Paoua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la République centrafricaine
Cet article est une ébauche concernant la République centrafricaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Paoua
rond-point
rond-point
Administration
Pays Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine
Préfecture Ouham-Pendé
Démographie
Population 17 370 hab. (2003[1])
Géographie
Coordonnées 7° 14′ 23″ nord, 16° 25′ 51″ est
Altitude 609 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République centrafricaine

Voir sur la carte administrative de République centrafricaine
City locator 14.svg
Paoua

Paoua est une ville[2] et une commune, chef-lieu de l'une des trois sous-préfectures de la préfecture de Ouham-Pendé en République centrafricaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte interactive de Paoua

Située au centre de la préfecture de l’Ouham-Pendé, la ville de Paoua est à 121 km au nord du chef-lieu de préfecture Bozoum par le route régionale RR6. La plupart des villages de la commune de Paoua sont localisés sur l’axe Béboura 3 – Paoua – Ndim et d’autre part suivant l’axe Benamkor – Pougol – Mbali.

Communes limitrophes de Paoua
Bah-Bessar Nana-Barya
Yémé Paoua Bimbi
Banh

Histoire[modifier | modifier le code]

Femmes peules à Paoua

À partir de 1928, Paoua devient un chef-lieu de subdivision de l'Oubangui-Chari, elle remplace la première subdivision établie à Lia en 1921. En 1930, la subdivision de Paoua s'étend vers l'ouest au territoire de Nana Barya, puis le 12 juin 1931 elle s'étend au canton de Benamkor. Après guerre, le 16 octobre 1946, la localité est un chef-lieu de district. Le , la République centrafricaine indépendante, instaure Paoua en chef-lieu de sous-préfecture[3].

Le 29 janvier 2006, Paoua avait été le siège d'une rébellion. Trois bandes armées se réclamant d'une rébellion (non identifiée) attaquèrent le détachement militaire, attaquèrent l’aérodrome et la base militaire. On estime qu'une partie de la population appuyait cette rébellion, sur laquelle s'est greffée l'agitation de coupeurs de route[4].

Administration[modifier | modifier le code]

La sous-préfecture de Paoua est constituée de huit communes : Bah-Bessar, Banh, Bimbi, Malé, Mia-Pendé, Mom, Nana-Barya et Paoua. La ville de Paoua est composée de 29 quartiers en zone urbaine recensés en 2003 : Acadop, Arabe 1, Arabe 2, Arabe 3, Avenue Kolingba, Bessi, Beyokara, Bimbi, Bornou, Combattant 1, Combattant 2, Combattant 3, Hang-Foung, Haoussa, Karre Simbal, Koundai Goura, Kountali, Lycée, Mandja 1, Mandja 2, Mbaoumilia, Nzangara, Paoua Elien, Planton, Poulao, Poulele, Souma, Traitant et Zongo.

Villages[modifier | modifier le code]

Les villages principaux sont : Pougol, Pendé et Koundjili. En zone rurale, la commune compte 29 villages recensés en 2003 : Bédéré, Beorbin, Betoboinda 1, Betoboinda 2, Bonabili, Bozoy 1, Bozoy 2, Bozoy 3, Bozoy 3 (Capita), Bozoy 4, Frinzara, Gadoulou, Ganvoun, Koundjili 1, Koundjili 2, Kounworon, Kpetene, Mbaindi-Yandio, Mbipourou, Ndjon Djom, Ndjopan, Ngbiri, Nya, Nzapoin, Nzore, Pougabara, Pougol 1, Pougol 2, Poukai, Poulaou 1, Poumbari, Souri 2[5].

Éducation[modifier | modifier le code]

La commune de Paoua compte 12 écoles publiques à Gadoulou, Bedere, Sous-préfectorale mixte et Mixte 2 à Paoua, Bozoue 1, Pouka, Pende, Pougol, Souri, Ndjondjom, Lemona et Koundjili ; et une école privée Sainte Thérèse à Paoua.

L'enseignement secondaire est assuré au lycée moderne de Paoua.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune située dans la région sanitaire n°3 dispose d'un hôpital général de référence HGR à Paoua, de 2 centres de santé à Paoua et à Pendé, d’un poste de santé à Pougol et d'un poste de santé catholique à Paoua[6].

Société[modifier | modifier le code]

La ville est le siège de deux paroisses catholiques rattachées au diocèse de Bossangoa, la Sainte Famille (fondée en 1946) et Saint Kisito.

Économie[modifier | modifier le code]

La région de Paoua constitue une zone d'activités agricoles et maraîchères[7].

Média[modifier | modifier le code]

Depuis 2010, la radio communautaire La Voix de la Pendé émet depuis Paoua sur 102.6 FM, dans un rayon de 60 km. Après une interruption de 2 ans (2012-2014), les émissions ont repris le [8].

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

C'est la ville natale d'Ange-Félix Patassé (président de la République de 1993 à 2003).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Population des villes de RCA
  2. Geonames 2383523 : Paoua, Unxos GmbH (Suisse)
  3. Loi 60.179 du 23 janvier 1961 portant création des préfectures et des sous-préfectures sur le territoire de la République Centrafricaine
  4. Tueries de Paoua
  5. RGPH 2003, Recensement général de la population et de l’habitat, 2003
  6. Reliefweb, Structures de santé de la région sanitaire n°3, 27 octobre 2014
  7. Justin Singa, RJDH Des jeunes de Paoua en groupement pour des activités agricoles et maraîchères, 23 février 2016
  8. Fondation Hirondelle, Radio La Voix de la Pende à Paoua réémet après 2 ans de silence,