Ally (Haute-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ally
Ally (Haute-Loire)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Brioude
Intercommunalité Communauté de communes des Rives du Haut Allier
Maire
Mandat
Jean-Louis Portal
2020-2026
Code postal 43380
Code commune 43006
Démographie
Population
municipale
134 hab. (2018 en diminution de 10,07 % par rapport à 2013)
Densité 4,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 38″ nord, 3° 18′ 54″ est
Altitude Min. 549 m
Max. 1 109 m
Superficie 31,13 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Brioude
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Pays de Lafayette
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Ally
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Ally
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ally
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ally

Ally est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ally est une commune rurale relativement étendue (plus de 3 000 ha) qui compte 13 hameaux en plus du bourg principal. Ce dernier est placé sur un point d'ancrage remarquablement bien choisi, à l'abri de la bise (vent froid du nord) par exemple, et donnant au sud.

Le village est situé au nord-ouest du département de la Haute-Loire, au sud de la région Auvergne, en limite du département du Cantal. C'est un plateau de curiosités avec ses mines d'antimoine et ses moulins à vent. Il est situé à 1 000 mètres d'altitude au cœur de l'Auvergne.


Ally constitue avec le village de Mercœur l'entrée nord du massif de la Margeride (entre la vallée de l'Alagnon à l'ouest et la vallée de l'Allier à l'est). Cette partie de la Margeride est appelée 'Plateau d'Ally-Mercœur'.

Longitude, latitude, altitude (place du Bourg) : 3°18’50’’ , 45°09’36’’, 985 m.

Superficie : 3 113 hectares.

Altitude comprise entre 549 m (le Pradal) et 1 109 m (volcan de Novechaze).

De manière générale, les maisons sont orientées dans la direction de Langeac, soit une tendance vers le sud - sud-est. C'est aussi la tendance naturelle des rivières de couler vers le sud-est ce qui correspond au fait qu'Ally est situé en bordure d'une crête du côté du Val d'Allier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Sa situation de vigie permet de voir de manière unique l'ensemble du relief de l'Auvergne (sur les trois quarts de l'horizon). Une table ronde a été installée dans le moulin panoramique au nord du Bourg ; ce lieu permet de contempler les points culminants suivants (d'ouest en est) :

  • Plomb du Cantal (1 855 m) (44,80 km).
  • Signal du Luguet (1 551 m) (Cézallier) (32,10 km).
  • Puy de Sancy (1 886 m) (55,90 km).
  • Puy de Dôme (1 465 m) (75,50 km).
  • Mont Gerbier des Joncs (1 551 m)(79,5 km).
  • Mont Mézenc (1 753 m) (74,80 km).

La géologie du plateau se caractérise par une superposition d'un terrain volcanique et granitique. C'est un lieu de transition entre le nord (chaîne des volcans) et le sud (plateau lozérien). La présence de nombreux métaux (antimoine, plomb, argent) remontés à la surface par un phénomène de géothermie a justifié l'ouverture et l'exploitation de nombreuses mines depuis les gallo-romains jusqu'au tout début du XXe siècle.

Quelques distances d'Ally avec quelques communes ou villes (par la route) :

  • Tout près : Lavoûte-Chillac (11 km/11 min), Massiac (20 km/23 min), Brioude (23 km/25 min), Langeac (24 km / 25 min), Saint-Flour (35 km/36 min).
  • Plus loin : Le Puy en Velay (55 km/53 min), Issoire (55 km/54 min), Clermont-Ferrand (90 km/1 h 17), Aurillac (105 km/1 h 50), Mende (108 km/1 h 35).
  • Encore plus loin : Saint-Étienne : (140 km/2 h 10), Valence (180 km/3 h), Lyon (200 km/2 h 50), Montpellier(270 km/3 h), Toulouse (320 km/4h20), Limoges (340 km/3 h 40), Marseille (370 km/5 h 40), Paris (505 km/5 h 20), Nice (544 km/6 h 50), Strasbourg (687 km/8 h), Ouessant (942 km/10 h 30).

Carte : 1/25 000 IGN no 2635 « Lavoûte-Chillac ».

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ally est une commune rurale car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Brioude, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 39 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (55 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (40 %), zones agricoles hétérogènes (31 %), prairies (24,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,9 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Aly dès 1307, Ali en 1352 puis Alis au XVIe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de La Rodde a été fouillé par l’archéologue Christian Vialaron : il correspond à l'exploitation d'un gisement de plomb et d’argent durant l’Antiquité[8].

Ally se trouvait sur le passage de la route reliant Saint-Flour (Cantal) à La Chaise-Dieu (Haute-Loire), jalonnée alors par de nombreuses pierres plantées (aujourd'hui couchées dans les broussailles) afin de s'y retrouver plus facilement pendant les tempêtes de neige de l'hiver.

Au Moyen Âge, les Rochefort d'Ally, alors seigneurs des lieux, régnaient sur tout le territoire. Un château se dressait, dès le XIe siècle, au-dessus du bourg principal avec ses cinq tours, reliées par un mur très élevé, et dominait toute la commune. Autour, s'agglutinaient les maisons paysannes, le lavoir (XIe), le cimetière et l'église (XIIe).

L'industriel Emmanuel Chatillon créa une fonderie au Babory-de-Blesle (au bord de l'Alagnon, à environ 35 km d'Ally) dans les années 1880. Pour l'alimenter, il inventa le procédé de traitement de l'antimoine par grillage volatilisant et prit la propriété des Mines d'antimoine de La Bessade (Haute-Loire), situées à Mercoeur. Elle resta en activité jusqu'en 1930.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
avant 2005 2014 Marie-Paule Olagnol DVD  
2014 En cours
(au 3 septembre 2020)
Jean-Louis Portal[9]    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Un parc d’éoliennes est installé sur la commune d’Ally.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune comptait 134 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Une réforme du mode de recensement permet à l'Insee de publier annuellement les populations légales des communes à partir de 2006. Pour Ally, commune de moins de 10 000 habitants, les recensements ont lieu tous les cinq ans, les populations légales intermédiaires sont quant à elles estimées par calcul[10]. Les populations légales des années 2004, 2009, 2014 correspondent à des recensements exhaustifs[11].

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
822707805808860769794742762
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
755750722717724798730722702
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
799637592575522516484475455
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
424376292279237222190165144
2018 - - - - - - - -
134--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Âge de la population[modifier | modifier le code]

La pyramide des âges, à savoir la répartition par sexe et âge de la population, de la commune d'Ally en 2010[14] ainsi que, comparativement, celle du département de la Haute-Loire la même année[15], sont représentées avec les graphiques ci-dessous.

La population de la commune comporte 53 % d'hommes et 47 % de femmes. Elle présente en 2010 une structure par grands groupes d'âge plus âgée que celle de la France métropolitaine[16]. L'indice de jeunesse, égal à la division de la part des moins de 20 ans par la part des plus de 60 ans, est en effet de 0,29 pour la commune, soit 29 jeunes de moins de 20 ans pour cent personnes de plus de 60 ans, alors que pour la France métropolitaine il est de 1,06. Cet indice est également inférieur à celui du département (0,87).

Pyramide des âges à Ally en 2017 en pourcentage[14].
HommesClasse d’âgeFemmes
1,4 
90  ans ou +
0,0 
13,0 
75 à 89 ans
11,7 
31,9 
60 à 74 ans
35,0 
21,7 
45 à 59 ans
18,3 
17,4 
30 à 44 ans
10,0 
7,2 
15 à 29 ans
11,7 
7,2 
0 à 14 ans
13,3 
Pyramide des âges en Haute-Loire en 2017 en pourcentage[15].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90  ans ou +
2,3 
8,0 
75 à 89 ans
11,8 
19,2 
60 à 74 ans
19,1 
21,7 
45 à 59 ans
20,5 
17,4 
30 à 44 ans
16,7 
15,3 
15 à 29 ans
13,4 
17,5 
0 à 14 ans
16,2 

Économie[modifier | modifier le code]

La commune possède une école commune avec Mercœur (17 enfants en 2007), une boulangerie/épicerie (2021), une auberge paysanne (utilisée pour les fêtes, manifestations locales et pendant l'été). L'activité principale est l'agriculture avec un nombre d'actifs en baisse. Le commerce local a des difficultés à subsister et ne résiste que grâce au tourisme.

Énergie éolienne[modifier | modifier le code]

Le a été inauguré un champ de 26 éoliennes sur les communes d'Ally et de Mercœur pouvant produire 39 MW en pleine production. Il s'agissait, à cette date, du plus grand champ d'éoliennes de France[17]. Il fait partie du parcours touristique proposé par Action Ally 2000[18]. En 2016, le financement de sa maintenance est ouvert au public à travers la plateforme Lendosphere afin d'« impliquer les acteurs du territoire dans le projet » développé par l'entreprise Boralex[19], récoltant 386 500  dont 109 000  auprès des riverains du parc éolien malgré des limitations liées à l'accès Internet de certaines personnes intéressées[20].

Tourisme[modifier | modifier le code]

L'église date du XIIe siècle. Le Pradal possède une très belle chapelle.

Il existe aussi de nombreuses possibilités de randonnées pédestres ou à vélo.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, le conseil municipal a conduit une réflexion pour mettre en valeur le patrimoine de la commune. Une association Action Ally 2000 a été alors créée. Son objectif est de contribuer à cette mise en valeur. Ainsi, l'ancienne mine d'antimoine de la Rodde a été équipée pour pouvoir être visitée avec toutes les précautions de sécurité. Cette mine est ouverte au tourisme depuis 1996.

Cinq moulins à vent ont été restaurés sur le territoire d'Ally. Le premier à Pargeat a été refait à l'identique et se visite de manière authentique. Le second dit du Calvaire est devenu "panoramique". Deux d'entre eux sont devenus des gites ruraux "Gites de France" et connaissent un très grand succès grâce à leur côté exotique. Ils sont ouverts d'avril à novembre. Un moulin à parole a ouvert en 2009 offrant des contes et légendes du pays.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Bayssat est né à Ally en 1922, village dans lequel son grand-père et son père étaient forgerons. Il est venu au monde dans la maison de sa grand-mère Eugénie qui tenait une épicerie dans le village. Il a fait ses études à Ally jusqu'au certificat puis, en pension, à Craponne-sur-Arzon. Après sa formation à l'École normale du Puy-en-Velay, il sera instituteur en Haute-Loire, puis professeur d'histoire-géographie à Marmilhat ( Puy-de-Dôme). Gabriel Bayssat est l'auteur de plusieurs romans et aussi d'études historiques (Ally village arabe en Auvergne) et géographiques. Il a créé l'Association de Sauvegarde des moulins à vent d'Ally.
Gabriel Bayssat a été l'invité de l'émission (enregistrée) Les Chemins d'une Vie, produite et présentée par Christian Lassalas sur FR3 Auvergne Radio (5 émissions de 30 minutes du 23 au ).
  • La famille de Rochefort d'Ally. Cette maison, l'une des plus illustres du royaume, tant par l'ancienneté de son origine, que par la grandeur de ses alliances, est connue en Auvergne dès le commencement du onzième siècle, qu'Antoine de Rochefort épousa Marguerite, héritière d'Ally, avec laquelle il fonda l'an 1001, comme le remarque Prohet dans ses commentaires sur la coutume d'Auvergne, imprimée à Paris en 1695, le prieuré de Bonnat ou de Rochefort dans le diocèse de Saint-Flour.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ally ; village arabe en Auvergne par Gabriel Bayssat - 1971

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 24 avril 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 24 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Béatrice Cauuet, L'Or des Celtes du Limousin, Limoges : Culture et patrimoine en Limousin, coll. Archéologie, 2004, (ISBN 2-911167-37-6), p. 57.
  9. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 3 septembre 2020).
  10. « Le recensement de la population en bref », sur le site de l'Insee (consulté le 14 juillet 2013).
  11. « Calendrier de recensement des communes de la Haute-Loire », sur Insee (consulté le 14 juillet 2013).
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. a et b « Population par sexe et âge en 2017 - Commune d'Ally (43006) », sur Insee, (consulté le 3 septembre 2020).
  15. a et b « Population par sexe et âge en 2017 - Département de la Haute-Loire (43) », sur Insee, (consulté le 3 septembre 2020).
  16. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la France métropolitaine en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 14 juillet 2013).
  17. Roger Brunet, « Mise en service du plus grand parc éolien de France: Ally (Haute-Loire) », sur mappemonde.mgm.fr, (consulté le 25 avril 2016).
  18. « Tourisme éolien : s’approprier le patrimoine moderne », sur lamontagne.fr, (consulté le 25 avril 2016).
  19. « Le parc éolien d’Ally-Mercœur inaugure aujourd’hui un financement participatif large public », sur lamontagne.fr, (consulté le 25 avril 2016).
  20. Magali Roche, « La campagne de financement participatif pour le parc d’Ally-Mercœur a porté ses fruits », sur lamontagne.fr, (consulté le 20 juin 2016).