Dassault Étendard VI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Dassault Étendard VI Su-27 silhouette.svg
Constructeur Drapeau : France Dassault aviation
Rôle Avion de chasse
Statut Prototype
Premier vol
Mise en service Jamais
Nombre construits 2
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Bristol-Siddeley Orpheus (en)
Nombre 1
Type Turboréacteur
Poussée unitaire 21,6 kN
Dimensions
Envergure 8,30 m
Longueur 10,85 m
Hauteur 3,76 m
Surface alaire 23 m2
Masses
À vide 3 720 kg
Maximale 5 860 kg
Performances
Vitesse maximale 912 km/h
Plafond 13 400 m
Rayon d'action 890 km
Charge alaire 255 kg/m2
Rapport poussée/poids 0,38
Armement
Interne 2 canons de 30 mm ou 4 mitrailleuses de 12.7 mm
Externe 1 000 kg de bombes et roquettes

L'Étendard VI est un prototype d'avion de chasse français fabriqué par Dassault dans les années 1950. Il a été conçu en réponse à un appel d'offres de l'OTAN pour un avion de chasse léger destiné à équiper ses différentes forces aériennes.

Conception[modifier | modifier le code]

En , l'OTAN lance un programme nommé LWTSF (Light Weight Tactical Strike Fighter) destiné à fournir un chasseur léger polyvalent à ses différentes forces aériennes. Les constructeurs se voient imposer l'utilisation du réacteur Bristol Orpheus, dont l'OTAN a financé le développement.

Dassault lance alors deux projets très proches désignés Mystère XXIV et Mystère XXVI : le premier est propulsé par un Snecma Atar 101 et le second par un Bristol Orpheus 3. Redésignés Étendard IV et Étendard VI, ces projets sont présentés au concours.

Durant l'été 1954, l'OTAN annonce que trois projets sont retenus : l'Aeritalia G-91, le Breguet Br.1001 Taon et l'Étendard VI. Un prototype de chaque avion est commandé. Celui de l'Étendard VI fait son premier vol le . Les performances se révélèrent correctes mais insuffisantes pour concurrencer l'Aeritalia G-91 qui est désigné vainqueur en 1958.

Les deux prototypes de l'Étendard VI sont alors utilisés pour la mise au point de certains systèmes destiné à l'Étendard IV.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Développement lié