Bozoum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bozoum
Administration
Pays Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine
Préfecture Ouham-Pendé
Démographie
Population 20 665 hab. (2003[1])
Géographie
Coordonnées 6° 19′ 02″ nord, 16° 22′ 42″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République centrafricaine

Voir sur la carte administrative de République centrafricaine
City locator 14.svg
Bozoum

Bozoum est une ville de République centrafricaine, chef-lieu de la préfecture de Ouham-Pendé et de l'une de ses six sous-préfectures.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville se trouve à 375 km au nord-ouest de Bangui, elle est située sur la rive droite de la rivière Ouham. La commune de Bozoum est située au centre de la préfecture de l’Ouham-Pendé.

Communes limitrophes de Bozoum
Kouazo
Danayéré Bozoum Dan-Gbabiri
Bossemptélé

Histoire[modifier | modifier le code]

Le poste colonial français de Bozoum est établi au début du XXe siècle (1909), l'administrateur colonial Félix Éboué y étant affecté de 1910 à 1912. La ville formellement cédée à l'Empire allemand[2], le , ne sera effectivement intégrée au Neukamerun qu'en avril 1913. Le , au début de la Première Guerre mondiale, le capitaine Staup reprend la ville qui revient à la colonie française de l'Oubangui-Chari. En 1931, les Spiritains fondent la mission catholique Saint Michel de Bozoum[3]. À la suite de la réforme Renard[4], Bozoum est le chef-lieu du département de l'Ouham-Pendé, qui s'étend sur l'ancienne circonscription de Bouar-Baboua et jusqu'à Baïbokoum. Le , la République centrafricaine indépendante institue Bozoum comme chef-lieu de la préfecture de l'Ouham-Pendé[5].

Éducation[modifier | modifier le code]

L'enseignement secondaire est assuré au lycée Sœur Hyacinthe Reverchon de Bozoum.

Société[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Les structures de santé de Bozoum[6] sont constituées par :

  • l'Hôpital préfectoral, de 75 lits ;
  • le Centre de santé de la mission catholique.

Cultes[modifier | modifier le code]

La ville est le siège de la paroisse catholique Saint Michel de Bozoum rattachée au diocèse de Bouar.

Économie[modifier | modifier le code]

Une usine d'égrenage du coton est installée à Bozoum par la Cotonaf (Compagnie Française des Cotons Africains) en 1928[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Population des villes de RCA
  2. Traité Maroc-Congo du 4 novembre 1911 entre l’empire allemand et la République Française
  3. Pierre Kalck, Histoire centrafricaine: des origines à 1966, p. 252 ; Ed. L'Harmattan, 1992 (ISBN 2296271537)
  4. Décrets du 5 juin et 30 août 1934, Journal Officiel du 15 octobre 1934 p. 802
  5. Loi 60.179 du 23 janvier 1961 portant création des préfectures et des sous-préfectures sur le territoire de la République Centrafricaine
  6. Rapport ACF Action contre la faim RRM, septembre 2013, p. 10
  7. Les amis de le Centrafrique, Les cultures de rente : le café et le coton