Gambit Blumenfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Cavalier noir sur case noire b8
Fou noir sur case blanche c8
Reine noire sur case noire d8
Roi noir sur case blanche e8
Fou noir sur case noire f8
Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche d7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Pion noir sur case blanche e6
Cavalier noir sur case noire f6
Pion noir sur case blanche b5
Pion noir sur case noire c5
Pion blanc sur case blanche d5
Pion blanc sur case blanche c4
Cavalier blanc sur case blanche f3
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche e2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1
Cavalier blanc sur case blanche b1
Fou blanc sur case noire c1
Reine blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case noire e1
Fou blanc sur case blanche f1
Tour blanche sur case blanche h1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Le gambit Blumenfeld 1.d4 Cf6 2.c4 c5 3.d5 e6 4.Cf3 b5

Le gambit Blumenfeld est une ouverture caractérisée par les coups 3...e6 4.Cf3 b5 dans la défense Benoni après les coups :

  • 1.d4 Cf6 2.c4 c5 3.d5 e6 4.Cf3 b5, ou
  • 1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cf3 c5 4.d5 b5

Origine[modifier | modifier le code]

Le gambit Blumenfeld porte le nom du maître russe Benjamin Blumenfeld.

Transpositions[modifier | modifier le code]

La position peut aussi être obtenue par transposition dans le gambit Benko (1.d4 Cf6 2.c4 c5 3.d5 b5 4.Cf3 e6) ou la défense Benoni (1. d4 Cf6 2. c4 c5 3. d5 e6 4. Cf3 b5).

Une position très similaire (Cf3 et Cf6 non sortis) peut s'obtenir dans le gambit de la Benoni : 1.d4 c5 2.d5 e6 3.c4 b5.

Cinquièmes coups possibles[modifier | modifier le code]

Les suites possibles sont[1] :

Encyclopédie des ouvertures (code ECO)[modifier | modifier le code]

L'Encyclopédie des ouvertures d'échecs classe le gambit Blumenfeld sous le code E10 (1.d4 Cf6 2.c4 e6 3.Cf3)

Exemple de parties[modifier | modifier le code]

1. d4 Cf6 2. c4 e6 3. Cf3 c5 4. d5 b5!?[3] 5. Fg5 h6 6. Fxf6 Dxf6 7. Dc2!? Fb7?! 8. e4 b4 9. Cbd2 e5 10. g3 g6 11. a3! Ca6 12. Fh3 Fg7 13. 0-0 Fc8 14. Ce1! h5!? 15. Cd3 h4 16. Rg2! hxg3 17. hxg3 Db6 18. f4 exf4 19. gxf4? (19. e5!) 19...bxa3 20. Txa3 Cb4! 21. Cxb4 cxb4 22. Taf3 d6 23. Fxc8 Txc8 24. e5! dxe5 25. f5 gxf5? (25...Dd4!) 26. Dxf5 Tc7 27. Ce4 Dh6 28. Th3 Dxh3+ 29. Dxh3 Txh3 30. Rxh3 Ff8 31. b3 Fc5 32. Rg4 (32. Ta1!) 32....Fd4! 33. Th1 a5 34. d6!? f5+? (Ian Rogers est en zeitnot) 35. Rxf5 Tg7 36. Re6 Tg6+ 37. Rd5 a4 38. bxa4 b3 39. Th8+ 1-0.

1. d4 Cf6 2. c4 e6 3. Cf3 a6 4. Cc3 c5 5. d5 b5 Nous voici dans la variante "Djin" 6. e4! b4 7. e5 bxc3 8. exf6 d6 9. Fd3 e5 10. 0-0 gxf6 11. Ch4 Tg8 12. bxc3 Fg4 13. Da4+ Fd7 14. Dc2 h5 15. Cf5 Dc7 16. Tb1 Rd8 17. Fe3 Ta7 18. De2 Th8 19. f4 Fxf5 20. Fxf5 Fg7 21. Tb3 Cd7 22. Tfb1 Re7 23. Ff2 Rd8 (...) Les Blancs réussirent à obtenir la partie nulle mais, selon Watson et Schiller, 24. Fh4! aurait sonné le glas de leurs espoirs, et condamne définitivement la variante.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Garry Kasparov, Raymond Keene, Batsford Chess Openings, Bastford, (ISBN 0-7134-2114-2)
  2. John L. Watson & Eric Schiller, Handbook of Tricky Opening Strategies in Chess, Hardinge Simpole Publishing, 2004, (ISBN 9-781843-82149-6), p. 274.
  3. Toutes les annotations de cette partie sont tirées de l'ouvrage Play 1. d4! de Richard Palliser, éd. Batsford, 2003, (ISBN 9-780713-488449), p. 206-211.
  4. Cette partie et ses annotations sont tirées du livre de John L. Watson et Eric Schiller, Handbook of Tricky Opening Strategies in Chess, p. 274-275.

Liens externes[modifier | modifier le code]