Blassac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Blassac
Blassac
L'église Saint-Roch, juchée sur son promontoire volcanique vue de l'Allier en crue en novembre 2008.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Brioude
Canton Pays de Lafayette
Intercommunalité Communauté de communes des Rives du Haut Allier
Maire
Mandat
Francis Rome
2014-2020
Code postal 43380
Code commune 43031
Démographie
Population
municipale
139 hab. (2016 en diminution de 8,55 % par rapport à 2011)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 10′ 16″ nord, 3° 24′ 02″ est
Altitude Min. 441 m
Max. 953 m
Superficie 12,56 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Blassac

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Blassac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blassac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blassac

Blassac est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Blassac est situé au nord-ouest du département de la Haute-Loire, au sud de la région Auvergne.

Il est situé sur un promontoire volcanique dominant le Val d'Allier en contrebas de Lavoûte Chillac.

Le petit ruisseau qui coule le long du village a laissé un témoignage sous la forme de petites orgues basaltiques (point de rencontre de la lave et de la rivière). Autre vestige de ce volcan, une ancienne carrière de pouzzolane rouge brique se trouve au-dessus du bourg.

Communes voisines (partant du nord dans le sens des aiguilles d’une montre) :

  • Haute-Loire : Villeneuve d’Allier, Saint-Ilpize, Saint-Privat du Dragon, Lavoûte Chillac, Ally

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Blassac pourrait provenir[réf. nécessaire] du terme gaulois blaca signifiant le chêne blanc[réf. nécessaire] (doù les toponymes "Blache"). Une autre étymologie le fait descendre du gaulois *bledios, loup : *blediacon, "lieu infesté de loups" > *blasiacon[1].

Une partie de la vie économique du village a reposé sur la viticulture[réf. nécessaire]. Richesse oubliée depuis près d'un siècle aujourd'hui.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 26 août 2014)
Francis Rome[2] DVG  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2016, la commune comptait 139 habitants[Note 1], en diminution de 8,55 % par rapport à 2011 (Haute-Loire : +1,08 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
641558760706708678691654635
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
625569558519588600591575598
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
562504506377340321289237192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
190174146143130121137152141
2016 - - - - - - - -
139--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Roch de Blassac est considérée[Par qui ?] comme un véritable joyau. Le thème principal est la description des moments clés de la vie de la Vierge. D'où son autre nom : église de l'Assomption.

Odilon de Mercœur est très probablement[réf. nécessaire] à l'origine de la venue dans le Val d'Allier et le Val de Sénouire d'artistes d'Europe centrale qui ont orné les murs de fresques. La présence voisine de l'abbaye clunisienne Lavoûte Chillac est à inscrire dans ce même élan. Odilon est très vraisemblablement[réf. nécessaire] l'un des personnages représentés sur l'une des fresques à droite du chœur.

Quelques fresques :

À gauche du chœur :

  • Marie en dormition sous une couverture royale

Au fond du chœur :

  • Les "âmes sœurs" Marie et Élisabeth de la visitation avec une imbrication symbolique étonnante du blanc et du rouge des deux manteaux. Élisabeth qui a en fait 80 ans est représentée ici comme une jeune fille. Une très belle icône de la tendresse.
  • La Résurrection des morts heureux de sortir de leurs cercueils.
  • Saint Michel terrassant le dragon dont la perversité est indiquée par sa queue qui fait un nœud.

Au droite du chœur :

  • Le couronnement de la Vierge dans un somptueux manteau de velours, entourée d'anges musiciens dont un "cornemuseux", un joueur de luth, un organiste et un joueur de triangle.
  • Saint Thomas recevant la ceinture de la Vierge pour ne plus douter de sa montée au Ciel.
  • Saint Georges terrassant le serpent faisant écho à saint Michel (chacun sera ainsi mis à l'épreuve dans sa lutte contre le Mal en fonction des talents qui lui auront été donnés).

Sur la voûte :

  • Dieu en gloire avec le tétramorphe des quatre évangélistes.
  • Superposition du Christ crucifié sur le Golgotha avec une autre fresque.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. E. Nègre, Toponymie générale de la France, 2049-57 ; repris par X. Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Errance éd. 2001, p. 68).
  2. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 26 août 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :