Château de Vergy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vergy.

Château de Vergy
Image illustrative de l’article Château de Vergy
Un des rares vestiges de mur du château, recouvert par la végétation.
Type forteresse
Début construction XIe siècle
Propriétaire initial Famille de Vergy
Destination actuelle Ruine et végétation
Coordonnées 47° 10′ 38″ nord, 4° 53′ 15″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Royaume de Bourgogne / Empire carolingien
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Commune Vergy (Reulle-Vergy)

Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or

(Voir situation sur carte : Côte-d'Or)
Château de Vergy

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Château de Vergy

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Vergy

Le château de Vergy est une ancienne forteresse du XIe siècle à Vergy (Reulle-Vergy), en Côte-d'Or en Bourgogne, nouvelle région administrative Bourgogne-Franche-Comté, France.

Il appartenait originellement à la famille de Vergy, puissante à cette époque et jusqu'au XIIe siècle inclus. Il a été entièrement rasé en 1610 sur ordre du roi Henri IV de France.

Situation[modifier | modifier le code]

Le château se trouve sur la commune de Reulle-Vergy sur les hauts de la Côte d'Or dans le département de la Côte-d'Or, entre Dijon (25 km au nord-est) et Beaune (21 km au sud), en Bourgogne, à une dizaine de km des communes voisines de Nuits-Saint-Georges, Vosne-Romanée (sud-est), Vougeot, Morey-Saint-Denis (est)[2] et autres crus prestigieux.

Sa première caractéristique remarquable est le site sur lequel il a été construit. En effet les ruines se trouvent au sommet de la butte de Vergy : un éperon rocheux orienté nord-est/sud-ouest, aux parois élevées et abruptes de toutes parts.
Le sommet est une crête longue et étroite, formant une plate-forme d'environ 500 m de longueur sur 40 m dans sa plus grande largeur côté nord et affinée en pointe vers le sud. Cette plate-forme culmine à 510 m d'alt. dans sa partie nord (là où elle est au plus large), sur Reulle-Vergy ; elle s'abaisse vers le sud à environ 490 m d'alt.
La moitié sud de la crête est partagée entre L'Étang-Vergy à l'ouest (village à 315 m d'alt., à 360 m de la crête à vol d'oiseau) et Curtil-Vergy au sud (village à 350 m d'alt., à 700 m de la crête) ; au nord, Reulle-Vergy est à 425 m d'alt. et à 830 m de la crête.
Avec des dénivellations d'environ 190 m de haut (sur 360 m orthodromiques) à l'ouest, de 150 m de haut (sur 700 m orthodromiques) côté sud-est et de 90 m (sur 830 m orthodromiques) au nord, l'approche du château se fait par le nord qui offre la pente la moins abrupte.
Ainsi disposé, l'éperon fait office de remarquable place forte naturelle.

L'église Saint-Saturnin de Vergy se trouve à 140 m au nord des ruines du château, le long du chemin d'accès et à 465 m d'altitude. L'abbaye Saint-Vivant est à la pointe sud de l'éperon, à 450 m d'altitude et donc à 45 m en-dessous du sommet sud de la crête[1]. Une croix de chemin se tient au bord du chemin menant à 300 m en contrebas de l'église[3].

Historique[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine, une première fortification aurait été implantée sur l'éperon.

En 890 le comte Manassès Ier de Chalon (comte de Chalon, de Beaune, de Dijon, d'Auxois, d'Avallon, d'Oscheret, de Langres, seigneur de Vergy ... du Royaume de Bourgogne / Empire carolingien) et son frère l'évêque d'Autun Wallon de Vergy, fondent l'abbaye Saint-Vivant de Vergy à mi-pente côté sud de l'éperon rocheux, sur la sépulture de leur ancêtre saint Gairin de Poitiers et de Vergy, martyr et frère de saint Léger d'Autun, lapidé sur le mont de Vergy en 674. Ils y accueillent des moines de Vendée (et leur relique du saint vendéen saint Vivant) qui fuient les invasions vikings repoussées hors du duché de Bourgogne par le duc Richard de Bourgogne. En l'an mille, l'abbaye est rattachée à l'abbaye Saint-Bénigne de Dijon, puis à l'abbaye de Cluny en 1087.

Au début du XIe siècle le seigneur Gérard de Vergy (950-1023) s'installe à cet endroit.

En 1023, le seigneur Humbert de Vergy dit Hézelin (1000-1060), seigneur de Nuits, archidiacre du diocèse d'Autun, puis évêque de Paris, fonde le prieuré de saint Denis de Vergy dans l'une des tours de la forteresse[4], ou s'installent seize chanoines. Le chapitre est entre autres doté du cru Saint-Georges, l'un des plus anciens connus de Nuits-Saint-Georges. La chapelle Saint-Saturnin, aujourd'hui l'église Saint-Saturnin de Vergy, est construite sur la pente nord de l'éperon rocheux[5] sur les vestiges d'un sanctuaire du VIe siècle. On a trouvé prés d'elle des tombes mérovingiennes qui laissent penser que l'éperon à cette époque était probablement fortifié[5].

Au XIIe siècle avec sa remarquable muraille de 14 tours, la forteresse de Vergy est considérée par le roi Louis VII de France comme une des plus imprenables du royaume. La guerre de Vergy oppose entre 1183 et 1187 le duc Hugues III de Bourgogne à son seigneur vassal rebelle Hugues de Vergy (1141-1217). Le duc assiège sans succès la forteresse pendant dix-huit mois. Les seigneurs de Vergy obtiennent la protection du roi Philippe Auguste qui fait lever le siège et condamne le duc à une lourde amende.

En 1199 Hugues de Vergy donne sa fille Alix de Vergy en mariage au duc Eudes III de Bourgogne, fils du duc Hugues III de Bourgogne, pour résoudre son conflit avec lui. Il la dote de la forteresse et seigneurie de Vergy, qui passent ainsi dans le duché de Bourgogne. La duchesse Alix de Vergy fait remplacer l'église par la collégiale Saint-Denis, d'une trentaine de mètres de longueur et dont l’abside repose sur l'actuelle tour Saint-Denis.

Là où se dresse l'église Saint-Saturnin, se tenait également le village de Vergy - encore inscrit sur la carte d'état-major du XIXe siècle[6].

En 1477 à la mort du duc Charles le Téméraire à la bataille de Nancy, le roi Louis XI de France réintègre la seigneurie de Vergy avec l'État bourguignon au domaine royal. Le château est aussitôt cédé par le roi à Guillaume IV de Vergy-Autrey.

En 1540 le domaine devient successivement la possession de Philibert de Vichy, puis en 1579 du ligueur catholique Guillaume Bailly qui livre la forteresse à la ligue de Guillaume de Saulx pour 6 000 écus.

Entre 1609 et 1610 à la suite des guerres de religion entre catholiques et huguenots, le roi Henri IV de France fait entièrement démonter le château, possession ennemie du chef de la ligueur catholique, gouverneur de la Bourgogne et duc Charles de Mayenne.

Les pierres du château sont utilisées pour la construction de nombreuses maisons alentour. Il ne reste à ce jour que très peu de traces en surface du château et du bourg de Vergy, hormis trois étages de sous-sol en ruines sous la forteresse en sus de l'église Saint-Saturnin de Vergy et la base de la tour qui supportait l'abside de la collégiale Saint-Denis, ainsi que deux puits

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Colas Gil, Le château De Vergy pendant la Ligue et Guillaume De Tavanes, son Gouverneur, .
  • Chanoine Jean Marilier, « Le Chapitre collégial de Saint-Denis à Vergy et à Nuits-Saint-Georges », Les Cahiers de Vergy, Dijon, L'Étang-Vergy : Association des amis de Vergy, no 21,‎ .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail, « Butte de Vergy, carte interactive » . Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  2. Reulle-Vergy sur la carte de google.fr. Les distances entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral à gauche (voir l'onglet en haut à gauche de la carte - cliquer sur "itinéraires").
  3. Chemin de l'église, croix de chemin et panorama, vidéo de route sur google.fr.
  4. Vincent Tabbach, Le développement des établissements ecclésiastiques autour des grands châteaux de Bourgogne entre le XIe et le XVe siècle, CECAB, 2012 (ISBN 978-2-9532-9946-5), p. 18.
  5. a et b Tabbach 2012, p. 15.
  6. Géoportail, « Butte de Vergy, carte d'état-major de ~1850 » .