Contre-attaque Traxler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Fou noir sur case blanche c8
Reine noire sur case noire d8
Roi noir sur case blanche e8
Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case noire c7
Pion noir sur case blanche d7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Cavalier noir sur case blanche c6
Cavalier noir sur case noire f6
Fou noir sur case noire c5
Pion noir sur case noire e5
Cavalier blanc sur case noire g5
Fou blanc sur case blanche c4
Pion blanc sur case blanche e4
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche c2
Pion blanc sur case noire d2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1
Cavalier blanc sur case blanche b1
Fou blanc sur case noire c1
Reine blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case noire e1
Tour blanche sur case blanche h1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh

La contre-attaque Traxler est une ouverture du jeu d'échecs (code ECO : C57). Cette variante de la défense des deux cavaliers est très tranchante et controversée. Peu fréquente, elle est surtout pratiquée dans le jeu par correspondance. Dans les pays anglo-saxons, elle est aussi appelée variante Wilkes-Barre ; on trouve aussi variante tchèque. Selon Modern Chess Opening (MCO-13, 1990, page 107), elle « a l’air démente car les Noirs ne tiennent pas compte de l’attaque sur f7, pourtant on n’en connaît aucune réfutation. » (JPR)

Développée par le Père Karel Traxler, qui la joua pour la première fois en 1896 (voir la partie plus bas), la contre-attaque Traxler débute par les coups suivants :

  1. e4 e5
  2. Cf3 Cc6
  3. Fc4 Cf6 (défense des deux cavaliers)
  4. Cg5 Fc5

Le coup 4...Fc5 !?, qui est constitutif de la contre-attaque Traxler, attaque la faiblesse en f2 du camp blanc au lieu de défendre leur propre case f7 comme le font la plupart des autres variantes de la partie italienne, habituellement en interceptant la diagonale a2-g8 à l’aide du coup 4... d5.

Quelques variantes[modifier | modifier le code]

  • 5. Cxf7 Fxf2!
    • 6. Rxf2 Cxe4+
    • 6. Rf1!? De7 7. Cxh8 d5!
  • 5. Fxf7+! Re7
    • 6. Fb3
    • 6. Fd5!?
  • 5. d4 d5! 6. Fxd5 Cxd4
    • 7. Cxf7?!
    • 7. Fxf7+

La première partie[modifier | modifier le code]

J. Reinisch — Traxler
Prague 1896
C57

1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fc4 Cf6 4. Cg5 Fc5 5. Cxf7 Fxf2+ 6. Re2? Cd4+ 7. Rd3? b5! 8. Fb3 Cxe4!! 9. Cxd8 Cc5+ 10. Rc3 Ce2+! 11. Dxe2 Fd4+ 12. Rb4 a5+ 13. Rxb5 Fa6+ 14. Rxa5 Fd3+ 15. Rb4 Ca6+ 16. Ra4 Cb4+ 17. Rxb4 c5#  0–1.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (de) Gregor Cramer, Traxler-Gegenangriff, Fritz-Variante, Ulvestad-Variante, Thomas Beyer Verlag, (ISBN 3-89168-043-0). 
  • (de) József Pálkövi, Zweispringersystem bis Traxler Gegengambit, Caissa Chess Books, . 

Liens externes[modifier | modifier le code]