Blériot Aéronautique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Blériot Aéronautique
illustration de Blériot Aéronautique
Les mosaïques de l’ancienne usine de Blériot Aéronautique à Suresnes sont visibles à leur emplacement d’origine[1]. Le bâtiment actuel est occupé en partie par le groupe Airbus.

Création 1909
Disparition 1937
Remplacé par Société nationale des constructions aéronautiques du sud-ouestVoir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Louis Blériot
Siège social FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité construction aéronautique
Produits Blériot V, Blériot VI, Blériot XI, Blériot XII, Blériot 110, Blériot 5190
Filiales Société de production des aéroplanes Deperdussin

Blériot Aéronautique (1909-1937) est une entreprise de construction aéronautique française fondée par Louis Blériot. Elle construisit également quelques motocyclettes entre 1921 et 1922.

Historique[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Grâce à la renommée acquise à l'occasion de sa traversée de la Manche qu'il est le premier à réaliser en 1909, Louis Blériot fonde une entreprise de construction aéronautique. Il reçoit une centaine de commandes du monde entier et devient le premier industriel de l’aviation. Entre 1909 et 1919, près de 100 Blériot XI seront construits.

Pour faire face à ces commandes, Blériot doit organiser son entreprise. Il choisit un terrain à Buc, proche de Paris, sur lequel il bâtit un « aéroparc » à l’automne 1909. Son objectif est de réunir formation, essais et spectacles en un même lieu.

L'entreprise ne prend réellement son essor qu'avec la Première Guerre mondiale et une usine fut construite en Angleterre à Addlestone, construisant à la fois des chasseurs Blériot et des SPAD pendant la guerre.

En 1914, Blériot Aéronautique rachète la Société de production des aéroplanes Deperdussin (SPAD). Les deux entreprises fusionnent en 1921.

Après la guerre, l'usine française, basée à Suresnes, se reconvertit dans la fabrication de motocyclettes à 2-cylindres. Il s'agit, avec cette diversification, de faire face à la conjoncture économique défavorable de ces années, aggravées par les mauvais rapports entretenus avec les pouvoirs publics.

Blériot Aéronautique essaye alors de s'adapter à une demande grandissante et s'ouvrant à l’aviation de loisir, mais les difficultés perdurent.

La société est nationalisée en 1937 au sein du regroupement Société nationale des constructions aéronautiques du Sud-Ouest (SNCASO)

Entre 1939 et 1947, les usines Blériot Aéronautique et l'aéroparc de Buc sont bombardés et occupés tour à tour par les armées française, allemande, américaine et anglaise. Blériot Aéronautique ne récupèrera l'aéroparc qu'en 1947, au départ de la Royal Air Force.

La Société nationale des constructions aéronautiques du Sud-Ouest (SNCASO) fusionne en 1957 avec la Société nationale des constructions aéronautiques du Sud-Est (SNCASE) pour former Sud-Aviation, qui fusionnera en 1970 avec Nord-Aviation et la Société d'étude et de réalisation d'engins balistiques pour former la Société nationale industrielle aérospatiale, qui fusionnera en 2000 avec Matra, puis en 2001 avec Daimler Chrysler Aerospace (DASA) et Construcciones Aeronáuticas Sociedad Anónima (CASA), pour former European Aeronautic Defence and Space company (EADS), devenue Airbus Group en 2014.

L'ancienne usine de Suresnes est détruite dans les années 2000, remplacée par un bâtiment d'EADS. Le mur frontal, le long des quais de Seine, était pourtant classé monument historique. Des mosaïques ont toutefois été conservées et ont été installées devant le bâtiment, ainsi qu'une stèle commémorative[2].

Avions[modifier | modifier le code]

Un Blériot XI en vol.

Pilotes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Bleriot Aéronautique », sur www.aerosteles.net.
  2. « Bleriot Aéronautique », aerosteles.net, 23 juin 2010.
  3. Léon Lemartin (Ai. 1899), sur le site patrimoine.gadz.org, consulté le 7 janvier 2013.