Variante La Bourdonnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Fou noir sur case blanche c8
Reine noire sur case noire d8
Roi noir sur case blanche e8
Fou noir sur case noire f8
Cavalier noir sur case blanche g8
Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case blanche d7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Cavalier noir sur case blanche c6
Pion noir sur case noire e5
Cavalier blanc sur case noire d4
Pion blanc sur case blanche e4
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche c2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1
Cavalier blanc sur case blanche b1
Fou blanc sur case noire c1
Reine blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case noire e1
Fou blanc sur case blanche f1
Tour blanche sur case blanche h1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Variante Labourdonnais : 1.e4 c5 2.Cf3 Cc6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 e5

Aux échecs, la variante La Bourdonnais[1] ou variante Bourdonnais[2] est une ouverture qui tire son nom du joueur d'échecs français du XIXe siècle Louis-Charles Mahé de La Bourdonnais, qui l'a employée dans un match contre Alexander McDonnell en 1834. Elle s'obtient après les coups 1.e4 c5 2.Cf3 Cc6 3.d4 cxd4 4.Cxd4 e5 (voir diagramme).

On distingue les variantes suivantes :

  • variante Löwenthal : 4...e5 5.Cb5 a6 6.Cd6+ Fxd6 7.Dxd6 Df6. Cette suite n'est plus très à la mode de nos jours, car les Blancs gardent un avantage à l'issue de l'ouverture.
  • variante Kalashnikov (ou néo-Svechnikov) : 4...e5 5.Cb5 d6. Cette variante a connu un regain d'intérêt dans les années 1980, et présente des idées similaires à celles de la variante Svechnikov : les Noirs acceptent un pion arriéré en d6 et l'affaiblissement de la case d5, mais gagnent des tempi en chassant le cavalier blanc. La différence entre les deux variantes est que les Noirs n'ont pas encore développé leur cavalier en f6, et que les Blancs n'ont pas joué Cc3, ce qui laisse plus de possibilités aux deux joueurs. Les Noirs peuvent préférer ...Cge7 à ...Cf6, par exemple après 6.C1c3 a6 7.Ca3 b5 8.Cd5 Cge7, ce qui évite le plan blanc de jouer Fg5 et Fxf6 pour créer des pions doublés sur la colonne f. D'autre part, les Blancs peuvent jouer 6.c4, ce qui renforce le contrôle de la case d5, et freine ...b5, mais affaiblit légèrement d4.

Le code ECO associé à cette ouverture est B33.

Exemples de parties[modifier | modifier le code]

1. e4 c5 2. Cf3 Cc6 3. d4 cxd4 4. Cxd4 e5 5. Cb5 a6 6. Cd6+ Fxd6 7. Dxd6 Df6 8. Dxf6 Cxf6 9. Cc3 d5 10. Fg5 Cb4 11. Fxf6 gxf6 12. Cxd5 Cxc2+ 13. Rd2 Cxa1 14. Cc7+ Re7 15. Cxa8 Fe6 16. Cb6 Fxa2 17. Rc3 Fe6 18. Fc4 Fxc4 19. Cxc4 Tc8 20. Txa1 b5 21. b3 bxc4 22. bxc4Tc6 23. Ta2 h5 24. Rb4 Td6 25. Rc5 Rd7 26. h4 Tc6+ 27. Rb4 Td6 28. f3 Rc7 29. Rc3 Rb6 30. Td2 Tc6 31. Td7 f5 32. exf5 Tf6 33. g4 e4 34. fxe4 hxg4 35. h5 Rc6 36. Td8 Th6 37. Tg8 Txh5 38. Rd4 Th4 39. Tg7 g3 40. Txg3 Th8 41. Ta3 Ta8 42. Re5 Rc5 43. Rf6 Rb4 44. Ta1 Ta7 45. Tc1 Rb3 46. e5 Rb2 47. Te1 Rc3 48. c5 Rd4 49. e6 fxe6 50. fxe6 Rxc5 51. e7 Txe7 52. Txe7 a5 53. Re5 a4 54. Ta7 1-0.


1. e4 c5 2. Cf3 Cc6 3. d4 cxd4 4. Cxd4 e5 5. Cb5 a6 6. Cd6+ Fxd6 7. Dxd6 Df6 8. Dxf6 Cxf6 9. Cc3 Cb4 10. Fd3 h6 11. b3 d6 12. Fa3 Cxd3+ 13. cxd3 Re7 14. f4 Re6 15. f5+ Re7 16. Td1 Te8 17. d4 exd4 18. Txd4 Rf8 19. Fxd6+ Rg8 20. 0-0 b5 21. e5 1-0.


1. e4 c5 2. Cf3 Cc6 3. d4 cxd4 4. Cxd4 e5 5. Cb5 a6 6. Cd6+ Fxd6 7. Dxd6 Df6 8. Dd1!? Dg6 9. Cc3 Cge7 10. h4 h5 11. Th3 d5 12. Tg3 Fg4 13. f3 dxe4 14. fxg4 Td8 15. Fd2 f5 16. Te3 hxg4 17. Rf2 Txh4 18. Tc1 Dd6 19. Re1 Th1 20. De2 Cd4 21. Df2 f4 22. Cxe4 Dg6 23. Cg3 fxg3 24. Txg3 De4+ 25. Rd1 Cef5 26. Td3 g3 0-1 (les Blancs ne peuvent éviter le mat).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Garry Kasparov, Revolution in the 70s, Everyman Chess, 2007, p. 78.
  2. (en) David Hooper et Kenneth Whyld, The Oxford Companion to Chess, Oxford University Press, , 2e éd. (ISBN 0-19-866164-9), p. 468