Défense Cozio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
abcdefgh
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case blanche a8
Fou noir sur case blanche c8
Reine noire sur case noire d8
Roi noir sur case blanche e8
Fou noir sur case noire f8
Tour noire sur case noire h8
Pion noir sur case noire a7
Pion noir sur case blanche b7
Pion noir sur case noire c7
Pion noir sur case blanche d7
Cavalier noir sur case noire e7
Pion noir sur case blanche f7
Pion noir sur case noire g7
Pion noir sur case blanche h7
Cavalier noir sur case blanche c6
Fou blanc sur case blanche b5
Pion noir sur case noire e5
Pion blanc sur case blanche e4
Cavalier blanc sur case blanche f3
Pion blanc sur case blanche a2
Pion blanc sur case noire b2
Pion blanc sur case blanche c2
Pion blanc sur case noire d2
Pion blanc sur case noire f2
Pion blanc sur case blanche g2
Pion blanc sur case noire h2
Tour blanche sur case noire a1
Cavalier blanc sur case blanche b1
Fou blanc sur case noire c1
Reine blanche sur case blanche d1
Roi blanc sur case noire e1
Tour blanche sur case blanche h1
8
77
66
55
44
33
22
11
abcdefgh
Défense Cozio de la partie espagnole

Parmi les ouvertures du jeu d'échecs, la défense Cozio, du nom du joueur italien Carlo Cozio qui l'a analysée, ou défense Larsen[1], est une variante de la partie espagnole. Elle s'obtient par les coups 1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 Cge7.

Exemple de partie[modifier | modifier le code]

Jan Timman (2645)-Boris Spassky (2610), Tournoi de Bugojno, 1986

1. e4 e5 2. Cf3 Cc6 3. Fb5 Cge7 4. 0-0 g6 5. c3 Fg7 6. d4 exd4 7. cxd4 d5 8. exd5 Cxd5 9. Fg5 Dd6 10. De2+ Fe6 11. Cbd2 0-0 12. Ce4 Db4 13. a3 Da5 14. Fxc6 bxc6 15. Ce5 Tae8 16. Tac1 f6 17. Cxc6 Db6 18. Fd2 Fd7! 19. Cb4 Dxd4 20. Tc4 De5 21. Cd3 De7 22. Df3 Fb5! 23. Td4 c6 24. Cg3 Dd8 25. a4 Fa6 26. Cb4 Db6! 27. Txd5 cxd5 28. Cxa6 Dxa6 29. Dxd5+ De6 30. Dxe6+ Txe6 31. Tc1 f5 32. b4 f4 33. Cf1 Fd4 34. Tc4 Te4 35. Rh1 Tfe8 36. h3 (36. f3 Te1! 37. Fxe1 Txe1) Fxf2 37. Tc6 Te1! 38. Fxe1 Txe1 39. g4 f3! 40. Tc8+ Rf7 0-1.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Giffard et Alain Biénabe, Le Guide des échecs, Robert Laffont, , 1592 p. (ISBN 2-221-05913-1), p. 213

Bibliographie[modifier | modifier le code]