Auvers (Haute-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Auvers
Auvers (Haute-Loire)
Le village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Brioude
Intercommunalité Communauté de communes des Rives du Haut Allier
Maire
Mandat
René Soulier
2020-2026
Code postal 43300
Code commune 43015
Démographie
Population
municipale
50 hab. (2019 en diminution de 13,79 % par rapport à 2013)
Densité 2,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 59′ 49″ nord, 3° 24′ 11″ est
Altitude Min. 756 m
Max. 1 496 m
Superficie 21,5 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Gorges de l'Allier-Gévaudan
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Auvers
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Auvers
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Auvers
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Auvers

Auvers est une commune française située dans le département de la Haute-Loire, en région d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune avec localisation de la mairie.

La commune d'Auvers se trouve dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes[I 1].

Elle se situe à 61 km par la route[Note 1] du Puy-en-Velay[1], préfecture du département, à 52 km de Brioude[2], sous-préfecture, et à 29 km de Langeac[3], bureau centralisateur du canton de Gorges de l'Allier-Gévaudan dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[I 1].

Les communes les plus proches[Note 2] sont[4] : La Besseyre-Saint-Mary (3,1 km), Desges (4,6 km), Paulhac-en-Margeride (5,7 km), Pinols (6,2 km), Tailhac (6,6 km), Chazelles (7,2 km), Venteuges (7,6 km), Pébrac (9,3 km).

Elle est traversée par le 45e parallèle nord et est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[6]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat, Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[7].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant[6].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 7,0 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 8.4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1.1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 4] : 14,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 905 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,1 j

Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[9]. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et en service de 1986 à 2020 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques[10]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records AUVERS (43) - alt : 1 134 m 44° 59′ 54″ N, 3° 22′ 12″ E
Statistiques établies sur la période 1986-2010 - Records établis sur la période du 01-01-1986 au 31-12-2020
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −4,5 −4,3 −2,2 −0,1 3,5 6,2 7,8 7,7 5,2 3,5 −0,8 −3,5 1,6
Température moyenne (°C) −1 −0,3 2,5 4,7 9,2 12,3 14,5 14,4 10,9 7,9 2,6 −0,4 6,5
Température maximale moyenne (°C) 2,5 3,7 7,2 9,6 14,8 18,3 21,2 21,1 16,6 12,2 5,9 2,7 11,4
Record de froid (°C)
date du record
−23,2
17.01.1987
−21
10.02.1986
−24,5
01.03.05
−11,5
22.04.1991
−5,5
15.05.1995
−3,1
06.06.1989
−0,1
25.07.1986
−2,5
30.08.1986
−5
08.09.1996
−11,3
25.10.03
−15
22.11.1998
−18,5
15.12.01
−24,5
2005
Record de chaleur (°C)
date du record
16
16.01.1993
18,8
20.02.1998
20,3
17.03.04
23,3
30.04.05
26,6
11.05.12
35
27.06.19
33,7
23.07.19
33,6
13.08.03
29,5
16.09.1987
24
12.10.01
19,2
08.11.15
15,2
16.12.1989
35
2019
Précipitations (mm) 76,4 69,7 67,7 98,7 107,1 86,4 75,7 80,4 102,5 113,2 95,2 88,3 1 061,3
Source : « Fiche 43015001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Auvers est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[11],[I 2],[12]. La commune est en outre hors attraction des villes[I 3],[I 4].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (82,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (82,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (76,8 %), prairies (17,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6,1 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 88, alors qu'il était de 84 en 2013 et de 81 en 2008[I 5].

Parmi ces logements, 26,1 % étaient des résidences principales, 61,4 % des résidences secondaires et 12,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 98,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 1,1 % des appartements[I 6].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Auvers en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (61,4 %) supérieure à celle du département (16,1 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 78,3 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (73,9 % en 2013), contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 7].

Le logement à Auvers en 2018.
Typologie Auvers[I 5] Haute-Loire[I 8] France entière[I 9]
Résidences principales (en %) 26,1 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 61,4 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 12,5 12,4 8,2

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Villages : Chanteloube, Lair, la Valette, Nozeyrolles.

Maisons isolées : Colony, le Mont Mouchet, le Pavillon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est créée à la Révolution avec le nom de Nozeyrolles, nom d'un hameau actuel de la commune. Elle fait partie du canton de Pinols et de l'arrondissement de Brioude. Par un décret en date du , paru au Journal officiel de la République française le (page 7386), il est attribué à la commune de Nozeyrolles la dénomination d'Auvers[14],[15].

En mars 2015, à la suite du redécoupage des cantons du département, elle est rattachée au canton de Gorges de l'Allier-Gévaudan[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune d'Auvers est membre de la communauté de communes des Rives du Haut Allier[I 10], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Langeac. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[17].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Brioude, au département de la Haute-Loire, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[I 10].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Gorges de l'Allier-Gévaudan pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 10], et de la deuxième circonscription de la Haute-Loire pour les élections législatives, depuis le redécoupage électoral de 1986[18].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal d'Auvers, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[19] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[20]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 7. Sur les huit candidats en lice[21], sept sont élus dès le premier tour, le , correspondant à la totalité des sièges à pourvoir, avec un taux de participation de 48,05 %[22]. René Soulier, maire sortant, est réélu pour un nouveau mandat le [23].

Dans les communes de moins de 1 000 habitants, les conseillers communautaires sont désignés parmi les conseillers municipaux élus en suivant l’ordre du tableau (maire, adjoints puis conseillers municipaux) et dans la limite du nombre de sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire[24]. Un siège est attribué à la commune au sein de la communauté de communes des Rives du Haut Allier[25].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2014 Gabriel Boisserie   Garde forestier au Pavillon
2014 En cours
(au 16 septembre 2014)
René Soulier[26]   Enseignant retraité à Chanteloube

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[28].

En 2019, la commune comptait 50 habitants[Note 6], en diminution de 13,79 % par rapport à 2013 (Haute-Loire : +0,6 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
417410410577551564548519575
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
566565545462510439413446448
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
454438391302267236234208180
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1611471251038667615958
2018 2019 - - - - - - -
5150-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 17,6 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 49 % la même année, alors qu'il est de 31,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 27 hommes pour 24 femmes, soit un taux de 52,94 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (49,13 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
0,0 
14,8 
75-89 ans
25,0 
29,6 
60-74 ans
29,2 
25,9 
45-59 ans
12,5 
11,1 
30-44 ans
16,7 
11,1 
15-29 ans
8,3 
7,4 
0-14 ans
8,3 
Pyramide des âges du département de la Haute-Loire en 2018 en pourcentage[I 12]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,4 
75-89 ans
11,6 
19,7 
60-74 ans
19,6 
21,6 
45-59 ans
20,5 
17,2 
30-44 ans
16,4 
15,3 
15-29 ans
13,4 
17,4 
0-14 ans
16,1 

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 13] 0 % 6,3 % 0 %
Département[I 14] 6,3 % 7,7 % 7,7 %
France entière[I 15] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 30 personnes, parmi lesquelles on compte 63,3 % d'actifs (63,3 % ayant un emploi et 0 % de chômeurs) et 36,7 % d'inactifs[Note 7],[I 13]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département.

La commune est hors attraction des villes[Carte 2],[I 16]. Elle compte 12 emplois en 2018, contre 11 en 2013 et 13 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 20, soit un indicateur de concentration d'emploi de 60 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 44,7 %[I 17].

Sur ces 20 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 11 travaillent dans la commune, soit 55 % des habitants[I 18]. Pour se rendre au travail, 55 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 5 % les transports en commun, 20 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 20 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 19].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

3 établissements[Note 8] sont implantés à Auvers au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 9],[I 20].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 3
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
1 33,3 % (14,2 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
1 33,3 % (28,8 %)
Activités immobilières 1 33,3 % (3,9 %)

Le secteur des activités immobilières est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 33,3 % du nombre total d'établissements de la commune (1 sur les 3 entreprises implantées à Auvers), contre 3,9 % au niveau départemental[I 21].

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la petite région agricole dénommée « Margeride »[30]. En 2010, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 10] sur la commune est la production de bovins, orientation lait[31].

1988 2000 2010
Exploitations 14 s[Note 11] s
Superficie agricole utilisée (ha) 557 s s

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 14 en 1988 à un nombre inférieur au secret statistique en 2010[32]. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 43 % de ses exploitations[33]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sculptures de Philippe Kaeppelin du combat de Marie-Jeanne Vallet contre la Bête du Gévaudan.

Auvers dans les arts[modifier | modifier le code]

Un village Auvers est cité dans le poème d'Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[34].

Sans autre précision de la part du poète, il peut s'agir de deux villages :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[8].
  4. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  7. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  8. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  9. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  10. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  11. La valeur est inférieure au secret statistique.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Métadonnées de la commune d'Auvers » (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  5. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Auvers » (consulté le ).
  6. « Chiffres clés - Logement en 2018 à Auvers - Section LOG T2 » (consulté le ).
  7. « Chiffres clés - Logement en 2018 à Auvers - Section LOG T7 » (consulté le ).
  8. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  9. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  10. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune d'Auvers » (consulté le ).
  11. « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Auvers (43015) », (consulté le ).
  12. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Haute-Loire (43) », (consulté le ).
  13. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Auvers » (consulté le ).
  14. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Haute-Loire » (consulté le ).
  15. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  16. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  17. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Auvers » (consulté le ).
  18. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  19. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  20. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre à Auvers » (consulté le ).
  21. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre dans la France entière Haute-Loire » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Stephan Georg, « Distance entre Auvers et Le Puy-en-Velay », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Auvers et Brioude », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Auvers et Langeac », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches d'Auvers », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Carte IGN sous Géoportail
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  8. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  9. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  10. « Fiche du Poste 43015001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. « Journal officiel de la République française du 8 novembre 1900. », sur Gallica (consulté le )
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Décret no 2014-162 du 17 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Loire.
  17. « communauté de communes des Rives du Haut Allier - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  18. « Découpage électoral de la Haute-Loire (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  19. Article L. 252 du Code électoral
  20. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1000 habitants », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le )
  21. « Candidatures au 1er tour pour Auvers », sur site du ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  22. « Résultats du 1er tour pour Auvers », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le )
  23. « Répertoire national des élus - version du 3 septembre 2020 », sur https://www.data.gouv.fr/ (consulté le )
  24. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur https://www.vie-publique.fr/ (consulté le )
  25. « Elections municipales et communautaires 2020 dans la Haute-Loire - nombre de conseillers municipaux et communautaires », sur www.haute-loire.gouv.fr (consulté le )
  26. « Liste des maires » [PDF], sur le site de la préfecture de la Haute-Loire, (consulté le ).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  30. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  31. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune d'Auvers - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  32. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune d'Auvers », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  33. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de la Haute-Loire » (consulté le ).
  34. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris, Seghers, , 2e éd., 616 p. (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375.