Bayanga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bayanga
Bayanga
Administration
Pays Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine
Préfecture Sangha-Mbaéré
Démographie
Population 4 000 hab. (est)
Géographie
Coordonnées 2° 54′ 18″ nord, 16° 15′ 37″ est
Altitude 341 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République centrafricaine

Voir sur la carte administrative de République centrafricaine
City locator 14.svg
Bayanga

Bayanga est une localité de République centrafricaine située dans la préfecture de Sangha-Mbaéré dont elle constitue le chef-lieu de l’une des trois sous-préfectures.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Bayanga est située sur la rive gauche de la Sangha, à environ 102 km au sud du chef-lieu de la préfecture Nola, et à 520 km à l'ouest de Bangui.

Population[modifier | modifier le code]

La localité de Bayanga compte environ 4 000 habitants, le territoire de la sous-préfecture 9 800 habitants en 2003[1].

Environnement[modifier | modifier le code]

Bayanga est située en zone de forêt tropicale humide dans la Réserve Spéciale de Forêt Dense de Dzanga-Sangha[2] et à 10 km du Parc national Dzanga-Ndoki.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bayanga est à l’origine un village de pêcheurs de l’ethnie Sangha-Sangha, au milieu de la forêt tropicale humide peuplée de chasseurs-cueilleurs : les pygmées Baaka.

En 1988, le Gouvernement Centrafricain et le WWF[3] s’engagent pour la création et la gestion d’un système d’aires protégées dans la région. C’est le début du Projet Dzanga-Sangha (PDS). Ce qui conduira en 1990 à la création du Parc national Dzanga-Ndoki (1150 km²) et de la Réserve Spéciale de Forêt Dense de Dzanga-Sangha (3200 km²) à usage multiples.

Administration[modifier | modifier le code]

Bayanga est avec Nola au nord et Bambio à l’est, l’une des trois sous-préfectures de la Sangha-Mbaéré. La commune de Yobé-Sangha constitue l’unique commune de la sous-préfecture.

Économie[modifier | modifier le code]

Avec la création du système d’aires protégées de Dzanga-Sangha (APDS) et la construction d’un hôtel en 1996, les bases du développement des activités d’un écotourisme capable d’attirer une clientèle internationale devraient être réunies. La localité dispose d'un terrain d'aviation.

Notes et références[modifier | modifier le code]