Fyé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fyé
Fyé
Vue du village depuis le nord.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Sillé-le-Guillaume
Intercommunalité Communauté de communes Haute Sarthe Alpes Mancelles
Maire
Mandat
Jean-Pierre Frimont
2014-2020
Code postal 72610
Code commune 72139
Démographie
Gentilé Flacuméens ou Fiétuméens
Population
municipale
1 004 hab. (2016 en diminution de 1,47 % par rapport à 2011)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 36″ nord, 0° 04′ 44″ est
Altitude Min. 73 m
Max. 152 m
Superficie 16,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de la Sarthe
City locator 14.svg
Fyé

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Fyé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fyé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fyé

Fyé est une commune française, située dans le département de la Sarthe, en région Pays de la Loire. La proximité de la ville d'Alençon, au nord, permet toutefois à Fyé d'avoir des relations importantes avec le département de l'Orne, dans la région Normandie. La commune est peuplée de 1 004 habitants[Note 1] (les Flacuméens ou Fiétuméens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fyé
Gesnes-le-Gandelin Oisseau-le-Petit Chérisay
Saint-Victeur Fyé Rouessé-Fontaine
Saint-Ouen-de-Mimbré Saint-Germain-sur-Sarthe Coulombiers

Histoire[modifier | modifier le code]

La bataille de Normandie[modifier | modifier le code]

Le 8 août 1944, le 15e corps d'armée américain entre dans Le Mans. Le mouvement d'encerclement des troupes allemandes prévoit de remonter vers Alençon, vers le nord, sur un axe Savigné-l'Évêque, Bonnétable, Marolles-les-Braults et Mamers.

« Patton a ordonné à Haislip de mettre la 2e DB (...) en tête du XVe corps. La seule division française engagée dans la bataille monte vers Alençon, suivie de la 90e DI. En chemin, elle défait et pourchasse ce qui reste de la 708e allemande. (...) La 2e division blindée subit ses premières grosses pertes à Mézières-sur-Ponthouin et Fyé[1]. »

— Jean-François Ercksen, L'Ouest en guerre

Le général Leclerc, à la tête de la 2e DB n'eut de cesse de se porter au contact de la 9e Panzerdivision, attirant sur la 2e DB l'admiration du général Patton. La 2e division blindée libérera Alençon le 12 août 1944, avant de fondre vers Argentan, puis de faire route vers Paris.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Michel Héry SE Chauffeur de car
mars 2008 mars 2008 Serge Boulay SE Retraité de l'industrie
avril 2008 mars 2014 Michel Héry SE Chauffeur de car
mars 2014[2] En cours Jean-Pierre Frimont DVD Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2016, la commune comptait 1 004 habitants[Note 2], en diminution de 1,47 % par rapport à 2011 (Sarthe : +0,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3611 4581 5031 7601 8891 9711 9111 9581 994
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0101 9972 0211 8121 6141 4651 4021 3051 130
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1021 061974871807809758810807
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
7627768318368028639921 0071 023
2013 2016 - - - - - - -
1 0011 004-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Religions[modifier | modifier le code]

Fyé a été de 2000[7] à 2009[8] le siège du centre vaudou européen. Le hounfor de la Mandragore, 1er centre vaudou actif en France de tradition africaine y était établi.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Fernand Chatelain (1899-1988), créateur d'un jardin d'art brut.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[9].
  1. Jean-François Ercksen, L'Ouest en guerre, Éditions Ouest-France, , 128 p., p. 94
  2. « Fyé (72610) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 25 juin 2014)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « Le Mans ma ville (Ouest-france) - Transes Vaudou au cœur de la Sarthe » (consulté le 28 mai 2011)
  8. « Ouest-france.fr - Adepte du vaudou, il n'a pu obtenir de cérémonie religieuse catholique » (consulté le 28 mai 2011)
  9. Site de l'IGN.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :