Bossangoa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la République centrafricaine
Cet article est une ébauche concernant la République centrafricaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Bossangoa
Administration
Pays Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine
Préfecture Ouham
Maire Richard Cyriaque Bria
Démographie
Population 36 478 hab. (2003[1])
Géographie
Coordonnées 6° 30′ 16″ Nord 17° 26′ 57″ Est / 6.5043103, 17.4491215
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République centrafricaine

Voir sur la carte administrative de République centrafricaine
City locator 14.svg
Bossangoa

Bossangoa est une ville de République centrafricaine, chef-lieu de la préfecture de l'Ouham. Bossangoa est un mot de langue Gbaya qui signifie : cité des pierres dures[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Bossangoa est située à 305 km au nord de Bangui sur la route nationale RN1, axe Bangui-Tchad, elle se trouve sur les rives de la rivière Ouham.

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

La sous-préfecture de Bossangoa est constituée de six communes : Benzambé, Bossangoa, Koro-M'poko, Ndoro-Mboli, Ouham-Bac et Soumbé.

Société[modifier | modifier le code]

La cathédrale Saint Antoine de Padoue est le siège du diocèse catholique de Bossangoa fondé en 1964 par démembrement du diocèse de Berbérati. Il compte 14 paroisses et s'étend sur la préfecture de l'Ouham et le Nord de la Ouham-Pendé. La ville compte quatre paroisses catholiques : Saint Antoine de Padoue (fondée en 1943), Saints Pierre et Paul, Notre Dame de l'Ouham (fondée en 1957) et Saint Charles Lwanga. Deux communautés religieuses catholiques sont représentées dans la cité, les Sœurs de la Providence de Rouen et les Petites Sœurs du Cœur de Jésus[10].

Économie[modifier | modifier le code]

Son petit aérodrome doté d'une piste de terre (code AITA : BSN) est accessible uniquement par des appareils légers.

La principale production agricole est le coton. Une usine de décorticage et de conditionnement de la fibre de coton y est installée

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Population des villes de RCA
  2. Arsène-Ferrera Binguimalet, Mémoire de maîtrise de sociologie, Université de Bangui, 2010
  3. Auguste Chevalier, Revue internationale de botanique appliquée et d'agriculture tropicale : La culture du Cotonnier au Congo belge et en Afrique Equatoriale Française (no 343-344), , bulletin pp. 275-279
  4. http://www.vatican.va/holy_father/john_xxiii/apost_constitutions/1959/documents/hf_j-xxiii_apc_19590209_bossangoaensis_lt.html (la)
  5. Loi 60-179 du 23 janvier 1961 portant création des préfectures et des sous-préfectures sur le territoire de la République Centrafricaine
  6. http://www.vatican.va/holy_father/paul_vi/apost_constitutions/documents/hf_p-vi_apc_19640116_bossangoaensis_lt.html (la)
  7. Bossangoa : encore des morts
  8. Carnets d'urgence de Médecins sans frontières en Centrafrique dans Libération du 11 décembre 2013.
  9. Centrafrique: à Bossangoa, questions sur un accrochage sanglant par Thomas Hofnung dans Libération du 23 décembre 2013.
  10. Diocèse de Bossangoa, Blog