Défense indienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Aux échecs, une défense indienne (appellation de Xavier Tartacover[1]) est une ouverture qui débute par le coup 1.d4 des Blancs suivi par le coup asymétrique 1...Cf6 des Noirs, contrôlant le centre (notamment la case e4) à distance sans l'occuper immédiatement par le pion d5. Bien que 2. Cf3 soit couramment joué, le coup usuel est 2. c4[2]. Au second coup, 2...d5 après 1. d4 Cf6 2. c4 et au troisième coup 3...d5 après 1. d4 Cf6 2. c4 e6 3. Cc3/Cf3 retransposent dans le Gambit dame, qui est un début fermé. Les ouvertures indiennes font partie, entre autres (on compte aussi, par exemple, la défense hollandaise) des débuts semi-fermés.

Liste de défenses indiennes[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Cavalier noir sur case noire b8
Fou noir sur case blanche c8
Reine noire sur case noire d8
Roi noir sur case blanche e8
Fou noir sur case noire f8
Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case noire c7
Pion noir sur case blanche d7
Pion noir sur case noire e7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Cavalier noir sur case noire f6
Pion blanc sur case noire d4
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche c2
Pion blanc sur case blanche e2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1
Cavalier blanc sur case blanche b1
Fou blanc sur case noire c1
Reine blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case noire e1
Fou blanc sur case blanche f1
Cavalier blanc sur case noire g1
Tour blanche sur case blanche h1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Défense indienne : 1.d4 Cf6

Les principales défenses indiennes (celles mises sur le devant de la scène par l'École hypermoderne) sont :

  • la défense est-indienne : le coup ...d7-d6 y est joué ultérieurement de préférence à ...d7-d5;
  • la défense ouest-indienne : le coup ...d7-d5 peut y être joué ultérieurement comme dans la variante 1. d4 Cf6 2. c4 e6 3. Cf3 b6 4. e3 Fb7 5. Fd3 d5;
  • la défense nimzo-indienne : le coup ...d7-d5 peut y être joué ultérieurement comme dans la variante 1. d4 Cf6 2. c4 e6 3. Cc3 Fb4 4. e3 d5;
  • la défense Grünfeld où le coup ...d7-d5 y est systématiquement joué ultérieurement (1. d4 Cf6 2. c4 g6 3. Cc3 d5).

Dans son ouvrage Les maîtres de l'échiquier[3], Richard Reti (1889-1929) a affirmé[4] que c'est Hans Kmoch qui a attribué aux ouvertures par 1. d4 Cf6 2. c4 les noms de défense est-indienne ou défense ouest-indienne lorsque le Fou Roi ou le Fou Dame sont développés en fianchetto.

D'autres défenses indiennes (moins courantes) sont :

Un exemple de partie[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Cavalier noir sur case noire b8
Fou noir sur case blanche c8
Reine noire sur case noire d8
Roi noir sur case blanche e8
Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case noire c7
Pion noir sur case blanche d7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Pion noir sur case blanche e6
Cavalier noir sur case noire f6
Fou noir sur case noire b4
Pion blanc sur case blanche c4
Pion blanc sur case noire d4
Cavalier blanc sur case noire c3
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche e2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1
Fou blanc sur case noire c1
Reine blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case noire e1
Fou blanc sur case blanche f1
Cavalier blanc sur case noire g1
Tour blanche sur case blanche h1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Johner-Nimzowitsch. Position après 3...Fb4.
Article détaillé : Johner - Nimzowitsch.

Voilà une défense nimzo-indienne originale, dans le sens où, à la différence de la majorité des défenses indiennes, elle ne met pas en jeu un fianchetto de la part des Noirs. Dans son Histoire des échecs[5], Michel Roos a écrit : « plusieurs grands maîtres ont affirmé que la partie qui suit a été pour eux la découverte en profondeur du Jeu d'Échecs ».

Paul Johner - Aaron Nimzowitsch, Tournoi de Dresde, avril 1926
1. d4 Cf6 2. c4 e6 3. Cc3 Fb4 4. e3 0-0 5. Fd3 c5 6. Cf3 Cc6 7. 0-0 Fxc3 8. bxc3 d6 9. Cd2![6] b6 10. Cb3? e5 11. f4 e4 12. Fe2 Dd7!! 13. h3 Ce7 14. De1 h5 15. Fd2 Df5! 16 Rh2 Dh7!! 17 a4 Cf5! 18. g3 a5! 19. Tg1 Ch6 20. Ff1 Fd7 21. Fc1 Tac8!! 22. d5 Rh8! 23. Cd2 Tg8 24. Fg2 g5 25. Cf1 Tg7 26. Ta2 Cf5 27. Fh1 Tcg8 28. Dd1 gxf4! 29. exf4 Fc8 30. Db3 Fa6!! 31. Te2! Ch4! 32. Te3 Fc8 33. Dc2 Fxh3! 34. Fxe4 Ff5! 35. Fxf5 Cxf5 36. Te2 h4 37. Tgg2 hxg3+ 38. Rg1 Dh3 39. Ce3 Ch4 40. Rf1 Te8! 0-1 (si 41. Rg1 ou 41. Re1 alors 41... Cf3+ et 42... Dh1+ suivi du mat; si 41. Te1 alors 41...Dh1+ et 42. Tg1 Df3 conduit au mat ou bien 42. Re2 Dxg2+, le Ce3 étant cloué).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raymond Keene, The evolution of chess opening theory : From Philidor to Kasparov, Hardinge Simpole Publishing, 2002, ISBN 0-95137-576-8, page 119.
  2. 2. c4 autorise le gambit de Budapest, le gambit Benko et la (les) défense(s) Benoni, mais permet également de jouer, au lieu de Cf3, le Cavalier g en e2, coup qui peut se révéler intéressant dans la variante d'échange du gambit dame refusé
  3. initialement paru en 1930 sous le titre allemand Die Meister des Schachbretts, et retraduit en 2011 aux éditions Olibris, avec l'ISBN 978-2-916340-55-5 (notice BnF no FRBNF42574114)
  4. dans la section sur Aaron Nimzowitsch
  5. Presses universitaires de France, Que sais-Je ? no 2520, 1990, ISBN 9-782130-429289, page 117.
  6. annotations de François Le Lionnais dans Les Prix de beauté aux échecs, pp. 305-309.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :