Neukamerun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Cameroun au cours du temps.
  •      Kamerun allemand
  •      Cameroons britannique
  •      Cameroun français
  •      République du Cameroun

Le Neukamerun (Nouveau-Cameroun en français) est le nom donné à des territoires africains cédés par la France à l'Allemagne en 1911.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il prend ses fonctions en 1907, Théodore Seitz, gouverneur allemand du Kamerun, plaide en faveur de l'acquisition de terres du Congo français. Le fleuve Congo est le seul cours d'eau permettant un accès à la mer aux colonies allemandes d'Afrique centrale.

La France et l'Allemagne sont concurrentes au Maroc. En 1911 la crise d'Agadir éclate sur la question du protectorat de ce royaume. Le 9 juillet 1911, les deux pays acceptent de négocier un compromis, et le 4 novembre 1911 le Traité de Fès est signé. Il stipule qu'en échange d'une reconnaissance allemande de ses droits sur le Maroc, la France accepte de céder une partie du Congo français et une bande de terre dans le nord-est du Cameroun entre les fleuves Logone et Chari, appelé le « Bec de Canard », territoire que les allemands baptisent Neukamerun (seule la partie orientale du « Bec de Canard », c'est-à-dire les territoires situés sur la rive orientale du Logone, furent cédés aux français qui les intégrèrent au territoire du Tchad). Aux territoires de la colonie originelle appelée dès lors Altkamerun (ou « Vieux-Cameroun ») totalisant une superficie de 465 000 km2 et dirigée par le gouverneur Otto Gleim, sont adjoints près de 300 000 km2 supplémentaires qui font passer la colonie à une étendue de 760 000 km2.

À la suite du déclenchement de la Première Guerre mondiale, la colonie allemande fut envahie par les troupes françaises en 1916 et administrée de facto par la France à partie de cette année-là. Les territoires du Neukamerun furent dès lors réintégrés aux colonies françaises qui en avaient été dépossédés cinq ans auparavant (Tchad, Oubangui-Chari, Moyen-Congo et Gabon). Tandis que le Altkamerun fut partagé à l'issue du conflit entre français et britanniques en deux territoires distincts « sous mandat » de la Société des Nations (SdN) : le Cameroun français et le Cameroun britannique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mark Dike DeLancey, Rebecca Mbuh et Mark W. Delancey, « New Kamerun », in Historical Dictionary of the Republic of Cameroon, Scarecrow Press, 2010 (5e éd.), p. 277 (ISBN 9780810873995)

Articles connexes[modifier | modifier le code]