Nana-Bakassa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nana-Bakassa
Administration
Pays Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine
Préfecture Ouham
Pcode commune 3221
Démographie
Population 7 516 hab. (2014)
Population communale 58 138 hab. (2015)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 6° 59′ 13″ nord, 17° 16′ 56″ est
Superficie communale 197 263 ha = 1 972,63 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : République centrafricaine
Voir sur la carte administrative de République centrafricaine
City locator 14.svg
Nana-Bakassa

Nana-Bakassa est une localité et une commune de République centrafricaine, chef-lieu de l’une des sept sous-préfectures de la préfecture de l'Ouham.

Géographie[modifier | modifier le code]

Chute d'eau de Nana Bakassa

La localité située sur la rive gauche de la rivière Nana Bakassa, affluent de l'Ouham, est traversée par la route nationale RN1 reliant Bossangoa à la frontière tchadienne. En 2014, la population de la localité est estimée à 7 516 habitants[1].

La commune de Nana-Bakassa est située au centre de la préfecture de l'Ouham, elle est entourée de 6 communes limitrophes.

La plupart des villages sont localisés sur l'axe Bossangoa - Nana-Bakassa - Tchad, route nationale RN1.

Communes limitrophes de Nana-Bakassa
Nana-Markounda
Nanga Boguila Nana-Bakassa Bédé
Ndoro-Mboli Bossangoa Benzambé

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2002, Nana-Bakassa est érigée en sous-préfecture, issue d'une division de la sous-préfecture de Bossangoa.

Administration[modifier | modifier le code]

La sous-préfecture de Nana-Bakassa est constituée de l'unique commune du même nom. Avec 46 247 habitants et 174 villages recensés en 2003, la commune est la plus peuplée de la préfecture.

Villages sur l’axe Nana-Bakassa à Bossangoa : Bodoni, Tigueda, Bondiba, Zian, Bofilé, Konkon, Goniyari, Bendoui, Ndali, Ferme Pembe, Anafio 2, Dabili, Boali, Bozanga, Anafio, Zian-Boy, Ngawele, Botoro, Ngai-Gban, Bokoura, Bodolé, Bokongo, Bodoro-Gassa, Gonissang-Gassa, Boferan, Léré, Boko, Bokessé, Bonkone, Bende, Bokine, Bodouk, Bozelé, Bokpata 1, Kété-Cbanou, Gazouene, Nonsi, Bomboimo, Bongboto, Douben, Zoro, Bogoro, Gbaton.

Société[modifier | modifier le code]

Depuis 1960, la localité est le siège de la paroisse catholique Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Nana Bakassa, elle dépend du diocèse de Bossangoa. La commune est le siège d'une autre paroisse catholique dont le siège se trouve dans la localité de Kouki, Saint Laurent de Kouki.

Économie[modifier | modifier le code]

En mars 2013, après la fermeture de l’usine de Bossangoa, la culture industrielle du coton a laissé la place aux cultures de subsistance.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Reliefweb, Mécanisme de réponse rapide, 30 septembre 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :