Auvers (Haute-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Auvers
Auvers (Haute-Loire)
Le village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Brioude
Intercommunalité Communauté de communes des Rives du Haut Allier
Maire
Mandat
René Soulier
2020-2026
Code postal 43300
Code commune 43015
Démographie
Population
municipale
51 hab. (2018 en diminution de 12,07 % par rapport à 2013)
Densité 2,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 49″ nord, 3° 24′ 11″ est
Altitude Min. 756 m
Max. 1 496 m
Superficie 21,5 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Gorges de l'Allier-Gévaudan
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Auvers
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Auvers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auvers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auvers

Auvers est une commune française située dans le département de la Haute-Loire, en région d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Auvers est située dans le sud-ouest du département de la Haute-Loire. Elle est limitrophe du Cantal et de la Lozère.

Elle est traversée par le 45e parallèle nord et est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Villages : Chanteloube, Lair, la Valette, Nozeyrolles.

Maisons isolées : Colony, le Mont Mouchet, le Pavillon.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Auvers est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (82,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (82,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (76,8 %), prairies (17,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 88, alors qu'il était de 84 en 2013 et de 81 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 26,1 % étaient des résidences principales, 61,4 % des résidences secondaires et 12,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 98,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 1,1 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Auvers en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (61,4 %) supérieure à celle du département (16,1 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 78,3 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (73,9 % en 2013), contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Auvers en 2018.
Typologie Auvers[I 1] Haute-Loire[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 26,1 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 61,4 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 12,5 12,4 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est créée à la Révolution avec le nom de Nozeyrolles, nom d'un hameau actuel de la commune. Elle fait partie du canton de Pinols et de l'arrondissement de Brioude. Par un décret en date du , paru au Journal officiel de la République française le (page 7386), il est attribué à la commune de Nozeyrolles la dénomination d'Auvers[9],[10].

En mars 2015, à la suite du redécoupage des cantons du département, elle est rattachée au canton de Gorges de l'Allier-Gévaudan[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2014 Gabriel Boisserie   Garde forestier au Pavillon
2014 En cours
(au 16 septembre 2014)
René Soulier[12]   Enseignant retraité à Chanteloube

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune comptait 51 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Une réforme du mode de recensement permet à l'Insee de publier annuellement les populations légales des communes à partir de 2006. Pour Auvers, commune de moins de 10 000 habitants, les recensements ont lieu tous les cinq ans, les populations légales intermédiaires sont quant à elles estimées par calcul[13]. Les populations légales des années 2008, 2013, 2018 correspondent à des recensements exhaustifs[14].

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
417410410577551564548519575
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
566565545462510439413446448
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
454438391302267236234208180
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1611471251038667616059
2013 2018 - - - - - - -
5851-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sculptures de Philippe Kaeppelin du combat de Marie-Jeanne Valet contre la Bête du Gévaudan.

Auvers dans les arts[modifier | modifier le code]

Un village Auvers est cité dans le poème d'Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[16].

Sans autre précision de la part du poète, il peut s'agir de deux villages :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Auvers », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. « Chiffres clés - Logement en 2018 à Auvers - Section LOG T2 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  3. « Chiffres clés - Logement en 2018 à Auvers - Section LOG T7 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  4. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  5. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière », sur le site de l'Insee (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Journal officiel de la République française du 8 novembre 1900. », sur Gallica (consulté le )
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Décret no 2014-162 du 17 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Loire.
  12. « Liste des maires » [PDF], sur le site de la préfecture de la Haute-Loire, (consulté le ).
  13. Le recensement de la population en bref, Insee (consulté le 15 juillet 2013).
  14. Calendrier de recensement des communes de la Haute-Loire, Insee (consulté le 15 juillet 2013).
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris, Seghers, , 2e éd., 616 p. (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375.