Dunes (Tarn-et-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dunes
Dunes (Tarn-et-Garonne)
Maison à colombages.
Blason de Dunes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Castelsarrasin
Intercommunalité Communauté de communes des Deux Rives
Maire
Mandat
Alain Alary
2020-2026
Code postal 82340
Code commune 82050
Démographie
Gentilé Dunois
Population
municipale
1 202 hab. (2018 en diminution de 1,64 % par rapport à 2013)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 05′ 18″ nord, 0° 46′ 18″ est
Altitude Min. 57 m
Max. 186 m
Superficie 23,19 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Agen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Garonne-Lomagne-Brulhois
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Dunes
Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne
Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Dunes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dunes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dunes

Dunes est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Dunois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Dunes se situe à environ 20 km d'Agen sur les collines longeant la vallée de la Garonne. La commune se trouve à l'extrémité ouest du département de Tarn-et-Garonne et elle est limitrophe de ceux du Gers et de Lot-et-Garonne.

Le village est situé dans le Pays du Brulhois, zone s'étendant sur la rive gauche de la Garonne de Laplume à Auvillar en passant par Layrac.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Auroue traverse la commune à quelques kilomètres à l'ouest du village.

Le Métau passe au pied de la Bastide à l'ouest du village et rejoint l'Auroue à la limite de la commune.

Le Sempessere passe coté est du village.

Le Taman est un petit ruisseau saisonnier du sud du village qui rejoint le Sempesserre.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat du Bassin du Sud-Ouest », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 13 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,5 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 9,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 753 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 9,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Valence », sur la commune de Valence, mise en service en 1994[7]et qui se trouve à 10 km à vol d'oiseau[8],[Note 2], où la température moyenne annuelle est de 14,2 °C et la hauteur de précipitations de 740,2 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Montauban », sur la commune de Montauban, mise en service en 1885 et à 47 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 13,6 °C pour 1981-2010[11] à 14 °C pour 1991-2020[12].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[13],[14].

Un espace protégé est présent sur la commune : la « grotte du roc », un terrain acquis (ou assimilé) par un conservatoire d'espaces naturels, d'une superficie de 0,6 ha[15].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 3]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : les « cavités et coteaux associés en Quercy-Gascogne »[17], d'une superficie de 1 103 ha, un site hébergeant régulièrement huit espèces de chiroptères de l'annexe II. Il est fréquenté à toutes les saisons par les chauves-souris. En particulier, parmi ces espèces, le Minioptère de Schreibers et le complexe bispécifique Petit Murin/Grand Murin possèdent des effectifs remarquables en période de reproduction[18].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

Carte de la ZNIEFF de type 1 localisée sur la commune.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 4] est recensée sur la commune[19] : les « vallons et coteaux associés à la grotte du Roc » (623 ha), couvrant 3 communes dont une dans le Gers et deux dans le Tarn-et-Garonne[20].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Dunes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[21],[22],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Agen, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 81 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[24],[25].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (93,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (38,9 %), terres arables (36,5 %), cultures permanentes (14,9 %), forêts (5,4 %), zones urbanisées (2,9 %), prairies (1,5 %)[26].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'hypothèse la plus probable est que Dunes viendrait de la racine celte "Duno" qui veut dire colline, forteresse.

Une autre hypothèse est que le village fut nommé Dunae en référence à un homme gallo-romain nommé Dunius. Le nom du village voudrait donc dire "le domaine de Dunius"[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune fut rattachée au département de Tarn-et-Garonne à la création de celui-ci par Napoléon Ier le 4 novembre 1808. Elle faisait jusqu'alors partie du Lot-et-Garonne en compagnie du canton de Valence d'Agen.

Les pendus de 1944[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, " le bourg de Dunes a le triste privilège d'être classé au rang des villages martyrs. En effet, le 23 juin 1944, une unité de SS cantonnés non loin de là, dans le chef-lieu du canton voisin de Valence-d'Agen, recherche des « résistants » [27].. Ces derniers auraient été préalablement dénoncés par deux femmes du village voisin. L'officier SS a, en effet, une liste de 42 noms. Après avoir fait rassembler près de 70 hommes sous les arcades de l'ancienne bastide tarn-et-garonnaise, les Allemands installent des tables sous le balcon de la poste. Une macabre cérémonie commence, douze, un par un sont appelés et pendus au balcon[28], un treizième qui tente de s'échapper est abattu. Trois autres villageois avaient été un peu plus tôt, et sans raison, abattus dans un champ de la commune[29].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Dunes Blason
D'azur aux trois monts d'argent surmontés chacun d'une fleur de lys d'or[30]
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 avril 2015 Christian Astruc DVG Conseiller général
avril 2015 En cours Alain Alary PRG Retraité de l'agriculture
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[32].

En 2018, la commune comptait 1 202 habitants[Note 7], en diminution de 1,64 % par rapport à 2013 (Tarn-et-Garonne : +3,51 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8181 2801 3151 4131 5121 2481 3191 3411 301
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2911 2021 2031 1781 2461 2161 1461 0681 003
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
978953930824843884887825815
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
7507127107698538931 0791 1061 216
2017 2018 - - - - - - -
1 2001 202-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sport et culture[modifier | modifier le code]

  • Le club de football est une entente avec les villages de Donzac, Dunes, Saint-Cirice, Saint-Loup et Sistels. Il a pour nom le FC Brulhois et les rencontres ont lieu au stade de Donzac.
  • Le club de tennis est une association de plusieurs villages Dunes, Donzac, Saint-Loup. Son nom est "Garonne Tennis"
  • Le village organise chaque année au mois de novembre une fête occitane ainsi qu'un rassemblement des vieux pistons à la Tour des Templiers.
  • Les vins de la collectivité du Brulhois sont dits vins de Dunes.

Rugby Club du Brulhois 82[modifier | modifier le code]

Le club de rugby à XV fut créé en 2010 et regroupe les villages de Donzac, Dunes, Saint-Cirice, Saint-Loup et Sistels. Il se nomme le RC Brulhois 82 et les rencontres ont lieu au stade Roland Doumergue de Dunes (C'est le retour d'un club de rugby à Dunes depuis le Sporting Club Dunois de l'entre-deux guerres) Le club évolue en championnat de 4e série occitanie pour la saison 2020-2021.

  • 2010-2012 : Le RC Brulhois réalise deux bonnes saisons en 4e Série avec notamment un 1/4 et un 1/8 de finale de championnat de France ainsi que le bouclier du comité Midi-Pyrénées acquis face à l'US Haut-Salat sur le score de 25 à 6. Le club accède ainsi à la 3e Série. Le Brulhois parvient à enchainer 17 victoires consécutives.
  • 2012-2014 : Le RCB82 joue le haut de tableau de 3e Série, il atteint d'abord les 1/4 de finale et l'année suivante il perd son barrage à domicile mais est reversé en Coupe des Pyrénées où l'équipe est défaite en finale 18 à 15 en prolongation contre le CA Vabre. Durant ces deux années le Brulhois présente également une équipe réserve qui atteint aussi les 1/4 de finale et termine premier de poule en 2014.
  • 2014-2016 : L'équipe remporte la Coupe des Pyrénées 21 à 20 face au Valence Olympique XV. L'année suivante, le Rugby Club du Brulhois 82 termine à la première place de sa poule ce qui lui permet d'accéder à la 2de Série.
  • 2016-2018 : Pour sa première saison en 2de Série, le club se maintient mais rate la qualification pour les barrages et est éliminé lors du premier match de coupe. La saison suivante en raison d'un groupe resserré et d'une succession de blessés verra le club enchainer les défaites et déclarer forfait général à 6 journées de la fin.
  • 2018-2021: Le club repart la saison suivante en étant descendu en 3e/4e Série. Malgré le peu de victoires en 2 ans le club se structure pour l'avenir. La crise du Covid-19 ne permet pas de jouer les saisons 2019-2020 et 2020-2021 dans leurs intégralités.

Historique du RC Brulhois 82[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La tour de Turas dit des "Templiers".
  • La place des Martyrs ou place de la mairie qui est entourée de cornières et de nombreux commerces, un puits se trouve face à la mairie.
  • L'église Sainte-Madeleine de Dunes, grand bâtiment architectural date du XIIIe siècle. L'édifice a été inscrit au titre des monuments historiques en 1926[35]. Plusieurs objets sont référencés dans la base Palissy[35].

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léon Lemartin, né à Dunes en 1883, ingénieur des Arts et Métiers, pionnier de l'aviation, aviateur (chef-pilote) de la maison Blériot (brevet no 249). Premier contrat connu de pilote d'essais au monde[36]. Recordman du monde de vol avec passagers à Pau sur Blériot XIII en février 1910, avec 7, 8 puis 11 personnes. Record du monde de vitesse, non homologué, sur Blériot XX à moteur Gnome 50HP, le 24 mai 1911 entre Étampes et Toury : 128,418 km/h. Ami de Jules Védrines, de Charles de Lambert, dont il adoptera la fille Jeanne, et Geo Chavez, partenaire de Roland Garros. Mort accidentellement au départ du Circuit Européen, le 18 juin 1911. 59e martyr de l'aviation, il repose à Dunes.
  • Tonnie Davy (Léone Le Martin dite), institutrice et journaliste née à Dunes le 18 juillet 1911, décédée à Toulouse le 25 décembre 1968. Fille posthume de Léon Lemartin (sa mère est remariée à son oncle paternel - le frère de son 1er mari comme c'était souvent la coutume). Elle a deux sœurs, Louise et Simone, et deux demi-frères Maurice et Roger. En 1930, elle s'inscrit à la Faculté de lettres de Paris, puis rencontre Charles Dullin, joue au théâtre de l'Atelier et part en tournée. En 1933, elle intègre l'équipe de l'hebdomadaire L'Image, puis celle de Pour Vous. Le plus grand hebdomadaire de cinéma[37]. Elle rédige des articles sur de jeunes comédiens français qu'elle rencontre : Ginette Leclerc, Alice Field, Mary Glory, Georges Lyon ou Bernard Blier[38]… et retranscrit ses entretiens avec de jeunes vedettes d'Hollywood comme Lana Turner, Ingrid Bergman, Joan Fontaine ou James Stewart. Dans les années 60, elle sera une des préceptrices des enfants de Joséphine Baker au Château des Millandes.
  • Anne-Marie Canet, née à Dunes le 26 novembre 1912 au domaine de la Canette ; célèbre poétesse, qui suivit son mari, Joseph Kegels en Luxembourg belge, auteur de dix recueils de poésie en langue française sous son nom d'épouse, Anne-Marie Kegels, morte à Marbehan (Belgique) le 4 juillet 1994.
  • René-Paul Entremont, né à Sète le 25 septembre 1917 ; écrivain et surtout poète (nombreux recueils) corps-franc 1939-1940 dans les Ardennes, prisonnier de guerre et évadé Seconde Guerre mondiale, résidant à Dunes 1978-2000, créateur des "Tréteaux de Dunes et alentours" (diseur et metteur en scène) et créateur de l'ADHEF en 1994 (pour faire mieux connaître en France Anne-Marie Canet-Kegels), membre d'associations de poésie dont la SPAF Midi-Pyrénées, mort à Sète le 3 décembre 2010.
  • Victime des nazis, Roger Dublin, 32 ans, amené du village voisin de Caudecoste (Lot-et-Garonne) est pendu avec 10 autres victimes le 23 juin 1944. Il y avait aussi parmi les pendus de Dunes un Parisien réfugié à la campagne...
  • Christian Gasc (1945), costumier né à Dunes.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  3. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[16].
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Valence - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Dunes et Valence », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Valence - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Dunes et Montauban », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Montauban - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Montauban - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le )
  14. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  15. « la « grotte du roc » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  17. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Dunes », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « site Natura 2000 FR7302002 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  19. « Liste des ZNIEFF de la commune de Dunes », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « ZNIEFF les « vallons et coteaux associés à la grotte du Roc » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  23. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Agen », sur insee.fr (consulté le ).
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  26. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  27. Max Lagarrigue, Félix Stotz, itinéraire meurtrier et oublié du chef de la Gestapo de Montauban, revue Arkheia, Montauban, 1999.
  28. Ironie de l'Histoire : le premier pendu possédait un bar à Agen qui servait de base arrière à la Gestapo à cause de sa mère, maitresse du tristement célèbre "Bouboule". Voir à ce sujet Koscielniak (Jean-Pierre), Alias Bouboule. Itinéraire d'un gestapiste agenais, Le Passage, 2017.
  29. Admin, « SAINT-SIXTE CAUDECOSTE DUNES – La résistance en Tarn et Garonne » (consulté le )
  30. . Charles d'Hozier, Armorial général de France, dressé en vertu de l'édit de 1696. Vol. 13 : Guyenne, 852 p. (lire en ligne)
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  35. a et b « Eglise Sainte-Madeleine », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  36. http://patrimoine.gadz.org/gadz/lemartin.htm
  37. « Danielle Darrieux dans le magazine « Pour vous » - La Cinémathèque française », sur www.cinematheque.fr (consulté le ).
  38. Jean-Philippe GUERAND, Bernard Blier : Un homme façon puzzle, Groupe Robert Laffont, , 572 p. (ISBN 978-2-221-14520-3, lire en ligne).