Rue de la Juiverie (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue de la Juiverie.
Anc. 9e arrt
Rue de la Juiverie
Situation
Arrondissement Anc. 9e (4e)
Quartier Cité
Début Rue des Marmousets-Cité[1] et
Rue de la Vieille-Draperie
Fin Rue de la Calandre et
Rue Saint-Christophe
Historique
Ancien nom Via Judearia
Rue de la Juierie
Rue de la Juérie
Rue de la Juyrie
Rue de la Juisvie
Rue de la Juiferie
Rue de la Juiverie

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de la Juiverie

La rue de la Juiverie, est une ancienne rue de Paris, incorporée à la rue de la Cité en 1834. Elle était située quartier de la Cité, sur l'île de la Cité, dans l'ancien 9e arrondissement (actuel 4e arrondissement).

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette rue était habitée autrefois par des Juifs, d'où elle a tiré son nom jusqu'à la création de la rue de la Cité[1],[2]

Situation[modifier | modifier le code]

Cette rue commençait rue des Marmousets-Cité[1] et rue de la Vieille-Draperie et finissait rue de la Calandre et rue Saint-Christophe. Elle était située dans l'ancien 9e arrondissement[3].

Les numéros de la rue étaient noirs[1]. Le dernier numéro impair était le no 33 et le dernier numéro pair était le no 38.

La rue du Four-Basset qui la reliait à la rue aux Fèves fut supprimée en 1730.

Historique[modifier | modifier le code]

Cette rue, la via Judearia, qui était située dans les abords immédiats de la Cathédrale Saint-Étienne, était occupée dès le Ve siècle par des commerçants juifs, qui était alors le centre commercial de l'île de la Cité et de Lutèce[4].

Chassés de Paris en 636, les Juifs réoccupèrent cette rue deux siècles plus tard et s'étendirent dans le quartier. Elle était habitée principalement par des juifs riches[1].
Ils édifièrent, au IXe siècle, une synagogue qui était située à l'emplacement du no 5 de la rue de la Juiverie dans l'angle avec la Rue des Marmousets-Cité. En 1183, Philippe Auguste expulsa les juifs du royaume de France et elle devint l'église de la Madeleine-en-la-Cité. Il y avait à cette époque un passage, appelé passage du Four-Basset qui communiquait à la rue aux Fèves et au marché au blé dit Halles de Beauce.

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous la forme rue la Juerie.
Elle porte ensuite des noms qui en découlent : rue de la Juérie, rue de la Juyrie en 1313, rue de la Juisvie en 1405, rue de la Juiferie en 1450 et rue de la Juiverie jusqu'en 1834.

Cette rue étroite fut élargie en 1507.

En 1702, la rue, qui fait partie du quartier de la Cité, possède 41 maisons et 4 lanternes[5]

Une décision ministérielle du 26 prairial an XI (15 juin 1803), signée Chaptal fixe la largeur de la rue de la Juiverie à 12 mètres[6].

Le sur la demande des propriétaires riverains, le ministre de l'intérieur, Adolphe Thiers, décide de fusionner la rue du Marché-Palu, la rue de la Juiverie et la rue de la Lanterne sous le nom de rue de la Cité[6].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Jean La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris
  2. Guillot de Paris : Le Dit des rues de Paris avec préface, notes et glossaire par Edgar Mareuse.
  3. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 35e quartier « Cité », îlots nos 23 et 24, F/31/90/10, îlots nos 26 à 28, F/31/90/12, îlots nos 34 et 35, F/31/90/17, îlot no 36, F/31/90/18
  4. a et b Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris
  5. Description de la ville de Paris par Jean de la Caille
  6. a et b Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, édition de 1844, p. 141-142 [lire en ligne]
  7. Des tavernes aux bistrots: histoire des cafés par Luc Bihl-Willette

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]