Pierre Kalck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Kalck
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Pierre Kalck, né le à Nancy et mort le [1] à Paris 15e, est un juriste, administrateur colonial français, historien spécialiste de l'Oubangui-Chari et de la République centrafricaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École nationale de la France d'Outre-mer dont il est sorti en 1944, Pierre Kalck a été administrateur colonial à Madagascar entre 1946 et 1949[1] puis en Oubangui-Chari à partir de 1949, en tant que chef de district d'abord dans le Nord-Est puis sur l'Oubangui à partir de 1955[2].

Il a été le directeur de cabinet du premier gouvernement[Quoi ?], celui du Premier ministre Abel Goumba, sous le président Barthélemy Boganda[2]. À la mort de ce dernier, Pierre Kalck quitte le pays mais reste conseiller près de l'ambassade centrafricaine à Paris jusqu'en 1967[2] et représente ce pays auprès de différentes organisations internationales[1].

Il fut le premier directeur de l'Institut régional d'administration (IRA) de Metz et président de tribunal administratif.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Réalités oubanguiennes, Préface de Barthélemy Boganda, Berger-Levrault, Paris, 1959
  • Histoire centrafricaine des origines à nos jours, 2 tomes, thèse de doctorat, Sorbonne, Paris, 1970
  • Central African Republic, a failure in decolonization Pall Mall Press, Londres, 1971
  • Histoire centrafricaine des origines à 1966, Paris, 1992
  • Un explorateur du centre de l'Afrique, Paul Crampel (1864-1891), L'Harmattan, 1993 (ISBN 2-7384-1977-1)
  • Historical dictionary of the Central African Republic, Scarecrow Press, Lanham, troisième édition revue, 2005
  • Barthélémy Boganda (1910-1959), Sépia, Paris, 1995

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Biographie Pierre Kalck », sur Who's Who
  2. a b et c Stephen Smith, « Pierre Kalck, historiographe : La mémoire de la Centrafrique », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]