de Philippe IV par lesquelles il reconnaît devoir à son frère Charles de Valois 20 000 l.t. pour les Juifs de tous ses comtés qu'il a vendus, 2 juin 1299.

Engagé dans la septième croisade, le roi est fait prisonnier en 1250 en Égypte. À la nouvelle, des Juifs sont pris pour cible.

Expulsion de 1306[modifier | modifier le code]

En juin 1306, l'édit d'expulsion général du roi Philippe le Bel donne un mois aux 100 000 Juifs de France pour quitter le royaume[14],[15]. Entre 1292 et 1306, les biens juifs patrimoniaux, meubles et immeubles sont confisqués et vendus aux enchères, ou offerts[16],[15]. L'expulsion est ponctuée d’arrestations, de taxes spécifiques, de saisies et ventes de biens, avec obligation de rachats pour se voir ensuite signifier une nouvelle expulsion. Philippe le Bel recouvre à son profit les créances juives, il devient de la sorte le créancier de quasiment tous ses sujets[15]. Les livres de comptes des Juifs rédigés en hébreu s'avérant ainsi inexploitables par les agents royaux, Philippe le Bel autorise temporairement (en 1310 et 1311) les prêteurs juifs à revenir pour renseigner l’administration fiscale, avant d’imposer leur départ définitif en 1311[16],[15].

Grâce à ces expédients lucratifs, en 1311, le roi rétablit l'or comme monnaie en créant l'agnel ou agnel d'or ou mouton d’or qui restera émis jusqu'au règne de Charles VII le Victorieux (14221451). Bien que rappelés en 1315, pour un séjour de douze années, peu reviennent[17]. Ils se réfugient en Espagne, Bourgogne, Savoie, en terres italiennes et allemandes, voire en Croatie et en Palestine[15],[17]

Le chroniqueur Jean de Saint-Victor résume : « En cette même année, en août et en septembre, tous les juifs, sinon quelques-uns qui voulurent se faire baptiser, furent expulsés du royaume ; le roi s’appropria leurs biens et les fit collecter par ses officiers, à l’exception d’une somme d’argent laissée à chaque juif pour payer son départ du royaume ; nombre d’entre eux moururent en chemin d’épuisement et de détresse »[15].

Expulsion de 1322[modifier | modifier le code]

En 1322, arrive la sixième expulsion de tous les Juifs de France, du Languedoc et de Bourgogne par le roi Charles IV le Bel. Ceux du Languedoc croient trouver refuge en Aragon où ils subissent les persécutions de 1391 : bûchers, procès, massacres et spoliations.

Expulsion de 1394[modifier | modifier le code]

En 1394, c’est la septième mesure d'expulsion, l’édit d’expulsion définitif. Le roi Charles VI (roi de France) donne quarante-cinq jours aux Juifs pour quitter le royaume après avoir vendu leurs biens. Certains partent pour la Savoie, l’Allemagne, les États du Pape (Avignon et Comtat Venaissin rattaché à la France en 1791) et Jérusalem.

Expulsions de 1491 et 1501[modifier | modifier le code]

La Provence étant rattachés au royaume, viennent les 8e et 9e expulsions en 1491 et 1501. Direction Jérusalem et l’Afrique du Nord pour les Sarfati (Français) et les Narboni[réf. nécessaire], et 1615, la 10e expulsion, purement formelle est sans effet, puisqu’il ne reste qu’un seul Juif au royaume de France, le médecin de la cour de Marie de Médicis. Les juifs reviendront après le rattachement de l’Alsace et la Lorraine en 1648 (traité de Westphalie).

Expulsions de 1683 et 1724[modifier | modifier le code]

En 1683 et 1724, respectivement Louis XIV et Louis XV expulsent les Juifs des Antilles et de Louisiane, signant les 11e et 12e expulsions.

Expulsion de Bretagne en 1240[modifier | modifier le code]

Le , Jean Ier le Roux, duc de Bretagne, comte de Richemond prend à Ploërmel une assise ou ordonnance qui expulse tous les Juifs de Bretagne, annule toutes leurs créances, et demande au roi de France une confirmation de ces assises par des lettres patentes[18].

Expulsion de Provence en 1498-1501[modifier | modifier le code]

Expulsion des îles françaises d'Amérique par Louis XIV en 1683[modifier | modifier le code]

Expulsion des juifs par une ordonnance de 1683, mesures limitées aux Îles françaises dans le Code noir.

Expulsion d'Irak[modifier | modifier le code]

Expulsion d'Italie ou des États pontificaux[modifier | modifier le code]

Expulsion de Sicile en 1492[modifier | modifier le code]

La Sicile relevant de la couronne d'Espagne, c'est une conséquence de l'édit d'expulsion des Juifs d'Espagne.

Expulsion de Naples en 1541[modifier | modifier le code]

Expulsion de Rome en 1569[modifier | modifier le code]

Expulsion de Rome en 1593[modifier | modifier le code]

Expulsions de Hongrie[modifier | modifier le code]

Interdiction de 1349[modifier | modifier le code]

Interdiction rapidement rapportée.

Interdiction de 1360[modifier | modifier le code]

En 1360, après une tentative de conversion forcée, édit du roi Louis Ier de Hongrie. Les Juifs expulsés s'établissent en Autriche, Moravie et Pologne.

Expulsion de Lituanie[modifier | modifier le code]

Interdiction de 1445[modifier | modifier le code]

Interdiction de 1495[modifier | modifier le code]

Expulsions de la péninsule ibérique[modifier | modifier le code]

Expulsion par les rois wisigoths[modifier | modifier le code]

Expulsion d'Espagne de 1492[modifier | modifier le code]

En 1492, Isabelle Ire de Castille et Ferdinand II d'Aragon, prennent le décret de l'Alhambra qui expulse tous les Juifs d'Espagne. Sur 200 000 personnes, on estime qu'environ 50 000 acceptent de se convertir au catholicisme, et 150 000 doivent s'exiler. Le sultan Bayezid II les autorise à s'établir dans l'Empire ottoman. Beaucoup s'établissent en Afrique du Nord.

Cette expulsion entraîna celle des juifs de Sicile et de Sardaigne en 1492, qui étaient sous souveraineté de l'Espagne[19], puis celle de l'Italie du Sud en 1505, à la suite de l'annexion du royaume de Naples.

Expulsion de Palestine ou d'Israël[modifier | modifier le code]

Déportation à Babylone en - 597[modifier | modifier le code]

Selon le livre de Jérémie, la déportation des Judéens s'est faite en trois fois (Jérémie 52,28-30). La première au temps de Joaquin (597 av. J.-C.), à la suite de la défaite du royaume de Juda face à Nabuchodonosor II ; le Temple de Jérusalem est alors partiellement dépouillé et la majorité des citoyens emmenés. Onze ans plus tard, en 587 av. J.-C., après une révolte contre l'empire sous le règne de Sédécias, la ville est entièrement rasée et une nouvelle déportation, moins importante, s'ensuit. Finalement, Jérémie fait état d'un troisième exil cinq ans plus tard, soit en 581 av. J.-C..

Cette mesure est levée par l'empereur Cyrus II libère les Juifs après la prise de Cyrus II avec la permission de reconstruire le Temple de Jérusalem (538 av. J.-C.). Leur pays devient la province perse de Judée.

Expulsion de Jérusalem et de la Judée en 135[modifier | modifier le code]

En 135, Julius Severius, lieutenant de l'empereur Hadrien expulsant tous les Juifs de Jérusalem qui est rebaptisée Ælia Capitolina et de l'ensemble de la Chôra, c'est-à-dire d'une grande partie de la Judée. Les juifs émigrent pour la plupart en Galilée. Les juifs ne peuvent pas revenir dans la cité sous peine de mort, sauf un jour par an, où ils ont le droit de venir se lamenter sur les ruines du Temple détruit. La province romaine de Judée est rattachée à celle de Syrie qui prend le nom de Provincia Syria-Palestina. Bien que certaines familles riches alliées des Romains aient été autorisées à revenir sous Antonin le Pieux, cette interdiction est maintenue au moins jusqu'à la conquête musulmane.

Jérusalem en 1948[modifier | modifier le code]

Les Juifs installés dans la vieille ville de Jérusalem en 1948 furent chassés par la ligue arabe lors de la proclamation d'indépendance de l'État d'Israël.

Expulsion de la Bande de Gaza en 1982[modifier | modifier le code]

Les Juifs installés dans des colonies en territoire occupé (Sinaï (1982), Bande de Gaza (2006)) sont expulsés par l'armée israélienne à la suite de la décision prise par le gouvernement d'Israël.

Expulsion de Pologne[modifier | modifier le code]

Expulsion de mars 1968[modifier | modifier le code]

Des dizaines de milliers de citoyens juifs polonais en mars 1968 par le gouvernement soviétique qui les avait contraint à quitter le pays. Les services des forces de l’ordre communistes avaient confisqué les passeports polonais de ressortissants juifs polonais en échange d’un aller simple vers l’extérieur.

Expulsion du Portugal[modifier | modifier le code]

Expulsion du Portugal par décret du 5 décembre 1496.

Expulsion de Russie et d'URSS[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En même temps que les personnes déplacées, de nombreux Juifs ne purent rejoindre leurs maisons après la guerre.

Expulsion des autres pays arabes et des pays musulmans[modifier | modifier le code]

Expulsion de Tunisie[modifier | modifier le code]

Tunis en 1535[modifier | modifier le code]

Vue de Bab El Bhar et de l'arsenal lors du sac de Tunis par l'armée de Charles Quint.

À la suite de la prise de la ville par l'Espagne de Charles Quint dont les troupes vont déployer du zèle pour faire prisonniers tous les Juifs de Tunis, qui formaient une importante communauté, ceux-ci sont emmenés par l'ennemi qui les transporte à Naples et d'autres pays chrétiens, où beaucoup meurent de misère et de chagrin quand ils ne sont pas vendus comme esclaves[20],[21],[22]. Les Juifs étaient... en grand nombre à Tunis », rapporte Joseph Ha-Cohen, l'auteur de La vallée des pleurs[23] : « Les uns s'enfuirent dans le désert, où, consumés par la soif et la faim, réduits à la plus extrême détresse, ils se virent dépouillés par les Arabes de tout ce qu'ils avaient pu emporter et beaucoup d'entre eux périrent alors ; les autres furent massacrés par les chrétiens lors de leur irruption dans la ville : d'autres encore furent emmenés en captivité par le vainqueur, sans que personne vînt à leur aide en ce jour de la colère divine... »[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (trad. aut.) Kneuper "Heilbronner Urkundenbuch" n° 581 page 291 (ligne 33 et suivantes) "Dispute entre la ville de Heilbronn et le trésorier du Reich Konrad von Weinsberg à propos de l'expulsion des Juifs - 14 janvier 1438 au 8 octobre 1439"
  2. (trad. aut.) Angerbauer / Frank : Communautés juives du district et de la ville de Heilbronn, p. 96.
  3. (de)R. Wiener: Zur Geschichte der Juden in Heilbronn. In: Achawa. Vereinsbuch. Herausgegeben vom Vereine zur Unterstützung hilfsbedürftiger israelitischer Lehrer, Lehrer-Wittwen und Waisen in Deutschland. Leipzig 1867, S. 56–77.
  4. (de) Getty Research Institute, Verein Deutscher Buchgewerbekünstler et Wiener Bibliophilen-Gesellschaft, Zeitschrift für Bücherfreunde, [Bielefeld und Leipzig : Velhagen & Klasing], (lire en ligne)
  5. (en) Cyrus Adler et L. Hühner, « JE, Recife (Pernambuco) ».
  6. Félix-Hilaire Fortuné, La France et l'Outre-Mer antillais : quatre siècles d'histoire économique et sociale, Paris/Montréal (Québec)/Budapest etc., L'Harmattan, , 553 p. (ISBN 2-7475-0315-1)
  7. Suzy Halimi, Commerce(s) en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle, Publications de la Sorbonne, Paris, 1990, (ISBN 2-85944-195-7) édité erroné.
  8. Gotthard Deutsch et S. Kahn, « JE, Martinique ».
  9. « Le bannissement des Juifs de Bretagne par le duc Jean Ier le Roux (10 avril 1240) » sur des-mondes-singuliers.coop.
  10. Guy Couturier, « Achèvement et ruines », revue Parabole, mai-juin 1998, vol. XXI, n° 1
  11. « TABLE DES MATIERES DE Raoul Glaber (bilingue) », CHAPITRE VII. Destruction du temple de Jérusalem, et massacre des Juifs, sur remacle.org (consulté le ), p. 265-268
  12. a et b Bernhard Blumenkranz, « Les auteurs chrétiens latins du moyen âge sur les Juifs et le Judaïsme. (V) », Revue des études juives, vol. 117, no 17,‎ , p. 5–58 (lire en ligne, consulté le )
  13. a et b (en) Justin E. A. Kroesen, The Sepulchrum Domini Through the Ages : Its Form and Function, Peeters Publishers, , p. 19
  14. Céline Balasse, 1306, l'expulsion des juifs du royaume de France, De Boeck, , 366 p. (ISBN 978-0-521-58150-9), p. 61
  15. a b c d e et f Juliette Sibon, « 1306, l'expulsion des juifs du royaume de France », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, n° 16, 2008.
  16. a et b Claire Soussen, « Céline Balasse, 1306. L’expulsion des juifs du royaume de France, Bruxelles, De Boeck, 2008, 392 p. », Médiévales. Langues, Textes, Histoire, no 56,‎ , p. 179–181 (ISSN 0751-2708, DOI 10.4000/medievales.5609, lire en ligne, consulté le )
  17. a et b Elsa Marmursztejn. « Débats médiévaux sur l’expulsion des juifs des monarchies occidentales ». I. Poutrin et A. Tallon. Les expulsions de minorités religieuses dans l’Europe des XIIIe-XVIIe siècles, pp.19-44, 2015.
  18. " À tous ceux qui les présentes lettres verront, Jean, duc de Bretagne, comte de Richemont, salut. Sachez que nous, sur la demande des évêques, des abbés, des barons et des vassaux de Bretagne, ayant examiné avec soin l’intérêt du pays, nous chassons de Bretagne tous les Juifs. Ni nous, ni nos héritiers n’en tiendrons jamais un seul sur nos terres en Bretagne et nous ne souffrirons pas qu’aucun de nos sujets en ait sur les siennes. Toutes les dettes contractées envers des juifs établis en Bretagne, de quelque manière et pour quelque raison que ce soit, nous les remettons entièrement et nous en donnons quittance. Toutes les terres hypothéquées à des Juifs, tous les gages mobiliers ou immobiliers détenus par eux feront retour aux débiteurs ou à leurs héritiers, sauf les terres et les autres gages qui auraient été vendus à des chrétiens par jugement de notre Cour. Personne ne sera accusé ou mis en jugement pour avoir tué un juif avant aujourd’hui. Nous prierons, nous engagerons de bonne foi et de tout notre pouvoir Monseigneur le Roi de France à confirmer par ses lettres la présente assise ou ordonnance, et nous nous portons garant pour notre père et pour nous que les dettes contractées en Bretagne envers les Juifs ne seront jamais payées sur les terres de notre père. Cette assise, comme elle est ici écrite, nous avons juré de bonne foi de l’observer à jamais ; s’il nous arrivait d’y contrevenir, tous les évêques de Bretagne ensemble ou chacun séparément, peuvent nous excommunier et mettre l’interdit sur nos terres sises dans leurs diocèses, nonobstant tout privilège obtenu ou à obtenir par nous. De plus, nous voulons et accordons que nos héritiers qui au temps à venir nous succèderont, quand ils auront atteint l’âge légitime, s’engagent par serment à fidèlement observer cette assise comme elle est écrite ici. Les barons, les vassaux et tous autres astreints à jurer fidélité au comte de Bretagne ne la jureront point ni ne rendront leur hommage à nos héritiers, tant que ceux-ci, dûment requis par deux évêques ou deux barons au moins au nom des autres, n’auront pas juré de garder cette assise fidèlement. Mais ce serment fait, les barons et tous ceux qui doivent fidélité au comte de Bretagne jureront fidélité et rendront hommage immédiatement à nos héritiers. Enfin, les évêques, les barons et tous les vassaux de notre duché ont juré et accordé que jamais ils ne recevront ni ne permettront de recevoir des Juifs dans leurs terres en Bretagne. Donné à Ploërmel, le mardi avant la Résurrection de notre Seigneur l’an MCCXXXIX.[=10 avril 1240 nouveau style] »
  19. Voir page 609 dans Medieval Jewish civilization: an Encyclopedia sous la direction de Norman Roth, Routledge, 2003.
  20. Jean-Pierre Allali, « Les Juifs de Tunisie. Saga millénaire », L'exode oublié. Juifsdes pays arabes, éd. Raphaël, Le Mont-Pèlerin, 2003
  21. a et b Michel Abitbol, « Juifs d'Afrique du Nord et expulsés d'Espagne après 1492 », Revue de l'histoire des religions, vol. 210, no 1,‎ , p. 49–90 (DOI 10.3406/rhr.1993.1415, lire en ligne, consulté le )
  22. « Holocaust | Les Juifs de Tunisie », sur www.projetaladin.org, (consulté le )
  23. Joseph Ha-Cohen, La vallée des pleurs, édition française établie par Julien Sée, rééditée par J.-P. Osier, Paris, 1981, p. 110-111

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Partie d'une série (en) sur le
Judaïsme
Étoile de David Dix Commandements Menorah
Portail:Judaïsme