François Cadic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
François Cadic
François Cadic portrait.jpg
Portait de l'abbé François Cadic.
Biographie
Naissance
Décès
Pseudonyme
Frañsez-Mari KadigVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Écrivain, collecteur de textes traditionnelsVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

L'abbé François Cadic, né le à Noyal-Pontivy (Morbihan)[1] et mort le à Saint-Jean-Brévelay (Morbihan), est un prêtre, écrivain et folkloriste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

François Cadic est le onzième et dernier enfant d'une famille de cultivateurs enracinée dans le pays de Noyal-Pontivy. Les Le Bihan et les Cadic vivent en effet depuis plusieurs siècles à Noyal-Pontivy[1].

Sa famille a également été mêlée aux événements de la période révolutionnaire. Un grand-oncle de François Cadic, l'abbé Jean Le Bihan a recueilli des témoignages de chouans que François Cadic a utilisés pour son ouvrage Histoire populaire de la chouannerie[2]. Il recueille aussi les chants populaires armoricains se rapportant à la Chouannerie, d'où naît l'ouvrage Chants de Chouans qui contient 34 pièces écrites en langue bretonne (dialecte vannetais) avec version française, dont douze seulement sont accompagnées de leur air[3].

François Cadic entre au petit séminaire de Sainte-Anne-d'Auray en 1880. Plusieurs de ses professeurs jouent un rôle dans la mise en valeur de la langue et de la culture vannetaise, tels l'abbé Jérôme Buléon, l'abbé Pierre Le Goff ou encore l'abbé Adolphe Duparc[2].

Il intègre le grand séminaire de Vannes qu'il quitte à la suite d'incidents que son biographe l'abbé Jean Le Moing, neveu de François Cadic, ne précise pas[4].

Page de garde d'un livre de François Cadic (Dans la campagne bretonne) publié en 1903.

Diacre dans un collège de Blois, bachelier en théologie, il est ordonné prêtre en 1889. Il s'inscrit la même année à l'Institut catholique de Paris où il obtient en 1891 une licence d'histoire et suit en parallèle une première année de droit[4].

De 1891 à 1893, il est élève-titulaire à l'École pratique des hautes études de Paris où il suit notamment l'enseignement d'Henri Gaidoz[4].

Il enseigne l'histoire dans le collège de Jésuites de la rue de Madrid à Paris, puis occupe en 1897 la chaire d'histoire de l'Institut catholique de Paris laissée vacante par Paul Pisani[4].

François Cadic est influencé par les idées chrétiennes démocrates qui se développent à la fin du XIXe siècle à la suite de l'encyclique Rerum novarum (1891) du pape Léon XIII sur la condition ouvrière, relayées notamment par l'abbé Jules Lemire, que François Cadic rencontre à plusieurs reprises[5].

Frappé par la détresse matérielle et morale de nombreux Bretons et Bretonnes immigrés dans la capitale, le jeune prêtre décide de s'engager et obtient de son évêque l'autorisation de se mettre au service de ces parias de la capitale[5].

En mai 1897, il crée à Notre-Dame-des-Champs, La Paroisse Bretonne de Paris, association qui est déclarée officiellement à la préfecture en mai 1898[5].

En 1898, il ouvre la "Maison du peuple breton". En avril 1899, il fonde la revue La Paroisse bretonne de Paris, qui apporte de nombreuses informations utiles aux Bretons de la capitale et raconte aussi des légendes propres au pays de Vannes.

L'association comptera jusqu'à 40 000 personnes en 1914, avec centre de culte, foyer d'accueil et office de placement. En novembre 1901, François Cadic crée l'Institut Brizeux-Chateaubriand, destiné aux « femmes du monde »[6].

Il est journaliste dans l'âme et signe en 1899 et en 1900 quelques articles dans L'Ouest-Éclair, journal créé en 1899 par l'abbé Trochu. Mais c'est surtout dans le journal "La Paroisse Bretonne de Paris", que son talent va s'exprimer[7].

Il a écrit de nombreux ouvrages sur la Bretagne, rassemblant ses contes et légendes, et il est considéré, à l'image de Luzel, comme un des meilleurs collecteurs de la tradition orale de Basse-Bretagne, recueillant plus de 200 contes et légendes et 150 chansons[8].

Usé par le surmenage et victime de la tuberculose, il revint en Bretagne pour mourir alors qu'il était hébergé au presbytère de Moréac (le recteur était l'un de ses neveux) le [9].

Hommages[modifier | modifier le code]

Un hommage à l'abbé Cadic a été organisé le à l'église Notre-Dame-des-Champs avec la participation de la Kerlenn Pondi[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Une bibliographie a été faite par Fañch Postic dans l'ouvrage de 2012 consacré à François Cadic[11].

Éditions du vivant de l'auteur
  • François Cadic, L'Émigration bretonne vers Paris et l'Œuvre de la Paroisse Bretonne de Paris, Paris, Imprimerie des pauvres du Sacré-Cœur, (réimpr. 1901)
  • François Cadic, Les Bretons, considérations sur leur passé et leur situation présente, Aurillac, Imprimerie Moderne,
  • François Cadic, Dans la campagne bretonne : étude sur les métiers, les habitudes et les travers des paysans bretons, Paris, Maison du peuple breton,
    Fañch Postic indique 1903 et comme éditeur Aurillac, Imprimerie Moderne
  • François Cadic, Çà et là à travers la Bretagne, Paris, Maison du peuple breton,
  • François Cadic, Contes et légendes de Bretagne : Les puissances inférieures - Les revenants - Les puissances supérieures, Paris, Maison du peuple breton, Hennebont, Imprimerie Ch. Norman,
  • François Cadic, Contes et légendes de Bretagne (avec commentaires explicatifs) : deuxième série, Paris, Maison du peuple breton,
  • François Cadic, Contes et légendes de Bretagne (avec commentaires explicatifs) : Nouvelle série, Paris, Maison du peuple breton,
  • François Cadic, Nouveaux Contes et Légendes de Bretagne (avec commentaires explicatifs) : deuxième série, Paris, Maison du peuple breton, , 247 p.
  • François Cadic (préf. de l'auteur), Contes et légendes de Bretagne (avec commentaires explicatifs), Paris, éd. SPES, , 199 p.
Éditions posthumes
Édition des œuvres de François Cadic par les Presses universitaires de Rennes et les Éditions Terre de Brume

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fañch Postic, « La Paroisse Bretonne de Paris : l'œuvre de l'abbé Cadic », ArMen, no 103,‎
  • Fañch Postic, « François Cadic : le folklore, entre tentation scientifique et moyen d'apostolat », Port Acadie : revue interdisciplinaire en études acadiennes, n°24-25-26, 2014, Université Sainte-Anne, p. 181-191
  • Collectif (sous la dir. de Fañch Postic), François Cadic (1864-1929) : un collecteur vannetais, « recteur » des Bretons de Paris (actes du colloque de Pontivy des 8 et 9 avril 2010), Brest/Vannes/Rennes, Brest, CRBC, Vannes, Archives départementales du Morbihan et Rennes, Dastum, , 232 p. (ISBN 978-2-901737-91-9, présentation en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]