Bamingui-Bangoran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bamingui-Bangoran
Localisation de Bamingui-Bangoran dans la République centrafricaine
Localisation de Bamingui-Bangoran dans la République centrafricaine
Administration
Pays Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine
Type Préfecture
chef-lieu Ndélé
Démographie
Population 43 229 hab.
Densité 0,74 hab./km2
Géographie
Superficie 58 200 km2

Bamingui-Bangoran est une des seize préfectures de la République centrafricaine. Elle couvre une superficie de 43 229 km2 et comptait 38 437 habitants en 2003[1] ; sa densité de population est de 0,7 hab./km2 est la plus basse du pays. Elle tient son nom de deux cours d'eau, le Bamingui et le Bangoran qui forment le fleuve Chari, principal tributaire du Lac Tchad. Son chef-lieu est Ndélé.

Administration[modifier | modifier le code]

La Bamingui-Bangoran constitue avec la Haute-Kotto et la Vakaga, la région Fertit, numéro 5 de la République centrafricaine[2] .

Sous-préfectures et communes[modifier | modifier le code]

La Bamingui-Bangoran est divisée en deux sous-préfectures et trois communes[3] :

Les trois communes de la Bamingui-Bangoran sont constituées de 97 villages et 27 quartiers.

Sous-préfectures communes superficie
(km²)[4]
population
(hab. 2015)[5]
villages
(nbre 2003)[6]
quartiers
(nbre 2003)[6]
Bamingui Vassako 22 018,34 8 418 13 0
Ndélé Dar el Kouti 31 254,99 40 572 59 27
Mbolo-Pata 5 155,73 5 356 25 0

Villes et villages[modifier | modifier le code]

La sous-préfecture de Ndélé compte 84 villages recensés en 2003.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

La préfecture se situe dans la zone de cultures vivrières à mil et manioc dominants, maïs, courges et haricots. Les ressources minières sont constitués par l'exploitation de gisements de calcaire. Deux vastes aires protégées s'étendent sur le territoire de la préfecture : le Parc national du Manovo-Gounda St. Floris et le Parc national de Bamingui-Bangoran[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.stat-centrafrique.com/Donnees/donnees%20structurelles/demographie/population%20prefecture.htm
  2. loi 96.013 du 13 janvier 1996, portant création des régions
  3. http://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/Atlas_2013_CAR_0426.pdf
  4. Nations Unies OCHA, Humanitarian Response, Pcode 15 janvier 2015
  5. Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies, Humanitarian Response, Projection population 2015 de la RCA.
  6. a et b Recensement général de la population et de l'habitat, 2003
  7. Atlas de l'Afrique, Éditions du Jaguar, Paris, 2011 (ISBN 978-2-86950-465-3)