Défense berlinoise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berlinoise.
Ne doit pas être confondu avec Défense classique berlinoise.
a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Fou noir sur case blanche c8
Reine noire sur case noire d8
Roi noir sur case blanche e8
Fou noir sur case noire f8
Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case noire c7
Pion noir sur case blanche d7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Cavalier noir sur case blanche c6
Cavalier noir sur case noire f6
Fou blanc sur case blanche b5
Pion noir sur case noire e5
Pion blanc sur case blanche e4
Cavalier blanc sur case blanche f3
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche c2
Pion blanc sur case noire d2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1
Cavalier blanc sur case blanche b1
Fou blanc sur case noire c1
Reine blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case noire e1
Tour blanche sur case blanche h1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Position de la défense berlinoise après 3...Cf6

Parmi les ouvertures du jeu d'échecs, la défense berlinoise est une variante de la partie espagnole. Elle s'obtient après les coups 1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 Cf6 (voir le diagramme de droite). Son code ECO est C67. Elle diffère de la défense classique berlinoise (dont le code ECO est C65) par la non-adjonction ultérieure (ou antérieure à 4…Cf6) du mouvement du Fou f8 sur la diagonale italienne…Fc5. La défense berlinoise est tellement solide pour les Noirs qu'elle a été surnommée le mur de Berlin; tout se joue d'ordinaire - il peut y avoir des exceptions - en finale, ainsi bien sûr que dans le milieu de jeu, sur la stratégie, et non sur la tactique[1].

Une partie nulle renommée[modifier | modifier le code]

Ce fut ce qu'on appelle une « nulle de combat »[2]

Garry Kasparov (Elo 2849) – Vladimir Kramnik (Elo 2770)

Championnat du monde 2000, Londres, 3e partie[3].

1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 Cf6 4. O-O Cxe4 5. d4
5. Te1 Cd6 (attaquant le Fou b5) 6. Cxe5 Cxe5 7. Txe5+ Fe7 est jouable, mais ne procure pas d'avantage (structure de pions symétrique[4]).
5...Cd6 6. Fxc6 dxc6 7. dxe5
« Ce coup procure aux Blancs une majorité de pions à l'aile roi, tandis que la majorité de pions à l'aile dame des noirs est « handicapée » par le pion doublé. C'est la compensation des Blancs pour la paire de fous »[4].
7...Cf5 8. Dxd8+ Rxd8 9. Cc3 Fd7
Un coup de fou récent, popularisé par Kramnik. Par rapport à la variante d'échange de la partie espagnole, « le fou de cases blanches des Noirs est bien plus fort, leur cavalier a plus d'espace et, en même temps, la force du fou de cases noires des Blancs est limitée »[5].
10. b3
« Recycle le fou, soutient le pion e5 et empêche à terme toute expansion par ...g7-g6 ou ...g7-g5 »[6].
10...h6 11. Fb2 Rc8 12. Tad1 b6 13. Ce2 c5 14. c4 Fc6 15. Cf4 Rb7 16. Cd5 Ce7 17. Tfe1 Tg8 18. Cf4 g5 19. Ch5 Tg6 20. Cf6 Fg7 21. Td3 Fxf3 22. Txf3 Fxf6 23. exf6 Cc6 24. Td3 Tf8 25. Te4 Rc8 26. f4
« 26. h4 était meilleur selon Kasparov »[7]
26...gxf4 27. Txf4 Te8 28. Fc3 Te2 29. Tf2 Te4 30. Th3 a5 31. Th5 a4 32. bxa4 Txc4 33. Fd2 Txa4 34. Txh6 Tg8 35. Th7 Txa2 36. Txf7 Ce5 37. Tg7 Tf8 38. h3
« 38. h4 était meilleur d'après Kasparov »[7]
38...c4 39. Te7 Cd3 40. f7 Cxf2 41. Te8+ Rd7 42. Txf8 Re7 43. Tc8 Rxf7 44. Txc7+ Re6 45. Fe3 Cd1 46. Fxb6 c3 47. h4 Ta6 48. Fd4 Ta4 49. Fxc3 Cxc3 50. Txc3 Txh4 51. Tf3 Th5 52. Rf2 Tg5 53. Tf8 Re5 ½-½ (la finale de tours résultante est nulle).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Larry Kaufman, The Chess Advantage in Black and White, McKay Chess Library, 2004
  2. A l'appui de cette affirmation, voici des citations tirées du livre Offbeat Spanish : meeting thé Spanish without 3…a6 de Glenn Flear (éd. Everyman Chess, 2000, p. 37):
    • 14. Cf4 Fc6 15. Cd5 Rb7 16. c4 : « Kasparov is using his space advantage to restrict the bishop on f8. So Kramnik uses an unconventional plan to activate his king's rook. »
    • 17…Tg8!? : « Seeking to activate his kingside in an original manner. »
    • 18. Cf4 g5 : « Although Black ultimately gets away with this thrust for freedom, one can't help feeling that White is better. This view may have been shared by Kramnik, who varied as early as move nine in their next Berlin encounter. ».
  3. (en) Partie commentée sur ChessGames.com
  4. a et b Larry Kaufman, The chess advantage in Black and White, p. 252.
  5. Europe Échecs no 632, mai 2013, p. 56.
  6. Europe Échecs no 494, novembre 2000, p. 6.
  7. a et b Europe Échecs no 494, novembre 2000, p. 8.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John Cox, The Berlin Wall, Quality Chess, 2008
  • Glenn Flear, Offbeat Spanish, Everyman Chess, 2000
  • Larry Kaufman, The Chess Advantage in Black and White, McKay Chess Library, 2004.