Dékoa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dékoa
Administration
Pays Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine
Préfecture Kémo
Pcode commune 4121
Démographie
Population 12 447 hab. (2003[1])
Population communale 17 005 hab. (2015)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 6° 19′ 13″ nord, 19° 04′ 43″ est
Superficie communale 64 390 ha = 643,90 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République centrafricaine

Voir sur la carte administrative de République centrafricaine
City locator 14.svg
Dékoa

Dékoa ou Dikoa est une ville de République centrafricaine située dans la préfecture de Kémo dont elle constitue l'une des deux sous-préfectures.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située à 49 km au nord du chef-lieu de la préfecture Sibut, sur la route nationale RN8, axe Sibut - Kaga-Bandoro.

Communes limitrophes de Dékoa
Ndenga
Fafa-Boungou Dékoa Tilo
Guiffa

Histoire[modifier | modifier le code]

  • En 1910, un poste colonial français est établi à Dékoa. Elle ne doit pas être confondue avec Dikoa située au sud-ouest du lac Tchad[2], qui fut l'une des villes sous le contrôle du sultan Rabah qui y installa sa capitale à la fin du XIXe siècle. Il y fit emprisonner puis pendre l'explorateur Ferdinand de Béhagle en 1899[3].
  • Le , elle devient chef-lieu de subdivision dans la circonscription de la Kémo.
  • En 1926, la Société des cotons du Congo installe une usine d'égrenage à Dékoa, cette société cotonnière deviendra la Contonfran[4].
  • Le , est créé le district de Dékoa.
  • Le , Dékoa devient chef-lieu de sous-préfecture de la République centrafricaine[5].

Quartiers[modifier | modifier le code]

La ville de Dékoa est constituée de 28 quartiers recensés en 2003 : Arabe, Badangola, Baguela, Banda-Mbres, Bekona Gaza, Bemba, Boanga 1, Boanga 2, Bornou 1, Bornou 2, Dekoa (Poste), Dokendji, Gomonkan, Goutame, Kombele Bokada, Kotombolo 1, Kotombolo 2, Kougba, Lah, Mbola, Mbola 1, Mbola 2, Sebekindi, Sesseresse, Sidi Ndolo, Takendji, Yongue, Zimanzere[6].

Société[modifier | modifier le code]

La ville est le siège de la paroisse catholique Sainte Anne de Dékoa fondée en 1955, elle dépend du diocèse de Kaga-Bandoro.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

La Sous-préfecture de Dékoa constitue une circonscription électorale législative depuis 1993.

Députés de Dékoa
Date d'élection Identité Parti
1993 Damilly Mackondji-Be MLPC
1998 Jean-Paul Ngoupandé PUN
2005 Jean-Paul Ngoupandé PUN
2011 Gina Michelle Sanzé indépendant
2016 Gina Michelle Sanzé PATRIE

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Population des villes de RCA
  2. Max von Oppenheim, Le domaine tchadien de Rabah, L'Harmattan, (ISBN 2747502066), p. 65
  3. Comptes rendus mensuels des séances de l'Académie des sciences d'outre-mer, volume 3, 1925.
  4. Auguste Chevalier, Revue internationale de botanique appliquée et d'agriculture tropicale : La culture du Cotonnier au Congo belge et en Afrique Equatoriale Française (no 343-344), , bulletin pp. 275-279
  5. Loi 60-179 du 23 janvier 1961 portant création des préfectures et des sous-préfectures sur le territoire de la République Centrafricaine
  6. RGPH 2003, Recensement général de la population et de l’habitat, 2003