Nana-Mambéré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la République centrafricaine
Cet article est une ébauche concernant la République centrafricaine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Nana-Mambéré
Localisation de la Nana-Mambéré en République centrafricaine
Localisation de la Nana-Mambéré en République centrafricaine
Administration
Pays Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine
Préfecture Nana-Mambéré
chef-lieu Bouar
Sous-préfectures Bouar, Baoro, Baboua, Abba
Démographie
Population 233 666 hab. (2003)
Densité 8,8 hab./km2
Géographie
Superficie 2 660 000 ha = 26 600 km2

Nana-Mambéré est l’une des seize préfectures de République centrafricaine. Elle est située dans l'ouest du pays. Sa superficie est de 26 600 km2 pour une population de 233 666 habitants en 2003[1]. Son chef-lieu est Bouar.

Situation[modifier | modifier le code]

Préfectures limitrophes de la Nana-Mambéré
Drapeau du Cameroun Mbéré Ouham-Pendé
Drapeau du Cameroun Lom-et-Djérem Nana-Mambéré Ombella-M'Poko
Mambéré-Kadéï

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la Nana-Mambéré est de type tropical chaud et humide. Selon l'indice des saisons pluviomètriques, elle est située en zone soudano-oubanguienne dans la partie occidentale, avec 7 mois de saison des pluies autour du solstice d'été (avril à octobre), 2 mois d'intersaison et trois mois de saison sèche autour du solstice d'hiver (décembre à février). La partie orientale: sous-préfecture de Baoro, est en zone soudano-guinéenne avec 6 mois de saison des pluies, 3 mois d'intersaison et 3 mois de saison sèche[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Après l'accord franco-allemand du qui reconnaît à la France la ligne des postes établis d'Ouesso à Koundé[3], la région intègre la colonie française du Congo français. Un premier poste administratif est fondé à Koundé en 1896. En 1907, un nouveau poste est fondé à Baboua qui remplace Koundé comme chef-lieu de Subdivision. Le territoire est ensuite cédé au Kamerun allemand, comme partie de la région du Neukamerun par le traité du [4]. Au début de la première guerre mondiale, en 1914, il est repris par la France, et revient à la colonie du Moyen-Congo. Le , la préfecture de Bouar-Baboua devient la Nana-Mambéré, du nom des deux principaux cours d'eau qui la traversent. La 3e sous-préfecture de la Nana-Mambéré est créée le avec pour chef-lieu Baoro[5]. La création de la 4e sous-préfecture intervient le 2 mai 2002 avec pour chef-lieu Abba.

Administration[modifier | modifier le code]

La Nana-Mambéré constitue avec la Mambéré-Kadéï et la Sangha-Mbaéré, la région de l’Équateur, numéro 2 de la République centrafricaine[6].

Sous-préfectures et communes[modifier | modifier le code]

La Nana-Mambéré est divisée en quatre sous-préfectures et 16 communes[7] :

Sous-préfectures communes superficie
(km²)[8]
population
(hab. 2015)[9]
villages
(nbre 2003)[10]
quartiers
(nbre 2003)[10]
Abba Abba 3 156,15 21 939 35 0
Nadziboro 780,45 6 077 9 0
Baboua Baboua 4 908,37 29 915 63 21
Bingué 858,28 7 972 40 0
1 015,33 12 995 27 0
Gaudrot 1 341,36 6 792 28 0
Koundé 935,49 8 564 38 0
Baoro Bawi-Tédoa 2 358,32 32 963 27 21
Yoro-Samba Bougoulou 3 000,27 12 066 32 0
Bouar Béa-Nana 830,95 8 174 32 0
Bouar 49 254 0 48
Doaka-Koursou 863,44 14 955 40 0
Herman-Brousse 1 583,94 21 409 89 0
Niem-Yéléwa 2 225,73 29 479 127 0
Yénga 748,03 11 142 53 0
Zotoua-Bangarem 2 836,18 20 062 51 0

Économie[modifier | modifier le code]

La préfecture se situe dans la zone de cultures vivrières à manioc et bananes plantains dominants, maïs, arachide, sésame, macabo et courges. La préfecture est située en zone d'élevage bovin[11], elle compte deux des sept communes d'élevage du pays : Gaudrot et Niem-Yéléwa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.stat-centrafrique.com/Donnees/donnees%20structurelles/demographie/population%20prefecture.htm
  2. Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique, 2e communication de la République centrafricaine p. 25, 2013
  3. Isabelle Dion (Archives nationales de France), Commémoration Savorgnan de Brazza, La pénétration par la Sangha, 2005
  4. Traité Maroc-Congo du 4 novembre 1911 entre l’empire allemand et la République Française
  5. Ordonnance 68.034 du 7 août 1968
  6. loi 96.013 du 13 janvier 1996, portant création des régions
  7. OCHA, Reliefweb, Atlas administratif de la République centrafricaine 2013
  8. Nations Unies OCHA, Humanitarian Response, Pcode 15 janvier 2015
  9. Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies, Humanitarian Response, Projection population 2015 de la RCA.
  10. a et b Recensement général de la population et de l'habitat, 2003
  11. Atlas de l'Afrique, Éditions du Jaguar, Paris, 2011 (ISBN 978-2-86950-465-3)