Beaumont-sur-Sarthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaumont.
Page d’aide sur l’homonymie Beaumont-le-Vicomte redirige ici.
Beaumont-sur-Sarthe
Vue de Beaumont depuis la rive de Maresché
Vue de Beaumont depuis la rive de Maresché
Blason de Beaumont-sur-Sarthe
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Beaumont-sur-Sarthe
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Belmontais
Maire
Mandat
François Robin
2014-2020
Code postal 72170
Code commune 72029
Démographie
Gentilé Belmontais
Population
municipale
2 127 hab. (2011)
Densité 320 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 37″ N 0° 07′ 53″ E / 48.2269444444, 0.131388888889 ()48° 13′ 37″ Nord 0° 07′ 53″ Est / 48.2269444444, 0.131388888889 ()  
Altitude Min. 57 m – Max. 103 m
Superficie 6,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Beaumont-sur-Sarthe

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Beaumont-sur-Sarthe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaumont-sur-Sarthe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaumont-sur-Sarthe
Liens
Site web www.ville-beaumont-sur-sarthe.fr

Beaumont-sur-Sarthe est une commune française, ancienne cité médiévale, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 2 127 habitants[Note 1] (les Belmontais).

Géographie[modifier | modifier le code]

Beaumont est une ville située au nord de la Sarthe, à mi-chemin entre la ville d'Alençon (24 km) au nord et la ville du Mans (25 km) au sud. Fresnay-sur-Sarthe est à 12 km, Ballon à 13 km, Sillé-le-Guillaume à 21 km et Mamers à 25 km.

Comme son nom l'indique, Beaumont est bordée par la Sarthe.

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont : Assé-le-Riboul, Juillé, Maresché, Saint-Christophe-du-Jambet et Vivoin

Communes limitrophes de Beaumont-sur-Sarthe
Juillé Vivoin
Saint-Christophe-du-Jambet Beaumont-sur-Sarthe Maresché
Assé-le-Riboul

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Les principaux lieux-dits de la commune sont : les Nouis, la Maufière et Saint-Laurent.

Géologie et Relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Beaumont-sur-Sarthe est un climat océanique dégradé (ou semi-océanique). La température moyenne sur toute une année est de 11,1 °C. Comme dans la majorité des régions qui sont face à l'Atlantique c'est en hiver qu'il y a le plus de précipitations en Sarthe.

La température maximale record enregistrée à la station météo du Mans a été enregistré le 6 août 2003 pour une température de 40,5 °C et la température minimale record a été le 29 décembre 1964 pour - 24 °C.

Relevé météorologique de la station météo Le Mans - Arnage
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,2 1,5 2,8 4,9 8,2 11,3 13,1 12,6 10,5 7,6 3,8 1,9 6,6
Température moyenne (°C) 4,1 5 7,2 9,8 13,3 16,7 18,8 18,3 16 12,1 7,3 4,8 11,1
Température maximale moyenne (°C) 7,1 8,5 11,6 14,7 18,4 22 24,5 24 21,4 16,6 10,8 7,7 15,6
Record de froid (°C)
date du record
-18,2
1987
-17
1956
-11,3
1971
-4,9
1956
-3,7
1957
1,6
1975
3,9
1954
3,2
1956
-0,5
1952
-5,4
1997
-12
1956
-21
1964
-21
1964
Record de chaleur (°C)
date du record
17,2
1975
21
1960
24,9
1955
30,3
1949
32,4
1953
37,1
2011
40,4
1952
40,5
2003
34,6
1961
29,7
1985
21,9
1955
18,3
1953
40,5
1952
Nombre de jours avec gel 12,1 10,8 9 3 0,5 0 0 0 0 1 6,9 11,1 54,3
Ensoleillement (h) 62,7 86,9 141,5 179,2 204 227,3 248,9 222,4 182 133,2 79,7 57,1 1 824,9
Précipitations (mm) 64,8 59,4 58,7 50,7 60,8 45,6 49,6 45,1 54,1 57,7 67,7 63,8 678
Source : Météo-France[1],[2] , Infoclimat.fr[3] et Linternaute.com[4]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

La ville de Beaumont-sur-Sarthe est traversée par la RD 338 (ex-RN 138) reliant Rouen au Mans en passant par Alençon. Elle est également traversée par d'autres routes départementales comme la RD 5 en direction de Sillé-le-Guillaume, la RD 39 en direction de Fresnay-sur-Sarthe et la RD 26/27 en direction de Marolles-les-Braults.

L'autoroute A28 est située à proximité (6 km) de la ville avec la sortie no 21 à Maresché.

Transports[modifier | modifier le code]

La gare de Vivoin - Beaumont, mise en service en 1856, permet chaque jour des liaisons régulières vers Le Mans, Alençon ou Caen, ligne no 24.

La ville de Beaumont-sur-Sarthe est desservie par les TIS (Transports interurbains de la Sarthe), gérés par le conseil général de la Sarthe, la ligne 10 (Fresnay-sur-Sarthe - Le Mans)

L'aéroport le plus près est l'aéroport Le Mans-Arnage, qui depuis quelques années ne propose plus de vols réguliers. Pour des vols réguliers, l'aéroport le plus proche est l'aéroport de Caen - Carpiquet qui propose des vols à destination de Lyon, Nice et Paris-Orly.

Histoire[modifier | modifier le code]

Introduction[modifier | modifier le code]

Beaumont-sur-Sarthe, ou le Vicomte, doit son nom et son surnom à sa situation pittoresque sur le bord de la rivière (la Sarthe) et à son ancienne possession par les vicomtes du Mans.

Cette petite ville était au Moyen Âge, une place de guerre fort importante ; située entre le Maine et la Normandie, elle eu naturellement à souffrir beaucoup des luttes sanglantes, incessamment engagées entre les comtes et les ducs de ces deux provinces.

Du Xe siècle jusqu'au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le premier seigneur de Beaumont dont le nom est connu fut Raoul, vicomte du Mans, mort en 1061. Ses successeurs eurent souvent à lutter contre Guillaume le Bâtard, qui, pendant l'espace de quatorze ans, de 1070 à 1084, prit la ville jusqu'à cinq fois. Enfin, le vicomte Hubert, fut assez heureux pour forcer le redoutable conquérant de l'Angleterre à entrer en accommodement.

En 1135, Geoffroy d'Anjou poursuivit son gendre, le vicomte Rosselin, jusque dans les murs de Beaumont, prit et brûla entièrement cette malheureuse ville, que Philippe Auguste devait encore assiéger et prendre en 1189.

Le comte Arthur de Richemont, marchant au secours des Armagnacs, l'emporta d'assaut en 1412 : les Anglais la prirent en 1417 ; Ambroise de Loré la leur enleva la même année, mais ils s'en rendirent maîtres de nouveau quelques années plus tard.

Enfin, en 1562, après avoir évacué Le Mans, les calvinistes y entrèrent et s'y livrèrent à toutes sortes d'excès, rompant le pont à coups de canon, brûlant les églises et les maisons des catholiques, dont ils emportèrent les biens. La ville se soumit à Henri IV, en 1589, après la prise du Mans.

Dès le XIe siècle, Beaumont était le siège d'un doyenné et comptait trois églises dans l'enceinte de ses murailles crénelées : Notre-Dame, Saint-André et Saint-Aubin des Vignes, dont Hildebert, évêque du Mans, confirma la possession à la célèbre abbaye de Marmoutier.

La vicomté de Beaumont entra dans la Maison de Brienne avant le mois de février 1253, par le mariage d'Agnès, vicomtesse de Beaumont, dame de La Flèche, de Fresnay, de Sainte-Suzanne et du Lude, sœur de Richard III, dernier descendant des premiers vicomtes, avec Louis, troisième fils de Jean de Brienne, roi de Jérusalem, empereur de Constantinople, et de Bérangère de Castille, sa seconde femme.

Elle fut successivement possédée par Jean et par Robert, descendants de ce noble seigneur ; mais Marie, fille du vicomte Jean II et d'Isabeau d'Harcourt, ayant épousé Guillaume Chamaillart, seigneur d'Anthenaise, en eut une fille également nommée Marie, laquelle épousa, en 1371, Pierre II, comte d'Alençon, auquel elle apporta en mariage la vicomté de Beaumont, dont elle avait hérité de son oncle, Louis de Brienne, tué à la bataille de Cocherel, le 23 mai 1364.

Dans la suite, Françoise, sœur et héritière de Charles, Duc d'Alençon, et veuve de Charles de Bourbon, duc de Vendôme, obtint, en 1543, que la vicomté de Beaumont, les terres et baronnies de Sonnois, de la Flèche et de Château-Gontier, fussent érigées en duché-pairie sous le nom de Beaumont, pour elle et ses successeurs mâles et femelles.

Enfin, Antoine de Bourbon, son fils, roi de Navarre, transmit ce duché à Henri IV, qui, parvenu au trône, voulut se le réserver ; mais le parlement refusa d'enregistrer les lettres patentes pour lesquelles il le déclarait. Force lui fut donc d'abandonner cette prétention, puisque "tout domaine particulier d'un prince qui parvient à la royauté est de plein droit réuni à la couronne".

Jusqu'à la Révolution (1789)[modifier | modifier le code]

Le 25 mai 1701, René de Froulé, comte de Tessé, reçut, en échange des terres qu'il possédait dans les parcs de Versailles et de Marly, les deux villes et domaines de Beaumont et de Fresnay-sur-Sarthe, que sa famille conserva jusqu'à la révolution.

XIXe siècle (1856)[modifier | modifier le code]

La ville, ancienne titulaire de ce noble duché, n'est plus qu'un humble chef-lieu de canton. Sa justice seigneuriale et son bailliage ducal sont remplacés par une simple justice de paix, et tout son appareil militaire a fait place à une brigade de gendarmerie. Ses rues étroites et tortueuses divergent dans tous les sens, bordées de maisons confusément entassées.

La place où se tient le marché est assez grande ; au milieu, elle est ornée, en guise de fontaine, d'une pompe monumentale. Sur l'un de ces côtés se dressent les halles couvertes, et plus loin l'unique église paroissiale.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1959 mars 1989 Gaston Trocherie SE Pharmacien, conseillé général et régional
juin 1995 mars 2001 Jean-Marie Foussard SE  
mars 2001 en cours François Robin DVD Administrateur de biens
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis 1988, Beaumont est jumelée avec une ville anglaise, Drapeau de l'Angleterre Burgh-le-Marsh (en) (Angleterre)Sous-modèle utilisé pour la maintenance du modèle {{Jumelage}} via les pages liées., dans le Lincolnshire.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 127 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 295 2 402 2 415 2 235 2 381 2 378 2 320 2 321 2 214
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 239 2 184 2 234 2 090 2 028 2 015 1 908 1 969 1 908
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 063 2 094 2 040 1 756 1 725 1 624 1 751 1 848 1 808
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 870 1 902 2 134 1 938 1 874 1 973 2 060 2 161 2 094
2011 - - - - - - - -
2 127 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6])
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Beaumont fait partie de l'Académie de Nantes.

La commune administre 2 écoles maternelles et élémentaires, une publique et une privée : Sainte-Thérèse-Saint-Joseph. Et 2 collèges, le public : Le Joncheray et le privé: Sainte-Thérèse-Saint-Joseph.

Collège "Le Joncheray"[modifier | modifier le code]

Collège "Le Joncheray"

" Un collège à taille humaine où il fait bon étudier "

Le collège du Joncheray accueille 289 élèves (2009), venant de 13 communes environnantes, réparties en 13 classes (4 classes de 6e, 3 classes de 5e, 3 classes de 4e, 2 classes de 3e et 1 classe ULIS pour les enfants présentant des difficultés d'apprentissage).

Le collège est situé à l'extérieur du centre-ville, dans un cadre verdoyant, disposant de vastes espaces verts très appréciés des élèves.

École/collège Sainte-Thérèse-Saint-Joseph[modifier | modifier le code]

« Deviner en chaque être ce qu'il peut devenir et oser y croire »

L'école/collège Sainte-Thérèse-Saint-Joseph est située dans le centre de Beaumont-sur-Sarthe. Il est issu de la fusion des collèges Sainte-Thérèse de Beaumont et Notre-Dame-Saint-Joseph de Fresnay, l'établissement scolarise dans 6 classes, des élèves en provenance des cantons de Beaumont et Fresnay.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune de Beaumont-sur-Sarthe dispose d'une offre de soins assez bien fournis. Elle est composée de quatre médecins généralistes, 2 spécialistes : un podologue et un masseur kinésithérapeute, 2 chirurgiens dentistes, 4 infirmières et 2 pharmacies. La commune possède également une clinique vétérinaire qui réunit 3 vétérinaires, de garde 24 h/24. Le projet d'un pôle santé est actuellement à l'étude par la commune.

Beaumont possède également un hôpital local avec deux foyers-logements : Les Campanules disposant de 10 logements et Les Heures claires disposant de 15 logements, un établissement d'hébergement pour les personnes âgées dépendantes (EHPAD) et un foyer Anais.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune possède un complexe sportif d'extérieur pouvant accueillir plusieurs activités comme le football avec son terrain principal et ses 3 terrains pour les entraînements et les matchs junior ou de l’athlétisme avec la piste d'athlétisme qui fait le tour du terrain principal ou du tennis avec le cour extérieur ou encore de la pétanque avec ses nombreux terrains. Il y a également un gymnase pouvant accueillir aussi plusieurs activités comme le handball, le basketball, le badminton, le tennis (avec le cours intérieur) mais aussi de la danse dans la salle annexe du gymnase.

Tous les étés, la piscine municipale non couverte ouvre ses portes de juin (pour les scolaires) jusqu'en août, encadré par un maitre nageur-sauveteur diplômé. Il y a la possibilité de prendre des cours de natation

Logo du BSA

Football[modifier | modifier le code]

Le Beaumont Sports athlétiques (BSA) a été créé le 3 décembre 1932 et compte aujourd'hui 209 licenciés (saison 2012 / 2013).

Ces 209 licenciés sont répartis en 3 arbitres, 21 dirigeants, 23 vétérans et 52 seniors et U19. Et pour ce qui est de sa formation des jeunes joueurs reconnue pour sa qualité et son parfait fonctionnement, le club compte 16 joueurs U18, 19 joueurs U15, 24 joueurs U13 (deux équipes), 19 joueurs U11 (deux équipes), 16 joueurs U9 (deux équipes) et de 16 joueurs U7.

L'équipe première évolue actuellement en Promotion d'honneur (4e division régionale) et joue ses matchs à domicile au stade des Voves, d'une capacité d'environ 75 places assises.

Judo[modifier | modifier le code]

Le Judo Club belmontais est ouvert à toutes les tranches d'âge pour permettre de devenir plus souple, plus adroit et également d'apprendre à respecter les règles et l'entraide.

Basket-ball[modifier | modifier le code]

Depuis 5 ans, la ville de Beaumont possède un jeune club de basketball : l'ASBB (L'Association sportive belmontois basketball) qui compte 26 adhérents (saison 2012 / 2013). Le club est composé d'une équipe de Benjamin qui évolue en Départemental masculine 3 (=Division 3), une équipe de Poussin qui évolue en Départemental Poussin poule L (dernière poule du championnat) et sans oublier la nouvelle équipe de minimes qui joue en 3ème division. S'ajoute à cela une équipe de Sénior qui verra le jour à la rentré 2014.

Tennis[modifier | modifier le code]

Le Tennis Club belmontais dépasse les 110 licenciés à la saison 2012 / 2013. Le club a engagé pour cette saison 2 équipes sénior hommes, 1 équipe senior femme et 1 équipe en 8 ans fille. Tous cela encadré par 2 professeurs diplômés et 1 assistant moniteur de tennis.

Cyclisme[modifier | modifier le code]

L'ACB (Association cycliste belmontaise) est une association qui réunit de nombreux cyclistes (jeunes ou plus âgés). L'AC est l'un des clubs sarthois qui organisent le plus de compétitions au cours de l'année.

Tir[modifier | modifier le code]

La société de Tir de Beaumont se nomme Les Bleuets. Les Bleuets possède une école de tir, qui forme les jeunes tireurs de poussins à minimes avec un initiateur et deux animateurs diplômés. Le club participe chaque année au championnat départemental, régional et au Championnat de France où il fait de bons résultats.

Les installations du stand permettent les possibilités suivantes :

  • un pas de tir de 10 m chauffé pour les armes à air comprimé, carabine ou pistolet
  • un pas de tir de 25 m pour les armes de poing
  • un pas de tir de 50 m pour carabine et pistolet libre
  • un pas de tir de 25, 50, 100 m pour les armes anciennes.

Zumba[modifier | modifier le code]

Depuis janvier 2012, il est possible de faire de la Zumba à Beaumont et déjà 400 adhérents viennent aux séances pour danser et s'amuser. Chaque lundi et vendredi les adultes peuvent faire de la Zumba à la salle Loisirs et culture et chaque mercredi après-midi à la salle de gym pour les cours enfants.

Le projet d'une école de Zumba est actuellement en train de naître avec dès janvier 2013, des cours pour les 4-7 ans et cela devrait se poursuivre avec les 8-12 ans, les ados, les cours adultes et les cours séniors qui devraient être mis en place à la rentrée de septembre 2013.

Cultes[modifier | modifier le code]

Les Belmontais et Belmontaises disposent d'un lieu de culte catholique : l'église Notre-Dame avec son architecture romane du XIe siècle).

Activités et manifestations[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenu de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 16 654 € à Beaumont-sur-Sarthe alors que dans le canton la moyenne était de 18 651 € et dans la Sarthe de 21 256 €. 37,3 % de la population était imposable ce qui est bien en dessous la moyenne du département qui est de 52,9 %.

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, Beaumont comptait 68,3 % de sa population, de 15 à 64 ans, actif et 11,5 % des 15 / 64 ans au chômage. Alors que dans la Sarthe, la moyenne des actifs 15 / 64 ans était de 73 % et 10,6 % de chômage.

La même année on comptait 847 emplois dans la commune dont 88,3 % de l'emploi salarié au lieu de travail.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, le nombre total d'établissements était de 173 dans la commune. Ces 173 établissements répartis de la façon suivante par secteur d'activité :

Répartition des emplois par domaines d'activité (recensement de 2010)

  Agriculture Industrie Construction Commerce,
transports,
services divers
Administration publique,
enseignement,
santé, action sociale
Beaumont-sur-Sarthe 11.6 % 6.9 % 5.8 % 55.5 % 20.2 %
Sarthe 17.2 % 6.3 % 8.6 % 53.8 % 14.1 %
France Métropolitaine 11.3 % 5.7 % 9.5 % 59.6 % 13.9 %
Sources des données : INSEE[7],[8]
Les halles de Beaumont-sur-Sarthe

Tourisme[modifier | modifier le code]

La ville de Beaumont-sur-Sarthe et les villages aux alentours comptent de nombreux lieux touristique et de choses à voir, que cela soit des châteaux, des randonnées ou même des monuments religieux.

Dans la ville[modifier | modifier le code]

En la ville de Beaumont-sur-Sarthe se cache une ancienne cité médiévale qui renferme de nombreux trésors. À l'époque médiévale, les vicomtes de Beaumont, mirent en place des moyens pour protéger la ville des éventuelles ennemi. C'est pour cela que fut construit le Château de Beaumont-sur-Sarthe qui date du XIIe siècle, la Motte féodale qui donne une excellente vue sur la vallée de la Sarthe et les anciennes murailles et portes de la ville (la 1re "Porte St-André ou Porte d'Alençon" au Nord, la 2e "Porte Ste-Anne ou Porte du Mans" au Sud et la 3e "Porte St-Joseph ou Porte de Paris ou de Vivoin qui se trouvait rue Georges Rouault" qui sont aujourd'hui détruite mais ils en reste de nombreuses ruines et traces.

Parmi les monuments historiques, il y a aussi le pont roman et le moulin à eau qui datent, eux aussi, de la même époque que les monuments cités précédemment. Beaumont comporte également des halles du XIXe siècle, se situant au cœur du centre ville.

Pour ce qui est de beau paysage, Beaumont possède de nombreux circuits de randonnées pédestres, les circuits du Chanvre et du Roussard, la Route Ambroise de Loré ou alors les jardins de l'hôtel de ville qui comportent une végétation riche et variée et des coins de détente. Sans oublier la rivière La Sarthe qui borde la commune du nord jusqu'à l'est offrant de magnifique paysages

À proximité[modifier | modifier le code]

À proximité de la commune se trouve d'autres monuments importants à visiter comme le prieuré de Vivoin datant du XIe siècle et inscrit Monument Historique depuis 1927 (prieuré) et 1840 (église).

À Saint-Marceau, il y a également un monument classé Monument Historique:la chapelle Saint-Julien.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Joseph Couin, (1763 à Beaumont-sur-Sarthe - 1834) général d'Empire, baron de Grandchamp, commandeur de la Légion d'honneur.
  • Albert Pierre René Maignan, (1845 à Beaumont-sur-Sarthe - 29 septembre 1908 à Saint-Prix, Val-d'Oise), artiste peintre. Il étudie le droit à Paris et est diplômé. Mais il se consacre à la peinture ayant Jules Noël pour maître en 1865. Il participe à la décoration de l'Opéra-Comique à Paris, inauguré par Félix Faure en 1898. En 1900, il exécute deux fresques pour le Train bleu, restaurant de la gare de Lyon à Paris. On lui doit aussi les modèles des tapisseries du grand salon du Sénat au palais du Luxembourg.
  • Georges Rouault (1871-1958), peintre, a séjourné dans la rue portant aujourd'hui son nom.
  • Marcel Jousse, (1886 à Beaumont-sur-Sarthe - 1961), professeur d'anthropologie linguistique à l'École d'anthropologie de Paris, né à la Petite Lardière.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Beaumont-sur-Sarthe

Le blason de la commune de Beaumont-sur-Sarthe est d'azur semé de fleur de lys d'or au lion du même brochant sur le tout.

Adopté par délibération du conseil municipal du 9 mars 1961[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[10].
  1. (fr) Météo-France, « Le climat en France », sur meteofrance.com (consulté le 10 avril 2010)
  2. « Premières fortes chaleurs de l'été », sur le site de Météo-France,‎ 28 juin 2011 (consulté le 28 juin 2011)
  3. (fr) « Statistiques météorologiques sur la période 1961-1990 », sur Infoclimat.fr (consulté le 10 avril 2010)
  4. (fr) « Le Mans - Sarthe », sur Linternaute.com (consulté le 10 avril 2010)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  7. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées emploiINSEE.
  8. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées emploiINSEEFrance.
  9. Banque du Blason
  10. Site de l'IGN.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :